ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

L'exhortation post-synodale de Benoît XVI commentée par le cardinal Ouellet

 

Le 07 décembre 2007 - (E.S.M.) - J’invite la communauté diocésaine à renouveler sa fidélité à ce don du Christ ressuscité et à intensifier la préparation spirituelle au Congrès eucharistique de "Québec 2008" qui aura lieu dans moins d'un an. Joie et gratitude sont les sentiments qui m’habitent à l’approche de ce grand événement international qui marquera les fêtes du 400e anniversaire de Québec.  (par le Cardinal Marc Ouellet)

Monsieur le Cardinal Marc Ouellet  Pour agrandir l'image: C'est ici

L'exhortation post-synodale du pape Benoît XVI commentée par le cardinal Marc Ouellet

QUÉBEC 2008
GRANDE MISSION eucharistique


Lettre pastorale sur le renouvellement du culte de la Sainte Eucharistie

Chères diocésaines, chers diocésains,

« LA SAINTE EUCHARISTIE CONTIENT tout le trésor spirituel de l’Église, c’est-à-dire le Christ lui-même, lui notre Pâque, lui le pain vivant, lui dont la chair, vivifiée par l’Esprit Saint et vivifiante, donne la vie aux hommes, les invitant et les conduisant à offrir, en union avec lui, leur propre vie, leur travail, toute la création (Conc. oecum. Vatican II, décret Presbyterorum Ordinis, no 5). »

À l’occasion de la Fête-Dieu 2007, je salue très cordialement tous les fidèles dans la joie de notre foi en la Sainte Eucharistie, don de Dieu pour la vie du monde. J’invite la communauté diocésaine à renouveler sa fidélité à ce don du Christ ressuscité et à intensifier la préparation spirituelle au Congrès eucharistique de  "Québec 2008" qui aura lieu dans moins d'un an. Joie et gratitude sont les sentiments qui m’habitent à l’approche de ce grand événement international qui marquera les fêtes du 400e anniversaire de Québec.

Comme 24e successeur du bienheureux François de Laval, je remercie Dieu de tous les bienfaits qu’Il a accordés à notre peuple au long de son histoire et je le prie de nous bénir d’une façon toute spéciale en ce temps de renouvellement du culte de la Sainte Eucharistie. J’invite les communautés du diocèse à raviver leur dévotion eucharistique et leur attachement à la messe dominicale dans la fidélité à nos meilleures traditions. Notre accueil des milliers de pèlerins de l’Église universelle qui viendront célébrer avec nous en 2008 en sera rehaussé et rendu plus authentique.

Un appel à joindre le grand mouvement eucharistique international

Un grand mouvement eucharistique s’affirme un peu partout dans l’Église universelle et dans notre milieu, nourri par les fruits de la réforme liturgique et par beaucoup de messages qui convergent depuis l’an deux mille : l’encyclique de Jean-Paul II sur l’Eucharistie et l’Église en 2003 (Ecclesia De Eucharistia), l’instruction disciplinaire Redemptionis Sacramentum en 2004, le Congrès eucharistique international de Guadalajara d’octobre 2004, l’Année de l’Eucharistie qui s’est conclue avec le  Synode des évêques en octobre 2005, l’exhortation postsynodale "Sacramentum Caritatis" de Benoît XVI en février 2007. Tous ces événements et ces messages visent le renouvellement de la vie eucharistique de l’Église, notamment le sens de la messe dominicale, le développement de l’adoration eucharistique et l’engagement social qui en découle comme sacrement de l’amour.

Après 40 ans d’expérience de la réforme liturgique du concile Vatican II, les temps sont mûrs pour un nouveau regard sur notre tradition spirituelle et culturelle. Nos pratiques eucharistiques ont certes connu des changements et des pertes depuis quelques décennies, mais elles demeurent des ressources de premier plan en un temps de lourd déficit spirituel. L’Eucharistie émerge du brouillard comme le phare qui rassure le voyageur en quête du havre spirituel où il peut se reposer et se refaire. Le moment est venu pour notre culture québécoise de puiser abondamment dans ses valeurs profondes de foi eucharistique, de vie familiale et de solidarité, qui ont fait la force de notre société. Le matérialisme, l’individualisme et le culte de l’argent ne peuvent pas nourrir la vie de charité de notre culture chrétienne profondément enracinée dans le terroir québécois. Je suis convaincu que l’heure est venue d’une nouvelle alliance, plus personnelle et communautaire à la fois, avec nos valeurs et nos pratiques religieuses, concrètement avec le Christ, qui vient à la rencontre de notre peuple depuis des siècles dans la Sainte Eucharistie.

Québec 2008 : relais du grand mouvement eucharistique international

La grande montée eucharistique de Québec s’inscrit donc dans le mouvement eucharistique international au sein d’un monde globalisé. Elle se profile comme une étape d’approfondissement du mystère eucharistique, à la lumière de l’exhortation postsynodale Sacrement de l’amour et du document théologique de base du Congrès qui prend comme thème principal le «don de Dieu ». La Sainte Eucharistie est le don de Dieu par excellence, don de Dieu pour la vie du monde. Ce don suppose la foi comme accueil, et l’Église comme partenaire d’alliance dans cette offrande que Dieu fait de lui-même au monde. Les auditoires d’évêques, de prêtres, de diacres et de fidèles auxquels j’ai exposé ce thème, au Canada et à l’étranger, ont accueilli positivement ce message eucharistique.

Je souligne en particulier la réponse enthousiaste des jeunes lors des montées-jeunesse de mai 2006 et 2007. Ces jeunes traduisent l’espérance de leur génération d’accéder à la connaissance de la culture eucharistique dont témoignent nos saints et nos églises, mais dont ils sont malheureusement privés, faute d’éducation chrétienne appropriée. À leur demande, un objet symbolique bénit par Benoît XVI, l’Arche de la Nouvelle Alliance, parcourt le pays et suscite beaucoup d’intérêt pour un approfondissement du mystère eucharistique.

L’appel est donc lancé : entrons dans le mouvement de prière et d’adoration ; à l’Eucharistie dominicale, allons fidèlement à la rencontre du Christ ressuscité ; demandons la grâce de mieux reconnaître sa présence et de mieux répondre en son nom aux besoins d’amour et d’espérance de notre monde.

Pour le renouvellement du culte eucharistique

L’Eucharistie, ce « grand mystère de la foi », appelle nécessairement à vivre des moments importants de célébration, dans le cadre de la messe ou dans celui de l’adoration en dehors de la messe. Grâce au rituel de la messe, qui permet à l’Église de réaliser le mémorial du mystère pascal, chaque célébration actualise le don que Dieu fait de lui-même dans le Christ et qui est accueilli par les fidèles rassemblés pour rendre grâce avec lui. En un lieu précis, où se rassemblent les disciples du Christ, Dieu rend présent le don de son Fils au coeur de leur histoire, et il leur dispense sa vie nouvelle de Ressuscité.

Une référence à l’art et à la beauté

La célébration de l’Eucharistie ne peut pleinement s’effectuer sans un lien intrinsèque avec l’art et la beauté. Dans son exhortation apostolique "Sacramentum Caritatis", le pape Benoît XVI indique que «l’art de célébrer (Ars celebrandi) est la meilleure condition pour une participation fructueuse (actuosa participatio) (Benoît XVI, Exhort. apost. postsynodale Sacramentum caritatis (22 février 2007) no 38) ». La participation active, pleine et entière d’une assemblée liturgique dépend en grande partie de la manière dont elle est animée et présidée. Les rites doivent non seulement être connus, mais aussi être intériorisés par tous les acteurs de la célébration afin d’aider l’assemblée à entrer dans le mystère. Le Saint-Père parle également de la dimension de la beauté dans la célébration : « La beauté de la liturgie fait partie du mystère de l’Eucharistie ; elle est expression très haute de la gloire de Dieu et elle constitue, en un sens, le Ciel qui vient sur la terre… La beauté n’est pas un facteur décoratif de l’action liturgique ; elle en est plutôt un élément constitutif, en tant qu’elle est un attribut de Dieu lui-même et de sa révélation (Ibidem, no 35). »

Bien connaître les rituels

Afin de bien remplir leur tâche pastorale, les responsables de la liturgie doivent avoir une juste et vive connaissance des rituels actuels de l’Église. J’invite tous les célébrants à vérifier leurs compétences à ce propos et à prévoir dans leur horaire des temps de formation, si cela s’avère nécessaire. La fidélité aux normes liturgiques dépend en grande partie de la connaissance acquise en ce domaine. Elle suppose également la volonté de bien les appliquer en tenant compte de l’esprit de la liturgie et des situations concrètes dans lesquelles les célébrations se déroulent.

« La beauté de la liturgie fait partie du mystère de l’Eucharistie ; elle est expression très haute de la gloire de Dieu. » Benoît XVI

Dieu rend présent le don de son Fils au coeur de l’histoire des disciples du Christ, et il leur dispense sa vie nouvelle de Ressuscité.

Des acquis majeurs depuis la réforme conciliaire

Depuis la réforme liturgique, les fidèles ont été « amenés à la participation pleine, consciente, active, intérieure et extérieure aux célébrations liturgiques (Conc. oecum. Vatican II, Sacrosanctum Concilium, nos 14 et 19) ». Ils ont également acquis « le goût savoureux et vivant de la Sainte Écriture (Ibidem, no 24) », de même que le sens de la dimension communautaire des célébrations qui «appartiennent au Corps tout entier de l’Église (Ibidem, no 26) ». La langue vernaculaire a permis à l’ensemble des baptisés d’approfondir leur foi au Christ ressuscité présent dans le sacrement de l’Eucharistie. Nous devons nous féliciter de ces acquis qui ont favorisé le vrai culte à rendre à Dieu. Une créativité remarquable a été déployée pour susciter la participation de l’assemblée à l’action liturgique, pour proclamer adéquatement les textes de la Parole et comprendre les rites qui conduisent au mystère célébré. Au langage du corps se sont ajoutées des expressions diverses – visuelles, gestuelles, musicales – qui reflètent le souci d’adapter la liturgie aux sensibilités culturelles de notre temps.

Des pratiques à ajuster

Dans son Exhortation post-Synodale sur l'Eucharistie, le pape Benoît XVI rappelle certains points de la célébration qui avaient été signalés auparavant dans le document disciplinaire de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, Redemptionis Sacramentum, pour corriger les abus et améliorer l’observance des normes liturgiques de l’Église. À la lumière de ces deux documents, j’invite les fidèles et tout spécialement les prêtres et les diacres à considérer avec sérieux les éléments suivants de la célébration de l’Eucharistie.

Le chant, qui occupe une place importante dans la liturgie, doit être de grande qualité et correspondre aux différents moments du rite et aux temps liturgiques. Élément essentiel de la participation à l’action liturgique, il ne doit pas être exécuté sans donner à l’assemblée toute la place qui lui revient. Un équilibre doit donc exister entre le rôle de la chorale et l’animation de l’assemblée.

Les attitudes corporelles des fidèles et des ministres doivent également s’ajuster aux mouvements de la prière chrétienne. Il faut reprendre l’habitude, pour les personnes qui n’ont pas d’empêchement physique, de faire la génuflexion en entrant dans l’église et habituellement lorsqu’on passe devant le tabernacle, où est déposé le Saint-Sacrement.

Le silence faisant partie intégrante de la célébration, on évitera toute précipitation d’une action liturgique à l’autre, notamment au moment de la communion, afin de favoriser la prière et l’intériorisation du mystère. Il est bon, pour les ministres ordonnés et les fidèles, de réserver un moment de silence avant le début de chaque célébration.

La liturgie de la Parole requiert une proclamation très soignée des textes de l’Écriture et l’adaptation de l’homélie aux besoins réels de l’assemblée. Il faut respecter les lectures proposées par le Lectionnaire, particulièrement celles des dimanches, qui sont au nombre de trois. L’importance de l’homélie ne saurait être exagérée, car de sa qualité dépend la participation intérieure des fidèles. Elle doit faire le lien entre la vie, les textes de la Parole et le mystère pascal du Christ qui est célébré. Elle peut être catéchétique et exhortative, le Lectionnaire triennal pouvant suggérer de grands thèmes de la foi élaborés par le Magistère de l’Église et résumés dans le Catéchisme de l'Eglise catholique.

L’homélie appartient en propre au ministère de l’évêque, du prêtre et du diacre. Je réitère la demande d’ajuster les pratiques afin de respecter cet ordre des choses dans le cadre de la célébration eucharistique.

Au moment de la présentation des dons, il convient que des membres de l’assemblée apportent le pain et le vin au prêtre qui préside la prière. Ce geste illustre symboliquement que toute la vie des fidèles est offerte et incluse dans l’offrande du Seigneur.

Il revient au président de l’assemblée de choisir et de proclamer la prière eucharistique qui convient le mieux aux circonstances de chaque célébration. Cette prière lui est réservée selon son rôle de ministre ordonné. L’assemblée s’y associe intérieurement et exprime sa participation au dialogue initial de la préface, au Sanctus, à l’acclamation après la consécration, et lors de l’Amen final.

Le geste de la paix, qui permet le partage de la paix reçue de Dieu, doit être encouragé, sans toutefois forcer les gens au 6 contact physique. Une sobriété s’impose dans la manière de faire le geste, par exemple en donnant la main aux voisins immédiats seulement.

Le rôle des ministres de la communion est important et doit être revalorisé, notamment en ce qui concerne la distribution de la communion aux malades. Qu’on assure la préparation et la supervision des ministres extraordinaires de la communion. Je demande aux pasteurs de veiller attentivement au respect de l’usage des custodes et de faire cesser les abus notables en ce domaine.

Il faut soigner le rite d’envoi en rappelant aux fidèles qu’ils reprennent la route pour aller témoigner de l’amour qui jaillit de la mort et de la résurrection du Christ. La qualité d’une célébration réside dans l’unité de ses éléments, que les responsables ont dû établir au moment de la préparation. Il revient au prêtre de chaque communauté, en communion avec l’évêque, premier pasteur et responsable de la liturgie de son diocèse, de soigner les célébrations de l’Eucharistie afin que celles-ci reflètent et actualisent dignement l’événement fondateur de la mort et de la résurrection du Seigneur. Les membres des équipes de liturgie jouent un rôle important au service des communautés locales pour assurer que les célébrations soient dignes et respectueuses du mystère annoncé.

Lors de la rencontre des délégués internationaux à Rome, le Saint-Père Benoît XVI a insisté sur le renouveau de l’adoration eucharistique comme but du Congrès eucharistique de 2008. Accueillons son appel et renouvelons cette pratique par la visite au Saint-Sacrement et par l’heure sainte avec bénédiction du Saint-Sacrement. J’encourage les équipes d’adorateurs et d’adoratrices des chapelles d’adoration à persévérer en cette pratique en ayant une conscience toujours plus vive de la dimension ecclésiale de leur mission.

Soigner les célébrations de l’Eucharistie afin que celles-ci reflètent et actualisent dignement l’événement fondateur de la mort et de la résurrection du Seigneur.

Un temps de grâce

La tenue prochaine du 49e Congrès eucharistique international à Québec est un temps de grâce qui ravive la conscience des racines chrétiennes de notre pays et qui doit relancer la pratique régulière de l’Eucharistie dominicale au sein de notre population. Que notre charité plus intense et fraternelle soit une main tendue à nos frères et soeurs éloignés afin qu’ils redécouvrent la présence du Christ ressuscité au coeur de nos assemblées. Que ces mots d’Abraham, notre père dans la foi, soient de tous nos instants, en présence de l’Eucharistie : « Je t’en prie, Seigneur, ne passe pas sans t’arrêter…»

Notre témoignage personnel et communautaire, uni à celui des milliers de pèlerins de l’Église universelle qui se joindront à nous, sera une contribution de grande qualité pour que « le peuple chrétien approfondisse la relation entre le mystère eucharistique, l’action liturgique et le nouveau culte spirituel qui vient de l’Eucharistie, en tant que sacrement de l’amour (Benoît XVI, exhort. apost. postsynodale Sacramentum caritatis (22 février 2007) no. 5). ». Par l’intercession de Notre Dame, que l’Esprit du Seigneur remplisse toute l’Église d’un nouveau souffle eucharistique afin que le monde ait en Lui la paix et la vie en abondance.

Donné à Québec, en la fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ.

Marc Cardinal Ouellet
Archevêque de Québec 

Le document en format pdf : 2007 - Grande mission eucharistique
Table : Québec 2008
 

Sources: www.vatican.va

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 07.12.2007 - BENOÎT XVI - T/Quebec - T/S.C.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante