ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

 Le card. Kasper, envoyé de Benoît XVI à la conférence de Lambeth

 

Rome, le 31 juillet 2008  - (E.S.M.) -  L'envoyé du pape Benoît XVI à la conférence des évêques anglicans leur demande de revenir au modèle de l'Eglise apostolique. Inacceptable l'épiscopat aux femmes et aux homosexuels. Le texte intégral de son discours

A Lambeth, le cardinal Kasper espère un nouveau Newman

Celui-ci a été le plus illustre des grands convertis à l'Église de Rome. L'envoyé du pape Benoît XVI à la conférence des évêques anglicans leur demande de revenir au modèle de l'Église apostolique. Inacceptable l'épiscopat aux femmes et aux homosexuels. Le texte intégral de son discours

par Sandro Magister

Hier, à la Conférence de Lambeth, rendez-vous décennal des évêques de la Communion anglicane du monde entier, le cardinal Walter Kasper, président du conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens a pris la parole.

On trouvera ci-dessous le texte intégral de son intervention. Kasper a mis en évidence les divergences croissantes entre l’Église catholique et la Communion anglicane, spécialement depuis que, dans certaines provinces anglicanes, à partir de 1974, des femmes sont ordonnées prêtres et, à partir de 1989, évêques.

Un autre motif de divergence souligné par Kasper concerne l'autorisation de bénir les unions homosexuelles et l'ordination épiscopale de personnes qui vivent en couple avec des personnes du même sexe.

Ces décisions ont créé de très graves dissensions non seulement avec l’Église de Rome, mais surtout au sein de la Communion anglicane. Les oppositions les plus fortes viennent du Sud du monde, notamment d'Afrique. Sur les 44 provinces qui forment la Communion anglicane – a rappelé Kasper – 28 confèrent le sacerdoce à des femmes et 17 admettent également que des femmes soient ordonnées évêques. Pas les autres. Chaque province décide pour elle-même et s’oppose à celles qui prennent une décision différente. Au point que – toujours selon ce qu’a dit Kasper – "un nombre significatif d’évêques anglicans a décidé de ne même pas participer à la Conférence de Lambeth".

L’éclatement au sein de la Communion anglicane est telle que le cardinal Kasper s’interroge :

"Dans un telle situation, [...] qui aurons-nous comme interlocuteur ? Devons-nous aussi nous engager, et comment, dans des discussions appropriées et transparentes avec ceux qui partagent les points de vue catholiques sur les questions qui donnent actuellement lieu à des controverses, et avec ceux qui sont en désaccord avec certains développements au sein de la Communion anglicane ou de certaines provinces en particulier ?".

En effet, le passage à l’Église catholique est un choix fréquent, pour les membres de la Communion anglicane qui n’acceptent pas l'ordination des femmes et la légitimation de l'homosexualité.

Mais l'attrait exercé par le catholicisme est aussi plus général. Il est lié à une conception globale de l’Église et de la tradition chrétienne depuis les temps apostoliques jusqu’à aujourd’hui, que certains jugent plus fidèlement réalisée dans l’Église catholique.

Le cardinal Kasper, dans son discours, a rappelé les "motifs ecclésiologiques" qui ont convaincu le plus célèbre des convertis du XIXe siècle, le cardinal John Henry Newman, de passer au catholicisme. Et il a souhaité que, dans l'anglicanisme d’aujourd’hui, renaisse un nouveau Mouvement d’Oxford, le mouvement de retour à la tradition de l’Église apostolique dont Newman fut l’inspirateur.

Depuis 1980, date à laquelle l’Église de Rome a fixé des règles pour le passage au catholicisme d’hommes qui avaient été ordonnés prêtres ou évêques au sein de la Communion anglicane, on évalue à plus de 80 ceux qui ont accompli ce passage, souvent suivis par des parties significatives de leur diocèse ou paroisse.

La plus récente cérémonie d’accueil d’un ministre anglican au sein de l’Église catholique a eu lieu en privé à Rome, le 1er décembre dernier, à la basilique pontificale Sainte-Marie-Majeure.

D’un côté, il y avait le cardinal archiprêtre de la basilique, l'américain Bernard Law. De l’autre, l'ancien anglican (ou épiscopalien, comme on dit aux États-Unis) Jeffrey Steenson, ancien évêque du diocèse du Rio Grande, qui couvre le Nouveau Mexique et une partie du Texas, accompagné pour la cérémonie par l'archevêque catholique de Santa Fe, Michael J. Sheehan.

Steenson, 55 ans, marié et père de trois enfants, a été de nouveau ordonné prêtre dans l’Église catholique, qui ne reconnaît pas comme valides les ordinations anglicanes. Et il enseignera dans les séminaires la patrologie, dont il est expert.

Une dizaine d’autres ministres épiscopaliens américains attendent d’être accueillis comme prêtres dans l’Église catholique. Parmi eux, trois évêques émérites : John Lipscomb du diocèse du Sud-Est de la Floride, Clarence Pope de Forth Worth et Daniel Herzog d’Albany.

Mais, au sein de la Communion anglicane, les sympathisants de l’Église de Rome sont beaucoup plus nombreux que ceux qui "franchissent le Tibre" et se convertissent.

Par exemple, de tels sentiments anglo-catholiques ont été exprimés, à Sydney, par l’évêque anglican Robert Forsyth, qui, accueillant Benoît XVI dans sa ville le 18 juillet a défini l’Église de Rome comme "un rocher au milieu des rapides". Et d’expliquer :

"Sans votre forte insistance sur le Christ comme unique Sauveur du monde, sur la foi catholique, sur la nature du Dieu trinitaire, la divinité du Christ, la centralité et la suprématie de la Sainte Écriture et le caractère objectif de la morale chrétienne, la vie des autres Églises chrétiennes aurait été beaucoup plus difficile, spécialement ici, en Occident".

L'archevêque John Hepworth, Australien lui aussi, est le primat de la Traditional Anglican Communion, une branche de l'anglicanisme qui a proposé formellement au Saint-Siège de former une "unité corporative" avec l’Église catholique. Le nonce apostolique en Australie, Giuseppe Lazzarotto, a remis à Hepworth, le 25 juillet, une lettre du cardinal William Levada, préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, dans laquelle ce dernier assure que le Saint-Siège examinera la proposition avec "une sérieuse attention". La Traditional Anglican Communion compte environ 400 000 membres, dans de nombreux pays.

Voici donc le discours que le cardinal Kasper a lu le 30 juillet 2008 à la Conférence de Lambeth :

Réflexions catholiques romaines sur la Communion anglicane

par Walter Kasper

Je suis très heureux de transmettre à l’archevêque de Canterbury, le Dr. Rowan Williams, à chacun de vous et à tous ceux qui participent à cette très importante conférence de Lambeth, les salutations du pape Benoît XVI et de tout le Conseil Pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens. Pendant ces journées nous sommes tous avec vous par la pensée et la prière et nous voulons vous dire toute notre solidarité avec vos joies, mais aussi avec vos préoccupations et vos tristesses.

Je voudrais tout d’abord remercier l’archevêque de Canterbury et l’équipe de coordination des relations œcuméniques à Lambeth Palace et au Bureau de la Communion anglicane, qui m’ont invité à participer à ce grand rassemblement et me permettent de formuler quelques réflexions à propos de nos préoccupations communes. L’une de vos forces, à vous anglicans, c’est que, même dans les moments difficiles, vous avez cherché à savoir ce que pensaient et ce que prévoyaient vos partenaires œcuméniques, même si vous n’avez pas toujours tellement apprécié ce que nous avons dit. Mais, soyez-en sûr, c’est en ami que je vais parler.

Quand j’ai vu que vous me proposiez comme sujet ‘Réflexions catholiques sur la Communion anglicane’, j’ai pensé que vous auriez pu trouver plus facile. Ce titre très large englobe bien des questions d’histoire et de doctrine, et je ne peux en aborder que quelques unes. Mais je crois qu’il y a une question cachée dans le titre. Elle porte sur ce que les catholiques pensent non pas tant de la Communion anglicane que de sa situation actuelle. Il y a des questions moins embarrassantes.

Mon propos sera divisé en trois parties : d’abord une synthèse de nos relations au cours des dernières années; ensuite des considérations ecclésiologiques à la lumière de la situation actuelle au sein de l’anglicanisme; enfin une réflexion rapide sur les questions sous-jacentes aux débats et sujets de discussion actuels au sein de l’anglicanisme, notamment ceux qui ont aussi influé sur vos relations avec l’Église catholique. En conclusion, je répondrai à une question tout à fait imprévue que l’archevêque de Canterbury m’a posée il y a quelques mois et qui m’a beaucoup intrigué. Il m’a demandé quelle sorte d’anglicanisme nous voulions – grande question : j’espère que, de votre côté, vous savez y répondre – et ce que l’Église catholique espérait pour la Communion anglicane dans les mois et années à venir. Sur ce second point la réponse est plus facile: nous espérons que nous ne nous éloignerons pas de vous et que nous saurons poursuivre un dialogue sérieux pour parvenir à l’unité complète, pour que le monde puisse croire.

Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.
TRADUCTION COMPLÈTE DU TEXTE EN FRANÇAIS  Jean-Paul II affirma qu'il n'était pas au pouvoir de l’Église de modifier sa Fondation

Liens:
Conférence de Lambeth 2008
Conférence de Lambeth, des centaines d'évêques anglicans réunis
Benoît XVI espère que les anglicans évitent le schisme
Lettre du cardinal William Levada à la Traditional Anglican Communion : T. A. C.
Le site officiel de la Communion anglicane : Anglican Communion
Discours et documents sur les relations avec les anglicans, dans le site du Vatican : Relations avec la Communion Anglicane

Sources : La chiesa.it

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 31.07.2008 - T/Œcuménisme

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante