ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

La liturgie voulue par Benoît XVI

 

Rome, le 06 juillet 2007 - (E.S.M.) - Le service de presse du Vatican informe aujourd'hui les journalistes que demain, samedi 7 juillet sera rendu publique, la Lettre Apostolique de Sa Sainteté le pape Benoît XVI, le "Motu proprio" Summorum Pontificum, sur l'usage de la Liturgie romaine antérieure à la réforme de 1970.

L’Eucharistie, sacrement et sacrifice du Christ   -  Pour agrandir l'image: C'est ici

Espérons, qu'aujourd'hui, le pape Benoît XVI soit mieux entendu que son bien-aimé prédécesseur !

LE MOTU PROPRIO SERA RENDU PUBLIC DEMAIN A MIDI

Voici les liens du  "Motu Proprio" - 07.07.07
et de la
Lettre du pape Benoit XVI aux évêques - 07.07.07

Le Vatican informe les journalistes que la Lettre apostolique donnée par le pape Benoît XVI sous forme de "Motu Proprio", et qui concerne la célébration de la liturgie romaine selon la forme en usage avant 1970, sera rendue publique le samedi 7 juillet 2007.

Le document, qui sera accompagné d'une lettre explicative signée du Saint-Père Benoît XVI, sera à disposition des journalistes à partir de 9h, mais devra demeurer sous embargo jusqu'à midi. (NB. l'épiscopat français, qui semble vouloir continuer à vivre dans sa bulle, n'annonce rien sur le site de la Conférence des Évêques...) (1)

Nous relayons une "Lettre ouverte aux évêques de France" émanant de l'Association PRO LITURGIA qui en réalité n'a jamais demandé, en matière de liturgie, autre chose que l'exacte application des décisions prises à la suite du concile Vatican II.

Pour notre part nous ne pouvons nous empêcher de rappeler les conclusions de l'Instruction Redemptionis Sacramentum -  sur certaines choses à observer et à éviter concernant la très sainte Eucharistie - 19 mars 2004 - document publié par la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements en collaboration avec la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, selon mandat et approuvée par le Souverain Pontife Jean-Paul II . "Les Évêques, les prêtres et les diacres, dans l’exercice de leur ministère sacré, doivent s’interroger en conscience sur l’authenticité et sur la fidélité des actions qu’ils accomplissent au nom du Christ et de l’Église dans la célébration de la sainte Liturgie. Chaque ministre sacré doit s’interroger, et même sérieusement, sur le point de savoir s’il a respecté les droits des fidèles laïcs, qui, avec confiance, se confient eux-mêmes et confient leurs enfants aux bons soins de leur ministère avec la conviction que tous exercent consciencieusement en faveur des fidèles ces fonctions, que, l’Église, par mandat du Christ, a l’intention d’accomplir en célébrant la sainte Liturgie. En effet, il faut que chacun se souvienne toujours qu’il est le serviteur de la sainte Liturgie".

Le pape Jean-Paul II terminait Mane nobiscum Domine "dans la certitude que le peuple de Dieu, dans ses diverses composantes, voudra bien accueillir ma proposition avec une prompte docilité et un fervent amour (MND ,5). Espérons, qu'aujourd'hui, le pape Benoît XVI soit mieux entendu que son bien-aimé prédécesseur !

LETTRE OUVERTE AUX ÉVÊQUES DE FRANCE

La messe dite "de S. Pie V" dont vous ne vouliez plus entendre parler depuis plus de 40 ans va être officiellement de retour. Le Motu Proprio Summorum Pontificum du pape Benoît XVI, que vous ne souhaitiez pas, va être publié et devra être appliqué.

Vous voici donc obligés de gérer une situation liturgique nouvelle et inattendue que vous avez toujours refusée de voir venir mais qui, si l'on analyse les choses avec objectivité, apparaît nettement comme étant le résultat de votre volonté de ne pas respecter ni faire respecter, dans la quasi totalité des paroisses de France, les normes liturgiques issues de Vatican II.

Pourtant, l'obligation de s'en tenir à ces normes, a été rappelée à de nombreuses reprises par les Souverains Pontifes: par Paul VI demandant expressément de cesser les expériences liturgiques; par Jean-Paul II (Vicesimus Quintus Annus, Ecclesia De Eucharistia,  Mane nobiscum Domine) vous demandant d' "extirper les abus" dans les célébrations liturgiques; par Benoît XVI (Sacramentum Caritatis) demandant de mettre enfin en œuvre le missel romain sans le trahir; par le Cardinal Arinze enfin, rappelant, dans un discours prononcé à Paris que vous vous êtes empressés de passer sous silence, les principes essentiels de l'ars celebrandi.

La situation que vous allez être désormais obligés de gérer, est donc l'aboutissement de longues dérives, d'insoumissions répétées, qui vous ont été régulièrement signalées - à vous-mêmes ou à vos prédécesseurs - et face auxquelles vous n'avez gardé qu'un silence de complaisance "collégiale" quand vous ne manifestiez pas votre approbation.

Dans les séminaires, dont vous étiez les premiers et les seuls responsables, il fut interdit de respecter la liturgie de l'Église: il fallait, sous votre autorité, favoriser les expériences liturgiques et les célébrations aléatoires (oraisons improvisées, prières eucharistiques bricolées, chant à l'idéologie marquée... etc.), comme l'attestent de nombreuses publications munies de l'imprimatur de tel ou tel d'entre vous. Dans les paroisses, vous avez donné les pleins pouvoirs à des équipes de laïcs chargées d'imaginer des célébrations proprement infantilisantes et décalées qui, disiez-vous, plaisaient aux fidèles. (ndlr , extraits: "Privé de sa valeur sacrificielle, le Sacrement de l'Eucharistie est vécu comme s'il n'allait pas au-delà du sens et de la valeur d'une rencontre conviviale et fraternelle. (...) L'Eucharistie est un don trop grand pour pouvoir supporter des ambiguïtés et des réductions. J'espère, poursuit Jean-Paul II, que la présente encyclique pourra contribuer efficacement à dissiper les ombres sur le plan doctrinal et les manières de faire inacceptables, afin que l'Eucharistie continue à resplendir dans toute la magnificence de son mystère.(10) (...) Le mystère eucharistique – sacrifice, présence, banquet – n'admet ni réduction ni manipulation; il doit être vécu dans son intégrité (61) Ecclesia De Eucharistia)

Vos séminaires se sont vidés et vos églises ont été désertées. On vous a alors entendu répéter, comme pour sauver la face, que si les assemblées dominicales avaient perdu des fidèles, elles avaient en revanche gagné en qualité. Les chiffres attestent qu'il n'y a plus, aujourd'hui, ni le nombre ni la qualité.

Voyant que vos initiatives pastorales partaient à la dérive, les fidèles se sont adressés à vous pour demander qu'il ne soit rien ajouté, enlevé ou retranché à la liturgie de l'Eglise (cf. Sacrosanctum Concilium, n° 22). Vous avez généralement très mal accueilli ces fidèles, allant jusqu'à leur reprocher d'être des "intégristes" opposés à Vatican II. Il vous est même arrivé d'interdire à vos propres prêtres qui se montraient trop respectueux de la liturgie de l'Église, de célébrer l'Eucharistie en public: "Ils n'ont qu'à concélébrer avec les autres prêtres du secteur ou bien rester chez eux", disiez-vous avec un sens pastoral qui ne vous fait guère honneur.

Vous héritez aujourd'hui d'une situation liturgique qui ne vous satisfait pas, mais dont vous êtes les premiers et les seuls responsables. Dans cette situation, se trouve désormais une forme "extraordinaire" du rite romain que nous savons parfaitement respectée par les fidèles qui y sont attachés, et une forme "ordinaire" du même rite qui, plus de 40 ans après Vatican II, n'existe toujours pas - contrairement à ce que vous prétendez - dans les paroisses placées sous votre responsabilité.

Cette situation ne saurait se prolonger davantage. Aussi voulons-nous à présent que cette forme "ordinaire" du rite romain soit, elle aussi, parfaitement respectée dans toutes les paroisses, et ce, dans la droite ligne fixée par notre Saint-Père le pape Benoît XVI.

Désormais, il ne devrait donc plus vous être possible de poursuivre ce que vous avez entrepris jusqu'ici sur le plan de la liturgie et qui signe un échec patent de vos orientations pastorales. Nous vous demandons donc, avec le plus grand respect mais aussi la plus ferme insistance, de faire en sorte:

- que la forme "ordinaire" du rite romain soit célébrée dans un respect inconditionnel du missel officiel, tant sous son expression française que sous son expression latine si une demande est faite dans ce sens;
- que cette forme "ordinaire" du rite romain soit célébrée avec une dignité identique à celle qui caractérise les célébrations de la forme "extraordinaire";
- que la formation liturgique des futurs prêtres soit assurée conformément à la Constitution Sacrosanctum Concilium (cf. n° 16, 17, 18);
- que les pouvoirs des équipes liturgiques soient limités à la seule préparation matérielle des célébrations, selon les normes en vigueur et pour alléger la charge des prêtres;
- que soient abrogés les rôles liturgiques usurpés par certains fidèles laïcs (animation liturgique, distribution de la communion... etc.) et ce dans le respect de Chritifideles laici;
- que le chant grégorien retrouve sa vraie place grâce au soutien de prêtres véritablement formés et à l'aide de maîtres de chœurs dont les compétences sont reconnues.

"Nous avons besoin d'un nouveau mouvement liturgique, qui donne le jour au véritable héritage de Vatican II", écrivait le Cardinal Ratzinger (cf. Ma Vie, souvenirs Fayard, 1998). Ce "nouveau mouvement liturgique", nous vous demandons expressément de le lancer dès maintenant. C'est sur un tel chantier que nous tenons à nous engager à vos côtés "pour la gloire de Dieu et le salut du monde".

Denis CROUAN, Président de Pro Liturgia
dr en théologie catholique


(1) Ndlr : Cependant pour être complet ajoutons que le Service Information-Communication de la Conférence des évêques de France a fait parvenir à certains journalistes le mail suivant :"Veuillez trouver ci joint une invitation à la conférence presse du cardinal Jean-Pierre Ricard, samedi 7 juillet à 11H à propos de la publication du Motu proprio du Pape Benoît XVI".

Rubrique- Liturgie - Eucharistie
Le Motu Proprio "Summorum Pontificum" Le texte officiel et les commentaires

Quelques liens :
La pensée de Benoît XVI sur la crise liturgique actuelle
La messe - présence du sacrifice de la croix - Charles Journet
Sacrement et sacrifice du Christ et de l'Eglise - P. Joseph de Sainte Marie o.c.d.
Ce qui a mal tourné avec Vatican II
 

Sources:  PRO LITURGIA - www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 06.07.2007 - BENOÎT XVI - Table Motu Proprio

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante