ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Les professions de foi des disciples évoquées par Benoît XVI  

 

Rome, le 04 juillet 2007 - (E.S.M.) - À certains grands moments, nous explique Benoît XVI, les disciples, bouleversés, ont senti que Jésus était Dieu lui même.

Le Seigneur est Dieu  -  Pour agrandir l'image: C'est ici

Les professions de foi des disciples évoquées par Benoît XVI

1. La confession de foi de Pierre (première partie p.315 à 321 Le pape relève ce qu'est devenir disciple du Christ et le suivre - 17.06.07)
2. Pierre Grelot cité par le pape Benoît XVI - (deuxième partie p. 322 à 325)
3. La présence du Dieu vivant en Jésus (troisième volet p. 325 à 328) : Pierre découvre la présence de Dieu en Jésus

4. Jésus est Dieu  (quatrième volet p. 329 à 331)

Et avant de tenter de reconstituer une image d'ensemble à partir de toutes les petites pièces de cette mosaïque, il nous faut revenir brièvement sur la confession de foi de Pierre transmise par Jean. Le discours de Jésus sur le pain eucharistique, qui suit la multiplication des pains, reprend en quelque sorte publiquement le « non » que Jésus avait opposé au Tentateur quand celui-ci l'avait invité à changer les pierres en pain, c'est-à-dire à concevoir sa mission comme étant de dispenser le bien-être matériel. Au lieu de cela, Jésus renvoie à la relation avec le Dieu vivant et à l'amour qui vient de lui, cet amour qui est le pouvoir vraiment fécond, celui qui donne du sens, et par là même du pain. Il interprète ainsi son propre mystère ; par le don de soi, il se désigne lui-même comme le pain de vie. Ce discours ne plaît pas aux hommes, beaucoup d'entre eux s'en vont. « Alors Jésus demande aux Douze : "voulez-vous partir, vous aussi ?" Pierre répond : "Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu" » (Jn 6, 67-69).

Il nous faudra, relève Benoît XVI, méditer plus avant cette version de la confession de foi de Pierre dans le contexte de la dernière Cène. On y voit apparaître le mystère sacerdotal de Jésus : dans le Psaume 105 [106], au verset 16, Aaron est appelé « le prêtre du Seigneur », le Saint de Dieu. Ce titre renvoie au discours eucharistique et par anticipation au mystère de la croix de Jésus. Il est donc ancré dans le mystère de Pâques, au cœur de la mission de Jésus, et il indique en quoi la personne de Jésus est radicalement autre en comparaison des formes habituelles de l'espérance messianique. Le Saint de Dieu, cela rappelle aussi le contexte de la pêche miraculeuse, lorsque face au Saint tout proche, Pierre faisait l'expérience dramatique de sa misérable existence de pécheur. Nous sommes donc bien au centre de l'expérience que les disciples ont de Jésus, un contexte que nous avons tenté de percevoir et de dégager à partir de quelques moments-clés de leur chemin commun avec Jésus.

Quel bilan pouvons-nous tirer à présent ? Il faut dire tout d'abord,  qu'on fait fausse route si l'on tente de faire une reconstitution historique des paroles originelles de Pierre en attribuant tout le reste à des développements ultérieurs, éventuellement à la foi postpascale. D'où pourrait donc bien provenir une foi postpascale dont Jésus n'aurait pas posé les fondements avant Pâques ? Avec de telles reconstructions, l'exégèse scientifique présume trop d'elle-même.

Le procès de Jésus devant le sanhédrin montre ce qui scandalisait vraiment chez lui. Ce n'était pas de l'ordre du messianisme politique - qui existait chez Barabbas et plus tard chez Bar Kochba. (ndlr : Simon Bar Kochba fut le leader de la plus grande rébellion qui éclata contre l'empire romain. Soixante ans après la destruction du Grand Temple, Bar Kochba, résista avec son armée et même à certaines occasions, il vainquit le grand empire. Finalement, la rébellion fut totalement refoulée dans la ville de Betar.) Tous deux ont trouvé des partisans pour les suivre, et leurs mouvements furent l'un et l'autre réprimés par les Romains. Mais ce qui scandalisait chez Jésus, c'est ce que nous avons évoqué lors du dialogue du rabbin Neusner avec le Jésus du Sermon sur la montagne : c'est qu'il semble se placer sur un pied d'égalité avec le Dieu vivant. C'est cela que la foi strictement monothéiste des Juifs ne pouvait admettre, et c'est cela que Jésus lui-même n'est parvenu à faire comprendre que lentement et progressivement. Et c'est cela aussi qui, sans rompre l'unité de la foi en un Dieu unique, imprègne son message tout entier et en constitue la nouveauté, la particularité et l'unicité. On doit au pragmatisme des sadducéens d'avoir fait du procès des Romains un procès contre le messianisme politique. Mais même Pilate sentait bien qu'en réalité, c'était tout autre chose qui était en jeu, et que s'il s'était agi d'un vrai « roi » porteur de promesses sur le plan politique, on ne le lui aurait pas livré pour qu'il le condamne.

Mais n'anticipons pas et revenons aux professions de foi des disciples. Que voyons-nous une fois la mosaïque des textes complétée ? Eh bien, les disciples ont reconnu que Jésus n'entrait dans aucune des catégories habituelles, qu'il était davantage et autre que « l'un des prophètes ». Le Sermon sur la montagne, les actes où se révèle son pouvoir, l'autorité dont il est investi pour pardonner les péchés, le caractère souverain de sa prédication tout comme sa façon d'aborder les traditions de la Loi, tout cela leur a permis de reconnaître qu'il était plus que l'un des prophètes. Il était le « prophète » qui, comme Moïse, parlait avec Dieu face à face, en ami. Il était le Messie, mais pas au sens de simple envoyé de Dieu.

En lui, de façon stupéfiante et inattendue, les grandes paroles messianiques devenaient vérité : « Tu es mon fils ; moi, aujourd'hui, je t'ai engendré » (Ps 2, 7). À certains grands moments, les disciples, bouleversés, ont senti qu'il était Dieu lui même. Tout cela, ils ne pouvaient l'assembler pour en faire une réponse définitive. Ils utilisaient, à juste titre, les paroles de promesse de l'Ancienne Alliance : Christ, l'Oint, Fils de Dieu, Seigneur. Ce sont les mots essentiels dans lesquels se concentre leur confession de foi encore balbutiante, qui ne trouvera sa pleine expression que lorsque Thomas, touchant les plaies du Ressuscité, s'exclamera dans son saisissement : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jn 20, 28). Mais en définitive, jamais nous n'en aurons fini avec cette parole. Elle est si grande que jamais nous ne l'aurons saisie dans son intégralité, elle nous devancera toujours. Tout au long de son histoire, l'Église n'a cessé d'aller en pèlerinage au cœur de cette parole, qui ne devient intelligible que lorsqu'on touche les plaies de Jésus et qu'on est confronté à sa Résurrection : alors, elle devient pour nous mission.

D'autres pages du dernier livre du pape :   Benoît XVI
La prochaine page sera consacrée à  la Transfiguration

Sources:  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 04.07.2007 - BENOÎT XVI - Table Jésus

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante