ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Discours de Benoît XVI envoyé à la Sapienza

 

Cité du Vatican, le 17 janvier 2008  - (E.S.M.) - Le discours de 16 pages, "préparé personnellement" par le pape Benoît XVI, a été envoyé à l'université, pour que "tous puissent y trouver des occasions de réflexions enrichissantes et d'approfondissements". Ce sera le Recteur qui le lira, même si l'effet ne sera sûrement pas le même.

Le pape Benoît XVI

Discours de Benoît XVI envoyé à la Sapienza

Maintenir éveillée la sensibilité à la vérité
[..] Le discours de 16 pages, "préparé personnellement" par Benoît XVI, a été envoyé à l'université, pour que "tous puissent y trouver des occasions de réflexions enrichissantes et d'approfondissements".
Demain ce sera le Recteur qui le lira, même si l'effet ne sera sûrement pas le même.

Texte intégral du discours du saint Père en français Benoît XVI rappelle qu'il est avant tout, Evêque de Rome

Le pape et l'université :
Il ne s'agit pas d'une Lectio ni d'un discours de spécialiste, comme ce fut le cas à Ratisbonne. Le pape Benoît XVI l'explique lui-même, en disant que son discours veut être le discours d'un pape, de l'Évêque, qui prend soin d'une communauté religieuse. Du reste, les religions et l'Église d'aujourd'hui agissent sur l'humanité, et en ce sens, le pape est toujours plus une voix de la "raison étique de l'humanité".

"Qu'est-ce que le pape a à faire ou à dire, à l'Université?" se demande Benoît XVI.
"Il ne doit sûrement pas chercher à imposer aux autres et de manière autoritaire la foi, qui peut seulement être offerte librement.
C'est son devoir de maintenir éveillée la sensibilité à la vérité ; inviter toujours de façon renouvelée la raison à se mettre à la recherche du vrai, du bien, de Dieu et, sur ce chemin, la solliciter à percevoir les utiles lumières qui se sont élevées tout au long de l'histoire chrétienne et à percevoir ainsi Jésus-Christ comme la lumière qui éclaire l'histoire et aide à trouver le chemin vers le futur ".

De là part la réflexion du professeur. Elle part du philosophe contemporain John Rawls qui reconnaît une citoyenneté à la raison "non publique", pour rappeler que toute sagesse, y compris la sagesse religieuse, même non partagée, "est à valoriser comme réalité et ne peut pas être simplement jetée dans la corbeille de l'histoire des idées". Ceci parce que la raison n'est pas "a-historique".

UNIVERSITE ET RECHERCHE DU BIEN.
Voilà donc le rôle de l'université : répondre au désir ardent de connaissance qui est le propre de l'homme. On en revient à Socrate, au refus des mythes des dieux pour la recherche du Dieu vraiment divin.
Pour les premiers chrétiens, s'interroger sur la raison de Dieu était l'essence même de leur manière d'être religieux.
Ainsi l`université naît dans le domaine de la foi chrétienne. Et la vérité que l'homme recherche, va au-delà du savoir:
la connaissance de la vérité a comme but la connaissance du bien.
Mais quel est le bien qui nous rend vrais ? La vérité nous rend bons, la bonté est vraie, tel est l'optimisme chrétien qui va au-delà de la science et arrive à la connaissance. Tout ceci, dans l'université médiévale, a formé la médecine insérée dans la raison et soustraite à la magie, la jurisprudence avec le droit comme fondement de la liberté et pas comme son antagoniste. Liberté, dignité et droit qui deviennent démocratie.
Nous voilà à Habermas, un philosophe contemporain avec lequel le cardinal Ratzinger a souvent débattu justement sur ce thème du concept même de foi et raison.
La forme raisonnable dans laquelle les contrastes politiques sont résolus, légitime une constitution. Pas uniquement une majorité artithmétique en politique donc, mais un processus d'argumentation sensible à la vérité. De nouveau la vérité au-delà de l'utilité. Chose très difficile, dit le pape, à transformer en pratique politique. Mais qu'est-ce alors que la vérité, qu'est-ce que la raison vraie ?
Médecine, jurisprudence, philosophie et théologie, les quatre facultés médiévales. C'est à ces deux dernières qu'est confiée la recherche sur l'être humain et donc, la sensibilité pour la vérité. "Deux jumeaux" qui doivent se compléter sans confusion et sans séparation, la philosophie comme recherche de la raison, la théologie qui n'épuise jamais sa réflexion. Toutes deux ne repartent jamais à chaque fois de zéro. La philosophie parce que basée sur le chemin de l'histoire, la théologie parce qu'elle puise à un trésor de connaissances qu'elle n'a pas inventées. Pour cette raison, les erreurs des théologiens n'invalident pas la vérité du noyau essentiel de la foi, montré par les saints et l'histoire...

LES DÉFIS ACTUELS.
Et nous voici aujourd'hui. À la science expérimentale, aux sciences humaines, grandes sont les conquêtes pour l'homme, mais le danger est de confondre le pouvoir du savoir avec la sensibilité pour la vérité. On pense à ce qui est utile, et la philosophie se dégrade en positivisme, - c'est le raisonnement du pape - la théologie est confinée dans la sphère privée. Mais si la raison qu'on présume pure devient sourde à la sagesse chrétienne, elle se dessèche. Une raison qui ne se réfère qu'à elle-même, une raison auto-construite et préoccupée de sa laïcité, se détache de ses racines, n'est plus raisonnable et se casse.
Benoît XVI écrit: si la raison, "dans notre culture européenne", "veut seulement s'auto-construire sur la base du cercle de ses argumentations, sur ce qui l'auto-convainc à un moment donné, et, préoccupée par sa laïcité, se détache des racines dont elle vit, alors, elle ne devient pas plus raisonnable et plus pure, mais elle se démonte et se casse.
Les racines de notre culture sont dans la vérité offerte par la tradition chrétienne ".

Voilà enfin la réponse. Pourquoi un pape à l'université ? Pour maintenir éveillée la sensibilité à la vérité, et inviter la raison à se mettre à la recherche du vrai, du bien, de Dieu.

Texte intégral du discours du saint Père en français Benoît XVI rappelle qu'il est avant tout, Evêque de Rome

Texte original du discours que le Saint Père Benoît XVI devait lire à "La Sapienza" [Allemand, Italien]

Grande solidarité pour Benoît XVI aujourd'hui salle Paul VI - 16.01.08
Benoît XVI face à un athéisme agressif - 16.01.08
Communiqué de presse du Vatican  Benoît XVI n’ira pas à « la Sapienza »
Explications sur les évènements
Le Pape Benoît XVI ira-t-il à la Sapienza ? - 15.01.08
Interview du recteur de l'université par Radio Vatican Benoît XVI visitera l'Université "La Sapienza", jeudi
 

Sources:  beatriceweb.eu- E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 17.01.2008 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante