ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Nullité de mariage, Benoît XVI souhaite des procédures plus rapides.

 

 

 

 

Avant de recevoir et publier le texte intégral du pape Benoît XVI, et après avoir lu dans la presse des inexactitudes, nous donnons quelques informations autorisées.

 

La nullité, est l'acte qui constate que le mariage canonique (religieux) contracté est nul et n'a par conséquent jamais existé. Un tel jugement permet à un divorcé, un mariage sacramentel à l'église ainsi que de recevoir le sacrement de l'Eucharistie.

 

« Il est très important que le jugement soit rendu dans un délai raisonnable », a souligné le pape Benoît XVI, insistant néanmoins sur l'importance de déterminer la «vérité» sur la validité, ou non, du mariage.


Rappelons que la nullité peut
notamment être déclarée en raison de l'incapacité de l'un des époux à assumer les obligations essentielles du mariage. Le défaut de discernement est également un vice de consentement qui se pose souvent en terme de "manque de maturité" (Simples exemples)


Jean Paul II, avait lui aussi appelé l'an dernier les tribunaux ecclésiastiques à rendre un jugement rapide
tout en restant rigoureux sur les motifs de nullité.
 

Lors du synode des évêques, la question des divorcés remariés a fait l'objet d'une attention et d'une sollicitude toute particulière.

Nous reprenons quelques documents s'y rapportant.

 

Tout d'abord le rapport avant le débat général , du cardinal Angelo Scola, patriarche de Venise et rapporteur général du synode. Ce sujet délicat était à l'ordre du jour: " Dans cette Assemblée, il faudra toutefois approfondir ultérieurement les modalités objectives afin de vérifier l’hypothèse de nullité du mariage canonique, tout en prêtant une grande attention aux cas différents et complexes qui se présentent. " Cardinal Angelo Scola

 

Lors de son intervention orale, le cardinal italien a précisé: « La reconnaissance de la nullité du mariage doit impliquer une instance objective qui ne peut se réduire à la simple conscience des époux, même si cette dernière est soutenue par l’avis d’un guide spirituel illuminé ».
« C’est justement pour cela qu’il est indispensable de continuer dans l’œuvre de réflexion sur la nature et l’action des tribunaux ecclésiastiques afin qu’ils représentent toujours plus une expression de la vie pastorale normale de l’Église locale », a poursuivi le cardinal Scola.

« Outre la vigilance continue sur les temps et les coûts, on pourra prévoir des figures et des procédures juridiques plus simples et qui puissent répondre plus efficacement au soin pastoral. À ce propos, on ne manque certes pas de significatives expériences dans de nombreux diocèses. Dans cette Assemblée, les Pères synodaux auront l’occasion d’en faire connaître d’autres », souligne le cardinal.
Synode 2005

Les divorcés remariés et la communion eucharistique

 

Puis vint le rapport élaboré par les évêques qui soumirent au pape Benoît XVI, les "50 propositions retenues" dont celle qui nous intéresse aujourd'hui: " En même temps, le Synode souhaite que tout soit fait non seulement pour garantir le caractère pastoral, la présence et l'activité correcte et ponctuelle des tribunaux ecclésiastiques pour les causes de nullité matrimoniale , que pour approfondir ultérieurement les éléments essentiels pour la validité du mariage, tenant compte également des problèmes issus du contexte actuel de profonde transformation anthropologique, par lequel les fidèles risquent d'être conditionnés spécialement quand il y a carence de formation chrétienne solide." Les « cinquante » propositions ( textes de Benoît XVI dans la rubrique: La famille fondée sur le mariage )

Enfin le cardinal Danneels, président de la Conférence épiscopale de Belgique, interrogé par les médias, dressa un bilan de cette première assemblée du Synode autour de Benoît XVI .

Il déclara: "Pour ce qui est des divorcés remariés, on ne change pas la discipline générale , mais on suggère que les tribunaux ecclésiastiques regardent de plus près les causes de nullité de mariage . Il y a aujourd’hui des causes de nullité qui ne sont pas prises en compte . Il faut aussi voir, avec prudence et miséricorde pastorales, ce que l’on peut faire dans des cas individuels. En attendant le document post-synodal, à venir plus tard, signé de Benoît XVI ...

Pour plus d'articles sur la famille fondée sur le mariage: La famille

NDLR : Nous avions écrit, le 14 octobre 2005, au bas d'un article, la phrase qui suit.

Dans ce synode, il y a beaucoup de questions et d'interventions au sujet des divorcés remariés. Peut-on formuler la question suivante? Est-il raisonnable, digne et "valable" d'accorder le mariage sacramentel à des baptisés qui ne pratiquent plus, depuis disons un certain temps, sachant que c'est pertinemment et consciemment qu'après la "cérémonie (parfois spectacle organisé par la famille)", elles persisteront délibérément dans ce choix de vie, loin des sacrements? Synode des évêques 2005
 

 
 

Eucharistie, Sacrement de la Miséricorde. 28.01.2006 - Famille       

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante