ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI s'exprime devant  le Clergé du diocèse de Rome

 

Le 13 février 2008  - (E.S.M.) - VATICAN - Au début du Carême, le Saint-Père Benoît XVI rencontre les Curés et le Clergé du diocèse de Rome - Parmi les thèmes abordés : le diaconat, les jeunes, le péché, les Fins Dernières, le silence, le dialogue et la Mission.

Le pape Benoît XVI - Pour agrandir l'image Cliquer

Benoît XVI s'exprime devant le Clergé du diocèse de Rome

VATICAN - Au début du Carême, le Saint-Père Benoît XVI rencontre les Curés et le Clergé du diocèse de Rome - Parmi les thèmes abordés : le diaconat, les jeunes, le péché, les Fins Dernières, le silence, le dialogue et la Mission

Le jeudi 7 février, dans la Salle des Bénédictions, le Pape Benoît XVI a rencontré les Curés et le Clergé du Diocèse de Rome, à l’occasion du rendez-vous traditionnel du début de Carême. La rencontre s’est déroulée sous forme de dialogue entre le Saint-Père et les participants. Voici quelques extraits des réponses du Pape Benoît XVI à quelques-unes des nombreuses questions posées.

Le Diaconat
Je voudrais moi aussi exprimer ma joie et ma gratitude au Concile, parce qu’il a restauré cet important ministère dans l’Eglise Universelle… Il peut être aussi un lien entre le monde laïc, le monde professionnel, et le monde du ministère sacerdotal. Parce que de nombreux diacres continuent à exercer leur profession, et maintiennent leur position, importante, mais aussi de vie simple, et que, le samedi et le dimanche ils travaillent dans l’église. Ils témoignent ainsi dans le monde d’aujourd’hui, et aussi dans le monde du travail, de la présence de la foi, du ministère sacramentel et de la dimension diaconale du Sacrement de l’Ordre. Cela me semble très important : la visibilité de la dimension diaconale. Naturellement, chaque prêtre reste diacre et doit toujours penser à cette dimension, parce que le Seigneur lui-même s’est fait notre ministre, notre diacre… Je pense qu’une caractéristique du ministère des diacres est précisément la multiplicité des applications du diaconat ». Le pape confie avoir favorisé le ministère des diacres permanents

Les Jeunes
“Nous savons tous combien il est difficile pour un jeune d’aujourd’hui, de vivre en chrétien. Le contexte culturel, le contexte médiatique, offre toute autre chose que la voie vers le Christ. Il semble précisément rendre impossible de voir le Christ comme auteur de la vie, et de vivre la vie comme Jésus nous la montre. Toutefois, il me semble aussi que nombre de jeunes sentent toujours plus l’insuffisance de toutes ces propositions, de ce style de vie qui, à la fin, les laisse vides. La sincérité est fondamentale. Les jeunes doivent sentir que nous ne disons pas des paroles que nous ne vivons pas nous-mêmes, mais que nous parlons parce que nous avons trouvé et que nous cherchons à trouver chaque jour de la nouveau la vérité comme vérité pour ma vie… Mais la question demeure, comment trouver la vie, que choisir, comment choisir la vie… Le choix fondamental est celui indiqué ici : choisis Dieu ! Il faut comprendre que ceux qui vont sur la voie sans Dieu, se trouvent à la fin dans l’obscurité, même s’il peut y avoir des moments où il semble qu’ils ont trouvé la vie. Puis, un autre pas, c’est comment trouver Dieu, comment choisir Dieu. Nous arrivons là à l’Evangile : Dieu n’est pas un inconnu, une hypothèse peut-être du tout premier début du cosmos. Dieu a une chair et des os. Il est l’un d’entre nous. Nous le connaissons avec son visage, avec son nom. C’est Jésus-Christ qui nous parle dans l’Evangile… Il me semble que c’est là le point fondamental dans notre soin pastoral pour les jeunes, pour tous, mais surtout pour les jeunes : attirer l’attention sur le choix de Dieu, qui est la Vie. Sur le fait que Dieu existe. Et qu’il existe d’une manière très concrète. Et enseigner l’amitié avec Jésus-Christ. Il y a aussi un troisième pas. Cette amitié avec Jésus n’est pas une amitié avec une personne irréelle, avec quelqu’un qui appartient au passé, ou qui est loin des hommes, à la droite de Dieu. Il est présent dans son corps, qui est encore un corps de chair et d’os : c’est l’Eglise, la communion de l’Eglise. Nous devons construire et rendre plus accessibles des communautés qui réfléchissent, qui sont le miroir de la communauté de l’Eglise vitale ».

Le Péché et les Fins Dernières
“Je pense que nous sommes tous encore maqués par l’objection des marxistes, pour lesquels les chrétiens n’ont parlé que de l’au-delà et ont négligé la terre. Aussi, nous voulons démontrer que, réellement, nous nous engageons pour la terre, et que nous ne sommes pas des personnes qui parlons de réalités lointaines, qui n’aident pas la terre. Pour autant, même s’il est juste de montrer que le chrétiens travaillent pour la terre - et nous sommes tous appelés à travailler pour que cette terre soit vraiment une cité pour Dieu et de Dieu - nous ne devons pas oublier l’autre dimension. Si nous n’en tenons pas compte, nous ne travaillons pas bien pour la terre… Quand on ne connaît pas le jugement de Dieu, on ne connaît pas la possibilité de l’enfer, de l’échec radical et définitif de la vie, on ne connaît pas la possibilité et la nécessité de la purification… Nous devons parler aussi et précisément du péché comme possibilité de nous détruire nous-mêmes, et, de la sorte, d’autres parties de la terre… On s’est habitué à penser aujourd’hui : qu’est-ce ce que le péché, Dieu est grand, il nous connaît, et donc le péché ne compte pas, à la fin, Dieu sera bon avec tous. C’est une belle espérance. Mais il y a la justice et il y a la vraie faute. Ceux qui ont détruit l’homme et la terre ne peuvent s’asseoir aussitôt à la table de Dieu avec leurs victimes. Dieu crée la justice. Nous devons nous en souvenir… La nécessité de suivre la voie des Commandements, dont devons parler beaucoup plus. Ils sont réellement des indicateurs de la voie et ils nous montrent comment vivre bien, comment choisir la vie. C’est pourquoi nous devons aussi parler du péché et du Sacrement du pardon et de réconciliation. Un homme sincère sait qu’il est coupable, qu’il devrait recommencer, qu’il devrait être purifié. C’est là la réalité merveilleuse que le Seigneur nous offre : il y a une possibilité de renouveau, d’être neufs, nouveaux… ». Benoît XVI souligne la nécessité de suivre le chemin des commandements

Silence et Contemplation
“Nous vivons dans l’inflation des paroles, des images… Il me semble que le temps du Carême pourrait être proprement aussi un temps de jeûne des paroles et des images. Nous avons besoin d’un peu de silence, nous avons besoin d’un temps sans le bombardement permanent des images. Dans ce sens, rendre accessible et compréhensible aujourd’hui la signification de quarante jours de discipline extérieure et intérieure est très important pour nous aider à comprendre qu’une des dimensions de notre Carême, de cette discipline corporelle, c’est créer des moments de silence et aussi des moments sans images, pour rouvrir notre cœur à l’image vraie et à la parole vraie ».

Dialogue et Mission
“D’un côté, le dialogue est absolument nécessaire, tout comme se connaître réciproquement, se respecter et chercher à collaborer de toutes les manières possibles aux grands buts de l’humanité, ou pour les grands besoins, pour dépasser les fanatismes et créer un esprit de paix et d’amour. Et cela aussi est dans l’esprit de l’Evangile, dont le sens est précisément que l’esprit d’amour, que nous avons appris de Jésus, de la paix de Jésus qu’Il nous a donnée par la Croix, devienne présent universellement dans le monde. Dans ce sens, le dialogue doit être une dialogue vrai, dans le respect de l’autre et dans l’acceptation de sa différence ; mais il doit être aussi évangélique, dans le sens que son but fondamental est d’aider les hommes à vivre dans l’amour et à faire en sorte que cet amour puisse se répandre dans toutes les parties du monde. Mais cette dimension du dialogue, si nécessaire, à savoir celle du respect de l’autre, de la tolérance, de la coopération, n’exclut pas l’autre dimension, à savoir que l’Evangile est un grand don, le don du grand amour, de la grande vérité, que nous ne pouvons posséder pour nous seuls, mais que nous devons offrir aux autres, en considérant que Dieu donne la liberté et la lumière nécessaires pour trouver la vérité. C’est cela la vérité. Et elle est donc aussi ma voie. La Mission n’est pas une imposition, mais c’est offrir le don de Dieu en laissant à Sa bonté d’éclairer les personnes afin que s’étende le don de l’amitié concrète avec le Dieu au visage humain… Je ne sais si je me suis bien expliqué : dialogue et Mission non seulement ne s’excluent pas, mais l’une requiert l’autre ». La suite Benoît XVI nous parle d'obéissance et charité

1e réponse Le ministère des diacres permanents
2e réponse Les jeunes et le choix de la vie
3e réponse
Nécessité de suivre le chemin des commandements
4e réponse
traduction en cours
5e réponse
Le dialogue et la mission
6e réponse traduction en cours
7e réponse
traduction en cours
8e réponse
traduction en cours
9e réponse
Une éducation sans Dieu n'est pas une éducation
10e réponse traduction en cours

Synthèse 1e partie Benoît XVI s'exprime devant le Clergé du diocèse de Rome
Synthèse 2e partie Benoît XVI nous parle d'obéissance et charité
Synthèse de Sandro Magister   Benoît XVI invoque le jugement de Dieu sur ce monde. Par amour de la justice

Texte original du discours du Saint Père Benoît XVI Italien

 
Regarder la vidéo en italien en français

Sources:  www.vatican.va (S.L.) - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 13.02.2008 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante