ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI : Le Christ, Tête de l’Église

 

Le 10 février 2009  - (E.S.M.) - Un moine de Trior commente l'audience générale du pape Benoit XVI du 14 janvier dernier.

Le Christ est le Chef de l'Eglise mais aussi des puissances célestes et de l'univers tout entier - Pour agrandir l'image Cliquer

Benoît XVI : Le Christ, Tête de l’Église

Le plan divin de salut

Le 10 février 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Après les audiences concernant les Épîtres aux Galates et aux Romains, Benoît XVI a abordé les Épîtres dites de la captivité, deux Lettres qui se ressemblent beaucoup tant au niveau du vocabulaire que de l’exposé, à savoir les lettres aux Colossiens et aux Éphésiens. La devise bénédictine Ora et labora pourrait résumer le séjour de saint Paul à Rome, sédentaire forcé, plus que prisonnier. Ce pilier de la foi est dans les chaînes, priant, méditant, mais pensant toujours aux chrétientés qu’il a fondées. À ces chrétiens qui sont ses fils, il rappelle son souvenir, leur livrant à nouveau le message de l’Évangile, qui a pénétré toute sa vie. Le même message est livré, mais sans cesse approfondi et développé. Cette pensée mûrie révélée atteint ici son sommet théologique, devenue à tout jamais inégalable. On la trouve particulièrement dans ces deux Épîtres que le Pape commente dans l’audience du 14 janvier. La première adressée aux Éphésiens est théologiquement et spirituellement l’une des plus riches du Nouveau Testament. Deux mots peuvent la caractériser : l’unité et le Christ, dont le rôle médiateur et rédempteur met en lumière toute l’ecclésiologie de l’Épître. Le Verbe Incarné est la tête et le principe de l’Église. Cette unité nous lie au Christ. Elle implique vérité, pureté et loyauté, en un mot renoncement à la vie d’autrefois qui renaît sans cesse avec l’égoïsme. On doit se remodeler entièrement sur le Christ, vivre comme Lui pour être un avec Lui et supporter son jugement.

Tout le mystère salvifique est proclamé par l’Apôtre avec enthousiasme et solennité. Tout vient du Père, tout nous est donné et réalisé par le Christ ; tout porte du fruit véritable dans l’Esprit Saint, pour que nous devenions, à notre tour louange de gloire des Trois. Tel est l’insondable mystère du Christ qui, par son Sang, nous réconcilia et nous réconcilie au Père.

L’Épître aux Colossiens reprend ces grands thèmes. Le Pape en souligne quatre, qui n’en forment qu’un, à savoir le mystère conjoint du Christ et de l’Église. Ce mystère nous est révélé non par une sagesse ou une science humaine, mais par le Christ, plénitude de la divinité et donc de la Révélation (Vatican II). Ce mystère est révélé non seulement aux Juifs, mais au monde entier : saint Paul est l’Apôtre des gentils. Désormais, nous ne sommes plus des païens, mais nous sommes le Christ, partageant son mystère.

Le Christ, Tête de l’Église

Une dernière remarque liée à cette audience : le plan divin est un plan de salut. Annoncé par l’Ancien Testament, il est réalisé par le Christ, Tête de l’Église et Rédempteur de l’univers. Le salut touche le temps et l’espace grâce à l’Église médiatrice, fondée et sanctifiée par le Sang du Christ qui l’a faite son épouse. Dans ces deux Épîtres si riches, la théologie paulinienne parvient à son sommet. Mais l’Apôtre qui y expose le dogme est aussi moraliste en annonçant la grandeur de la vie mystique et spirituelle, fondée sur l’Évangile du Christ. La sainteté et la grandeur de la morale chrétienne apparaissent dans ces deux Épîtres dans leur dynamisme rayonnant. Ici, c’est l’Évangile qui témoigne, traversant les siècles et ouvrant une glorieuse série de lettres dans l’histoire de la littérature chrétienne. Saint Ignace d’Antioche en est le premier exemple. L’Apôtre, puis les premiers Pères ont encouragé ainsi les chrétiens persécutés, leur donnant de persévérer jusqu’au bout, jusqu’à la récompense finale, dans le combat de la foi et de la charité. Cet encouragement vient maintenant jusqu’à nous, dans des temps non moins difficiles.

Un moine de Triors
 

Sources : hommenouveau
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 10.02.2009 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante