ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI indique le sens profond du célibat sacerdotal

 

Le 01 septembre 2007 - (E.S.M.) - Le pape Benoît XVI fait remarquer que la situation des prêtres qui réclament l’accès au mariage, sont engagés dans des relations coupables, est souvent le fruit d’une vie intérieure appauvrie dans laquelle se met en marche une érosion de la pratique sacramentelle.

"Le respect des normes liturgiques !"  -  Pour agrandir l'image: C'est ici

Benoît XVI indique le sens profond du célibat sacerdotal

Première partie (suite) : Eucharistie, Mystère à croire :  qui correspond au § 6 à 33 du Saint-Père. Ce qui est écrit "en noir" appartient au texte du pape Benoît XVI, le commentaire de Léonce Grattepanche en "blue".
Pour lire les pages précédentes voir table en fin de texte.

Eucharistie et sacrements (§ 16 à 29)

III. Eucharistie et Onction des malades (§ 22)

L’Onction des malades est, avec le sacrement de confirmation, le plus incompris des sacrements, sans aucun doute cette incompréhension est liée à de grandes faiblesses dans l’enseignement du catéchisme, à l’ignorance de la doctrine des fins dernières et évidemment à une compréhension partielle de l’Eucharistie. On le comprend mieux avec cette admirable exhortation, la crise de l’Église en Occident est en grande partie due à elle-même, aux lâchetés doctrinales et pastorales de sa hiérarchie, à ses compromissions avec l’esprit du monde, du monde des modes et des apparences culturelles… - Jésus n'a pas seulement envoyé ses disciples pour guérir les malades (cf. Mt 10, 8; Lc 9, 2; 10, 9), mais, précise Benoît XVI, il a aussi institué pour eux un Sacrement spécifique: l'Onction des malades. – L’Onction des malades est un sacrement vivant qui relie le patient à la Passion du Christ, en tant qu’il complète en son corps et en son âme ce qui manque à la Passion du Seigneur pour le salut du genre humain. Il ne s’agit pas d’une culture de mort ou de culpabilité mais bien d’une culture de vie. - Si l'Eucharistie montre que les souffrances et la mort du Christ ont été transformées en amour, l'Onction des malades, de son côté, associe la personne qui souffre à l'offrande que le Christ a faite de lui-même pour le salut de tous, de sorte qu'elle aussi puisse, dans le mystère de la communion des saints, participer à la rédemption du monde. – Il y a un lien étroit, substantiel entre l’agonie du malade et Gethsémani tous les deux parfaitement résumés et vivants dans l’Eucharistie. Il faut relire l’œuvre romanesque de Bernanos, en particulier le dialogue des  carmélites. - La relation entre ces sacrements se manifeste également face à l'aggravation de la maladie: « À ceux qui vont quitter cette vie, l'Église offre, en plus de l'Onction des malades, l'Eucharistie comme viatique ».

IV Eucharistie et Sacrement de l'Ordre (§ 23 à 26)

Il ne peut y avoir de célébrant pour l’Eucharistie que l’évêque et le prêtre. Il est regrettable d’avoir institué des assemblées sans prêtre, une présidence confiée à des hommes ou des femmes sans discernement ou sur des considérations idéologiques opposées à la doctrine de l’Église. Il arrive que certains de ces responsables laïcs souffrent d’une psychologie fragile ou d’une culture religieuse très insuffisante quant elle n’est pas hétérodoxe ou d’une vie privée non-conforme à la discipline canonique.

De telles assemblées sont des tentatives de faire à croire qu’un jour une femme pourra accéder au sacerdoce ou que l’on en viendra à l’ordination d’homme marié. Certains presbyterium, encore de nos jours, utilisent ce genre d’assemblée pour détourner délibérément les jeunes vocations au sacerdoce. Il s’agit là de courants progressistes qui rejettent l’Église sur le fond et souhaitent objectivement sa disparition sociale.
"le respect des normes liturgiques !" Pour agrandir l'image: c'est ici

L’institution sacerdotale est intimement liée à l’institution de l’Eucharistie. Le prêtre, répondant à l’appel de son Seigneur, est introduit dans le secret de l’Amour divin et dans le cœur de la Rédemption. Le sacerdoce magnifie la dignité de l’homme d’une sublime façon et témoigne de la sollicitude divine dans  une humilité exaltée. Il faut sans faiblesse se défendre des ombres hérétiques des courants et des cultures protestantes. Un prêtre est une lumière divine, elle ne se cache pas. - Le lien intrinsèque entre Eucharistie et Sacrement de l'Ordre découle des paroles mêmes de Jésus au Cénacle: « Faites ceci en mémoire de moi » (Lc 22, 19). En effet, Jésus, à la veille de sa mort, a institué l'Eucharistie et fondé en même temps le sacerdoce de la Nouvelle Alliance. Il est prêtre, victime et autel: médiateur entre Dieu le Père et le peuple (cf. He 5, 5-10), victime d'expiation (cf. 1 Jn 2, 2; 4, 10) qui s'offre elle-même sur l'autel de la croix. Personne ne peut dire « ceci est mon corps » et « ceci est la coupe de mon sang » si ce n'est au nom et en la personne du Christ, unique souverain prêtre de la nouvelle et éternelle Alliance (cf. He 8-9). Benoît XVI indique que la doctrine de l'Église fait de l'ordination sacerdotale la condition indispensable pour la célébration valide de l'Eucharistie. (71) En effet, « dans le service ecclésial du ministre ordonné, c'est le Christ lui-même qui est présent à son Église en tant que Tête de son Corps, Pasteur de son troupeau, grand prêtre du sacrifice rédempteur ». (72) De façon certaine, le ministre ordonné « agit aussi au nom de toute l'Église lorsqu'il présente à Dieu la prière de l'Église et surtout lorsqu'il offre le sacrifice eucharistique ». –

Le célibat sacerdotal est un choix spécifique à l’église latine. Ce choix est venu du peuple de fidèles et s’est imposé progressivement, même si vint le moment où le Saint Siège l’imposa de vive force. Ce choix s’appuie sur un état de vie qui a son origine dans la vie même du Christ-Jésus. - Les Pères synodaux ont voulu souligner que le sacerdoce ministériel requiert, à travers l'ordination, l'entière configuration au Christ. Tout en respectant les pratiques différentes et la tradition orientale, il convient de rappeler le sens profond du célibat sacerdotal, justement considéré comme une richesse inestimable et confirmé aussi dans la pratique orientale pour les candidats à l'épiscopat. (Sacerdotalis caelibatus) - Et le pape Benoît XVI d'évoquer le fait que le Christ lui-même, prêtre pour l'éternité, ait vécu sa mission jusqu'au Sacrifice de la croix dans l'état de virginité constitue le point de référence sûr pour recueillir le sens de la tradition de l'Église latine sur cette question. - En réalité, il est une conformation particulière au style de vie du Christ lui-même. Ce choix est avant tout sponsal; il est identification au cœur du Christ Époux, qui donne sa vie pour son Épouse. – Régulièrement, comme un serpent de mer, on remet sur le tapis ce choix disciplinaire et l’on n’hésite pas à mettre en accusation la hiérarchie. 

Récemment et conformément à toute sa vie, l’Abbé Pierre s’est cru obligé de commettre une lettre à adresser après sa mort au pape dans laquelle il lui demande d’autoriser l’ordination d’hommes mariés. A l’évidence, son sens de l’Église et l’intelligence qu’il avait du sacerdoce se trouvaient très altérés. Cette dernière démarche est la conclusion d’une vie sacerdotale empêtrée dans des considérations pratiques et sociologiques très éloignées de l’esprit évangélique et découlant d’options qui alimentent les courants progressistes dans l’Église.


Ceux qui se croient appelés au sacerdoce dans l’église latine connaissent les exigences disciplinaires et ce n’est qu’après une formation dans laquelle ils ont eu le temps de réfléchir à cette vie toute donnée qu’ils décident de la conclusion de leur engagement. Bien sûr la nature blessée du prêtre n’est pas différente de celle d’un homme ordinaire, ceci étant, on constate non sans beaucoup de souffrances que ceux qui réclament l’accès au mariage sont engagés dans des relations coupables. Leur vie intérieure est alors altérée, appauvrie. Se sentant dans une condition de coupables, ils optent pour la mise en accusation de leur hiérarchie, rejetant la responsabilité de leur vie sur l’intransigeance de la hiérarchie et prennent à témoin et en otage le peuple de Dieu. Ils répètent dans l’aveuglement de leur orgueil la faute de Lucifer, l’accusateur de nos frères, et s’inscrivent dans une logique similaire à ceux qui finirent par blesser l’unité de l’Église. Le pape Benoît XVI fait remarquer que malheureusement leur situation est souvent le fruit d’une vie intérieure appauvrie dans laquelle se met en marche une érosion de la pratique sacramentelle. - Unie à la grande tradition ecclésiale, au Concile Vatican II  (76) et aux Souverains Pontifes mes prédécesseurs, (77) je redis la beauté et l'importance d'une vie sacerdotale vécue dans le célibat comme signe exprimant le don de soi total et exclusif au Christ, à l'Église et au Règne de Dieu, et j'en confirme donc le caractère obligatoire pour la tradition latine. Le célibat sacerdotal vécu avec maturité, joie et dévouement est une très grande bénédiction pour l'Église et pour la société elle-même.

pages précédentes :
L'Introduction : Jésus est l'étoile polaire de la liberté humaine (1) :
(§ 1 à 5) Benoît XVI
Première partie :
La foi de l'Église est essentiellement une foi eucharistique : (2) (§ 6 à 8) Benoît XVI
Jésus véritable Agneau immolé : (3) (§ 9 à 11)  Benoît XVI
Le rôle décisif de l'Esprit Saint dans la célébration de l'Eucharistie : (4) (§ 12 et 13) Benoît XVI
Eucharistie, principe causal de l'Église et communion ecclésiale : (5) (§ 14 et 15) Benoît XVI
I.  Sacramentalité de l'Église et initiation chrétienne : (6) 16 et 17) Benoît XVI
II. Eucharistie et Sacrement de la Réconciliation : (7) (§ 20 à 21) Benoît XVI
III et IV. L'Onction des malades et le Sacrement de l'Ordre : (8) (§ 22 à 26)  

Table Sacramentum Caritatis : Exhortation post-Synodale sur l'Eucharistie

Sources:  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 01.09.2007 - BENOÎT XVI - Table Sacramentum Caritatis - Vie consacrée

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante