ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

 Saint Ignace, rappelle Benoît XVI, est le « Docteur de l’unité »

 

CITE DU VATICAN, le 14 Mars 2007 - (E.S.M.) - Saint Ignace conduit sous escorte militaire de Syrie à Rome, voyage qui n’est pas sans rappeler le dernier voyage de Paul, écrit sept lettres aux communautés chrétiennes, comme l'a rappelé le pape benoît XVI dans le texte intégral de sa catéchèse de ce jour.

Saint Ignace, évêque d’Antioche de Syrie

Saint Ignace, rappelle le pape Benoît XVI, est le « Docteur de l’unité »

Synthèse de la catéchèse du pape Benoît XVI, en français

Chers Frères et Sœurs,

Nous nous intéressons aujourd’hui à la figure de saint Ignace, évêque d’Antioche de Syrie de 70 à 107. Antioche est aujourd’hui située en Turquie; l’apôtre Pierre en fut le premier évêque. Condamné à être livré aux bêtes, saint Ignace est conduit à Rome pour y subir le martyre, dans lequel il voit le moyen d’être pleinement configuré à son Seigneur. Il profite de son passage dans différentes villes d’Asie pour y affermir la foi des chrétiens.

C’est au cours de son transfert qu’il rédige sept lettres à différentes Églises (1). Il y définit la vie chrétienne comme une imitation du Christ. « Accourrez tous à Jésus Christ comme à l’unique Temple de Dieu» (Magn.7,2) écrit-il. Saint Ignace, rappelle Benoît XVI, est le « Docteur de l’unité » : unité de Dieu, unité du Christ, unité de l’Église et unité entre les disciples, pour laquelle il multiplie les images et les comparaisons : les cordes de la cithare, l’unité des voix dans le chant, l’accord des instruments. Les croyants doivent vivre « dans la possession de l’esprit indivis, qui est Jésus Christ lui-même » (Magn. 15).

Partageant « une seule prière, un seul esprit, une seule espérance dans la charité » (Magn. 7,1), les chrétiens sont invités à développer en eux ce sens de l’unité. À ses correspondants comme à nous, saint Ignace dit : « Travaillez ensemble les uns pour les autres, luttez ensemble, courez ensemble» (Poly. 6,1).

Ensuite Benoît XVI a salué cordialement les pèlerins de langue française, en particulier les jeunes, les Petites Sœurs de Jésus en session de renouveau et les membres de l’Association internationale des Charités contre les pauvretés. Je vous invite à trouver dans l’unité entre vous le dynamisme et la force pour témoigner de l’amour du Christ. Avec ma Bénédiction apostolique.

Repères:
Ignace est évêque d’Antioche de Syrie au début du IIe siècle, dans une Église chrétienne de cinquante ans d’existence. D’origine hellénique, Antioche hérite du patrimoine de l’Église de Jérusalem. Ignace, issu du pagano-christianisme, retient de cet héritage les valeurs bibliques et spirituelles — saint Jean pour la vie en Christ et saint Paul pour l’unité de Jésus et son Église — qu’il exprime dans la sensibilité et la langue de son âme : le grec.

Sous le règne de l’empereur Trajan (85-117), Ignace est arrêté, jugé et condamné aux bêtes. Il sera exécuté en l’an 110 à Rome, qui se réserve les plus prestigieuses victimes.

Conduit sous escorte militaire de Syrie à Rome, voyage qui n’est pas sans rappeler le dernier voyage de Paul, il écrit sept lettres aux communautés chrétiennes, comme l'a rappelé le pape benoît XVI dans le texte intégral de sa catéchèse, (celles d’Éphèse, de Magnésie du Méandre, de Tralles, de Rome, de Philadelphie, de Smyrne et à celle à Polycarpe évêque de Smyrne). (1)

Son prestige est tel que les chrétiens des villes d’Asie qu’il traverse, accourent pour témoigner de leur respect empreint de vénération, tandis que les autres villes envoient leur délégation au devant de lui.

Ses lettres antérieures aux derniers écrits du Nouveau Testament sont notre meilleure source d’informations sur la vie des chrétiens autour de l’an 100. Elles nous révèlent un évêque et docteur de la foi, mais aussi un chrétien passionné du Christ, impatient de rejoindre son Seigneur à travers le martyr.

Le martyre de saint Ignace

« Je suis le froment de Dieu, et je suis moulu par la dent des bêtes, pour devenir le pain immaculé du Christ » Lettre aux Romains

Émouvant chemin que les derniers jours d’Ignace. Sa lettre aux Romains nous présente un homme saisi par Dieu, consumé par amour, brûlant, exceptionnel, héroïque avec simplicité et pudeur, bienveillant avec lucidité, avec un don inné pour la sympathie. De son offrande, monte un des plus beaux chants jailli d’un cœur chrétien : amour pour le Christ et son Église qu’il désire unie, comme Jésus l’est à son Père.

Écoutons-le.

Tout d’abord le martyre n’est pas facile, il n’est pas le chemin naturel de l’homme : « Il me sera difficile, à moi d’arriver à Dieu, si vous n’avez pas pitié de moi. »

Ignace enracine son désir dans les préceptes qui ont forgé sa foi : « Ce que je veux, c’est précisément la mise en pratique de vos leçons et vos préceptes. »

Mais Ignace dépasse les commandements en en faisant un acte d’amour : « Pour que je sois un chrétien, non seulement de bouche mais de cœur ; non seulement de nom, mais de fait. »

Ce qui lui donne la force d’avancer, c’est son désir de ne plus posséder que le Christ, d’être avec Lui face à face : désir identique à celui des mystiques. « Que les plus cruels supplices du diable tombent sur moi, pourvu que je possède enfin Jésus Christ. » Ou encore « Jésus est mort pour nous ! C’est Lui que je veux, Lui qui est ressuscité à cause de nous. »

Pour Ignace, pas d’autre voie que celle qui le configure à la vie et à la mort du Christ : « permettez-moi d’imiter la Passion de mon Dieu. »

Plongé dans la mort du Christ mais pour renaître avec Lui. Les souffrances et la mort du Christ ont vaincu la mort. La puissance de la Résurrection est au bout du chemin. La mort n’est qu’un passage. Ignace touche toute la profondeur du mystère Pascal : « Il est bon en effet, de me coucher du monde en Dieu pour me lever en Lui. »

Il ne meurt pas seul. Comme Jésus mort pour tous les hommes, il pressent que sa mort est pour tous les chrétiens : « C’est quand j’aurai disparu de ce monde que ma foi apparaîtra avec plus d’éclat. »

Dépassés et impuissants devant un engagement si radical, comme Marie au pied de la Croix, il n’y a plus qu’à laisser le Bien-Aimé attirer sa bien-aimée. Laissons aller Ignace vers son Dieu et notre Dieu : « Mes passions terrestres ont été crucifiées, et il n’existe plus en moi de feu par la matière ; il n’y a plus qu’une eau vive, qui murmure au-dedans de moi et me dit : Viens vers le Père !

La semaine dernière dans le discours en langue italienne, le Pape Benoît XVI, qui a entamé un nouveau cycle de catéchèses sur les Pères Apostoliques, s'est arrêté sur la figure de Saint Clément évêque de Rome: Catéchèse de Benoît XVI : mercredi 7 mars

Texte intégral de la catéchèse du pape Benoît XVI: Catéchèse de Benoît XVI : mercredi 14 mars

(1) Lettres d'Ignace d'Antioche

Autres synthèses: Benoît XVI dresse le portrait d'Ignace d'Antioche
Benoît XVI encourage la vivacité de l'Eglise des Pouilles - 14.03.07
La communauté Shalom acclame Benoît XVI - 14.03.07

 

Sources:  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 14.03.2007 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante