ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

La liturgie et la musique sacrée

 

Lundi 15 janvier 2007 - (E.S.M.) - Joseph Swain nous confie ses observations sur la liturgie telle qu'elle est célébrée dans la basilique St Marc, à Venise et il apparaît clairement que le chant grégorien et la musique polyphonique s'adaptent parfaitement à la continuité de la messe.

Le chant grégorien

La liturgie et la musique sacrée

Basilique Saint-Marc : une liturgie sans cantiques

N'est-ce pas cette liturgie de la grande basilique vénitienne que le Concile avait en vue ?
par Joseph Swain

Je le redis une fois encore, ce fût une bénédiction d'avoir eu la chance de vivre à Venise pendant cinq mois, de juillet à décembre 2005, comme directeur d'un groupe d'étudiants en mission d'étude et ayant reçu le soutien financier de l'Uni­versité de Colgate (New York) où j'enseigne normalement. Depuis mon dernier voyage en 1994, un nouveau maître de chapelle a été nommé dans l'église la plus célèbre de la ville, la basilique Saint-Marc, lieu où reposent les reliques de l'évangéliste et siège du patriarcat de Venise. De merveilleuses améliorations de la musique liturgique y ont pris place. Cette nouvelle façon de concevoir les programmes musicaux est un défi à la manière dont les Américains pensent la musique liturgique, en ceci de particulier que ces programmes ne comportent plus aucun cantique.

Il suffit de jeter un oeil aux suggestions musicales et aux conseils donnés dans nos magazines liturgiques « commerciaux », d'écouter les gens vous donner leurs opinions et préférences, ou de voir les prêtres et les commissions liturgiques lorsqu'ils mettent au point les programmes de chants : en Amérique certainement, et ailleurs tout aussi sûrement, nous faisons une fixation sur les « quatre chants » – les cantiques entonnés au début de la messe, à l'Offertoire, après la Communion, et à la sortie.

Cette particularité dérive d'une tradition allemande préconciliaire de chanter les cantiques et hymnes d'assemblée lors des messes basses (c'est-à-dire, entièrement dite, et sans musique) aux endroits où le propre de la messe aurait été normalement chanté par une chorale dans une liturgie plus solennelle. Le célébrant devait prononcer les textes prescrits pendant que l'assemblée chantait – dans le meilleur des cas – une paraphrase en vers, ou sinon simplement un cantique de dévotion familier. La tradition, remontant au moins au XVIIIe siècle, correspondait au désir naturel de l'assemblée de prier en chantant comme lors d'une messe solennelle. Le concile Vatican II, pour promouvoir une telle « participation active », a chargé l'assemblée de chanter les véritables textes liturgiques. Mais comme les mélodies grégoriennes du propre ne sont pas si aisées, les évêques se sont emparés des clauses les moins exigeantes de la Constitution sur la Liturgie et de ses instructions : ils ont permis qu'aux mélodies grégoriennes soient substitués des cantiques plus faciles et plus familiers.

À une exception près, les « quatre chants » continuent de servir de remplacement aux textes prescrits dans le Missel romain pour les fêtes particulières, c'est-à-dire les textes du propre de l'ancienne tradition : l'Introït (ou antienne d'entrée), l'antienne de l'Offertoire, et l'antienne de Communion. La dénomination « antiennes » (antiphonae) tient du fait que dans les anciens temps, elles n'étaient pas chantées pour elles-mêmes, mais en réponse aux versets du Psaume tout entier. L'exception reste le chant d'envoi (ou chant de sortie) qui ne prend la place de rien du tout, mais satisfait plutôt notre besoin moderne et esthétique d’un « grand final », comme dans un opéra ou dans un film hollywodien.

Néanmoins, notre fixation sur les « quatre chants », apparaît quelque peu en contradiction avec les exhortations du Concile. « Pour promouvoir la participation active, on favorisera les acclamations du peuple, les réponses, le chant des psaumes, les antiennes, les cantiques [...] » (Constitution conciliaire, Sacrosanctum concilium, sur la sainte Liturgie, Art. 30). Les « cantiques » ne sont cités dans l'énumération qu'en dernière priorité. Les documents préconciliaires sur la musique sacrée Mediator Dei (Pie XII, 1947) et Musicae Sacrae (Pie XII, 1958) et les directives américaines comme Music in Catholic Worship (1983) donnent les mêmes priorités, parfois avec plus de détail. Mais dans une paroisse américaine typique, lorsque les ressources ne permettent pas une musique très élaborée, les assemblées ne chantent ni le Psaume ni l'ordinaire de la messe (par exemple le Gloria) mais seulement ces « quatre chants ».

Voilà pourquoi l'usage en cours à la basilique Saint-Marc de Venise est intéressant et instructif. Au cours de la demi-douzaine de messes solennelles auxquelles j'ai participé, il n'a été chanté aucun cantique excepté un chant d'entrée à Marie sur la mélodie du « O Sanctissima » pour la vigile de la fête de l'Immaculée Conception. Autrement, aucune musique ressemblant à ce que les Américains auraient appelé un chant d'assemblée. Pourtant la participation active des gens par une musique liturgique riche et variée était à la fois continue et fervente.

Voici un programme typique de la basilique :

1. Introit. Après un prélude d'orgue, la chorale chante les paroles de l'antienne du jour, en latin, sur une composition polyphonique avec le soutien d'un accompagnement d'orgue. L'assemblée, debout, écoute et contemple la procession d'au moins une douzaine de ministres, suivie par l'encensement de l'autel.

2. Invocation et accueil. Les chants sont exécutés par le célébrant en langue vernaculaire (italien). L'assemblée répond de la même manière.

3. Kyrie eleison. Chanté en grec, sur une simple mélodie grégorienne, l'assemblée répondant à la chorale.

4. Gloria in excelsis Deo. Chanté par la chorale seule, habituellement en latin, sur une composition polyphonique.

5. Prière, chantée en italien par le célébrant, suivie par la première lecture, qui est dite.

6. Psaume responsorial. Un chantre donne l'intonation du refrain, auquel répond l'assemblée. Le chantre psalmodie ensuite les versets par deux, toujours en italien, après quoi l'assemblée répond en chantant les deux versets suivants.

7. Acclamation de l'Évangile. Succédant à la seconde lecture (dite), l'assemblée chante un simple Alleluia, la chorale chantant ensuite le verset. L'Évangile est lu en italien, excepté lors de la célébration par le patriarche de la vigile de l'Immaculée Conception, où il est chanté en italien.

8. Credo. Toujours le très classique Credo III (XVIIe siècle) tiré du Liber Usualis, chanté en latin avec dialogue entre le choeur et l'assemblée. Le feuillet distribué aux fidèles indique, en caractères gras, les paroles qui doivent être chantées.

9. Chant d'offertoire. Une composition polyphonique pour choeur accompagne la procession des dons, l'encensement des ministres et de l'assemblée.

10. Les dialogues de la préface sont chantés en italien par le célébrant et l'assemblée. Le célébrant chante ensuite la préface en italien. La chorale donne immédiatement ensuite le Sanctus sur une polyphonie avec texte en latin.

11. La Prière eucharistique est dite en italien par le célébrant. L'anamnèse – un chant en italien (toujours le même) – est chanté.

12. Pater noster. Chanté en latin par le choeur et l'assemblée sur le ton grégorien traditionnel (à nouveau, le texte latin est donné entièrement sur le programme).

13. Agnus Dei. Chanté en latin par la chorale et l'assemblée sur une mélodie grégorienne.

14. Chant de Communion. Une composition polyphonique pour choeur.

15. Rite d'envoi. Chanté en italien par le célébrant, l'assemblée répondant de même.

16. La «sortie» est habituellement accompagnée par une brillante pièce d'orgue. Occasionnellement, il arrive que ce soit le choeur qui chante, auquel cas l'orgue conclut la pièce par un postlude.

L'expérience de cette Liturgie de la basilique Saint-Marc appelle au moins cinq observations.

Premièrement, il apparaît clairement que le chant grégorien et la musique polyphonique s'adaptent parfaitement à la continuité dramatique de la messe. En comparaison, les hymnes et chants, qu'ils soient luthériens, anglicans, ou de tout type moderne, paraissent souvent arrêter l'action liturgique – à l'exception de ceux qui servent à accompagner une procession – car leur forme strophique et leur versification mesurée ne ressemble à rien d'autre au cours de la messe. Ils se tiennent là, comme des gratte-ciels en rase campagne. C'est sûrement la raison pour laquelle, historiquement, les hymnes ont été limitées à l'Office des Heures (Matines, Vêpres, etc.), qui sont essentiellement des liturgies contemplatives. La messe, par contraste, est une action, avec sa direction propre. Il n'y a pas de musique autre que le chant grégorien qui puisse promouvoir cette action d'aussi belle manière, avec son rythme fluide, et sa mise en musique de textes aussi efficace.

Deuxièmement, l'expérience liturgique de Saint-Marc contredit complètement le stéréotype d'un répertoire poussiéreux de polyphonies et de chants grégoriens toujours identiques. Les compositions polyphoniques données à Saint-Marc vont du XVIe au XXe siècle, les plus modernes étant largement fournies en dissonances et en rythmes complexes, à des années lumières de la musique de Palestrina. L'exécution du chant est déclinée au moins en six modes de présentation : voix solo a cappella, choeur a cappella, assemblée a cappella, les trois mêmes pouvant aussi être interprétés sur divers accompagnements harmonisés à l'orgue. Il est donc difficile de rivaliser avec cette messe solennelle en variété de sons et d'effets musicaux

Troisièmement, la messe qui est chantée est strictement celle prescrite dans les livres liturgiques. Les paraphrases et substitutions ne sont présentes que rarement. Le déroulement est donc très proche de celui que les Pères du Concile avaient en tête dans le chapitre VI sur la musique dans la Constitution sur la sainte Liturgie, Sacrosanctum Concilium (1963).

Quatrièmement, l'assemblée est soulagée de cette course effrénée qui lui est imposée de l'apprentissage de nouvelles mélodies semaine après semaine. Les textes les plus variables – le propre – sont confiés à un choeur entraîné, capable d'apprendre rapidement les centaines de mélodies et harmonisations sur lesquels ils sont chantés. L'assemblée chante, bien sûr, un nouveau Psaume chaque semaine, mais le reste du temps elle interprète le noyau des prières ordinaires et des acclamations, qui elles, restent invariables. L'assemblée y semble très à l'aise. C'est peut-être ce qui explique la dernière remarque.

Cinquièmement, l'absence de cantiques ne signifie en rien une perte de la participation active de l'assemblée. Sur les seize moments liturgiques cités plus haut, l'assemblée en chante onze, et participe par une écoute et une contemplation actives aux cinq autres. Le déroulement liturgique continu et la variété musicale laissent les fidèles entièrement impliqués (mon épouse, une grande admiratrice de musique liturgique, a admis qu'elle n'avait pas remarqué l'absence de cantiques à la basilique Saint-Marc, jusqu'à ce que je lui confie la relecture de cet article). Le chant de l'assemblée semble passionné et enthousiaste, ceci en dépit d'une proportion toujours importante de touristes. De fait, le Credo III, une mélodie grégorienne longue et non répétitive, chantée uniquement à partir du texte rappelé sur les feuilles (sans notation musicale), sort si merveilleusement qu'il est effectivement le signe d'une assemblée qui prend son rôle à coeur.

Une basilique majeure comme Saint-Marc profite bien sûr de ressources que bien peu de paroisses possèdent : un organiste virtuose, un choeur professionnel, et une abondance de ministres. Cela prouve encore la sagesse du conseil donné par le Concile au sujet des priorités en matière de musique liturgique. C'est un encouragement à essayer de penser un peu au-delà des quatre chants traditionnels, et peut-être à amorcer les prochaines étapes, que même les paroisses modestes peuvent entreprendre, de ce voyage sans fin vers une Liturgie parfaite.

Joseph Swain enseigne la théorie et l'histoire de la musique à l'université de Colgate (Hamilton, New York) depuis 22 ans. Son Dictionnaire historique de la musique sacrée paraîtra chez Scarecrow Press en décembre 2006. Cet article est paru dans Pastoral Music en août 2006, et est reproduit ici avec la permission de l'auteur. Un article antérieur du Dr. Swain – Le latin liturgique reconsidéré, a été publié dans l'édition de mars 2003 du Bulletin d'Adoremus.

Rubrique -  Musique Sacrée

Sources: Adoremus - E.S.M.

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 15.01.2007 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante