ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI:"la multiplicité et l'unité vont de pair"

 

SAMEDI 17 JUIN 2006.  Le Pape Benoît XVI a réaffirmé dernièrement le rôle essentiel assigné aux laïcs à côté de la hiérarchie traditionnelle, depuis le concile Vatican II. Mais il a aussi rappelé que, dans l'Église catholique, «la multiplicité et l'unité vont de pair».

Le pape Benoît XVI et le cardinal Lehmann

 

Introduction: « Tous les baptisés appelés à la perfection de la vie chrétienne », a rappelé Benoît XVI en commentant , avant l’angélus du 13 nov. 2005 un document du concile Vatican II, le décret sur l’apostolat des laïcs,  « Apostolicam actuositatem ».

 

CEPENDANT LES LAÏCS, FUSSENT-ILS "OFFICIELLEMENT" MANDATES, N'ONT PAS TOUS LES DROITS.

Il y a quelques temps, nous faisions remarquer que les propos de certains évêques, ainsi que les structures mises en place dans certains diocèses, visaient à mettre en place une "nouvelle Eglise" de type protestant, dans laquelle le rôle de l'évêque se limiterait à celui de "fédérateur" de communautés locales unies entre elles par un Credo réduit au minimum.


Ce danger existe vraiment si l'on en croit le contenu d'une lettre adressée au Cardinal Lehmann, Président de la Conférence des Evêques d'Allemagne, par le Cardinal Levada, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (le Pape Benoît XVI a choisi un gardien de la doctrine de l’Eglise tout aussi tenace que lui-même pour lui succéder à la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la foi. La mission de la Congrégation est de sauvegarder l’orthodoxie catholique). (Rappelons au passage que l'Eglise en Allemagne fonctionne sur des structures mieux établies dans les diocèses qu'en France) .


Pour comprendre de quoi il s'agit, il convient de rappeler qu'à l'occasion de la fête de la Pentecôte a eu lieu à Rome un grand rassemblement des "communautés nouvelles" récemment apparues au sein de l'Eglise. Comme il y a huit ans, lors du dernier rassemblement de ce type voulu à l'époque par Jean-Paul II, cette rencontre eu lieu sous le signe de la continuité: Benoît XVI a voulu ainsi montrer que toutes ces communautés avaient leur place au coeur de l'Eglise, malgré des questions qui, pour l'une ou l'autre de ces communautés restent encore à éclaircir.


Benoît XVI a invité les mouvements d'Eglise à être " des écoles de la véritable liberté " des fils de Dieu "dans un monde plein de fausses libertés".

 

Les membres et les sympathisants de ces communautés, réunis place Saint-Pierre, ont eu à coeur de manifester leur attachement au Successeur de Pierre, le pape Benoît XVI et aux évêques. Parmi les ecclésiastiques présents à ce grand rassemblement, ceux qui ont l'âge d'avoir participé aux travaux de la Curie dans les années soixante et soixante-dix, ont vu cette masse bigarrée de laïcs engagés - plus d'un demi million ce samedi de Pentecôte - et force leur a été de constater que quelque chose de tout nouveau avait grandi dans l'Eglise: quelque chose qui n'existait pas autrefois.


Ces remarques permettent de replacer dans son contexte l'échange qui a lieu actuellement entre Rome et les Catholiques allemands, et d'expliquer en particulier la position quelque peu sceptique de Rome à l'égard de certaines évolutions pastorales.


Ainsi, des Communautés installées dans certains diocèses ont-elle su peu à peu gagner la confiance de leurs évêques, et participent à présent très concrètement à la vie pastorale du diocèse. Ailleurs, des communautés ecclésiales travaillent à la mission, ou dans des contextes sociaux difficiles que n'atteint plus toujours la pastorale ordinaire. Cela peut être incontestablement très positif.


Mais que, sous prétexte qu'ils sont réunis au sein d'une organisation, des membres de ces communautés veuillent à présent également participer aux instances diocésaines, voilà qui attire l'attention les autorités romaines.


Le Cardinal Levada a donc cru nécessaire de bien rappeler à ce sujet la position de l'Eglise au Président de la Conférence des Evêques d'Allemagne en ces termes: "Les diocèses catholiques ne sont pas des Eglises protestantes librement organisées par région."


Il faut savoir qu'en Allemagne les catholiques ont l'habitude de se retrouver lors de journées de réflexion largement ouvertes à tous; ces journées sont encadrées par un Comité central chargé, entre autres choses, de présenter à la Conférence des Evêques des sortes de résolutions résumant les débats et les propositions de ces journées. C'est de cette façon que les fidèles laïcs ont pu porter devant leur Conférence épiscopale, via les Comités, leur désir de participer de façon plus intense aux décisions prises dans leur diocèse (Résolution du 30 avril 2005). Une façon habile de mettre les évêques devant l'obligation d'entériner des décisions prises par "la base".


Les arguments de ces Comités, rappelés par le Cardinal Levada dans sa réponse au Cardinal Lehmann, se fondent sur des textes du Droit Canonique régissant les statuts des fidèles laïcs dans l'Eglise et sur le droit, pour tout croyant, de participer activement au sacerdoce du Christ, (can. 204 § 1; 208) en prenant part au gouvernement collégial de l'Eglise (can. 127 et 119).


Le canon 204, en effet, explique en introduction que tous les croyants, par leur baptême, sont incorporés au Christ, et constituent le peuple de Dieu: "ils sont ainsi devenus participants." Le canon 208 insiste encore sur l'égalité et la dignité de tous les baptisés, qui, chacun à sa place et selon sa charge, contribuent à la construction du Corps du Christ. Les canons 127 et 119 traitent quant à eux des normes générales en vigueur lorsqu'une haute autorité de l'Eglise est amenée à désigner des personnes ou des commissions ayant à donner un avis et des conseils dans des situations bien déterminées.


Mais il apparaît effectivement comme abusif de vouloir déduire de ces textes que les organisations de laïcs auraient un droit de co-décision dans les diocèses ou les paroisses. Ainsi le Cardinal Levada précise-t-il: "Appliquer de façon ciblée le contenu des can. 127 (et 119 §3) aux décisions prises dans les conseils pastoraux des diocèses et des paroisses est sujet à caution. Le droit canonique déclare sans la moindre ambiguïté possible que ces conseils pastoraux n'ont qu'une voix consultative qui n'oblige jamais le curé, ou le cas échéant, l'évêque, à s'associer de façon systématique à leurs décisions."


Le Préfet de la Congrégation de la foi relève aussi le fait que les revendications du comité central de l'organisation des catholiques en Allemagne néglige ouvertement certains documents romains officiels, comme la Lettre Apostolique
Pastores gregis de Jean Paul II (2003), l'Instruction "Le Prêtre, pasteur et guide de la communauté paroissiale" de la Congrégation pour le clergé (2002) et l'Instruction interdicastérielle traitant de "quelques aspects de la collaboration des laïcs avec le prêtre" (1997). Et il demande donc à la Conférence épiscopale allemande de bien vouloir informer la Congrégation pour la doctrine de la Foi des décisions prises ou envisagées, car, ajoute-t-il: "il s'agit là de questions aux vastes implications ecclésiologiques.


Pour le Siège apostolique, le catholicisme militant, organisé, structuré tel qu'il existe en Allemagne, évoque l'idée que la vocation missionnaire des catholiques dans le monde se trouve réduite à des rapports de pouvoir à l'intérieur de l'Eglise; il montre ainsi son incompréhension persistante des textes du concile Vatican II, des dispositions du Droit canonique, et de l'enseignement apostolique de l'Eglise.


De nombreux évêques sont conscients de la situation. Il serait intéressant de savoir comment ils ont reçu cette lettre du Cardinal Levada, et quelles dispositions ils comptent prendre. Quoi qu'il en soit, ce courrier d'une haute autorité du Vatican ne serait-il pas à prendre également en compte dans bien des diocèses français?

 

REPERES:

Le Concile a réservé une grande attention au rôle des fidèles laïcs, en leur consacrant un chapitre entier - le quatrième - de la Constitution LUMEN GENTIUM sur l'Eglise, rappelait le pape Benoît XVI, pour en définir la vocation et la mission, enracinées dans le Baptême et la Confirmation, et en les conduisant à "chercher le règne de Dieu précisément à travers la gérance des choses temporelles qu'il ordonnent selon Dieu" (n. 31). Le 18 novembre 1965, les Pères approuvèrent un Décret spécifique sur l'apostolat des laïcs, APOSTOLICAM ACTUOSITATEM. Celui-ci souligne avant tout que "la fécondité de l'apostolat des laïcs dépend de leur union vitale avec le Christ" (ibid., n. 4), c'est-à-dire d'une spiritualité robuste, nourrie par la participation active à la Liturgie et exprimée dans le style des Béatitudes évangéliques. En outre, pour les laïcs, la compétence professionnelle, le sens de la famille, le sens civique et les vertus sociales sont d'une grande importance.

 

Benoît XVI réaffirme l'importance des mouvements de laïcs pour l'Eglise: Benoît XVI  

"L'HEURE DES LAICS A SONNÉ"  Benoît XVI

Le pape Jean-Paul II demandait un sérieux "examen de conscience" aux laïcs . Lire:
L'APOSTOLAT DES LAÏCS, commentaires de Benoît XVI, 14.11.2005:
Benoît XVI

 

Source: Archives E.S.M - Association Pro Liturgia - info@proliturgia.org

Eucharistie sacrement de la miséricorde - 17.06.2006 - BENOÎT XVI  - Laïcs

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante