ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Dans moins d'un mois entrera en application le Motu Proprio de Benoît XVI

 

Rome, le 16 août 2007 - (E.S.M.) - Dans moins d'un mois entrera en application le Motu Proprio Summorum Pontificum voulu par le Saint-Père Benoît XVI. Nous proposons la suite d'un commentaire de l'exhortation apostolique Sacramentum Caritatis qui permet d'entrer dans le mystère Eucharistique.

La nourriture de la vérité, le Christ immolé pour nous  -  Pour agrandir l'image: C'est ici

Benoît XVI nous sommes invitée à réfléchir sur l'institution de l'Eucharistie (suite)

pages précédentes :
L'Introduction : Jésus est l'étoile polaire de la liberté humaine (1) :
(§ 1 à 5) Benoît XVI
La foi de l'Église est essentiellement une foi eucharistique (2) (§ 6 à 8) Benoît XVI
Eucharistie: Jésus véritable Agneau immolé (3) (§ 9 à 11)

Première partie : Eucharistie, Mystère à croire :  qui correspond au § 6 à 33 du Saint-Père. Ce qui est écrit "en noir" appartient au texte du pape Benoît XVI, le commentaire de Léonce Grattepanche en
"blue".

Eucharistie: Jésus véritable Agneau immolé (9 à 11)

L’Eucharistie fait mémoire de la Passion de Jésus-Christ qu’elle réactualise de manière non sanglante à chaque célébration. Ainsi Jésus-Christ continue-t-il d’attirer à lui tous les hommes du haut de sa croix. - La mission pour laquelle Jésus est venu parmi nous s'accomplit dans le Mystère pascal. Du haut de la croix, d'où il attire à lui tous les hommes (cf. Jn 12, 32), il dit, avant de « remettre son Esprit »: « Tout est accompli » (Jn 19, 30). Dans le mystère de son obéissance jusqu'à la mort, et à la mort de la croix (cf. Ph 2, 8), s'est accomplie la nouvelle et éternelle alliance. Tout de la Promesse faite à Adam et Ève puis à Noé, Abraham, réaffirmée à Moïse s’accomplit parfaitement à l’instant où il rend son Esprit sur la croix. La Nouvelle Alliance est le triomphe de l’obéissance. Cette nouvelle alliance est définitive, éternelle. Et l’Eucharistie nous le rappelle, son tabernacle et la nouvelle arche d’alliance. Cette nouvelle alliance s’est faite dans une liberté totale, parfaite ; liberté de Dieu qui, s’incarnant, assume la liberté blessée de l’homme, lui nettoie la plaie et la libère du joug de Lucifer. L’homme a besoin de cette nourriture eucharistique pour maintenir propre la blessure et ne pas retomber sous le joug du Menteur dès l’origine. - Benoît XVI nous rappelle que la liberté de Dieu et la liberté de l'homme se sont définitivement rencontrées dans sa chair crucifiée en un pacte indissoluble, valable pour toujours. - Même le péché de l'homme a été expié une fois pour toutes par le Fils de Dieu (cf. He 7, 27; 1 Jn 2, 2; 4, 10). Comme j'ai déjà eu l'occasion de l'affirmer, « dans sa mort sur la croix s'accomplit le retournement de Dieu contre lui-même, dans lequel il se donne pour relever l'homme et le sauver – tel est l'amour dans sa forme la plus radicale ». – La mission de Jésus-Christ fut révélée dès le début de sa manifestation au monde par saint Jean le Baptiste, révélation que reprend la liturgie eucharistique. On comprend combien il est important de respecter les normes liturgiques qui ont une mission pédagogique ; pédagogie divine incarnée qui aide à entrer en la Présence de la Trinité. - Cette fin ultime de sa mission était déjà bien évidente au début de sa vie publique. En effet, lorsque, sur les rives du Jourdain, Jean le Baptiste voit Jésus venir à lui, il s'exclame: « Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29). Il est significatif que la même expression revienne, chaque fois que nous célébrons la Messe, dans l'invitation faite par le prêtre à s'approcher de l'autel: « Heureux les invités au repas du Seigneur ! Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ». - L'Eucharistie contient en elle cette nouveauté radicale, qui se propose de nouveau à nous dans chaque célébration. -

L’institution de l’Eucharistie résume toute l’histoire du peuple d’Israël, c’est-à-dire toute la Révélation Hébraïque. Toute la pédagogie divine prend sens et se réalise dans l’institution de la Sainte Cène. - De cette manière, nous sommes invités à réfléchir sur l'institution de l'Eucharistie au cours de la dernière Cène. - Ce repas rituel, lié à l'immolation des agneaux (cf. Ex 12, 1-28.43-51), était la mémoire du passé, mais en même temps cette mémoire était aussi prophétique, c'est-à-dire annonce d'une libération future. – Le passage de la Mer Rouge se déroule véritablement, il prend tout son sens. Le peuple élu sera libéré du joug de Lucifer, du péché et, grâce à cette élection, c’est tout le genre humain qui va connaître son passage de la Mer Rouge, toute l’humanité sera mise sur le chemin du salut. L’erreur de la majorité des dirigeants israéliens sera d’avoir fait une lecture matérielle, nationaliste, identitaire d’une histoire qui pour réelle qu’elle fût, n’avait sens que dans une dimension spirituelle si intensément et dramatiquement annoncée par les prophètes. La faute du peuple élu fut de ne pas comprendre la dimension universelle de leur élection, de leur vocation. - Le pape Benoît XVI précise que le mémorial de l'antique libération s'ouvrait ainsi à la question et à l'attente d'une sagesse plus profonde, plus radicale, plus universelle et plus définitive. – Jésus anticipe sa Passion et sa Résurrection en instituant l’Eucharistie dont l’efficience sera confirmée par son saint sacrifice, celui du véritable Agneau. On s’émerveille non seulement de ce profond mystère, mais également de la formidable illumination qu’il produit sur l’Antique Révélation. Il est évident que l’Église Catholique Apostolique et Romaine peut s’affirmer l’héritière de l’Ancien Testament et être le lieu dans la foi de son accomplissement. -  En instituant le sacrement de l'Eucharistie, Jésus anticipe et intègre le Sacrifice de la croix et la victoire de la résurrection. Dans le même temps, il se révèle comme le véritable agneau immolé, prévu dans le dessein du Père dès avant la création du monde, ainsi qu'il est écrit dans la première Lettre de Pierre (cf. 1, 18-20). - En situant l'offrande de lui-même dans ce contexte, Jésus rend manifeste la signification salvifique de sa mort et de sa résurrection, mystère qui devient ainsi une réalité qui renouvelle l'histoire et le cosmos tout entier. – « Voici que je fais toute chose nouvelle » dit Jésus à sa Mère dans le merveilleux film : La Passion de Mel Gibson. Le Christ-Jésus s’affirme comme celui en qui toute l’histoire s’accomplit, se récapitule.

Tout de l’Ancien Testament est accompli y compris dans son rite et ses coutumes disciplinaires. Par son Incarnation, le Verbe dépasse tout, outrepasse la condition humaine. La Vérité devient nourriture, son corps à manger devient l’authentique source de la vraie et intégrale liberté de l’homme et de son histoire. - L'ancien rite s'est accompli et il est définitivement dépassé à travers l'offrande d'amour du Fils de Dieu incarné. La nourriture de la vérité, le Christ immolé pour nous, dat figuris terminum. – Le Christ-Jésus en instituant l’Eucharistie va demander, suggérer l’élaboration d’une liturgie conforme à cet accomplissement. Il en confie la charge à l’Église qui est présente, les Douze Apôtres. Il n’appartient donc pas à un individu de décider de sa propre liturgie. -  Par son commandement « Faites cela en mémoire de moi » (Lc 22, 19; 1 Co 11, 25), il nous demande de correspondre à son offrande et de la représenter sacramentellement. Par ces paroles, indique le pape Benoît XVI, le Seigneur exprime donc, pour ainsi dire, le désir que son Église, née de son sacrifice, accueille ce don, développant, sous la conduite de l'Esprit Saint, la forme liturgique du Sacrement. […] Jésus nous a ainsi laissé la mission d'entrer dans son « heure ». – La conversion du pain et du vin en chair et sang de Jésus, appelle notre propre conversion afin de vivre l’union personnelle avec Jésus, le Verbe de Dieu. - L'Eucharistie nous attire dans l'acte d'offrande de Jésus. Nous ne recevons pas seulement le Logos incarné de manière statique, mais nous sommes entraînés dans la dynamique de son offrande ». (21) Il « nous attire en lui ». (22) La conversion substantielle du pain et du vin en son corps et en son sang met dans la création le principe d'un changement radical, comme une sorte de « fission nucléaire », pour utiliser une image qui nous est bien connue, portée au plus intime de l'être, un changement destiné à susciter un processus de transformation de la réalité, dont le terme ultime sera la transfiguration du monde entier, jusqu'au moment où Dieu sera tout en tous (cf. 1 Co 15, 28).

(à suivre)

Table de tous les articles sur l'exhortation "Sacramentum Caritatis"
 

Sources:  lescatholiques.free.fr - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 16.08.2007 - BENOÎT XVI - Table Sacramentum Caritatis

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante