ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI nous parle de la splendeur de la gloire de Dieu

 

ROME, le 23 Mars 2007 - (E.S.M.)- Hier nous avons commencé la lecture de l'exhortation du Saint-Père Benoît XVI avec une première page: UN MYSTÈRE A CROIRE : « IL EST GRAND LE MYSTÈRE DE LA FOI ! » Nous poursuivons aujourd'hui cette réflexion de Don Bruno Attuyt, par: UN MYSTÈRE A CELEBRER : LA BEAUTÉ DE L’ACTION LITURGIQUE.

Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.
Nous te louons, nous te bénissons,
nous t’adorons
Nous te glorifions, nous te rendons grâce
pour ton immense gloire.
Seigneur Dieu, Roi du ciel
Dieu le Père tout-puissant. (première partie du Gloria)

Le pape Benoît XVI nous parle de la splendeur de la gloire de Dieu

L'exhortation "Sacramentum Caritatis" appartient à la série des grands documents sur l'Eucharistie. Elle entend proposer une actualisation de certaines vérités essentielles de la doctrine eucharistique, encourager à un célébration liturgique digne, recommander la pratique quotidienne de la vie eucharistique.

Hier nous avons commencé la lecture de l'exhortation du Saint-Père avec cette première page:
UN MYSTÈRE A CROIRE : « IL EST GRAND LE MYSTÈRE DE LA FOI ! » (1) Benoît XVI
Nous poursuivons aujourd'hui cette réflexion de Don Bruno Attuyt, par:

UN MYSTÈRE A CELEBRER : LA BEAUTÉ DE L’ACTION LITURGIQUE (2)

Lex orandi, lex credendi
Le Synode a rappelé le lien que la Tradition établit entre la juste manière de prier (lex orandi) et la juste manière de croire (lex credendi) : Quand l’Église célèbre les mystères, elle formule et explique sa foi (MC 34).

Beauté et liturgie
Le Saint-Père médite alors sur la beauté de la liturgie. La beauté que la foi invite à contempler ne consiste pas « en une simple harmonie de formes », en un vain esthétisme. Ici, dit Benoît XVI, c’est la splendeur de la gloire de Dieu qui « dépasse toute beauté présente dans le monde. La beauté véritable est l’Amour de Dieu, qui s’est définitivement révélé à nous dans le mystère pascal. »

Ce mystère est l’œuvre du Christ qui inclut l’Église dans son action, cette Action sacrée par excellence que la liturgie doit s’employer à représenter de manière resplendissante. Elle est en effet « l’expression très haute de la gloire de Dieu et elle constitue, en un sens, le Ciel qui vient sur la terre. (MC 35-37). »

L’art de bien célébrer
On oppose souvent « l’art de bien célébrer », c’est-à-dire la fidélité au rituel, et la « participation active des fidèles ». Pourtant, on ne peut concevoir la participation des fidèles sans une célébration qui suscite, avec ses moyens propres, le sens du sacré : paroles liturgiques forgées par deux millénaires d’histoire et de foi, noblesse des lieux et des objets de culte, musique et chant sacrés, « valorisant de manière appropriée le chant grégorien, en tant que chant propre de la liturgie romaine » (MC 38-42).

La participation active et authentique à la liturgie
Après avoir mis en lumière quelques parties significatives du rite eucharistique (MC 43-51), Benoît XVI poursuit une réflexion originale sur la « participation authentique » des fidèles à la liturgie.

D’emblée, il écarte une participation extérieure qui consisterait à donner à chacun quelque chose à « faire » : « En réalité, la participation active souhaitée par la Concile doit être comprise en termes plus substantiels, à partir d’une plus grande conscience du mystère qui est célébré » (MC 52). Aussi rappelle-t-il le primat qui revient aux ministres sacrés dans le déroulement de l’action liturgique (MC 53). Enfin, avec les Pères synodaux, il met en relief « les conditions personnelles dans lesquelles doit se trouver tout fidèle pour une participation fructueuse » : un esprit de constante conversion, le recueillement et le silence, le jeûne et la confession sacramentelle, l’esprit missionnaire (MC 55).

Le Pape Benoît XVI approfondit encore ce propos en décrivant la manière d’« entrer toujours mieux dans les mystères qui sont célébrés », qu’il appelle un « itinéraire mystagogique » (chemin à l’intérieur du mystère). Cet itinéraire est balisé par les rites, les attitudes et les signes liturgiques, qui recèlent toutes les richesses de la foi et de la vie spirituelle, mais à l’égard desquels un travail de catéchèse reste encore à accomplir (MC 64-65).

Adoration et piété eucharistique
Célébrer le Mysterium caritatis requiert enfin une « attitude d’adoration envers Celui que nous recevons » en communion. En l’adorant, « nous devenons un seul être avec Lui et nous goûtons par avance la beauté de la liturgie céleste » (MC 66). Aussi la pratique de l’adoration eucharistique doit-elle être encouragée, comme aussi tout ce qui favorise la piété eucharistique (MC 67-69).


UN MYSTÈRE A CROIRE : « IL EST GRAND LE MYSTÈRE DE LA FOI ! » (1) Benoît XVI
UN MYSTÈRE A VIVRE : LE PAIN DE LA VIE (3)   Benoît XVI
Les questions disputées: LE CÉLIBAT DES PRÊTRES ?  (4) Benoît XVI

Méditation:
Le Chemin De La Gloire. Belle prière du Père Jean Khawand, libanais maronite. prière

Sources:  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 23.03.2007 - BENOÎT XVI - Table S.C.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante