ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

L’opposition à Benoît XVI va-t-elle continuer à s’effriter de nomination en nomination ?

 

Le 07 février 2009  - (E.S.M.) - Un des personnages des plus importants de l’opposition romaine au Pape Benoît XVI, le cardinal Re, Préfet de la Congrégation pour les Évêques, pourrait partir prochainement.

Le cardinal Re, Préfet de la Congrégation pour les Évêques

L’opposition à Benoît XVI va-t-elle continuer à s’effriter de nomination en nomination ?

Le départ du cardinal Re : La fin d’une époque ?

Le 07 février 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Un des personnages des plus importants de l’opposition romaine au Pape, le cardinal Re, Préfet de la Congrégation pour les Évêques, pourrait partir prochainement.

L’opposition à Benoît XVI va-t-elle continuer à s’effriter de nomination en nomination ? De manière très emblématique, un des personnages les plus importants de cette opposition devrait théoriquement bientôt quitter la scène. Giovanni Bat-tista Re est lointainement issu de l’« écurie » du cardinal Benelli, lequel était pratiquement Secrétaire d’État sous Paul VI (en fait Giovanni Benelli n’était que Substitut, mais il faisait fonction de Secrétaire d’État à la place du vieux cardinal Cigognani). Le poids du cardinal Re dans le dernier tiers du pontificat de Jean-Paul II fut si considérable qu’on le qualifiait de « vice-Pape ». Le Secrétaire d’État, Angelo Sodano, auquel il faisait un peu d’ombre, finit par le faire nommer Préfet de la Congrégation pour les Évêques, où il garda une considérable influence. Le cardinal Préfet de la Congrégation pour les Évêques, d’une extrême habileté manœuvrière, diplomate dans l’âme (diplomate de l’intérieur de l’appareil curial), dispose toujours d’une clientèle impressionnante, aux cercles concentriques multiples. N’est-il pas, en effet, au cœur des mécanismes qui conduisent à la nomination des évêques (1) ? On cite volontiers ceux de ses collaborateurs – ses chierici, disent les Romains, ses enfants de chœur – parvenus aux plus hautes charges.

Des nominations orientées

Ainsi Daniel DiNardo, Américain de souche italienne, attaché à la Congrégation pour les Évêques de 1984 à 1990, devenu évêque de Sioux City, puis archevêque de Houston et, à la surprise générale, cardinal, lors du dernier consistoire. Ou encore Odilo Scherer, Brésilien dont la réputation de libéral (prudent) est bien établie, membre de la Congrégation pour les Évêques de 1994 à 2001, évêque de Novi, puis archevêque de São Paulo et cardinal lors du dernier consistoire de 2007. Odilo Scherer fut longtemps Secrétaire de la Conférence épiscopale brésilienne (cette Conférence épiscopale se partage à égalité pour et contre la théologie de la libération, en sa version « recentrée »), de sorte que sa nomination à São Paulo en 2002 avait la même saveur que celle de Mgr Niederhauer (obtenue par le cardinal Levada, titulaire du poste, comme je l’ai dit) à San Francisco, en 2005, ou celle de Mgr Lalanne, Secrétaire de la Conférence des Évêques de France, à Coutances, en 2007.

Le cardinal Re a eu 75 ans (l’âge de la démission) ce 30 janvier. Il pourrait pourtant être maintenu pendant un certain temps par le Pape (qui a lui-même plus de 80 ans) à son poste de Préfet de la Congrégation pour les Évêques. Même si le Pape Ratzinger abhorre tout ce qui peut ressembler à des déloyautés, il sait être magnanime : le maintien du cardinal Danneels comme archevêque de Malines en est la preuve éclatante. À tort ou à raison, on a attribué une déloyauté assez conséquente au cardinal Re, ainsi qu’au nonce en Pologne, Mgr Ko-walczyk, entraînant une affaire qui a mis Benoît XVI dans une situation plus que difficile. Après la nomination de Mgr Wielgus à l’archevêché de Varsovie, en 2006, il s’est avéré que ce prélat avait collaboré (fort peu, à la vérité) avec les Services de Sécurité communiste. Il l’avait clairement expliqué au nonce apostolique, lequel avait transmis ses déclarations au Préfet de la Congrégation pour les Évêques. Si le cardinal Re se retirait, ce serait une puissance d’opposition en lien étroit avec les prélats les plus « ouverts » du collège cardinalice qui disparaîtrait de la cabine de pilotage de l’Église. Il n’est ainsi pas difficile de deviner que, pour la France, son influence, aussi longtemps qu’elle s’exercera, tendra à gêner l’inflexion qui se dessine dans les toutes dernières nominations épiscopales, à savoir des nominations de prélats « classiques » (Mgr Scherrer à Laval, Mgr Delmas à Angers, Mgr Aillet à Bayonne, Mgr Batut comme auxiliaire de Lyon).

Une lourde influence sur l’Église d’Italie

Mais c’est en Italie que l’influence du cardinal Re a produit le plus d’effets. Le coup de tonnerre de la nomination de Mgr Betori à Florence, ai-je dit, est son œuvre. Aura-t-il le temps et la possibilité de pourvoir dans le même sens deux autres grands sièges, Turin et Milan ? En Italie, les nominations de la Congrégation pour les Évêques, sous le pontificat de Jean-Paul II, se sont faites depuis très longtemps majoritairement dans une ligne « troisième voie ». À une époque où les épiscopats européens étaient souvent libéraux, cela était considéré comme un des heureux effets de l’autorité du Saint-Siège sur la Péninsule. L’ancien président de la Conférence épiscopale italienne, le cardinal Ruini (2), vicaire de Rome (aujourd’hui remplacé au Vicariat par le cardinal Vallini, et à la tête de la conférence épiscopale par le cardinal Bagnasco), avait particulièrement imprimé cette tendance dans les nominations, avec l’aide du cardinal Re. Mais le cardinal Re a fait en sorte que ce type de nominations non restaurationnistes, pour rester fidèle à mon vocabulaire, persiste sous le nouveau pontificat.

Si bien que la parution du Motu Proprio de 2007, qui joue à bien des égards un rôle pour la révélation des cœurs, a fait mesurer avec stupéfaction qu’une large majorité de l’épiscopat italien était résolument défavorable à cet acte pontifical (3). Il était devenu « gallican » (en quelque sorte « gallican », car il n’y a pas, et pour cause, de qualification équivalente pour l’Italie, où ce phénomène était inconcevable). D’où un hiatus inouï entre le Pape et l’épiscopat italien, dominé jadis par de grandes figures conservatrices et généralement modéré dans ses options, notamment liturgiques. Ainsi, pour paraphraser le mot de saint Jérôme, disant qu’ à l’aube du Ve siècle, le monde étonné s’était réveillé arien, par la grâce du cardinal Re, à l’ aube du XXIe siècle, l’épiscopat italien étonné s’est réveillé « gallican ».

Abbé Claude BARTHE

1. Voir : Claude Barthe, Les nominations épiscopales en France. Les lenteurs d’une mutation (Hora Decima, 2008, 64 p., 6 €), et les dossiers dans L’Homme Nouveau : « Radioscopie de l’épiscopat français », 24 juin 2006 ; « Épiscopat français : d’hier à aujourd’hui », 30 septembre 2006 ; « Retour sur l’ère Lustiger », 1er mars 2008 ; « Des évêques pour une “troisième voie ” », 15 mars 2008.
2. Grand électeur de Benoît XVI, comme le cardinal Lustiger.
3. En Italie, les difficultés d’application du Motu proprio interviennent surtout entre des prêtres qui veulent célébrer cette liturgie dans leurs paroisses et leurs évêques.

Pages précédentes  :
(1) Y a-t-il une opposition romaine au Pape Benoît XVI ?
(2) Des personnages de haut rang prétendent déjà préparer un après-Benoît XVI
(3) Le pape Benoît XVI irrite à la Curie


(4)
L’opposition au Pape Benoît XVI dans les allées du pouvoir
(5) Benoît XVI nomme ceux qu’il estime pouvoir devenir de bons serviteurs de l’Église
(6) Le départ du cardinal Re, la fin d'une époque ?

 

Sources :  L’Homme Nouveau N° 1438 -
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 07.02.2009 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante