ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Questions bioéthiques et Union Européenne 10 ans de réflexions

 

Le 06 octobre 2008 - (E.S.M.) - En l'espace de dix ans, le Groupe de Réflexion Bioéthique a élaboré 16 avis portant sur un large éventail de questions bioéthiques telles que l'euthanasie, le clonage, la recherche sur les cellules souches, la nanomédecine, la brevetabilité des cellules humaines et le don d'organes.

La recherche sur les cellules souches - Pour agrandir l'image Cliquer

Questions bioéthiques et Union Européenne 10 ans de réflexions

Le 06 octobre 2008 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde « Les progrès de la science et de la technique, soulignait le pape Benoît XVI, dans le domaine de la bioéthique se transforment en menaces quand l’homme perd le sens de ses limites et, en pratique, prétend se substituer à Dieu Créateur » (Benoît XVI, Discours du 13 mai 2006)

Introduction

C'est un grand plaisir pour moi d'introduire l'édition des Avis rédigés par le Groupe de Réflexion Bioéthique du Secrétariat de la Commission des Épiscopats de la Communauté Européenne
(COMECE). En l'espace de dix ans, ce Groupe a élaboré 16 avis portant sur un large éventail de questions bioéthiques telles que l'euthanasie, le clonage, la recherche sur les cellules souches, la nanomédecine, la brevetabilité des cellules humaines et le don d'organes. Les membres de ce Groupe, issus de différents États membres de l'Union, ont été choisis de manière à permettre une confrontation des abords théologiques, philosophiques, éthiques, juridiques, scientifiques et médicaux et de parvenir ainsi à une réflexion multi et interdisciplinaire. Sur nombre de sujets, des spécialistes ont en outre été invités afin d'apporter au Groupe des connaissances plus spécifiques.

La nécessité d'une réflexion anthropologique approfondie sur les implications pour l'humanité des nouvelles technologies et leur impact sur l'identité humaine est évidente. Elle n'a certainement jamais été aussi urgente.

Nombre de ces questions ont été traitées avec perspicacité et sagesse par le Saint-Siège. Ses documents ont chaque fois été consultés et pris en compte par les membres du Groupe lorsqu'ils abordaient les questions à l'ordre du jour de l'Union Européenne.

Les institutions participant des pouvoirs publics sont de plus en plus confrontées aux questions émergeant dans les biosciences, lorsqu'elles cherchent à définir une politique publique. Cela vaut donc pour les Membres du Parlement Européen et de la Commission européenne, les fonctionnaires des institutions européennes, et bien sûr pour ceux qui les conseillent, et sans aucun doute pour ceux qui représentent des intérêts liés aux biosciences, que ce soit dans les domaines de la recherche, de la pharmacie, ou de la finance. C'est pour ces raisons qu'il a semblé nécessaire de mettre sur pied au niveau de l'Union Européenne, un forum d'Église, au sein duquel ces questions éthiques émergentes puissent être examinées en lien avec les travaux de l'Union Européenne et de ses institutions. Cette nécessité est vraiment devenue plus urgente vu la rapidité des développements scientifiques et aussi le préjugé largement répandu selon lequel la religion, et en particulier l'Église catholique, serait opposée à la recherche.

Les évolutions scientifiques majeures dans la sphère biomédicale requièrent plus que jamais une réflexion et un débat éthiques soutenus. Les conflits éthiques ne proviennent pas d'abord des convictions religieuses, mais des différences de représentations anthropologiques. Les questions fondamentales en jeu concernent l'avenir de l'humanité, et de telles questions requièrent une réflexion anthropologique adéquate. Cela vaut tout particulièrement pour le concept de dignité humaine, concept que le christianisme a, au fil des siècles, développé dans toute sa complexité et qui a, bien évidemment, promu le développement de la science en Europe.

Face à ces développements, il faut espérer que tous - chrétiens, autres croyants, agnostiques et athées - accepteront et s'engageront dans un dialogue sérieux. Un tel dialogue ne conduirait pas simplement à des décisions fondées sur des compromis simplistes entre intérêts divergents, mais il justifierait de manière consciente et transparente des choix faits pour le bénéfice de l'humanité, en cherchant une base commune pour ces avancées technologiques fondamentales.

C'est en 1996, lors de la première réunion du Groupe de Réflexion Bioéthique au Secrétariat de la COMECE, que prit forme le projet d'un « groupe de travail » sur les questions bioéthiques. L'objectif du Groupe était de parvenir à un échange sur les questions bioéthiques émergentes qui soit pertinent pour l'Union Européenne et ses États membres. C'est sur cette base que le Groupe a proposé ces dernières années les 16 Avis réunis dans la présente publication. (1)

Gardant en considération les institutions de l'Union Européenne, leurs responsables, ainsi que les évêques membres de la COMECE et les conférences épiscopales nationales, ces Avis étaient élaborés dans le contexte des données scientifiques disponibles au moment de leur rédaction, et dûment rendus accessibles.

Je voudrais remercier les membres du Groupe pour leur compétence et leur disponibilité au travail, mais aussi pour leur promptitude à entreprendre la préparation de ces Avis mesurés et judicieux. Ce fut pour moi une joie et un plaisir de prendre part aux débats éclairants et animés dont résultent ces Avis. Je me joins aux actuels membres de groupe pour rappeler avec affection le souvenir du Père Peter Jeffery et du Père Edouard Boné qui ont énormément contribué à notre travail et qui ont franchi le seuil de la vie éternelle. Puissent-ils jouir de la pleine vision de la gloire de Dieu. Je tiens également à remercier tout particulièrement deux collègues du Secrétariat pour la manière exemplaire dont ils ont coordonné le travail de ce groupe : le Professeur Silvio Marcus-Helmons et celle qui lui a succédé, Katharina Schauer.

Je suis persuadé que le lecteur trouvera ce recueil d'Avis utile et éclairant. Puisse ce travail entretenir un climat de dialogue ouvert et encourager la science à poursuivre sa course au bénéfice de la société européenne et de l'humanité tout entière.

Mgr. Noël Treanor
Secrétaire Général de la COMECE

Traduction de la version originale anglaise

(1)
Téléchargez la publication intégrale en format PDF.

Sur le même sujet : Le Pape Jean-Paul II et son rapport avec la bioéthique

Nouveau: conseils aux personnes qui désirent recevoir les actualités ou consulter le site régulièrement:  ICI


Sources : COMECE -  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  06.10.2008 - T/International/Europe

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante