ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Sacramentum Caritatis de Benoît XVI: Les questions disputées

 

ROME, le 29 Mars 2007 - (E.S.M.) - Après notre lecture d’ensemble de l’Exhortation Apostolique Sacramentum Caritatis de Benoît XVI, il est bon de revenir cette semaine sur quelques rappels qui ont particulièrement ému les médias et le grand public.

D’ACCORD, MAIS LA COMMUNION POUR LES DIVORCES REMARIES ?

Sacramentum Caritatis du pape Benoît XVI: Les questions disputées

EXHORTATION APOSTOLIQUE MYSTERIUM CARITATIS (II)  suite

Après notre lecture d’ensemble de l’Exhortation Apostolique Sacramentum Caritatis (MC) de Benoît XVI, il est bon de revenir cette semaine sur quelques rappels qui ont particulièrement ému les médias et le grand public, mais dont le sens apparaît lumineux dès lors qu’on prend la peine de les placer dans la perspective catholique, où l’Eucharistie est tout à la fois Mystère, Offrande de soi et Communion de charité. Ainsi…

ON PARLE DU RETOUR DE LA MESSE EN LATIN ?

« Pour mieux exprimer l’unité et l’universalité de l’Église, je voudrais recommander, souligne le pape Benoît XVI, ce qui a été suggéré par le Synode des Évêques, en harmonie avec les directives du Concile Vatican II : excepté les lectures, l’homélie et la prière des fidèles, il est bon que ces célébrations soient en langue latine ; et donc que soient récitées en latin les prières les plus connues de la tradition de l’Église, et éventuellement que soient exécutées des pièces de chant grégorien. De façon plus générale, je demande que les futurs prêtres, dès le temps du séminaire, soient préparés à comprendre et à célébrer la Messe en latin, ainsi qu’à utiliser des textes latins et à utiliser le chant grégorien ; on ne négligera pas la possibilité d’éduquer les fidèles eux-mêmes à la connaissance des prières les plus communes en latin, ainsi qu’au chant en grégorien de certaines parties de la liturgie. » (MC 62)

La requête du Saint-Père vise avant tout les Messes célébrées à l’occasion des grands rassemblements, auxquels prennent part des fidèles de cultures et de langues différentes. On comprendra facilement que l’utilisation du latin, « langue universelle de l’Église romaine », permette de « mieux exprimer l’unité et l’universalité de l’Église ». En outre, comme langue cultuelle et sacrée, le latin est propre à suggérer combien l’Eucharistie est un Mystère surnaturel.

Ce rappel n’est en aucun cas un « retour en arrière », mais une simple marque de fidélité aux intentions du concile Vatican II : s’il découle du bon sens que les lectures, l’homélie et la prière universelle soient prononcées dans les langues maternelles, « on veillera, écrit Vatican II, à ce que les fidèles puissent dire ou chanter ensemble en langue latine les parties de l’ordinaire de la Messe qui leur reviennent. » Sur ce point, comme sur celui du chant grégorien, il est vrai que le Concile n’aura guère été suivi en France, d’où l’émotion suscitée par ce simple rappel de bon sens !

D’ACCORD, MAIS LA COMMUNION POUR LES DIVORCES REMARIES ?

« Si l’Eucharistie exprime le caractère irréversible de l’amour de Dieu pour son Église dans le Christ, on comprend pourquoi elle implique, en relation au sacrement de Mariage, l’indissolubilité à laquelle tout véritable amour ne peut qu’aspirer. L’attention pastorale que le Synode a réservée aux situations douloureuses dans lesquelles se trouvent de nombreux fidèles qui, après avoir célébré le sacrement de Mariage, ont divorcé et contracté une nouvelle union, est donc plus que justifiée. Il s’agit d’un problème pastoral épineux et complexe, une vraie plaie du contexte social actuel, qui touche de manière croissante les milieux catholiques eux-mêmes. Par amour de la vérité, les Pasteurs sont obligés de bien discerner les diverses situations, pour aider spirituellement de la façon la plus appropriée les fidèles concernés. Le Synode des Évêques a confirmé la pratique de l’Église, fondée sur la Sainte Écriture (cf. Mc 10, 2-12), de ne pas admettre aux sacrements les divorcés remariés, parce que leur état et leur condition de vie contredisent objectivement l’union d’amour entre le Christ et l’Église, qui est signifiée et mise en œuvre dans l’Eucharistie. »

Il y a là une question de cohérence. La vérité de l’Eucharistie, c’est que ce sacrement signifie le don d’amour total et irréversible que Jésus fait de son Corps à l’Église. La vérité du mariage chrétien, c’est que, dans ce sacrement, les époux signifient par le don total qu’ils se font de leur vie le don total que Dieu fait aux hommes de sa propre vie. Le mariage et l’Eucharistie signifient donc la même vérité : celle de l’amour absolument fidèle – et on sait au prix de quelles souffrances ! – que Dieu veut offrir aux hommes.

Quand, d’une manière qu’il revient à Dieu seul de juger, l’union de deux époux à été non seulement rompue mais remplacée par une seconde union de type conjugal, on comprend aisément que cette situation « contredit objectivement l’union d’amour entre le Christ et l’Église, qui est signifiée et mise en œuvre dans l’Eucharistie », car l’amour de Dieu pour chacun de nous est unique, total et définitif. Dans une telle situation, la Communion eucharistique serait détournée de sa signification.

Si, pour ce motif de cohérence, les personnes divorcées-remariées (comme du reste tout chrétien dont le cœur serait dans une situation d’infidélité à l’amour de Dieu) ne peuvent participer à la Communion, elles n’en sont pas pour autant «excommuniées», comme trop souvent on l’entend dire, et faussement. Cela est très clairement souligné par le Pape Benoît XVI et par les évêques qui connaissent de près ces situations complexes et douloureuses :

« Toutefois, les divorcés remariés, malgré leur situation, continuent d’appartenir à l’Église, qui les suit avec une attention spéciale, désirant qu’ils développent, autant que possible, un style de vie chrétien, par la participation à la Messe, mais sans recevoir la Communion, par l’écoute de la Parole de Dieu, par l’adoration eucharistique et la prière, par la participation à la vie de la communauté, par le dialogue confiant avec un prêtre ou un guide spirituel, par le dévouement à la charité vécue et les œuvres de pénitence, par l’engagement dans l’éducation de leurs enfants. » (MC 29) De quoi, donc, apporter vraiment sa pierre à l’édifice de l’Église !

Thomas Diradourian, vicaire

… ET FINALEMENT, LE CÉLIBAT DES PRÊTRES ? Pour lire cette page: Pour Benoît XVI le prêtre appartient exclusivement à son Seigneur

Tous les commentaires sur l'Exhortation Sacramentum Caritatis

UN MYSTÈRE A CROIRE : « IL EST GRAND LE MYSTÈRE DE LA FOI ! » (1) Benoît XVI
UN MYSTÈRE A CELEBRER : LA BEAUTÉ DE L’ACTION LITURGIQUE (2) Benoît XVI
UN MYSTÈRE A VIVRE: LE PAIN DE LA VIE (3) Benoît XVI
 

Sources:  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 29.03.2007 - BENOÎT XVI - Table S.C.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante