ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

L’éducation dans le Magistère de Jean Paul II

 

Rome, le 12 mars 2008 - (E.S.M.) - Jean Paul II, à juste titre, au-delà des écrits consacrés spécialement aux Facultés ecclésiastiques et aux Universités Catholiques, a parlé à plusieurs reprises d’éducation tout au long de son Pontificat. On peut même dire que l’éducation fut le thème central du Magistère du Saint-Père.

Le bien-aimé Jean-Paul II

L’éducation dans le Magistère de Jean Paul II

« Sapientia Christiana » est la deuxième Constitution Apostolique de Jean Paul II. Consacrée aux Universités et Facultés ecclésiastiques, elle a été signée le 15 avril 1979. A son sujet le pape Benoît XVI signalait dernièrement qu'elle est "la grande charte des Facultés Ecclésiastiques et sert de base pour formuler les critères pour juger de la qualité de ces institutions".

Dans cet important Document, Jean Paul II insiste sur la nécessité que l’Évangile pénètre la vie culturelle du monde. Dans cette action de l’Église vis-à-vis de la culture, les Universités Catholiques ont eu, et ont toujours actuellement, une importance particulière, car, par leur nature « elles tendent à réaliser une présence, pour ainsi dire, publique, stable et universelle de la pensée chrétienne, dans tout l’effort dirigé à promouvoir la culture supérieure ».

Le Concile Vatican II n’a pas hésité lui non plus à faire cette affirmation : « L’Église Catholique suit avec beaucoup d’attention ces Écoles de degré supérieur » ; il a vivement insisté pour les Universités catholiques « soient développées et réparties convenablement dans les différentes parties du monde », et pour que, dans ces Universités, « les étudiants soient formés comme hommes vraiment éminents par leur savoir, prêts à réaliser des tâches importantes dans la société, et à témoigner de leur foi face au monde ». L’Église sait très bien en effet que « l’avenir de la société et l’Église elle-même, est intimement lié au développement intellectuel des jeunes qui suivent les études supérieures ».

Jean Paul II rappelle aussi comment, avec l’engagement des Universités Catholiques, il y a aussi celui des Facultés et des Universités ecclésiastiques, qui s’occupent particulièrement de la Révélation chrétienne et des disciplines qui lui sont liées, et qui, en conséquence, se relient plus étroitement à sa même mission évangélisatrice

C’est en effet aux Facultés Ecclésiastiques qu’est précisément consacrée « Sapientia Christiana » (en anglais uniquement version HTML). Il leur revient de former les futurs prêtres, et c’est une tâche importante, et dont il est nécessaire que l’Église tout entière comprenne l’importance.

Ces prémisses étant posées, la Constitution Apostolique « Sapientia Christiana » énumère tout une série de normes concernant l’action pratique des enseignants, des étudiants, des responsables et du personnel auxiliaire au sein de ces Facultés. Les normes concernent le programme des études, les grades académiques, les sujets didactiques, l’administration économiques. D’autres normes concernent chaque Faculté, les Facultés de théologie, les Facultés de droit canon, les Facultés de philosophie et les autres Facultés.

Une autre Constitution Apostolique, « Ex Corde Ecclesiae », signée par Jean Paul II le 15 août 1990 est consacrée en revanche aux Universités Catholiques. Le Saint-Père y présente un panorama sur l’ensemble des tâches qui reviennent de manière particulières aux Écoles Catholiques, bien plus ample que celui exposé dans « Sapientia Christiana », pour les Facultés ecclésiastiques. Avant les normes générales, le Saint-Père consacre 49 paragraphes à cette question.

Jean Paul II présente aussitôt son point de vue sur les Écoles catholiques : dans un monde qui se caractérise par des développement toujours plus rapides dans la science et dans la technologie, les tâches de l’Université Catholique revêtent une importance et une importance toujours plus grandes. En effet, les découvertes scientifiques et technologiques, si elles comprennent d’une part une croissance économique et industrielle énorme, imposent d’autre part, de manière inéluctable la recherche nécessaire de sa signification, dans le but de garantir que les nouvelles découvertes soient utilisées pour le bien authentique des individus et de la société humaine dans son ensemble. Si c’est la responsabilité de chaque Université de rechercher cette signification, l’Université Catholique est appelée elle aussi, de manière spéciale, à répondre à cette exigence : « Son inspiration chrétienne lui permet d’inclure dans sa recherche la dimension morale, spirituelle et religieuse, et de juger les conquêtes de la science et de la technique selon la perspective de la totalité de la personne humaine ».

Les Universités Catholiques ne peuvent pas ne pas chercher la diffusion de la culture catholique. Pour Jean Paul II, cette culture catholique a quatre caractéristiques : 1) Une inspiration chrétienne de la part non seulement des individus, mais aussi de la communauté universitaire en tant que telle ; 2) une réflexion continue, à la lumière de la foi catholique, sur le trésor de la connaissance humaine, à laquelle elle cherche à offrir une contribution par ses propres recherches ; 3) la fidélité au message chrétien tel qu’il est présenté par l’Église ;4) l’engagement institutionnel au service du Peuple de Dieu et de la famille humaine, dans leur itinéraire vers cet objectif transcendant qui donne tout son sens à la vie.

A la lumière de ces caractéristiques, il est évident que dans une Université Catholique, « les idéaux, les attitudes et principes catholiques imprègnent et président aux activités universitaires conformément à la nature et à l’autonomie propres de ces activités. En un mot, étant en même temps Université et Catholique, elle doit être à la fois une communauté de chercheurs qui représentent les différents domaines de la connaissance humaine, et une institution académique, où le Catholicisme est présent de manière vitale ».

Jean Paul II, à juste titre, au-delà des écrits consacrés spécialement aux Facultés ecclésiastiques et aux Universités Catholiques, a parlé à plusieurs reprises d’éducation tout au long de son Pontificat. On peut même dire que l’éducation fut le thème central du Magistère du Saint-Père. Sur ce thème de l’éducation, le Discours qu’il prononça à l’UNESCO en 1982 est mémorable. Jean Paul II déclara notamment : « L’homme vit d’une existence authentiquement humaine grâce à la culture. C’est par la culture que l’homme devient plus homme, qu’il accède plus intensément à ‘l’être qui lui est propre’, pour remarquer ensuite que, à l’origine de sa préoccupation, il n’y a pas une idée, mais le fait que ‘la valeur humaine de la personne est en relation directe et essentielle avec l’être, et non pas avec l’avoir’ ».

Pour lui, « la culture est ce pour quoi l’homme, en tant qu’homme, devient plus homme, qu’il est plus que cela, qu’il accède plus encore à ‘l’être’ ».

Dans cette acception forte, la culture doit donc être comprise comme une conscience critique de ce que l’homme réalise en tant qu’être, ou encore comme expérience de plénitude de l’humain dans toutes ses dimensions. C’est pour cela que la culture est la source de l’éducation . Toujours dans son discours à l’UNESCO, Jean Paul II avait déclaré : « La tâche primaire et essentielle de la culture en général, et aussi de chaque culture, c’est l’éducation. L’éducation consiste en substance dans le fait que l’homme devient toujours plus humain, qu'il peut ‘être’ beaucoup plus, et non seulement qu’il peut ‘avoir’ plus, et que, en conséquence, à travers tout ce qu’il ‘a’, tout ce qu’il ‘possède’, il sait ‘être homme’ toujours plus pleinement ».
 

Sources :  www.vatican.va - Luca de Malta

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 12.03.2008 - T/Famille

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante