ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI explique le lien entre l'Eucharistie, les Églises Orthodoxes et l'Église de Rome

 

Rome, le 21 août 2007 - (E.S.M.) - C’est dans une réflexion, une méditation, une contemplation commune de l’Eucharistie accueillie au cœur de nos êtres comme la réalité de l’unité du Corps du Christ que l’on pourra sceller l’unité des Églises Orthodoxes avec l’Église qui siège à Rome, comme le formule le Saint-Père Benoît XVI.

Église Orthodoxe

Benoît XVI explique le lien entre l'Eucharistie, les Églises Orthodoxes et l'Église de Rome

Première partie (suite) : Eucharistie, Mystère à croire :  qui correspond au § 6 à 33 du Saint-Père. Ce qui est écrit "en noir" appartient au texte du pape Benoît XVI, le commentaire de Léonce Grattepanche en "blue".
Pour lire les pages précédentes voir table en fin de texte.

Eucharistie, principe causal de l'Église et communion ecclésiale : (5) (§ 14 et 15)

L’Eucharistie est la cause de l’Église, mais l’Eucharistie quoique célébrée par l’Église a pour cause le Christ qui se donne et se donne sans cesse. Si l’Église est bien née du Sacrifice sur la Croix, les sacrements qui sont l’Église vivante furent donnés vivant dans celui qu’ils ont transpercé. La cause de l’Eucharistie est le Cœur transpercé d’où se sont écoulés l’eau et le sang. - À travers le Sacrement de l'Eucharistie, Jésus fait entrer les fidèles dans son « heure »; il nous montre ainsi le lien qu'il a voulu entre lui et nous, entre sa personne et l'Église. En effet, rappelle Benoît XVI, le Christ lui-même, dans le Sacrifice de la croix, a engendré l'Église comme son épouse et son corps. - Un regard contemplatif vers « celui qu'ils ont transpercé » (Jn 19, 37) nous conduit à considérer le lien causal qui existe entre le sacrifice du Christ, l'Eucharistie et l'Église. -  Le Christ s’est donné à l’Église en premier, c’est la raison pour laquelle elle peut célébrer l’Eucharistie puisque Jésus est premier en tout de la vie de l’Église. - L'Eucharistie est le Christ qui se donne à nous, en nous édifiant continuellement comme son corps. Par conséquent, indique Benoît XVI, dans la relation circulaire suggestive entre l'Eucharistie qui édifie l'Église et l'Église elle-même qui fait l'Eucharistie, (33) la causalité première est celle qui est exprimée dans la première formule: l'Église peut célébrer et adorer le mystère du Christ présent dans l'Eucharistie justement parce que le Christ lui-même s'est donné en premier à elle dans le Sacrifice de la croix. La possibilité, pour l'Église, de « faire » l'Eucharistie est complètement enracinée dans l'offrande que le Christ lui a faite de lui-même. – Le Christ sera toujours le premier à nous aimer. C’est donc bien l’Eucharistie qui est la cause première qui fonde l’Église. - Il est pour l'éternité celui qui nous aime le premier.

La personne, l’être et l’action de l’Église émanent de l’Eucharistie et ils y remontent. Il est très intéressant de savoir que l’antiquité chrétienne avait une seule expression pour désigner, le corps né de la Vierge Marie, le Corps Eucharistique et le Corps Ecclésial du Christ : Corpus Christi. Lorsque le célébrant vous présente l’hostie consacrée avec ces mots : « le Corps du Christ », il vous rappelle les trois corps et leur unité. Vous répondez par l’Amen qui ne signifie pas seulement un engagement intellectuel, une réponse apprise par cœur d’un bon catéchisme, mais c’est le renouvellement de votre engagement baptismal. C’est tout votre être qui, dans une liberté lumineuse, adhère non pas seulement à la foi de l’Église mais à la personne du Christ pour être reconnu par son Père des cieux. - L'Eucharistie, retrace Benoît XVI, est donc constitutive de l'être et de l'agir de l'Église. C'est pourquoi l'Antiquité chrétienne désignait par la même expression, Corpus Christi, le corps né de la Vierge Marie, le Corps eucharistique et le Corps ecclésial du Christ. Il est significatif que la deuxième prière eucharistique, en invoquant le Paraclet, formule en ces termes la prière pour l'unité de l'Église: « Qu'en ayant part au corps et au sang du Christ, nous soyons rassemblés par l'Esprit Saint en un seul corps ». Ce passage fait bien comprendre comment la res du Sacrement de l'Eucharistie est l'unité des fidèles dans la communion ecclésiale. L'Eucharistie se montre ainsi à la racine de l'Église comme mystère de communion. – L’unité ecclésiale a son origine dans ce sacrement de l’Eucharistie. Cette unité se constitue dès le moment où Notre Seigneur l’institue. C’est un principe ouvert, ouvert à toutes les églises qui consacrent, font l’Eucharistie. Quelle que soit la particularité de l’église locale, le fidèle se trouve plongé dans l’union du Corps du Christ pour autant que celle-ci célèbre l’Eucharistie dans l’intention initiale. -  L'unité de la communion ecclésiale se révèle concrètement dans les communautés chrétiennes et elle se renouvelle dans l'action eucharistique qui les unit et qui les différencie en Églises particulières, « in quibus et ex quibus una et unica Ecclesia catholica exsistit ». - C'est à partir de son centre eucharistique que se réalise l'ouverture nécessaire de toute communauté qui célèbre, de toute Église particulière: en se laissant attirer par les bras ouverts du Seigneur, on s'insère dans son Corps, unique et sans division ». (38) C'est pourquoi, dans la célébration de l'Eucharistie, tout fidèle se trouve dans son Église, c'est-à-dire dans l'Église du Christ. Dans cette perspective eucharistique, comprise de manière appropriée, la communion ecclésiale se révèle être, par nature, une réalité catholique. – C’est dans une réflexion, une méditation, une contemplation commune de l’Eucharistie accueillie au cœur de nos êtres comme la réalité de l’unité du Corps du Christ que l’on pourra sceller l’unité des Églises Orthodoxes avec l’Église qui siège à Rome, comme le formule le Saint-Père Benoît XVI. - Souligner cette racine eucharistique de la communion ecclésiale peut aussi contribuer efficacement au dialogue œcuménique avec les Églises et avec les Communautés ecclésiales qui ne sont pas en pleine communion avec le Siège de Pierre. En effet, l'Eucharistie établit de manière objective un lien d'unité fort entre l'Église catholique et les Églises orthodoxes, qui ont conservé la nature authentique et entière du mystère de l'Eucharistie.

(à suivre)

pages précédentes :
L'Introduction : Jésus est l'étoile polaire de la liberté humaine (1) :
(§ 1 à 5) Benoît XVI
Première partie :
La foi de l'Église est essentiellement une foi eucharistique (2) (§ 6 à 8) Benoît XVI
Eucharistie: Jésus véritable Agneau immolé (3) (§ 9 à 11)  Benoît XVI
Le rôle décisif de l'Esprit Saint dans la célébration de l'Eucharistie (4) (§ 12 et 13) Benoît XVI
Eucharistie, principe causal de l'Église et communion ecclésiale : (5) (§ 14 et 15) Benoît XVI
 

Sources:  www.vatican.va -  lescatholiques.free.fr - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 21.08.2007 - BENOÎT XVI - Table Sacramentum Caritatis

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante