ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

'Le carême est une sorte de cure de désintoxication' par Mgr Cattenoz

 

Le 02 mars 2009 - (E.S.M.) - Mgr Cattenoz : Que l’Esprit qui "conduisit Jésus au désert", nous y conduise également, nous assiste dans le combat contre le mal et nous prépare à célébrer Pâques, avec un esprit renouvelé !

Jésus au désert - Pour agrandir l'image Cliquer

'Le carême est une sorte de cure de désintoxication'

Mot de l’évêque - Eglise d’Avignon n°47 - Mars 2009

Le 02 mars 2009 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - En ces premiers jours du carême, revenons au Jourdain, Jésus arrive, Il prend place au milieu des pécheurs pour faire corps avec eux. Il porte dans son cœur un grand désir, celui-là même qui l’a conduit à venir partager notre aventure humaine : nous permettre de retrouver le chemin du cœur de Dieu. Les mots d’Isaïe montent sur ses lèvres : "Il a pris sur lui nos infirmités, il s’est chargé de nos maladies". Il fait corps aussi avec l’amour de miséricorde qui habite le cœur du Père : bouleversé de voir les hommes refuser son projet divin, son amour de création est devenu amour de miséricorde et il a tant aimé le monde qu’il lui a donné son Fils. Il sera l’agneau immolé qui portera le péché du monde. Blessé, il continuera d’aimer et de son cœur transpercé jailliront les sources de la vie, les sources de l’Amour.

Au moment même où il remonte de l’eau, Jésus voit les cieux se déchirer, Il voit l’Esprit descendre et demeurer sur lui. Plus rien ne sera comme avant, l’Esprit qui planait sur le tohu-bohu à l’aube de la Création est de nouveau donné au monde pour mettre en œuvre le renouvellement de la Création. Il en sera le maître d’œuvre pour bâtir le Corps du Christ, l’Église qui, au dire de saint Épiphane, demeure la fin du projet créateur. Enfin, le Père se fait entendre pour nous dire : "Celui-ci est mon Fils Bien-Aimé en qui j’ai mis tout mon amour". Jésus vient de vivre une véritable investiture messianique, désormais il peut partir "porter la bonne nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer en liberté les opprimés et proclamer une année de grâce du Seigneur".

Pourtant, au lieu de commencer sa mission, il obéit à une motion de l’Esprit Saint et se retire dans le désert où il demeure pendant quarante jours, jeûnant, priant, vivant une lutte violente avec Satan. Tout cela dans la solitude et le silence. Au terme de cet exode au désert, saint Marc nous dit : "Il était avec les bêtes sauvages et les anges le servaient". Le nouvel Adam est là, entouré de toute la création matérielle symbolisée par la présence des bêtes sauvages et de toute la création spirituelle symbolisée par la présence des anges qui le servent. Alors, il peut commencer sa mission. [ Hier le pape Benoît XVI commentant les lectures lors de la prière de l'Angelus, nous disait : "Les anges servent Jésus, qui est certainement supérieur à eux, et sa dignité est ici, dans l'Évangile, proclamée de manière claire, si toutefois discrète". Et Benoît XVI continuait : "En effet, même dans une situation d'extrême pauvreté et d'humilité lorsqu'il est tenté par Satan, Il reste le Fils de Dieu, le Messie, le Seigneur". ]

Tout au long de l’histoire, des hommes et des femmes ont choisi d’imiter Jésus et de se retirer pour vivre dans le désert. En orient, ils se retiraient dans les déserts d’Egypte ou de Palestine ; en occident, où il n’existait pas de déserts, ils se retiraient dans des lieux isolés, des montagnes ou des vallées à l’écart du monde à l’image de saint Gens se retirant dans les monts du Vaucluse.

Mais l’invitation à suivre Jésus dans un temps de désert signifie faire un peu de vide et de silence autour de nous, retrouver le chemin de notre cœur, nous soustraire au vacarme et aux sollicitations extérieures, pour entrer en contact avec Celui qui est venu faire sa demeure au plus profond de notre être.

Le carême est ce temps privilégié pour vivre un temps de désert, une sorte de cure de désintoxication. La pollution provoquée par certaines de nos usines n’est pas, en effet, la seule pollution qui existe. Il existe bien d’autres pollutions liées à tous les esclavages dans lesquels nous enferme le monde matérialiste et technique. Nous sommes tous un peu étourdis par le bruit du monde qui nous entoure. L’homme est capable d’envoyer ses sondes jusqu’à la périphérie du système solaire mais il ignore le plus souvent ce qu’il y a dans son propre cœur.

Comment vivre ce carême ? Etant donné que nous ne pouvons pas aller au désert, nous devons faire un peu de désert au-dedans de nous. Saint François d’Assise nous fait à cet égard, une suggestion pratique. "Nous avons, disait-il, un ermitage toujours avec nous, où que nous allions, et chaque fois que nous le souhaitons nous pouvons nous y enfermer comme des ermites. L’ermitage est notre corps et l’âme est l’ermite qui y habite !". Nous pouvons entrer dans cet ermitage "portable" sans attirer l’attention de quiconque, même dans un bus bondé. Le tout est de savoir de temps à autre "rentrer en nous-mêmes".

Que l’Esprit qui "conduisit Jésus au désert", nous y conduise également, nous assiste dans le combat contre le mal et nous prépare à célébrer Pâques, avec un esprit renouvelé !

Mgr Jean-Pierre Cattenoz

Avignon : un évêque offensé, une Église blessée

 L'affaire de la levée des excommnications des quatre évêques de la Fraternité Saint-Pie X a été sans aucun doute le prétexte pour certains de contester en plein jour l'autorité du Pape (Autriche, Allemagne) mais également celle de leur évêque (Mgr Cattenoz, Mgr Castet). Sur Liberté Politique, Philippe de Saint-Germain revient sur la soit-disant "situation de blocage" que traverse le diocèse d'Avignon.

"Pour Mgr Cattenoz, la priorité des priorités, c’est l’évangélisation. « Je ne suis pas un préfet catholique d’un diocèse en perdition » a-t-il l’habitude de dire. Dans un diocèse en panne de vocations, où les communautés religieuses vieillissent et disparaissent, le temps n’attend pas. L’archevêque appelle des communautés nouvelles, et attire à lui des prêtres étrangers. Les nouveaux arrivants viennent du Brésil, d’Espagne, d’Afrique, de Pologne, mais aussi de France (Chemin néocatéchuménal, congrégation Saint Jean)Sans prendre beaucoup de gants, il redessine la carte paroissiale du diocèse, déplace des prêtres, implante ces communautés (souvent dans des quartiers difficiles ou à l’abandon), leur confie même des paroisses. Bousculé, une partie du clergé local rechigne. Officiellement, un majorité de prêtres se réjouit du sang frais qui arrive dans le diocèse, mais c’est le rythme imposé qui ne plaît pas  (...) 
Mgr Cattenoz a tranché : ne pas attendre. Le résultat est là : sur 85 prêtres en activité, 28 séminaristes sont incardinés dans le diocèse (dont 8 Vauclusiens). Combien de diocèses peuvent en dire autant ? (...)

L’affaire est grave : cette division blesse l’Église et révèle les faiblesses de quelques catholiques, incapables de renouveler leur mode de penser et d’agir en communion avec d’autres chrétiens qui ne partagent pas leur sensibilité, certains préférant mettre en péril l’unité de leur communauté plutôt que de changer leurs habitudes.

« Là où est l’évêque, là est l’Église » disait saint Ignace d’Antioche. On ne critique pas un évêque comme on critique un sous-préfet. Que l’on soit ou non d’accord avec lui, que sa personnalité soit ou non difficile à supporter, il est le successeur des apôtres, institué pour être le médiateur de la grâce du Christ (...)

Le devoir d’un catholique est d’obéir. Si un désaccord survient avec l’évêque de son diocèse sur ce pour quoi il a autorité, il est légitime de débattre, mais il existe des instances de conseil et des procédures prévues pour cela (...) Jeter sur la place publique son désaccord avec son évêque est une atteinte très grave à l’unité de l’Église et une source de scandale, surtout de la part de prêtres (...) Certes un des prêtres démissionnaires affirme n’avoir pas voulu divulguer leur décision. On peut cependant s’étonner de la facilité avec laquelle l’information s’est répandue, et le retentissement qui lui a été donnée. Mais publique ou pas, la manœuvre est une provocation. Affirmer dans La Croix que « la situation est bloquée » trahit une volonté de déstabilisation peu spirituelle. Les mots employés évoquent davantage la rhétorique politique que le service du bien commun (...)

Dans un diocèse qui s’étiole, un jeune évêque renverse les perspectives. Priorité à l’annonce de Jésus-Christ, à la visibilité de l’Évangile. L’Église locale ne peut se contenter de survivre avec des fonctionnaires du culte, distribuant baptêmes et enterrements (...)

Partout, pour que la greffe prenne, il faut du temps et de l’attention, l’évêque « envoyé par le Père pour gouverner sa famille » (Lumen gentium, 28) ne peut l’oublier. Le style du gouvernement de Mgr Cattenoz pourra toujours faire débat, et faire religieusement débat, c’est ce qu’il dit et ce qu’il veut comme successeur des apôtres qui fait autorité. Là où est l’évêque, là est le Christ (...)"
 
Philippe Carhon  -  (lesalonbeige)


 

Nouveau  : S'inscrire à la newsletter ! Voir menu à gauche.


Sources  : diocese-avignon-  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  02.03.2009 - T/Église

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante