ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le pape Benoît XVI évoque l'unicité et la singularité indescriptibles de Dieu

 

Le 10 mars 2008 - (E.S.M.) - Qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire - « que moi, JE SUIS » ? L'exégèse s'est naturellement mise à rechercher les origines de cette expression, afin de pouvoir la comprendre, et Benoît XVI observe que nous sommes obligés de faire de même dans notre quête de sens.

Le monastère de Ste Catherine, avec le buisson ardent  Pour agrandir l'image: C'est ici

Benoît XVI évoque l'unicité et la singularité indescriptibles de Dieu

Chapitre 10, les affirmations de Jésus sur Lui-même (pages 347 à 383)

1) Les titres attribués à Jésus Benoît XVI -
2) Le Fils de l'homme
(1er partie) Benoît XVI
3) Il n'y a qu'un seul Fils de l'homme et c'est Jésus Benoît XVI
4) Le troisième groupe de paroles sur le Fils de l'homme Benoît XVI

5) Il ne faut pas confondre le titre de « Fils de Dieu » et celui de « Fils » Foi et pouvoir politique
6) Jésus est l'Unique : Notre volonté doit devenir volonté du Fils
7) «Je suis » :

III. «Je suis »

Dans les paroles de Jésus transmises par les Évangiles, il y a - majoritairement chez Jean, mais aussi chez les synoptiques, même s'il s'agit de formulations moins précises et moins nombreuses - le groupe des expressions « Je suis », et sous deux formes. Dans un cas, précise Benoît XVI, Jésus dit simplement, sans aucun ajout : « Moi, Je Suis », ou « que Je Suis ». Dans le second groupe, le contenu du « Je suis » est précisé sous forme d'images : Je suis la lumière du monde, la vraie vigne, le bon pasteur, etc. Si ce second groupe ne pose de prime abord aucun problème de compréhension, le premier groupe apparaît d'autant plus énigmatique.

Je me contenterai de traiter trois passages de ce groupe tirés de Jean, dans lesquels la formule apparaît sous sa forme tout à fait simple et rigoureuse, pour passer ensuite à une expression des synoptiques qui a un parallèle évident chez Jean.

Les deux passages les plus importants à cet égard se trouvent dans la discussion de Jésus à la suite des paroles qu'il prononce à la fête des Tentes, où il s'est présenté lui-même comme une source d'eau vive (cf. Jn 7, 37-39). Ceci provoque des dissensions au sein de la foule, certains se demandant s'il n'était pas finalement le prophète tant attendu, d'autres objectant qu'aucun prophète ne pouvait venir de Galilée (cf. Jn 7, 40.52). Sur quoi Jésus leur dit : « Vous, vous ne savez ni d'où je viens, ni où je m'en vais... Vous ne connaissez ni moi ni mon Père » (Jn 8, 14. 19). Il précise encore en ajoutant : « Vous, vous êtes d'en bas ; moi, je suis d'en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde » (Jn 8, 23). Puis vient la phrase décisive : « Si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés » (Jn 8, 24).

Que veut dire cela ? Nous aimerions demander : mais qu'est-ce que tu es ? Qui es-tu ? Et en effet, voici la question des Juifs : « Qui es-tu ? » (8, 25). Qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire - « que moi, JE SUIS » ? L'exégèse s'est naturellement mise à rechercher les origines de cette expression, afin de pouvoir la comprendre, et Benoît XVI observe que nous sommes obligés de faire de même dans notre quête de sens. Plusieurs sources ont été évoquées : les discours de révélation typiques de l'Orient (E. Norden), les écrits des mandéens (E. Schweizer), mais tous sont beaucoup plus récents que les livres du Nouveau Testament.

Entre-temps, l'idée s'est largement imposée que nous ne devrions pas chercher le terreau spirituel de ce langage ailleurs que dans le monde familier de Jésus : l'Ancien Testament et le judaïsme dans lequel il vivait. Nous n'avons pas besoin de recourir au vaste arrière-plan des textes de l'Ancien Testament, que les chercheurs ont reconstitué dans l'intervalle. Je me contenterai de citer les deux textes essentiels, ceux qui importent avant tout.

Commençons par Exode 3, 14, l'épisode du Buisson ardent, d'où Dieu appelle Moïse, qui demande à son tour à ce Dieu qui l'appelle : comment t'appelles-tu ? En fait de réponse, c'est le nom énigmatique de « YHWH » qui est livré à Moïse, un nom dont la signification est interprétée par Dieu lui-même avec cette phrase non moins énigmatique : « Je suis celui qui suis. » Laissons de côté les nombreuses et diverses interprétations dont cette phrase a fait l'objet. Il n'en demeure pas moins que ce Dieu se désigne lui-même simplement comme « Je suis ». Il est purement et simplement. Et cela signifie bien entendu aussi qu'il est toujours présent pour les hommes, hier, aujourd'hui, demain.

À l'heure solennelle de l'espérance d'un nouvel exode à la fin de l'exil babylonien, le Deutéro-Isaïe a repris et développé le message du Buisson ardent. « C'est vous qui êtes mes témoins, oracle de Yahvé, vous êtes le serviteur que je me suis choisi, afin que vous le sachiez, que vous croyiez en moi et que vous compreniez que c'est moi : avant moi aucun Dieu n'a été formé et après moi il n'y en aura pas. Moi, c'est moi Yahvé, et en dehors de moi il n'y a pas de sauveur» (Is 43, 10-12). «Afin que vous le sachiez, que vous croyiez en moi et que vous compreniez que c'est moi » l'antique formulation « "ani" Yahvé» est maintenant raccourcie en « "ani" hu » - moi lui, Je suis. Le « Je suis » est devenu plus ferme, et bien que le mystère demeure, plus clair.

A l'époque où Israël n'avait plus ni terre ni Temple, Dieu, selon la conception traditionnelle, s'était retiré de la concurrence entre les divinités, car un dieu qui n'avait pas de terre, et qui ne pouvait donc pas être honoré, évoque Benoît XVI, ne pouvait être un dieu. À cette époque, Israël avait appris à comprendre pleinement la différence et la nouveauté de son Dieu : précisément qu'il n'était pas seulement « son » Dieu, le Dieu d'un peuple et d'un pays, mais le Dieu par excellence, le Dieu de l'univers, à qui appartiennent tous les pays, le ciel et la terre, le Dieu qui dispose de tous, le Dieu qui n'a pas besoin qu'on l'honore en lui sacrifiant des boucs et des taureaux, mais simplement en agissant comme il convient.

Encore une fois : Israël avait compris que son Dieu était « Dieu » par excellence. C'est ainsi que le « JE SUIS » du Buisson ardent avait trouvé une signification nouvelle : ce Dieu est, tout simplement. Étant celui qui est il se présente justement dans son unicité dans la formule « Je suis ». C'est certainement, relève Benoît XVI, une façon de se démarquer des nombreuses divinités qui existaient à l'époque, mais c'est surtout, de façon tout à fait positive, la manifestation de son unicité et de sa singularité indescriptibles.

Tous les articles sur le livre "Jésus de Nazareth"
 

Sources :  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 10.03.2008 - T/J.N.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante