ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Chaque fois Benoît XVI cite Bartholomée Ier "patriarche œcuménique"

 

Rome, le 06 juillet 2007 - (E.S.M.) - En annonçant une année de jubilé spéciale dédiée à l’apôtre saint Paul, Benoît XVI a voulu donner à cette année paulinienne une connotation nettement œcuménique, pour l’unité et la concorde entre tous les chrétiens d’Orient et d’Occident, catholiques et orthodoxes.

Lors du voyage de Benoît XVI en Turquie  -  Pour agrandir l'image: C'est ici

Le camouflet de la Turquie au patriarche de Constantinople

La Cour suprême lui refuse l'appellation d'"œcuménique". Et, ce faisant, elle renforce l'étouffement des libertés du patriarcat et des autres minorités religieuses. Les conséquences de cette sentence sur les rapports entre Rome et les Églises d’Orient

par Sandro Magister

En annonçant une année de jubilé spéciale dédiée à l’apôtre saint Paul, Benoît XVI a voulu donner à cette année paulinienne une connotation nettement œcuménique, pour l’unité et la concorde entre tous les chrétiens d’Orient et d’Occident, catholiques et orthodoxes.

Le pape a souligné cette finalité dans ses homélies des vêpres et de la messe de la fête des saints Pierre et Paul, célébrées en présence des représentants du patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée Ier, les métropolites Emmanuel et Gennadios.

A chaque fois que le pape cite Bartholomée Ier, il n’omet jamais de le qualifier de "patriarche œcuménique".

Dans le monde orthodoxe, chaque Église se gouverne de manière autonome. Mais une très ancienne tradition reconnaît au patriarche de Constantinople un primat d’honneur, dans la mesure où il est chargé de l’Église de l’ancienne capitale de l’Orient chrétien. Ce primat est indiqué précisément par la qualification d’"œcuménique", c’est à dire universel, étendu à la totalité de l’"œcoumène", mot grec qui indique les terres habitées par l’homme.

Benoît XVI a rendu visite à Bartholomée Ier à Istanbul-Constantinople le 30 novembre dernier, en la fête de saint André, patron des Églises d’Orient. Et le patriarche a rendu cette visite à son tour en envoyant ses représentants à Rome, à l’occasion de la fête des saints Pierre et Paul, patrons de l’Église romaine.

* * *

Quelques jours avant cette dernière rencontre, cependant, une sentence de la Cour suprême turque a porté un coup sévère à l’autorité du patriarche de Constantinople. Elle a refusé toute valeur juridique à sa qualification d’"œcuménique".

La sentence n’a évidemment de valeur qu’à l’intérieur des frontières de la Turquie et seulement d’un point de vue juridique. Elle n’a pas d’effet sur le fondement théologique de l’autorité du patriarche ni sur sa reconnaissance par les autres églises chrétiennes.

Elle a cependant provoqué au patriarcat un "vif mécontentement", qui s’est manifesté dans un communiqué:

"Le primat du patriarcat est depuis 17 siècles un attribut spirituel historique et honorifique dans le monde orthodoxe. Chez les chrétiens orthodoxes, le primat établit les rapports hiérarchiques et exprime uniquement un fait religieux, il a donc une valeur théologique".

La Cour suprême d’Ankara a émis sa sentence le 26 juin. Elle a établi que le patriarcat est simplement un organisme turc consacré au culte de la minorité grecque orthodoxe, et qu’il ne peut s’attribuer le titre "d’œcuménique" pour l’ensemble du monde orthodoxe.

Le verdict a été émis à l’occasion du recours introduit par un prêtre turc orthodoxe, d’origine bulgare, que le patriarcat avait relevé de ses fonctions dans une paroisse en raison d’un "comportement inadapté à ces fonctions". La Cour suprême a donné tort au prêtre mais a profité de l’occasion pour émettre un jugement politique concernant la situation juridique du patriarcat.

A l’appui de sa sentence la Cour suprême a cité le traité de Lausanne de 1923, qui avait classé le patriarcat de Constantinople comme une minorité religieuse et rien d’autre.

Étant donné que, en Turquie, il est admis que la jurisprudence a force de loi, la sentence du 26 juin a été accueillie par le patriarcat avec une vive inquiétude, en raison des précédents. Par exemple, en 1974, cette même Cour suprême a refusé aux fondations religieuses des minorités orthodoxes, catholiques, etc., présentes en Turquie, le droit de posséder des bâtiments et des terrains, comme cela leur avait été permis par une loi de 1933. Cette dernière confirmait les propriétés immobilières possédées jusqu’alors et leur accordait en outre le droit d’en acquérir des nouvelles. Avec la sentence de 1974, les fondations religieuses ont été, arbitrairement, spoliées de tous les biens acquis après 1933.

En Turquie, la communauté orthodoxe, comme la communauté catholique, continue à ne pas avoir de personnalité juridique, les ministres du culte et les évêques ne sont pas reconnus, les séminaires sont fermés – y compris l’école de théologie du patriarcat sur l’île de Chalki – et le patriarche de Constantinople doit obligatoirement être citoyen turc.

En refusant aux minorités religieuses les droits les plus élémentaires, la Turquie est en contradiction flagrante avec son désir d’être admise dans l’Union Européenne. Le jour de la Pentecôte, un mois avant que la Cour suprême ait rendu sa sentence, Bartholomée Ier a redemandé à bénéficier de la liberté pleine et entière:

"Nous ne voulons pas seulement la liberté de célébrer notre culte dans nos églises, mais aussi la reconnaissance de tous nos droits civils, comme ils sont reconnus à nos frères et concitoyens musulmans en Turquie. Les mêmes droits dont jouissent, à juste titre, nos frères musulmans en Europe".

Et il a ajouté le 11 juin:

"Nous sentons la présence et l’appui de tous nos prédécesseurs, ces grands Pères de l’Église et de tous les saints de la Cappadoce. Et nous sommes attirés par le martyre que le patriarche Grégoire V a subi par amour du Christ."

Grégoire V, patriarche de Constantinople sous la domination ottomane, fut pendu en 1821 en représailles contre l’insurrection grecque.

* * *

Des représentants de différentes Églises orthodoxes ont exprimé à Bartholomée Ier leur solidarité, après la sentence de la Cour suprême.

Le 21 octobre 2007, à l’occasion d’une rencontre œcuménique organisée à Naples par la Communauté de Sant’Egidio, Benoît XVI rencontrera à nouveau Bartholomée Ier et d’autres autorités de l’Église d’Orient, tel que le métropolite Kirill de Smolensk, numéro deux du patriarcat de Moscou.

Il est probable que le pape et Bartholomée Ier se retrouvent une nouvelle fois en automne, pour inaugurer la prochaine session de la commission théologique mixte catholico-orthodoxe, prévue à Ravenne.

L’Église orthodoxe russe apparaît en revanche plus froide et partagée envers Bartholomé Ier. A l’inverse du métropolite Kirill, d’autres représentants de cette Église – dont l’évêque de Vienne Hilarion – ont émis des réserves sur l’ouverture de Bartholomée Ier au dialogue avec l’Église de Rome. Ils estiment que cette ouverture est excessive et que le patriarche de Constantinople n’est pas représentatif de toute l’orthodoxie.

Derrière ces réserves, l’on retrouve la rivalité séculaire entre la "Deuxième Rome", Constantinople, et la "Troisième Rome", Moscou, pour la direction réelle et non honorifique de l’orthodoxie.

Plusieurs dizaines de millions de fidèles pour le patriarcat de Moscou, quelques milliers pour celui de Constantinople en Turquie, la balance penche en faveur de l’Église russe, en dépit du primat d’honneur "œcuménique" du patriarche Bartholomée Ier. Un primat qui n’est même pas reconnu par la loi de sa patrie, la Turquie.

Lien :
Voyage du pape Benoît XVI en Turquie
 

Sources:  La chiesa.it - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 06.07.2007 - BENOÎT XVI - Église

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante