ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI précise la signification de la pauvreté vécue à partir de Dieu

 

Le 22 novembre 2007 - (E.S.M.) - Le terme « doux, humble » fait partie du vocabulaire du peuple de Dieu, d'Israël devenu universel dans le Christ, mais c'est aussi, relève Benoît XVI, une parole royale qui nous révèle la nature de la royauté nouvelle du Christ.

Entrée solennelle de Jésus à Jérusalem

Benoît XVI précise la signification de la pauvreté vécue à partir de Dieu

Quatrième chapitre - Le Sermon sur la montagne (p. 85 à 150)
1) De quoi s'agit-il ? Benoît XVI
2) Le renversement des valeurs : Benoît XVI
3) Les pauvres de cœur : Benoît XVI
4) (suite) Les doux posséderont la terre

D'entrée, Benoît XVI indique que la deuxième Béatitude de l'Évangile de Matthieu est étroitement liée à la première : « Heureux les doux (les humbles) : ils obtiendront la terre promise » (Mt 5, 5). Cette Béatitude est quasiment la citation d'un psaume : « Les doux posséderont la terre » (Ps 37 [36], 11). Dans la Bible en grec, le mot praeîs (au singulier prays) (« les doux — les humbles »), qui est porteur d'une riche et longue tradition, traduit le mot hébreu anawin qui désignait les pauvres de Dieu dont il a été question à propos de la première Béatitude. La première et la deuxième Béatitudes se recoupent donc largement, la deuxième précisant une nouvelle fois un aspect essentiel de ce que signifie la pauvreté vécue à partir de Dieu et dans la perspective de Dieu.

Mais l'éventail s'élargit encore si l'on considère d'autres textes où apparaît le même terme. Au Livre des Nombres, il est écrit : « Or, Moïse était très humble, l'homme le plus humble que la terre ait porté » (Nb 12, 3). Comment ne pas penser dans ce contexte à la parole de Jésus : « Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos » (Mt 11, 29) ? Le Christ est le nouveau Moïse, le vrai Moïse (telle est la pensée fondamentale qui traverse tout le Sermon sur la montagne) ; en lui s'affirme la présence de la bonté pure, qui est le propre du Très-Haut, de celui qui règne.

Nous sommes conduits encore plus profondément si nous considérons une autre correspondance entre Ancien et Nouveau Testament, au centre de laquelle nous rencontrons à nouveau le mot prays, doux, humble. Dans le Livre de Zacharie, nous trouvons cette promesse de salut : « Exulte de toutes tes forces, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici ton roi qui vient vers toi : il est juste et victorieux, humble et monté sur un âne, un âne tout jeune. Ce roi fera disparaître [...] les chars de guerre [...] ; il brisera l'arc de guerre, et il proclamera la paix aux nations. Sa domination s'étendra d'une mer à l'autre » (Za 9, 9-10). Le prophète proclame ici la venue d'un roi pauvre, un roi dont le règne ne repose pas sur le pouvoir politique et militaire. Sa nature même est l'humilité, la douceur envers Dieu et envers les hommes. Cette nature qui l'oppose aux grands rois de la terre se manifeste par le fait qu'il fait son entrée sur une ânesse, la monture des pauvres, par opposition aux chars de guerre qu'il supprime. Il est le roi de la paix, il l'est par le pouvoir de Dieu et non en vertu de son propre pouvoir.

À cela, s'ajoute l'universalité de sa royauté, qui s'étend sur toute la terre, « d'une mer à l'autre ». Cette expression suggère l'image du globe terrestre entouré d'eau de toutes parts et elle nous fait pressentir l'étendue de son règne qui englobe l'univers tout entier. Karl Elliger a raison de dire qu'« émergeant du brouillard, apparaît avec une étonnante netteté la figure de celui qui a réellement apporté la paix au monde entier, qui se situe au-delà de toute raison puisque, en fils obéissant, il a renoncé à user d'une quelconque violence et qu'il a souffert jusqu'à ce que son père le sauve de la souffrance, et qui à présent construit sans répit son royaume à travers cette simple parole de paix... » (K. Elliger, Das Buch der zwolf Kleinen Propheten, Altes Testament Deutsch 24/25, p. 151, voir bibliographie, p. 398). C'est seulement maintenant que nous saisissons toute la portée du récit du dimanche des Rameaux et que nous comprenons la signification de ce qui vient d'être raconté par Luc (cf. 19, 30) (tout comme par Jean), nous rapportant que Jésus envoie ses disciples chercher une ânesse avec son ânon : « Cela s'est passé pour accomplir la parole transmise par le prophète : Dites à la fille de Sion : Voici ton roi qui vient vers toi, humble, monté sur une ânesse et un petit âne, le petit d'une bête de somme » (Mt 21,4-5 ;cf. Jn 12, 14-15).

Malheureusement, les traductions françaises ont effacé ces correspondances en traduisant chaque fois prays par un mot différent. Dans ce large éventail de textes - du Livre des Nombres (chap. 12) à Zacharie (chap. 9), jusqu'aux Béatitudes et au récit du dimanche des Rameaux — on reconnaît la vision de Jésus roi de la paix, qui fait éclater les frontières entre les peuples et qui instaure « d'une mer à l'autre» un espace de paix. Par son obéissance, il nous appelle à entrer dans cette paix ; il la plante en nous. Le terme « doux, humble » fait partie du vocabulaire du peuple de Dieu, d'Israël devenu universel dans le Christ, mais c'est aussi une parole royale qui nous révèle la nature de la royauté nouvelle du Christ. En ce sens, on pourrait dire que ce terme relève à la fois de la christologie et de l'ecclésiologie ; en tout cas il nous appelle à suivre celui qui, en faisant son entrée dans Jérusalem monté sur une ânesse, nous révèle l'essence même de sa royauté.

à suivre... : 5)  Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise

Tous les articles sur le livre "Jésus de Nazareth"
 

Sources: www.vatican.va

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 22.11.2007 - BENOÎT XVI - T/J.N.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante