ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Selon Benoît XVI, les missions catholiques ne sont pas que philanthropiques et sociales

 

VATICAN, le 30 janvier 2008 - (E.S.M.) - Être missionnaires, indique Benoît XVI, c'est se pencher, comme le bon Samaritain, sur les besoins de tous, en particulier des plus malheureux et des plus nécessiteux, parce que celui qui aime avec le coeur du Christ, ne cherche pas son propre intérêt, mais seulement la gloire du Père et le bien de son prochain.

Thérèse, patronne des Missions Pour agrandir l'image: C'est ici

Selon le pape Benoît XVI, les missions catholiques ne sont pas que philanthropiques et sociales

La vocation missionnaire du laïc

Le rôle missionnaire, qui a pour but de faire participer tous les hommes au salut, est exercé par l’Église, même si c’est avec des rôles différents. En effet, dans le contexte de la Mission de l’Église, le Seigneur confie aux fidèles laïcs, en communion avec tous les autres membres du Peuple de Dieu, une grande partie de responsabilité : « Les pasteurs savent parfaitement, en effet, combien les laïcs contribuent au bien de toute l'Église; et ils savent qu'eux-mêmes n'ont pas été institués par le Christ pour assumer à eux seuls toute la mission salvatrice de l'Église envers le monde, mais qu'ils ont la charge sublime de paître si bien les fidèles, de si bien reconnaître chez eux les ministères et les charismes, que tous coopèrent à leur mesure et d'un même coeur à l'oeuvre commune » (Lumen Gentium, 30)

La même conscience est exprimée aussi dans le document directement consacré à l’Apostolat des Laïcs : « Le Christ a confié aux Apôtres et à leurs successeurs la charge d'enseigner, de sanctifier et de gouverner en son nom et par son pouvoir. Mais les laïcs rendus participants de la charge sacerdotale, prophétique et royale du Christ assument dans l'Église et dans le monde leur part dans ce qui est la mission du Peuple de Dieu tout entier » (Apostolicam Actuositatem, 2), dans l’ordre « spirituel et dans l’ordre temporel » (ibid. 5)

Il est donc reconnu aux laïcs également, à plein titre, le droit et le devoir d’exercer une activité missionnaire propre en vertu de la « participation à la même Mission de l’Église », à laquelle ils sont « destinés par le Seigneur lui-même en vertu de leur baptême et de leur confirmation » (Lumen Gentium, 33). Bien plus, dans la Mission de l’Église, les laïcs ont une part qui leur est propre et absolument nécessaire, en ce sens que « l'apostolat dans le milieu social s'efforce de pénétrer d'esprit chrétien la mentalité et les moeurs, les lois et les structures de la communauté où chacun vit. Il est tellement le travail propre et la charge des laïcs que personne ne peut l'assumer à leur place comme il faut ». (Apostolicam Actuositatem, 13). Leur action est même des plus nécessaires au point que « sans elle l'apostolat des Pasteurs ne peut, la plupart du temps, obtenir son plein effet » (ibid. 10) Chaque communauté chrétienne, souligne le pape Benoît XVI, est appelée à faire connaître Dieu qui est Amour. C'est sur ce mystère fondamental de notre foi que j'ai voulu porter ma réflexion dans l'Encyclique "Deus Caritas est".

Les Pontifes Romains de l’après Concile ne sont pas moins explicites dans leur Magistère. Par exemple, Paul VI déjà, dans « Evangelii Nuntiandi », précise que le mandat apostolique « vaut aussi, quoique d’une façon différente, pour tous les chrétiens. C’est bien pour cela que Pierre appelle ces derniers “ un peuple acquis en vue d’annoncer les merveilles ” de Dieu [1 Pierre 2, 9], ces mêmes merveilles que chacun a pu écouter dans sa propre langue » (Evangelii Nuntiandi, 13). De la même manière, Jean Paul II déclare : « La mission concerne tout le Peuple de Dieu: même si la fondation d'une nouvelle Église exige l'Eucharistie, et donc le ministère sacerdotal, la mission, qui s'effectue sous des formes diverses, est la tâche de tous les fidèles. La participation des laïcs à la diffusion de la foi apparaît clairement dès les premiers temps du christianisme, grâce à l'action des fidèles et des familles comme de la communauté tout entière… C'est pourquoi ils ‘sont tenus par l'obligation générale et jouissent du droit, individuellement ou groupés en associations, de travailler à ce que le message divin du salut soit connu et reçu par tous les hommes et par toute la terre; cette obligation est encore plus pressante lorsque ce n'est que par eux que les hommes peuvent entendre l'Evangile et connaître le Christ’. En outre, vu le caractère séculier qui leur est propre, ils ont pour vocation particulière de ‘chercher le règne de Dieu à travers la gérance des choses temporelles qu'ils ordonnent selon Dieu’ » (Redemptoris Missio, n. 71).

Le Pape Benoît XVI, lui aussi, dans le Message pour la LXXX° Journée Mondiale des Missions, s’exprime ainsi : « A côté de ceux qui sont en première ligne sur les frontières de l'évangélisation - et je pense ici avec reconnaissance aux missionnaires, hommes et femmes -, beaucoup d'autres, enfants, jeunes et adultes à travers la prière et la coopération contribuent de différentes manières à la diffusion du Royaume de Dieu sur la terre » (Message pour la Journée Mondiale des Missions, n.4)

Dans la ligne de Vatican II et du Magistère Pontifical postconciliaire, le code de Droit Canon met lui aussi en valeur les laïcs, en les considérant, comme les autres baptisés, membres de l’unique Peuple de Dieu, participants du triple service sacerdotal, prophétique et royal, appelés, selon leur condition, à réaliser la Mission que Dieu a confiée à l’Église pour qu’elle la remplisse dans le monde.

La vocation missionnaire du laïc est donc inhérente au fait même d’être chrétien : avant n’importe quel « mandat » de la part de la Hiérarchie, c’est par le Christ lui-même que le laïc est « envoyé », qu’il participe à plein titre à la Mission de l’Église, et, en vertu de sa propre caractéristique séculière, il est appelé à « chercher le Royaume de Dieu en administrant les choses temporelles et en les ordonnant selon Dieu » (Lumen Gentium, 31), dans l’exercice de sa fonction sacerdotale, prophétique et royale.

(à suivre)

par le Père Adriano Garuti et Lara De Angelis

9 Jean Paul II évoquait les divergences doctrinales à résoudre
8 Jean Paul II et le dialogue interreligieux
7 Jean Paul II et les églises autochtones
6 Modalités concrètes de la Mission- évangélisation, inculturation, “implantatio” de l’Eglise ...
5 Benoît XVI définit l'âme de la mission
4 Jean Paul II souligne le lien étroit entre la Mission du Christ et la mission de l'Eglise
3 Le Mandat Divin de la Mission
2 Hors de l’Église point de salut
1 Le Mandat Divin de la Mission

Sources: www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 30.01.2008 - BENOÎT XVI - T/Laïcs

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante