ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

La foi de l'Église, souligne Benoît XVI, est essentiellement une foi eucharistique

 

Rome, le 10 août 2007 - (E.S.M.) -  La foi, explique le pape Benoît XVI, s'exprime dans le rite et le rite renforce et fortifie la foi ». […]« Grâce à l'Eucharistie, l'Église renaît sans cesse de nouveau! ». […] L'histoire de l'Église elle-même en est témoin. Toute grande réforme est liée, d'une certaine manière, à la redécouverte de la foi en la présence eucharistique du Seigneur au milieu de son peuple.

La foi eucharistique  -  Pour agrandir l'image: C'est ici

La foi de l'Église, souligne Benoît XVI, est essentiellement une foi eucharistique (2) (§ 6 à 8)

Le "Sacrement de l'Amour" commenté par Léonce Grattepanche

page précédente :
L'Introduction : Jésus, affirme Benoît XVI, est l'étoile polaire de la liberté humaine (1) : Benoît XVI

Première partie : Eucharistie, Mystère à croire :  qui correspond au § 6 à 33 du Saint-Père. Ce qui est écrit "en noir" appartient au texte du pape Benoît XVI, le commentaire de Léonce Grattepanche en "blue".

EUCHARISTIE, MYSTÈRE À CROIRE

La foi eucharistique de l'Église (6)

Croire en Dieu est le don de Dieu proposé à tous les hommes. Tout homme peut naturellement croire en un seul Dieu, quand bien même n’en connaîtrait-il pas le non ; ce fut le cas de Socrate et de certaines tribus. C’est ainsi que l’on considérera que la religion musulmane propose une foi monothéiste naturelle, non révélée.

La foi de l’Église est une foi vivante et de vie. Elle a sa source dans l’amour du Christ-Jésus. C’est une grâce faite pour l’homme, comme le sont la charité et l’espérance. Dieu n’a pas besoin de la foi, ni de l’espérance, ni de la charité, il est Dieu. Dieu ne fait pas l’expérience personnelle de la foi. Mais pour que l’homme puisse croire en Lui, il se révèle, puis il se donne à lui. L’excellence de ce don est le sacrement de l’Eucharistie. C’est la raison pour laquelle ce sacrement est dit sacrement de foi : « Il est grand le mystère de la foi! ».[…] L'Eucharistie est en effet « le mystère de la foi » par excellence: « Elle est le résumé et la somme de notre foi. » Le Fils de Dieu, Dieu lui-même, s’incarna pour que la foi, la charité et l’espérance soient des dons vivants seuls susceptibles d’introduire l’homme, sujet du temps, dans une relation à l’éternité puisqu’il est immortel. L’Eucharistie est le sacrement de l’immortalité parce qu’il est l’intégralité de la foi, l’intégralité vivante de la Vérité éternelle. - La foi de l'Église est essentiellement une foi eucharistique et elle se nourrit de manière particulière à la table de l'Eucharistie. La foi et les sacrements sont deux aspects complémentaires de la vie ecclésiale. – Il ne peut y avoir de prêtre sans la vie sacramentelle, car la foi de l’Église ne peut se passer du lien sacerdotal qui relie mystérieusement le temps de l’homme à l’éternité. C’est pourquoi, il n’est pire souffrance dans l’Église que la négligence des normes liturgiques ou comme nous l’avons trop vu en des temps très proches, le refus d’exercer la mission du pardon sous le prétexte faux et exclusif qu’être du Christ serait prioritairement un engagement d’assistant social.  - « La foi s'exprime dans le rite et le rite renforce et fortifie la foi ». […]« Grâce à l'Eucharistie, l'Église renaît sans cesse de nouveau! ». […] L'histoire de l'Église elle-même en est témoin. Toute grande réforme est liée, d'une certaine manière, à la redécouverte de la foi en la présence eucharistique du Seigneur au milieu de son peuple. – La perte de la foi et de la pratique religieuse dans l’Église pour l’Occident sont dues, entre autre facteurs, au non-respect des rites, de la liturgie et l’errance doctrinale. Ce n’est pas la réforme liturgique qui est cause de la crise de l’Église, mais le non-respect de cette réforme ou son rejet, attitudes qui proviennent de choix personnels. Ils témoignent d’une foi et d’une vision de la vie de l’Église erronée, dénaturée.

Sainte Trinité et Eucharistie (7 et 8)

Le sacrement de l’Eucharistie n’est pas seulement le mystère d’amour de Jésus-Christ, il est le mystère de Dieu donné aux hommes en pâture. C’est la raison pour laquelle l’Église enseigne que l’Eucharistie est le mystère de l’amour trinitaire de Dieu. - La première réalité de la foi eucharistique est le mystère même de Dieu, amour trinitaire. Dans le dialogue entre Jésus et Nicodème, nous trouvons une expression lumineuse à ce propos: « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique: ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé » (Jn 3, 16-17).L’Eucharistie est la plénitude de la foi, elle est donc le mystère vivant obligé pour la vie éternelle. Car le Christ-Jésus se donne réellement à manger  dans ce sacrement : « Ceci est mon corps, ceci et mon sang. » Il s’agit du don de toute son existence : personne humaine, personne divine. - Ces paroles montrent la racine première du don de Dieu. Jésus, dans l'Eucharistie, donne non pas « quelque chose » mais se donne lui-même; il offre son corps et il verse son sang. De cette manière, il donne la totalité de son existence, révélant la source originaire de cet amour. Il est le Fils éternel donné pour nous par le Père. – Mieux vaut ne pas recevoir l’Eucharistie si on ne croit pas que l’hostie consacrée est vraiment le corps et le sang du Sauveur, si on ne croit pas à ce mystère défini par Jésus en personne alors les grâces qui en découlent ne sont pas agissantes pour le salut, elles deviennent condamnation - « C'est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. Le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde » (Jn 6, 32-33), et il en vient à s'identifier lui-même, sa chair et son sang, avec ce pain: « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel: si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie » (Jn 6, 51). – Le sacrement de l’Eucharistie résume l’excellence de l’obéissance de Jésus-Christ à la volonté de son Père. Ce mystère est le témoignage permanent sur cette Terre et dans le temps que la désobéissance d’Adam et Ève est réparée par une obéissance absolue, sans faille, parfaite à Dieu le Père, au Dieu Trinitaire. C’est en vue de cette obéissance parfaite que Dieu le Père donne son Fils en nourriture, car il s’est offert sans retenue à la justice de son Père pour le salut du genre humain.

Depuis l’origine des temps, l’homme et la femme sont appelés à l’existence pour rendre grâce à Dieu leur Créateur. Le péché originel blessa cet appel à l’action de grâce et, c’est la raison pour laquelle Dieu invita l’humanité à entrer dans son plan, mais par la porte du salut. C’est ainsi  que s’ouvrit l’histoire du salut qui reste une affaire de profonde liberté. L’Eucharistie est l’illumination de cette histoire dans laquelle toute l’humanité finira par se rejoindre. - Dans l'Eucharistie se révèle le dessein d'amour qui guide toute l'histoire du salut (cf. Ep 1, 10; 3, 8-11). – Le pain et le vin sont les symboles d’une réalité où la Sainte Trinité se laisse rejoindre par l’homme et par laquelle Elle le rejoint dans tout ce qui le fait être et avec toute son histoire.  La Sainte Trinité est le lieu d’amour parfait de Dieu : Dieu le Père spire d’amour son Fils, Dieu le Fils spire d’amour son Père, (ndlr :spire (disons «fait paraître») , terme utilisé par Saint Benoît - Il est essentiel de faire des actes où nous respirons de l’intérieur ce que Jésus crucifié respire : il spire l’Esprit Saint, la fraîcheur toujours rajeunie de l’amour de l’Esprit Saint qui est continuellement irrigué par l’amour du Père et du Fils, éternellement neuf, à l’infini, sans limite, et simple, parfait, surabondant. Lire aussi : Somme théologique) de la communion de ces deux amours parfaitement identiques en qualité, mais différenciés par les Personnes procède l’Esprit saint qui spire d’amour Le Père et le Fils. La Sainte Trinité est une spiration permanente  d’amour libre.En elle, le Deus Trinitas, qui en lui-même est amour (cf. 1 Jn 4, 7-8), s'engage pleinement avec notre condition humaine. Dans le pain et le vin, sous les apparences desquelles le Christ se donne à nous à l'occasion du repas pascal (cf. Lc 22, 14-20; 1 Co 11, 23-26), c'est la vie divine tout entière qui nous rejoint et qui participe à nous sous la forme du Sacrement. - Dieu est communion parfaite d'amour entre le Père, le Fils et l'Esprit saint. – Contempler l’amour ou l’œuvre d’amour entre les hommes, c’est voir et contempler la Trinité. Un baptisé n’a qu’à vouloir et le Dieu Trine le rejoint en tout ce qu’il fait, même dans ce qu’il y a de plus servile pour autant que l’humilité y soit.- saint Augustin: « Si tu vois l'amour, tu vois la Trinité. »

(à suivre)

Table de tous les articles sur l'exhortation "Sacramentum Caritatis"
 

Sources: lescatholiques.free.fr

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 10.08.2007 - BENOÎT XVI - Table Sacramentum Caritatis

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante