ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le Motu proprio de Benoît XVI, réponse aux commentaires

 

Le 17 novembre 2007 - (E.S.M.) - Nous avons reproduit, il y a deux jours, un article réfléchi du site Hermas.info. Aujourd'hui nous vous proposons la réponse, de l'auteur de cet éditorial, suite aux commentaires qu'il n'a pas manqué de recevoir. Il nous est rappelé que le pape Benoît XVI, par le Motu proprio, veut aider à la réconciliation de l'Église. Cela devrait être clair pour un catholique.

LA SAINTE LITURGIE DE L’ÉGLISE ROMAINE Pour agrandir l'image: C'est ici

Le Motu proprio de Benoît XVI, réponse aux commentaires

Source : HERMAS - L'article précédent : Le Motu proprio - applications et ambiguïtés - 15.11.07

Nous remercions nos lecteurs pour l'intérêt qu'ils ont bien voulu porter à l'article relatif au motu proprio. Les réactions exprimées manifestent bien la complexité et les ambiguïtés du sujet.

Il y est beaucoup question du FC. Disons-le tout de suite : notre propos n'était pas d'en faire le procès. C'était un exemple, rien de plus, pour lequel nous avons été clairs : le meilleur y voisine avec le pire. Nous prenons acte, d'ailleurs, de la mise en garde, signalée par un commentaire, du directeur du FC pour mettre un terme à ce dernier. (Coups de balai)

Ce "pire" est symptomatique d'un désordre objectif. Celui-ci, qu'on l'admette ou non, joue un grand rôle dans les débats actuels, tout autant que le progressisme. En quoi consiste-t-il ? Nous l'avons dit : volontarisme forcené, idéologie, fanatisme, libre-examen, ignorance. Ceux qui habillent tout cela en héroïsme et sainteté ne font que confirmer le diagnostic.

Ce pire est souvent associé à l'image que donnent les traditionalistes d'eux-mêmes auprès des autres. A tort ? Pour certains, il est évident que l'image est fausse, comme certains commentaires le soulignent, parce qu'avec le temps ils ont évolué, se sont apaisés et ouverts, et qu'ils donnent l'exemple de vertus manifestes. Pour d'autres, elle est malheureusement juste. Invoquer ce que tous ont subi permet de comprendre les positions des plus radicaux, voire de comprendre que sans les violences subies de la part d'un fanatisme progressiste destructeur, ce radicalisme n'existerait pas. Cela ne justifie cependant pas l'intégrisme qui constitue le fond psychologique d'un grand nombre.

Il en résulte, pour les évêques, une image brouillée, incertaine, qui demande à être clarifiée, et qui explique aussi des réactions de défiance ou d'hostilité. Sans méconnaître que certains puissent eux-mêmes être, en certains cas, affectés d'une sorte de haine du passé qui rend difficile tout effort de réconciliation.

Certains des commentaires prétendent que la critique de notre article n'a porté que sur les seuls traditionalistes. Un peu moins de passion dans la lecture suffirait pourtant à convaincre du contraire. Là aussi, nous avons été clairs : certains évêques en prennent à leur aise à l'égard du motu proprio de Benoît XVI comme ils l'ont fait à l'égard de celui de Jean-Paul II. Ne pas parvenir à voir ce que nous avons écrit confirme l'état d'esprit que nous décrivons.

Dans l'ensemble, le mouvement traditionaliste s'est caractérisé par son rejet du concile et de la nouvelle messe. Aujourd'hui, sur la question de la messe, une avancée décisive a été faite par le pape. On nous dit : "Laissons faire le pape". Mais le pape a parlé, a agi, et clairement. Il ouvre à chacun la possibilité d'accéder à ce qui est désormais appelé la forme extraordinaire du rite latin, principalement dans le cadre naturel de la catholicité qu'est la paroisse. En même temps, il a rappelé qu'il allait de soi que cette possibilité offerte supposait une acceptation de la forme ordinaire. Rappelons ses propres termes :

"Évidemment, pour vivre la pleine communion, les prêtres des communautés qui adhèrent à l'usage ancien ne peuvent pas (...), par principe, exclure la célébration selon les nouveaux livres. L'exclusion totale du nouveau rite ne serait pas cohérente avec la reconnaissance de sa valeur et de sa sainteté".

C'est le pape qui parle, et qui indique cette réserve comme une "évidence". Ce n'est pas nous qui assignons, comme il nous est reproché, des "conditions" à ce qu'il propose. Et cette réserve va très loin - du point de vue traditionaliste - puisqu'elle indique explicitement que le prêtre traditionaliste qui entend bénéficier de ces dispositions ne peut pas exclure de célébrer lui-même la messe selon l'ordo de Paul VI. Que chacun y réfléchisse.

Qu'on puisse lire notre article en n'y voyant qu'une critique exclusivement dirigée contre les traditionalistes, passe encore. Qu'on puisse en revanche se dire attentif à la volonté du pape, et un fidèle serviteur, critiquer les évêques pour leur mauvais accueil et faire totalement l'impasse sur cette réserve capitale et explicite, comme si elle n'existait pas, pour ne voir que la faculté de célébrer librement l'ancienne forme liturgique, c'est une toute autre affaire. Le moins qu'on puisse en dire est que cela ne procède pas d'une lecture objective et d'une approche loyale de la question. Quand, de surcroît, des fidèles ou des prêtres se réclament du motu proprio pour exiger de pouvoir bénéficier de ses dispositions tout en se réservant de mettre toujours en cause la "valeur et la sainteté" [l'expression, rappelons-le, est du pape lui-même] de la nouvelle forme liturgique, ou de condamner des prêtres traditionalistes qui célèbrent désormais selon cette forme, voilà qui est insupportable.

Nous l'avons écrit : le pape, par ce texte, veut aider à la réconciliation de l'Église, il l'a écrit explicitement. Personne n'est obligé d'entrer dans ce projet. Ceux qui veulent le faire, qu'ils le fassent selon son intention, pas selon l'étroitesse de leurs vues ou selon les intérêts de leurs chapelles ou de leurs clientèles.

Il est totalement inopérant, sur ce point, de rappeler que les traditionalistes ont eu à souffrir de beaucoup d'injustices, et qu'ils en souffrent encore - ce qui est parfaitement exact. Il s'agit ici d'honnêteté intellectuelle, de loyauté tant à l'égard du motu proprio, de l'intention manifestée de son auteur et de l'Église même.

Comme l'un des commentaires le souligne à raison, on ne sortira pas de cette crise si tout le monde n'y met pas du sien. Cela suppose des sacrifices, des remises en cause, des réflexions, beaucoup de prière, éventuellement du courage pour les prêtres, par rapport à des fidèles qui ne poussent pas nécessairement dans le sens de l'unité. Ceux qui biaisent, qui trichent, qui manipulent ces textes ou s'aveuglent sur leur sens, d'un côté ou de l'autre, contribuent objectivement à ce que cette crise se poursuive durablement.

Aucun argument ne permet de le justifier.

Le Motu Proprio Le texte officiel et tous les commentaires
 

Sources: www.vatican.va

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 17.11.2007 - BENOÎT XVI - T/M.P.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante