ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Les groupes de travail du synode présentent leurs propositions à l’assemblée

Les groupes de travail du synode présentent leurs propositions à l’assemblée

Elles devront encore être unifiées et amendées

 

ROME, Vendredi 14 octobre 2005– Les « proposiciones » rédigées par les différents groupes de travail linguistiques ont été présentées ce vendredi après-midi devant l’assemblée du synode.

Ces propositions, recueillies par la secrétairerie générale du synode, seront unifiées dans les jours à venir par le rapporteur général, le cardinal Angelo Scola, patriarche de Venise, par le secrétaire spécial, Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon (France), et par les rapporteurs des neuf « circoli minores » (carrefours) (trois en anglais, en français et en espagnol, deux en italien et un en allemand).

Ces « proposiciones » constituent le fruit le plus concret du synode qui se terminera le 23 octobre. C’est à partir de ces propositions que Benoît XVI rédigera l’exhortation apostolique post-synodale qui recueillera les conclusions finales de cette assemblée sur « L’Eucharistie, source et sommet de la vie et de la mission de l’Eglise ».

Selon le calendrier du synode, la liste unifiée des propositions devrait être présentée mardi prochain à la congrégation générale pour être analysée dans les différents carrefours. Après ces nouvelles corrections, elle sera soumise à un vote définitif le 22 octobre.

Les propositions formulées par les groupes de travail sont essentiellement basées sur la relation présentée ce mercredi par le cardinal Angelo Scola qui propose une synthèse des idées et des questions soulevées au cours des différentes interventions des pères synodaux, lors de la première phase du synode .  ( voir l'article:
Synode des Evêques,  certaines interventions des 12 et 13 octobre 2005 )   (1) Le même rapport résumé par ZENIT

La relation se terminait par une série de questions adressées aux groupes de travail, telles que :

- Comment éduquer le peuple chrétien à la foi eucharistique ?
- Comment répondre au devoir urgent d’offrir le don eucharistique de façon régulière à tous les fidèles, y compris dans les pays de mission et lorsqu’il y a peu de prêtres ?
- Quelles peuvent être la structure, les modalités des assemblées liturgiques dominicales en attente de prêtre ?
- Comment illustrer, en particulier, le lien entre Eucharistie et réconciliation ?
- Comment promouvoir une pastorale de la communion accueillante pour ceux qui vivent dans une situation ne leur permettant pas l’accès à la réconciliation sacramentelle et à l’Eucharistie ?
- Comment nos célébrations peuvent-elles éduquer la responsabilité sociale des fidèles en particulier dans le domaine de la justice, de la solidarité, du partage, de la paix, de la réconciliation et du pardon ?

Samedi matin sera présenté un projet de message final qui sera soumis à un vote définitif le 21 octobre.

Samedi après-midi, l’assemblée synodale sera interrompue. Benoît XVI recevra en audience, place Saint Pierre, les enfants ayant fait leur première communion cette année.   ( ZENIT.org )

(1) « Rapport après le dialogue général » Résumé publié par ZENIT  ( ZENIT.org )

ROME, Jeudi 13 octobre 2005– « Eduquer le peuple de Dieu à la foi dans l'Eucharistie » : c’est l’un des aspects des interventions des évêques, à mi-parcours, après une semaine et demi de synode. Il soulignait aussi la « gratitude » des membres du synode pour les fruits de la réforme liturgique du concile.

La 16e congrégation générale du synode des évêques s’est déroulée sous la présidence du cardinal Télesphore Placidius Toppo, en présence de 239 pères synodaux. Le cardinal Angelo Scola, rapporteur général, a présenté son « rapport après le dialogue général », la fameuse « Relatio post disceptationem ».

Il ne s’agit pas, soulignait le cardinal Scola, d’une « synthèse » mais d’une « confrontation des interventions », thèmes et sensibilités différentes étant prises en compte.

Eduquer le peuple de Dieu au mystère de l’Eucharistie
Le cardinal a rassemblé une première série d’interventions sous le titre : « Eduquer le peuple de Dieu à la foi dans l'Eucharistie ». Le rapporteur y souligne tout d’abord les « difficultés » signalées par les pères conciliaires rencontrées par les fidèles pour la « foi » et la « célébration » de l’Eucharistie, ainsi que la « grave responsabilité des pasteurs » pour l’évangélisation.

Il exposait ensuite les « contenus essentiels » de ce grand mystère, à propos desquels l’éducation des fidèles est nécessaire.

Et, dans un troisième chapitre, il souligne l’importance donnée par les exposés du synode à la relation entre l’Eucharistie et l’ensemble des sept sacrements .

Le chapitre 4 souligne le rapport entre l’Eucharistie et les fidèles laïcs , « peuple sacerdotal », rassemblé en Eglise, le « Jour du Seigneur », mais il aborde aussi le rôle et la responsabilité de l’évêque, du prêtre, des diacres permanents, des ministres extraordinaires de la communion eucharistique, des différentes communautés, des personnes consacrées, de la famille, des jeunes.

Le chapitre 5 traite de la relation entre Eucharistie et mission : un thème souligné par le pape Benoît XVI et par le fait que le synode s’achève le 23 octobre, Journée mondiale des Missions. « Pour être missionnaire, l'Eglise doit être également profondément eucharistique », souligne le rapport du cardinal Scola.

La gratitude pour la réforme liturgique de Vatican II
« L’action eucharistique », c’est le thème du second volet de son rapport, en quatre chapitre. Le premier souligne la « gratitude » exprimée par les membres du synode pour « l'influence bénéfique pour la vie de l'Eglise de la réforme liturgique mise en place à partir du Concile Vatican II ». Il rappelle la structure de la célébration liturgique. En même temps, souligne le cardinal Scola, les membres du synode réclament de façon « urgente » une plus grande attention à « l’art de célébrer ».

Le cardinal Scola affirme en conclusion que le travail qui attend désormais l'ensemble des membres du synode demeure la partie la plus « délicate » : il doit aboutir aux « propositions à présenter au  au discernement propre du charisme du Successeur de Pierre ».

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante