ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI évoque le baptême, porte d'entrée à tous les sacrements

 

Rome, le 24 août 2007 - (E.S.M.) - Le pape Benoît XVI nous répète, sans se lasser, qu'il faut toujours se souvenir que toute l'initiation chrétienne est un chemin de conversion à parcourir avec l'aide de Dieu et en relation constante avec la communauté ecclésiale.

La Conversion de saint Paul sur le chemin de Damas (Hans Speckaert) - Pour agrandir l'image: C'est ici

Benoît XVI évoque le baptême, porte d'entrée à tous les sacrements

Première partie (suite) : Eucharistie, Mystère à croire :  qui correspond au § 6 à 33 du Saint-Père. Ce qui est écrit "en noir" appartient au texte du pape Benoît XVI, le commentaire de Léonce Grattepanche en "blue".
Pour lire les pages précédentes voir table en fin de texte.

Eucharistie et sacrements (§ 16 à 29)

Sacramentalité de l'Église : (6) 16)
L’Eucharistie est l'origine de l’ensemble des autres sacrements que dispose le Christ au moyen de l’Église en vue du salut du genre humain. En effet, considérant que cet inestimable sacrement est le début et la conclusion de tout chrétien soucieux de s’unir au Christ, de vivre la vie d’union au Sauveur, on doit considérer que les autres sacrements en émanent et y remontent. - Le Concile Vatican II a rappelé que, « quant aux autres sacrements et à tous les ministères ecclésiaux et aux œuvres d'apostolat, ils sont étroitement liés à l'Eucharistie et ordonnés à elle. – La très Sainte Eucharistie possède l’ensemble des biens spirituels nécessaires à la vie chrétienne de chacun des membres du Corps du Christ et donc de l’ensemble, c’est-à-dire l’Église. Le chrétien en assistant à la Sainte Messe, en communiant au Corpus Christi offre significativement tout le contenu de sa journée, il doit le faire d’intention pour développer cette vie d’union au Christ. Mais pour y parvenir, il doit passer par Marie, l’Immaculée, qui a vu sa maternité universelle confirmée et pas seulement révélée par son fils sur la croix. - La très sainte Eucharistie, mentionne Benoît XVI, contient en effet l'ensemble des biens spirituels de l'Église, à savoir le Christ lui-même, notre Pâque, le pain vivant, qui par sa Chair, vivifiée et vivifiante par l'Esprit Saint, procure la vie aux hommes, et les invite et les conduit à s'offrir eux-mêmes, à offrir leurs travaux et toutes les choses créées, en union avec lui ». C’est pourquoi, dans la tradition des pères de l’Église, on peut affirmer que l’Église est l’instrument et le signe de l’unité de tout le genre humain, le symbole vivant de l’unité au Christ c’est-à-dire à Dieu de tous les baptisés. - À ce sujet, le Concile Vatican II a affirmé que « l'Église est, dans le Christ, en quelque sorte le sacrement, c'est-à-dire, le signe et l'instrument de l'union intime avec Dieu et de l'unité de tout le genre humain ». (Lumen Gentium, n 1) Comme dit saint Cyprien, en tant que « peuple qui tire son unité de l'unité du Père et du Fils et de l'Esprit Saint », elle est sacrement de la communion trinitaire. –

Eucharistie et initiation chrétienne (§ 17)
Le baptême est le sacrement initial qui permet d’accéder à tous les autres sacrements dont celui de l’Eucharistie ; ce sacrement vivifie le baptême et développe, nourrit tous les dons issus du sacrement qui nous incorporent au Christ et à l’Église. De ce fait, l’Eucharistie permet la plénitude de l’initiation chrétienne. - Le sacrement du Baptême, par lequel nous avons été conformés au Christ, (Lumen Gentium, n 7) incorporés à l'Église et établis fils de Dieu, constitue la porte d'entrée à tous les sacrements. Par lui, nous sommes insérés dans l'unique Corps du Christ (cf. 1 Co 12, 13), peuple sacerdotal. Cependant, c'est la participation au Sacrifice eucharistique qui perfectionne en nous ce qui est donné dans le Baptême. Les dons de l'Esprit sont aussi donnés pour l'édification du Corps du Christ (1 Co 12) et pour un plus grand témoignage évangélique dans le monde. (Lumen Gentium, n 11 - Ad Gentes, 9 et 13) Par conséquent, indique Benoît XVI, la sainte Eucharistie porte l'initiation chrétienne à sa plénitude et elle se situe comme le centre et la fin de toute la vie sacramentelle. (Cf. Jean-Paul II, Dominicae Cenae, n.7) Il n’est pas de plénitude possible de l’initiation chrétienne sans communauté ecclésiale tout en s’efforçant conjointement de répondre à une relation de personne à personne avec le Christ. L’Eucharistie favorise cette communion entre baptisés, entre tous les membres du Corps de Christ. - Le pape Benoît XVI nous répète sans se lasser qu'il faut toujours se rappeler que toute l'initiation chrétienne est un chemin de conversion à parcourir avec l'aide de Dieu et en relation constante avec la communauté ecclésiale, soit quand un adulte demande à entrer dans l'Église, comme cela arrive dans les milieux de première évangélisation ou dans de nombreux milieux sécularisés, soit quand les parents demandent les sacrements pour leurs enfants. Il est donc impératif de réfléchir à un renouvellement pédagogique pour la transmission du contenu de la foi qui est indispensable pour l’initiation chrétienne.

Il faut ici rappeler que, contrairement au "New-Age" et autre tendance gnostique, l’Église n’est nullement une religion à mystères. IL n’y a pas en elle de secret caché réservé à une supposée élite en vue de permettre à ces supposés membres d’être plus que le commun des mortels. Il ne s’agit pas d’une religion ayant pour effet de se gonfler de soi. Non, la foi chrétienne est exigeante d’humilité, de pauvreté, de simplicité, de vérité car elle est ordonnée par l’amour, dans l’amour et pour l’amour. L’Église chrétienne est servante de l’amour, elle en est l’esclave. Il n’y a pas, comme dans des sociétés occultes, de cercles plus fermés dans lequel on dispenserait un savoir occulte, magique. La seule ‘magie’ c’est le sacrifice d’un Dieu fait homme sur la croix, sur le bois du scandale et sa résurrection des morts. Tout le reste lui est étranger, est du ressort de fantasmagories pour adultes enfantins en recherche permanente de leur dernier biberon, de leur dernière couche-culotte.

(à suivre)

pages précédentes :
L'Introduction : Jésus est l'étoile polaire de la liberté humaine (1) :
(§ 1 à 5) Benoît XVI
Première partie :
La foi de l'Église est essentiellement une foi eucharistique : (2) (§ 6 à 8) Benoît XVI
Jésus véritable Agneau immolé (3) (§ 9 à 11)  Benoît XVI
Le rôle décisif de l'Esprit Saint dans la célébration de l'Eucharistie : (4) (§ 12 et 13) Benoît XVI
Eucharistie, principe causal de l'Église et communion ecclésiale : (5) (§ 14 et 15) Benoît XVI
Sacramentalité de l'Église et initiation chrétienne : (6) 16 et 17)
 

Sources:  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 24.08.2007 - BENOÎT XVI - Table Sacramentum Caritatis

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante