ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Jésus, nous relève Benoît XVI, est  la Parole complète de Dieu

 

Le 22 juillet 2007 - (E.S.M.) - Dans ce dernier volet du chapitre 7, le pape Benoît XVI nous montre que sur la montagne, les trois disciples apprennent que Jésus est lui-même la Torah vivante, la Parole complète de Dieu. Sur la montagne, ils voient la « puissance » (dynamis) du Royaume, qui vient dans le Christ.

Dieu a dit de son Fils: « Écoutez-le » - Jean-Paul II au Mur des Lamentations à Jérusalem

Jésus est lui-même la Torah vivante, la Parole complète de Dieu.

Le lien de la page précédente : Moïse et Élie parlent avec Jésus (p. 338 à 344) Benoît XVI "Jésus de Nazareth"

Jésus, nous relève le pape Benoît XVI, est  la Parole complète de Dieu (troisième volet p. 344 à 346)

"Ces perspectives nous font revenir au récit de la Transfiguration. « Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le" » (Mc 9, 7). La nuée sacrée, la shekhinah, est le signe de la présence de Dieu lui-même. La nuée au-dessus de la tente de la Révélation indiquait la présence de Dieu. Jésus est la tente sacrée au-dessus de laquelle se trouve la nuée de la présence de Dieu, et à partir de laquelle cette nuée « couvre de son ombre » les autres aussi. Voici que se reproduit la scène du baptême de Jésus, dans laquelle, depuis la nuée, le Père lui-même avait proclamé Jésus Fils : « C'est toi mon Fils bien-aimé ; en toi j'ai mis tout mon amour » (Mc 1, 11).

Cette proclamation solennelle de Jésus comme Fils est immédiatement suivie de l'injonction : « Écoutez-le. » Ici, la relation avec la montée de Moïse sur le Sinaï apparaît de nouveau clairement, relation dont nous avons dit au début qu'elle constituait l'arrière-plan de l'histoire de la Transfiguration. Sur la montagne, Moïse a reçu la Torah, la parole d'enseignement de Dieu. À présent, explique Benoît XVI, il nous est dit de Jésus : « Écoutez-le. » Voici le commentaire pertinent qu'en donne Hartmut Gese (Hartmut Gese est professeur à la faculté de théologie évangélique de l'université de Tübingen, Allemagne) : « Jésus est devenu Parole de la Révélation divine elle-même. Il était difficile aux évangélistes de le dire plus clairement, plus énergiquement : Jésus est la Torah elle-même. » C'est aussi la fin de l'apparition dont cette parole résume le sens profond. Les disciples doivent redescendre avec Jésus et s'imprégner sans cesse de cette parole : « Écoutez-le. »

Si nous comprenons ainsi le contenu du récit de la Transfiguration - irruption et aube de l'époque messianique -, nous sommes aussi en mesure de comprendre les paroles obscures que Marc intercale entre la confession de Pierre et l'enseignement aux disciples d'une part, et le récit de la Transfiguration d'autre part : « Et il leur disait : "Amen, je vous le dis : parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d'avoir vu le règne de Dieu venir avec puissance" » (Mc 9, 1). Qu'est-ce que cela peut bien signifier ? Jésus prédit-il que quelques-uns de ceux qui l'entourent seront encore en vie au moment de sa Parousie, à l'avènement définitif du Royaume de Dieu ? Ou quoi d'autre ?

Rudolf Pesch (Rudolf Pesch, exégète catholique allemand, a été longtemps professeur de Nouveau Testament aux universités de Francfort et Fribourg-en-Brisgau. Il vit actuellement à Jérusalem) (1). a montré de façon convaincante que ce passage, placé immédiatement avant la Transfiguration, signifie on ne peut plus clairement qu'il a un rapport avec cet événement. Certains des présents, en tout cas les trois disciples qui accompagnent ensuite Jésus dans son ascension de la montagne, reçoivent l'assurance qu'ils vivront la venue du Royaume de Dieu « avec puissance ». Sur la montagne, les trois disciples voient Jésus illuminé par la gloire du Royaume de Dieu. Sur la montagne, la nuée sacrée de Dieu les couvre de son ombre. Sur la montagne, dans l'entretien de Jésus transfiguré avec la Loi et les Prophètes, ils comprennent que l'heure de la vraie fête des Tentes est venue. Sur la montagne, ils apprennent que Jésus est lui-même la Torah vivante, la Parole complète de Dieu. Sur la montagne, ils voient la « puissance » (dynamis) du Royaume, qui vient dans le Christ.

Mais également, dans la rencontre effrayante avec la gloire de Dieu en Jésus, ils doivent apprendre ce que Paul déclare aux disciples de tous les temps dans sa première Lettre aux Corinthiens : « Nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les peuples païens. Mais pour ceux que Dieu appelle, qu'ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie est puissance (dynamis) de Dieu et sagesse de Dieu » (1 Co 1, 23-24.). Cette puissance (dynamis) du Royaume à venir leur apparaît dans le Jésus transfiguré qui parle avec les témoins de l'Ancienne Alliance de la « nécessité » de sa passion comme chemin vers la gloire (cf. Le 24, 26-27). Ainsi ils voient l'anticipation de la Parousie, ainsi ils entrent progressivement dans la profondeur du mystère de Jésus". Telle est la conclusion de Benoît XVI.
(fin du chapitre 7)

Première partie du chapitre 7, les professions de foi des disciples :
1. La confession de foi de Pierre (première partie p.315 à 321) Le pape relève ce qu'est devenir disciple du Christ et le suivre - 17.06.07
2. Pierre Grelot cité par le pape Benoît XVI - (deuxième partie p. 322 à 325)
3. La présence du Dieu vivant en Jésus (troisième volet p. 325 à 328) : Pierre découvre la présence de Dieu en Jésus
4. Jésus est Dieu  (quatrième volet p. 329 à 331)
Deuxième partie du chapitre 7, La Transfiguration de Jésus :
5. La Transfiguration de Jésus a un rapport avec la fête des Tentes (premier volet p.333 à 338) Jésus est la Révélation de Dieu en personne
6. C'est alors qu'apparaissent Moïse et Élie qui parlent avec Jésus. (deuxième  volet p. 338 à 344) Benoît XVI "Jésus de Nazareth"
7.  Jésus est lui-même la Torah vivante, la Parole complète de Dieu. (troisième volet p. 344 à 346)

D'autres pages du dernier livre du pape :   Benoît XVI

(1) Rudolf Pesch a publié un livre dont nous ne pouvons nous empêcher de vous donner un commentaire.

La Primauté dans l'Église ; les fondements bibliques
Par Rudolf Pesch (Paris, Éd. du Cerf, coll. « Lire la Bible », n° 125) Traduit de l'allemand par Joseph Hoffmann

Ce petit livre est important. Né du souhait, exprimé aussi bien par le pape Jean-Paul Il que par le cardinal RATZINGER, de voir traiter, à nouveaux frais, le problème des fondements de l'exercice actuel du ministère de Pierre, « il n'a pas d'équivalent dans la production présente », au dire du P. B. SESBOÜÉ, qui le présente en Postface.

Il rompt, en effet, avec la méthode suivie habituellement en exégèse moderne, et ne se propose pas d'atteindre la couche la plus ancienne de la tradition pour construire une théologie ou une pratique sur ce seul fondement ! Il connaît bien lui-même les études historico-critiques qu'il a lui-même très bien pratiquées (deux gros commentaires, l'un de Marc, l'autre des Actes des Apôtres) : il les utilise largement, mais il refuse d'en rester là.

S'il constate volontiers que les analyses récentes des exégètes protestants, consacrées en priorité à Mt 16, ont déjà rapproché les points de vue sur ce sujet, particulièrement sensible au sein des Églises, il n'en relève pas moins des incohérences qui le déterminent à traiter le dossier autrement.

On ne peut que l'approuver de ne pas se contenter d'analyses ponctuelles et minutieuses, mais de vouloir embrasser l'ensemble du texte-source, en l'espèce le Nouveau Testament ; et de le faire d'une manière qui respecte sa forme littéraire globale actuelle : d'abord les quatre évangiles, puis l'histoire de la communauté, suivie de la littérature apostolique, le tout étant clôturé par l'Apocalypse qui donne, à l'ensemble, sa visée définitive. Sans oublier que ce Nouveau Testament constitue le dernier volet d'une Bible dont il est la clef d'interprétation.

Le ton est donc donné par la figure de Pierre que le lecteur de la Bible découvre dans l'Évangile selon saint Matthieu, figure précisée en Luc, avec un sommet en Jn 21, qui fait la transition avec Ac 1 - 12, c'est-à-dire avec le récit de l'exercice effectif d'un ministère qui n'était, jusque-là, qu'un objet de promesses.

Ensuite, les épîtres apostoliques, surtout celles qui ont été publiées sous le nom de Pierre - mais celles de Paul elles aussi, souvent injustement oubliées -, dévoilent la même figure dans toute son ampleur, en conduisant le lecteur jusque dans l' « après Pierre » avec les problèmes que cela soulève.

Pierre apparaît ainsi dans toutes les dimensions de sa fonction ; premier des disciples et des apôtres, au service de l'unité, rocher pour la foi, berger à l'image du Christ, souverain Berger et, sans doute, véritable Abraham du nouveau peuple de Dieu.

L'un des résultats les plus clairs de ce travail, c'est que Pierre est indissociable du groupe des Douze (l'articulation entre le « personnel » et le « synodal » comme fondement de la collégialité (p. 161), de même que l'unicité de son ministère est indissociable de sa pérennité et de sa succession. Dans les débats œcuméniques, ce dernier point est le plus aigu. Le ministère de Pierre est-il lié uniquement à sa personne ou bien Pierre est-il le type d'un ministère destiné à lui survivre et dont l'Église a toujours besoin ? R. PESCH conclut clairement que « le ministère de Pierre implique une succession… un successeur qui doit être le garant de la Tradition et maintenir l'unité de l'Église » (p. 82). Certes, le Nouveau Testament ne parle jamais d'un successeur de Pierre. Mais la communauté chrétienne de Rome, qui s'exprime à travers les deux épîtres de Pierre, a conscience d'être l'héritière du ministère pétrinien en matière de mission, d'enseignement, de discipline et de gouvernement, le tout au service de l'unité. Ajoutons que le lecteur découvrira, au passage, maintes réflexions capables d'enrichir sa méditation sur l'Église et sur le ministère, et que sa lecture sera facilitée par le report des discussions techniques en des notes souvent précieuses.
 

Sources:  P. Michel Trimaille- E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 22.07.2007 - BENOÎT XVI - Table Jésus

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante