ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Interventions écrites au Synode, 14.10.2005

ROMA, vendredi, 14 octobre 2005 .- Nous publions ci-dessous le résumé des interventions que les pères synodaux ont remis par écrit et qui n’ont pas été prononcées en Salle.

- S. Exc. Mgr. Ian MURRAY , Évêque d'Argyll and The Isles (ÉCOSSE)

C’est en agissant in persona Christi lors de l’unique sacrifice de l’Eucharistie que tout le Ministère sacerdotal tire sa force (cf. Catéchisme de l’Église Catholique 1566). La diminution des vocations sacerdotales dans les pays développés indique que l’Eucharistie, même si elle est moins disponible que par le passé, demeure toutefois plus accessible qu’elle ne l’est dans les pays en voie de développement. En effet, dans ces derniers, la pauvreté est tant temporelle que spirituelle, alors que dans les pays riches, elles paraissent inversement proportionnelles.
Aujourd’hui, les vocations se trouvent de plus en plus parmi les hommes adultes. Elles naissent sur la base de leur expérience particulière mais sont aussi grevées de comportements plus conformes à l’esprit du monde qu’à celui de l’Église. Souvent, une rééducation est nécessaire. Pour ce qui est de la formation du clergé, deux aspects doivent être pris en considération: la formation académique et la formation humaine et spirituelle. Le développement intellectuel seul n’est pas suffisant. Une femme qui a subi des persécutions en raison de sa foi a déclaré: J’ai conservé la foi grâce à la sainteté des prêtres . Il est intéressant de noter combien nous investissons dans la formation académique de nos prêtres par rapport à ce que nous investissons dans le domaine de la formation humaine et spirituelle.
La liturgie est un instrument-clef de l’évangélisation et doit être célébrée dans une langue qui introduise les fidèles au coeur du Mystère de la foi. Les textes doivent transcender les caprices des modes linguistiques . Les langues locales présentent des difficultés particulières, comme cela est le cas dans mon diocèse pour le gaélique écossais. Dans des situations comme celle-ci, les Conférences épiscopales devraient avoir l’autorité pour mettre au point et approuver ces textes liturgiques.
Les immigrés des pays d’Europe ont besoin que des aumôniers, parlant leur propre langue, se mettent à leur disposition et puissent les accompagner.

- S. Exc. Mgr. Liborius Ndumbukuti NASHENDA , O.M.I., Archevêque de Windhoek (NAMIBIE)

Je vous porte les cordiales salutations de la Namibie. Ma réflexion recoupe fondamentalement notre impression générale, comme Conférence épiscopale, sur l’Instrumentum Laboris, divisée en six points:
1. Les progrès réalisés dans les études bibliques et patristiques ont approfondi notre compréhension de la théologie de l’Eucharistie . Notre Saint-Père, le Pape Benoît XVI, est particulièrement conscient du riche héritage théologique qui nous provient des premiers Pères de l’Église. Cela a d’ailleurs été affirmé dans de nombreuses interventions.
2. La théologie de l’Eucharistie touche presque tous les secteurs fondamentaux de la théologie. Depuis le Concile Vatican II, tous les thèmes principaux ont été abordés. C’est pourquoi, tout document qui provient directement du Synode des Évêques devrait fournir une lecture équilibrée et inter textuelle du thème. Ce serait une erreur de produire un document qui affronte seulement quelques uns des thèmes en question pour corriger certains abus dont on s’est rendu compte. Ce document devrait plutôt suggérer des réponses pastorales aux besoins des personnes de base qui sont privées du don de l’Eucharistie (par exemple, des divorcés qui reçoivent la Sainte Communion, pour ne citer qu’une parmi ces situations).
3. Nous devrions éviter, à tout prix, de produire un document disciplinaire ou qui donne l’impression de se concentrer sur des rubriques privées d’une forte base théologique.
4. La dimension pastorale et missionnaire de l’Eucharistie devrait être mise en lumière dans toute délibération ou document. Ceux-ci devraient insister sur le lien essentiel entre ecclésiologie et Eucharistie, entre ministère et Eucharistie et, naturellement, entre mission et Eucharistie.
5. Le rapport entre inculturation et Eucharistie est très important, spécialement pour les pays en voie de développement, comme il en existe en particulier en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. L’expérience des Églises orientales en matière de développement des divers rites peut constituer un exemple instructif.
6. Nous tous, Pères synodaux, devrions avoir conscience du fait que le document que nous sommes en train de préparer doit constituer une partie de la trilogie sur l’Eucharistie récemment produite. Premièrement, la lettre de notre regretté Saint-Père Mane nobiscum, Domine, puis la réflexion publiée par la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements; et maintenant la réflexion synodale . De cette manière, notre document sera en mesure d’atteindre le coeur des personnes de notre société sécularisée, et en particulier de celles qui ont été contaminées ou touchées par le virus du SIDA, afin de leur offrir la nourriture eucharistique et la consolation sur le chemin de la foi.

- S. Exc. Mgr. Tesfay MEDHIN , Évêque d'Adigrat (ÉTHIOPIE)

Je désire centrer mon intervention sur l’aspect relationnel de l’Eucharistie en référence aux numéros 28, 33 et 85 de l’Instrumentum Laboris:
- Perception du Mystère Eucharistique de la part des fidèles et
- sa dimension Oecuménique.
La Messe dominicale et la Sainte Communion continuent d’être le coeur et l’élément portant de la vie paroissiale, individuellement et collectivement, au sein de l’Église d’Éthiopie, tant catholique qu’orthodoxe. Le dimanche et à l’occasion des solennités, dans les rues et le long des sentiers de campagne qui conduisent aux églises, on voit des files interminables de personnes vêtues principalement de blanc. On pourrait affirmer qu’à la campagne, la participation à la Messe dominicale et à la Communion peut atteindre 70 à 80%. Dans les villes, en revanche, et parmi les plus jeunes générations, les données ne sont pas aussi élevées (peut-être aux alentours de 55%).
La force motrice qui se trouve à la base de ce phénomène n’est pas la simple rationalité mais une formation liturgique approfondie, un sens de dévotion et de respect très profond pour le sacré qui n’est pas facilement influencé par des critères extérieurs tels que le temps ou les pressions de la vie matérielle.
Selon la tradition éthiopienne qui tient compte de la conviction profonde qu’ont les fidèles de la nature mystérieuse de l’Eucharistie:
- sa compréhension est enracinée dans l’aspect sacrificiel du Mystère, ainsi que dans la participation au Mystère pascal du Christ et à l’édification de son Corps qui est l’Église. C’est cela en effet l’aspect prépondérant du Mystère mis en évidence dans la tradition liturgique éthiopienne.
La Trinité, le Christ, l’Agneau pascal et Marie occupent la place centrale dans la célébration du rite éthiopien. Il a toujours existé une profonde dévotion pour Marie, Mère de Dieu, qui est considérée également la femme de l’Eucharistie , le premier tabernacle de l’Eucharistie (cf. n° 76). Source et sanctuaire de l’Eucharistie. Aussi, c’est un devoir liturgique de la part des Églises de tradition orientale de tenir l’image de Marie toujours près de son Fils.
Dans la liturgie, le caractère solennel, un grand respect du sacré, la révérence en présence du Mysterium Tremendum sont évidents, et tout mouvement physique qui pourrait être source de distractions est réduit au minimum. Même si elle est toujours plus fréquentée, il existe une certaine réticence de la part des fidèles à recevoir la Communion sans avoir au préalable reçu la grâce de la Pénitence .
On peut voir comme fruit de cette pratique de dévotion ecclésiale commune à l’Eucharistie et à la liturgie, c’est-à-dire en termes d’implications sociales de l’Eucharistie (Instrumentum Laboris n° 78), le fait que les communautés aient réussi, grâce à cette aide, à aller de l’avant et à conserver leurs valeurs familiales et religieuses, et leur intégrité, malgré les différents problèmes politiques et sociaux, les calamités naturelles et les conflits qui ont causé tant de souffrances aux populations.
Toutefois, les aspects destructifs de la mondialisation et les pressions séculaires et consuméristes ont atteint et influencent actuellement la vie familiale, celle des jeunes et l’autorité morale de l’Église.
Notre monde a plus que jamais besoin d’ordre et de rédemption, et je ne crois pas qu’il puisse exister quelque chose de plus puissant que la force transformatrice de l’Eucharistie, et le magnifique programme de notre Saint-Père, pour témoigner la culture de l’Eucharistie au travers de l’instrument du dialogue (Instrumentum Laboris, n° 76).
J’attends beaucoup de ce Synode, en espérant que le Saint Esprit continue à l’inspirer afin qu’il présente au Saint-Père des propositions innovantes et opportunes capables de sauver les âmes ainsi que des orientations pastorales capables d’apporter l’espérance à nos prêtres et aux fidèles, centrés sur le lien pastoral de l’Eucharistie pour ce qui concerne la famille et les jeunes, fortement menacés par la plus importante pandémie, celle du SIDA un peu partout dans le monde .
C’est pourquoi, comme fruit de l’Année de l’Eucharistie, je voudrais prier le Saint Esprit afin qu’il inspire au Synode:
- de proposer des moyens, peut-être avec un Synode spécial, de promouvoir l’unité des chrétiens,;
- de promouvoir la catéchèse sur la spiritualité eucharistique, en affrontant en particulier la vie de la famille et des jeunes afin d’approfondir la foi et la dévotion eucharistique dans la famille et chez les jeunes;
- d’accorder une attention particulière à la formation au séminaire afin d’assurer la spiritualité eucharistique dans la vie des prêtres et des fidèles, et pour une adhésion à des homélies et à des célébrations liturgiques bien préparées.
Que l’Esprit Saint continue à inspirer ce Synode afin qu’il soit un instrument d’espérance et de vie dans le Christ, et que la force transformatrice de l’amour du Christ guérisse, au travers de l’Eucharistie, notre monde de ses blessures.

[ Traductions distribuées par le secrétariat général du synode des évêques]  
( ZENIT.org )

Je souhaite envoyer cette information à un ami

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante