ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le pape Benoît XVI présidera la messe des Cendres

 

Le 25 février 2009 - (E.S.M.) - A 17 h en la Basilique Ste. Sabine, le pape Benoît XVI présidera la messe et procèdera au rite de l'imposition des cendres.

Le pape Benoît XVI

Le pape Benoît XVI présidera la messe des Cendres

Le 25 février 2009 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - En ce mercredi des Cendres, il n'y a pas eu d'audience générale ce matin comme annoncé, par contre à 16 h 30, vous pourrez suivre en direct sur KTO ou ou sur la Télévision vaticane en direct en italien.en la Basilique St. Anselme, sur la colline de l'Aventin, colline historique de Rome, la Statio et procession pénitentielle. A 17 h en la Basilique Ste. Sabine, le pape Benoît XVI présidera la messe et procèdera au rite de l'imposition des cendres. Benoît XVI expliquait dans son homélie du mercredi des cendres 2007 que la liturgie du Mercredi des Cendres "nous indique que dans la conversion de notre cœur à Dieu on trouve la dimension fondamentale du temps du Carême. C'est un appel tellement suggestif qui provient du rite traditionnel de l'imposition des cendres". Benoît XVI ouvre "la porte" du Carême

Pour lire l'homélie du Saint-Père du  mercredi des cendres 2008 Homélie

Mercredi des Cendres - 25 février 2009  (les lectures) 

Homélie (Méditation des lectures de ce jour)

Dans ce que nous appelons le Sermon sur la montagne, c’est-à-dire le long discours par lequel, dans l’Évangile de Matthieu, Jésus commence sa prédication, il établit d’abord dans la série de béatitudes la charte fondamentale du monde nouveau – du royaume des cieux -- qu’il veut instaurer. Puis Jésus explique qu’il n’est pas venu abroger la Loi mais la porter à sa plénitude, et il conclut : « si votre justice ne dépasse pas celles des Scribes et des Pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux ».

Que signifie le mot « justice » dans ce contexte ? Dans le langage et la vision juridique de l’époque, être juste consistait à être conforme aux préceptes de la Loi, en trois domaines en particulier : l’aumône, la prière et le jeûne. Jésus dit donc à ses auditeurs que si leur aumône, leur prière et leur jeûne ne dépasse pas ceux des Pharisiens, ils n’entreront pas dans le Royaume. Serait-ce qu’il les invite à faire plus d’aumônes, à réciter plus de prière et à pratiquer un jeûne plus rigoureux ?

Non ! Ce n’est pas ce à quoi Jésus nous appelle. Et il s’explique tout de suite après, dans le texte que nous venons de lire. Lisons le premier verset selon la traduction de la Bible de Jérusalem, qui rend beaucoup mieux le sens du texte grec que l’adaptation du lectionnaire liturgique. "Gardez-vous, dit Jésus, de pratiquer votre justice devant les hommes, pour vous faire remarquer d'eux". Et alors, il donne ses recommandations concernant ce qui était considéré comme les trois piliers de la justice, selon les Pharisiens : l’aumône, la prière et le jeûne.

Dans ces trois domaines, l’enseignement de Jésus est un appel à la vérité et à la droiture de l’intention. Notre être vrai, notre vrai « moi » à chacun de nous se trouve au centre le plus intime de nous-mêmes, là où nous recevons notre être de Dieu, là où nous sommes sans cesse engendrés par le Souffle de vie de Dieu. Autour de ce noyau, il y a diverses couches d’enveloppes protectrices - tous nos « egos » - et nous en avons ajouté plusieurs pour mieux nous protéger. Si bien que nous courons le danger de toujours vivre à la superficie de notre être. Nous essayons de donner aux autres la plus belle image possible de nous-mêmes, et nous nous complaisons facilement dans cette image, étant d’ailleurs souvent plus dupes que ceux et celles qui nous entourent.

Au sujet de l’aumône, Jésus met en garde de la pratiquer, soit pour se faire remarquer par les autres, soit même pour se donner bonne conscience. Moins la chose sera publique, moins on sera conscient soi-même de sa propre générosité, le mieux ce sera, car la seule chose qui compte vraiment est la motivation profonde, qui, de sa nature même, est secrète à tous, y compris à nous-mêmes et que seul le Père voit dans le secret.

De même pour la prière. Si nous prions pour nous faire remarquer - soit des autres, soit de nous-mêmes, soit même de Dieu, nous avons déjà reçu notre récompense. Notre prière ne va pas plus loin. La vraie prière est dans le secret du coeur : ce n’est pas celle qu’on pourrait prétendre enseigner, ni celle qui procure de beaux et chauds sentiments, ni celle qui peut se soupeser. C’est la prière toute nue, tout intérieure, au-delà des gestes ou des paroles qui peuvent l’exprimer et que personne autre Dieu ne peut entendre, même pas nous-mêmes. C’est sans doute d’elle que voulait parler saint Antoine d’Égypte qui affirmait que la prière n’est pas encore pure aussi longtemps que l’on a conscience de prier.

L’évangéliste Matthieu introduit ici le texte du Pater et, dans un passage qui vient tout de suite après, qui était certainement le troisième élément du triptyque
(dont nous venons de voir les deux premiers) Jésus donne le même enseignement concernant le jeûne.

Puisse ce Carême nous aider, chacun de nous, à nous délester de quelques couches supplémentaires de notre ego, pour nous permettre de vivre avec une vérité toujours plus grande tous les aspects de notre vie, et pénétrer ainsi toujours plus profondément dans la vie intérieure, laquelle consiste à être en contact aussi constant que possible avec ce point, au coeur de notre être, où se tient, en secret, l’échange de Parole qui nous engendre sans cesse à la Vie.

Armand VEILLEUX

Le commentaire du jour est un extrait de l'audience générale du pape Benoît XVI  (06/02/08) 

Programme du Vatican Le temps du Carême et Pâques
Message de Benoît XVI pour le Carême 2009
 

Nouveau  : S'inscrire à la newsletter ! Voir menu à gauche.


Sources  :  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  25.02.2009 - T/ÉMéditation

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante