ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Des personnages de haut rang prétendent déjà préparer un après-Benoît XVI

 

Le 21 janvier 2009  - (E.S.M.) -  Peu après l’élection de Benoît XVI, paraissait un livre-manifeste d’un cardinal anonyme n’ayant pas participé au conclave. Il est révélateur de l’état d’esprit de l’aile la plus libérale de la Curie.

Des personnages de haut rang ...

Des personnages de haut rang prétendent déjà préparer un après-Benoît XVI

2ème partie : Un livre-manifeste - Confession d’un cardinal

Le 21 janvier 2009 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Peu après l’élection de Benoît XVI, paraissait un livre-manifeste d’un cardinal anonyme n’ayant pas participé au conclave. Il est révélateur de l’état d’esprit de l’aile la plus libérale de la Curie.

Lors de la parution, l’an passé, chez Jean-Claude Lattès, du livre d’Olivier Le Gendre, Confession d’un cardinal , les observateurs avertis ont compris qu’il s’agissait d’une opération importante, commanditée par des personnages de haut rang qui prétendent déjà préparer un après-Benoît XVI, auquel ils voudraient imprimer une direction toute différente de celle de l’actuel pontificat.

Cet ouvrage très ingénieusement conçu, sous la forme d’entretiens avec un cardinal anonyme, à Rome et en d’autres lieux, témoigne d’une connaissance précise des milieux (et même des lieux) ecclésiastiques romains, et développe des propos savamment mesurés mais redoutablement libéraux. Tout laisse penser que cette opération a été imaginée et diligentée par le cardinal Achille Silvestrini, chef de file de l’aile libérale du collège cardinalice. Il fait en quelque sorte équipe avec le cardinal Walter Kasper, ancien évêque de Rottenburg-Stuttgart, président du Conseil pontifical pour la Promotion de l’Unité des chrétiens. Le cardinal Walter Kasper, théologien libéral de haut renom, s’est opposé au cardinal Joseph Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, sur divers sujets comme l’admission des divorcés remariés à l’Eucharistie, mais surtout sur des questions ecclésiologiques, telle l’interprétation de la collégialité. Le cardinal qui se « confesse » emprunte à Silvestrini un certain nombre de traits particulièrement reconnaissables : il est comme lui un ancien cardinal de Curie (Achille Silvestrini, qui a aujourd’hui 85 ans, a été Préfet de la très importante Congrégation pour les Église orientales). Malgré la fatigue de l’âge le cardinal anonyme, de même que Silvestrini, semble n’avoir jamais mieux joui de ses moyens intellectuels. En raison de cet âge, le cardinal qui se confesse n’a pas participé au dernier conclave (Achille Silvestrini, qui avait 81 ans lors de l’ouverture du conclave, n’en a pas passé les portes). En revanche, Achille Silvestrini n’a jamais été expert conciliaire, comme dit l’avoir été le cardinal qu’Olivier Le Gendre est censé interroger. Certains autres détails font penser à un vieux complice de Silvestrini, le cardinal Laghi (Ndlr: qui vient de décéder), 86 ans, Romagnol comme lui, auquel on a fait une réputation d’ami de la dictature argentine lorsqu’il était nonce dans ce pays. Ancien nonce aux États-Unis, lesquels n’ont pas à se féliciter de ses nominations épiscopales, pas plus que de sa gestion en tant que Préfet de la Congrégation pour l’Éducation catholique, il s’est naturellement retrouvé dans les opposants à l’accession au pontificat du cardinal Joseph Ratzinger. D’autres modèles ont pu aussi inspirer telle ou telle touche (le cardinal Etchegaray et, bien entendu, pour de nombreuses analyses théologiques, le cardinal Kasper).

Une réforme à finaliser

La thèse maîtresse du livre, qui résume parfaitement le projet de l’aile libérale, est la suivante : la sécularisation achève de détruire un modèle d’Église constantinien et tridentin, que le dernier Concile, malgré ses bonnes intentions, n’a pas réussi à déraciner véritablement. Si la suite de Vatican II a été une crise sans précédent, c’est que le Concile n’a pas été assez conciliaire. Le vrai travail reste à accomplir : il faut aujourd’hui « inventer » un nouveau modèle d’Église pour les temps nouveaux dans lesquels nous sommes entrés : « Si le désenchantement du monde est une évolution naturelle, inévitable et indispensable de l’humanité (…), alors l’Église doit inventer dans ce monde désenchanté et pour ce monde désenchanté une nouvelle façon d’être fidèle à son message. » Au vrai, ce modèle « nouveau » n’est autre qu’un nouvel avatar du vieux libéralisme catholique. Tous les ingrédients s’y retrouvent : la constatation « réaliste » de la victoire définitive de la modernité, dont il convient que les catholiques prennent leur parti ; l’étonnante méconnaissance de la nature radicalement antichrétienne - et antinaturelle - de cette modernité, spécialement dans sa version politique, la démocratie libérale ; la mauvaise conscience des hommes d’Église (la condamnation de la contraception, comme une nouvelle affaire Galilée). Plus près de nous que celui des cardinaux Dupanloup, Maret, du père Gratry, le modèle d’Église du cardinal anonyme est celui de la théologie de la libération d’il y a trente ans, « libération » du « carcan » disciplinaire et dogmatique. Au détail près que le marxisme qui fascinait les pères Boff et Sobrino et maints évêques brésiliens, s’est effondré, et que la fascination des hommes d’Église libéraux d’aujourd’hui se porte désormais vers une société postmarxiste, dont ils accompagnent ecclésialement les desseins, comme les théologiens de la libération accompagnaient ceux des derniers héritiers de Lénine.

Qui plus est, le « programme » développé par le mystérieux cardinal, malgré l’intelligence indéniable des propos, montre la corde : l’imagination du dernier carré des hauts responsables libéraux s’épuise. Les propos d’Achille Silvestrini aujourd’hui reprennent ceux du cardinal Martini, ancien archevêque de Milan, lorsqu’il était la tête pensante de cette tendance. Dans les propos qu’Olivier Le Gendre recueille, on retrouve exactement le programme que le cardinal Carlo Maria Martini avait dressé, à la fin du synode des évêques d’Europe, en 1999, en énumérant les « nœuds » que l’Église aurait à trancher en entrant dans le nouveau millénaire :
- la « carence dramatique de ministres ordonnés » : elle ne pourra être résolue sans l’ordination d’hommes mariés ;
- la place des femmes dans l’Église : il faudra en venir à l’accession des femmes au moins, pour commencer, aux paliers du presbytérat ;
- les problèmes afférents à la « sexualité » : on devra faire appel aux droits de la conscience individuelle pour dépasser l’effet catastrophique pour l’image de l’Église produit par Humanæ vitæ ;
- la « discipline du mariage » : elle devra être réétudiée pour permettre l’accès des divorcés « remariés » à l’Eucharistie ; - « l’espérance œcuménique » à revitaliser. Ce programme d’« ouverture », le cardinal Martini vient d’ailleurs de le réitérer dans un livre d’entretien avec son ami le jésuite allemand Georg Sporschill, Jerusalemer Nachtgespräche (Herder, 2008) - Conversations nocturnes à Jérusalem -, qui vient d’être publié en Espagne (San Pablo), en Italie (Mondadori), et le sera bientôt en France : « On ne peut pas rendre Dieu catholique. Dieu est au-delà des limites et des définitions que nous établissons. Dans la vie nous avons besoin d’elles, c’est évident, mais nous ne devons pas les confondre avec Dieu. »

Humanae Vitae en cause

Martini s’oppose de manière frontale à l’encyclique Humanae Vitae (les quarante ans écoulés depuis Humanæ Vitæ sont comparés par lui aux quarante ans passés par les Hébreux dans le désert). Mais il prône surtout un catholicisme sinon adogmatique, du moins dans lequel la prédication du dogme est mise en sourdine : « Nous devons apprendre à vivre l’immensité de l’être catholique. Et à connaître les autres. (…) Pour protéger cette immensité, je ne connais rien de mieux que de continuer sans cesse à lire la Bible. (…) Si nous écoutons Jésus et si nous regardons les pauvres, les opprimés, les malades, (…) Dieu nous conduit au-dehors, dans l’immensité. Il nous apprend à penser de manière ouverte. »
De même, selon le cardinal interrogé par Olivier Le Gendre, la théologie du célibat sacerdotal est dépassée : « Nous sommes la religion de l’Incarnation » ; il ne faut donc plus séparer le prêtre de la vie concrète. Mais avant tout, il estime qu’il faut rompre avec une logique « défensive » vis-à-vis du monde moderne. Et il s’enflamme : la manière d’être du gouvernement de l’Église qui doit disparaître à jamais, « c’est de faire des lois sans arrêt, c’est tenter de contraindre la vie dans le cadre des textes, c’est centraliser à outrance par crainte des dérives - toujours cette crainte des dérives qui nous paralyse. C’est se comporter en monarque, bienveillant dans le meilleur des cas, autoritaire dans le pire. Bref, c’est être romain avant toute chose et redonner vie dans les temps modernes au système d’un empire qui, à force de dépendre d’une seule tête, s’est effondré par sa périphérie. C’est sacraliser à outrance l’autorité, imposer aux émotions et à leurs expressions le carcan du liturgiquement correct, brider la spontanéité car elle serait dangereuse. Bref, c ’est vouloir maîtriser, maîtriser encore, maîtriser toujours, et contrôler en permanence. »

Abbé Claude BARTHE

Lire la suite prochainement :
(1) Y a-t-il une opposition romaine au Pape Benoît XVI ?
(2) Des personnages de haut rang prétendent déjà préparer un après-Benoît XVI
(3)
Le pape Benoît XVI irrite à la Curie

 

Sources : hommenouveau

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 21.01.2009 - T/Eglise

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante