ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Sainte Faustine - Héléna Kolwaska
Le Petit Journal


édition numérique par Anne Speeckaert et www.JesusMarie.com
Petit Journal de Sœur Faustine

1750. Ô Jésus, caché dans le Saint Sacrement de l’autel, mon amour et mon unique miséricorde, je Vous recommande tous les besoins de mon âme et de mon corps ! Vous pouvez me secourir, car Vous êtes la miséricorde même. En Vous j’ai mis toute ma confiance.
(Ici, dans l’original, il y a une longue interruption. Toute la page est blanche.)
J.M.J. Cracovie-Pradnik, 2. VI. 1938

1751. Retraite de trois jours, sous la direction du Maître Jésus, qui m’a Lui-même ordonné de faire cette retraite. Il a Lui-même précisé les jours de la retraite : ce sont les trois jours précédant la Pentecôte. Il m’a dirigé Lui-même pendant cette retraite
J’ai cependant demandé à mon confesseur, si je pouvais faire cette retraite et j’ai reçu sa permission. J’ai prié aussi la Mère Supérieure de m’en donner la permission, et je l’ai reçue. J’avais résolu de ne pas faire de retraite si je n’obtenais pas la permission des Supérieures. J’ai commencé une neuvaine au Saint-Esprit et j’attendais la réponse de ma Mère Supérieure. Il me fallait commencer la retraite aujourd’hui et je n’avais encore reçu aucune nouvelle sur l’opinion de la Mère Supérieure.
Le soir je suis allée à l’office et pendant les litanies j’ai aperçu Jésus : « Ma fille, nous commençons la retraite.» J’ai répondu : « Jésus, mon très cher Maître, je vous demande bien pardon, mais je ne ferai pas de retraite, car je ne sais si la Mère Supérieure me le permettra. » - « Sois tranquille, Ma fille, la Supérieure l’a permis. Tu le sauras demain matin, cependant nous commençons la retraite ce soir »
Et en effet, la Mère Supérieure avait téléphoné le soir à la Sœur qui me soigne, pour me dire qu’elle me permettait de faire la retraite. Mais la sœur avait oublié de me le dire. Ce n’est que le lendemain matin qu’elle m’en a fait part, en me demandant pardon de n’avoir rien dit la veille. Je lui ai répondu : « Soyez tranquille, j’ai déjà commencé la retraite d’après le désir de la Supérieure. »

1752. Le premier jour.
Le soir, Jésus m’a donné les points de la méditation. Au premier moment la peur et la joie ont pénétré mon cœur. Je me suis alors serrée contre Son Cœur. La peur a disparue et la joie est restée. . Je me suis sentie toute entière enfant de Dieu et le Seigneur m’a dit : « N’aie peur de rien, ce qui est défendu aux autres, t’a été donné à toi. Tu es nourrie chaque jour, comme de pain quotidien, de grâces que d’autres âmes ne peuvent pas voir, même de loin.

1753. Considère, Ma fille, qui est Celui auquel ton cœur est étroitement uni par les vœux ! Avant que j’eusse créé le monde, Je t’aimais de l’amour que ton cœur éprouve aujourd’hui. Et durant les siècles, Mon amour ne changera jamais. »

1754. Application : Au seul souvenir de Celui qu’a épousé mon cœur, mon âme entra dans un profond recueillement et l’heure passa comme une minute. Dans ce recueillement les attributs de Dieu m’ont été révélés. Dans cet état d’embrasement intérieur de l’amour, je suis sortie au jardin pour me rafraîchir et quand j’ai regardé le ciel, une nouvelle flamme d’amour m’inonda le cœur.

1755. Alors j’ai entendu ces paroles : « Ma fille, as-tu épuisé les points que Je t’ai donnés à méditer ? Je te donnerai de nouvelles pensées. » - J’ai répondu : « Ô Majesté inconcevable, l’éternité ne me suffira pas pour Vous connaître !…Cependant mon amour pour Vous est devenu plus puissant. Comme preuve de ma gratitude, je dépose mon cœur à Vos pieds, comme un bouton de rose. Que son parfum charme Votre divin Cœur maintenant et durant l’éternité !… Quel paradis habite l’âme lorsque le cœur sent qu’il est tellement aimé par Dieu !… »

1756. « Aujourd’hui tu liras l’Evangile de Saint Jean chapitre quinze. Je désire que tu lises très lentement. »

Seconde méditation
1757. « Ma fille, considère la vie divine, confiée à l’Eglise, pour le salut et la sanctification de ton âme ! Considère comment tu profites de ces trésors de grâces, de ces efforts de Mon amour !»

1758. Application : Ô Très charitable Jésus, je n’ai pas toujours su tirer profit de ces inappréciables dons, car je ne faisais pas attention au don lui-même, mais je faisais trop attention à l’instrument par lequel Vous me présentez Vos dons. Cela va changer maintenant, mon Maître plein de douceur. Je vais tirer profit autant que mon âme en sera capable. La foi vive va me soutenir. Sous quelque aspect que Vous m’envoyez la grâce je l’accepterai directement de Vous, sans tenir compte de l’instrument par lequel Vous me l’enverrez. S’il ne m’est pas toujours possible de l’accepter avec joie, je l’accepterai toujours avec soumission à Votre Sainte Volonté.

1759. Conférence à propos du combat spirituel. – « Ma fille je veux t’instruire du combat spirituel ! N’aie jamais confiance en toi-même, mais abandonne-toi complètement à Ma volonté ! Dans le délaissement, les ténèbres et dans les différents doutes, aie recours à Moi et à ton directeur ! Il te répondra toujours en Mon nom. N’écoute jamais aucune tentation ! Mais enferme-toi aussitôt dans Mon Cœur et dévoile-là à ton confesseur dès que l’occasion s’en présentera ! Mets l’amour-propre à la dernière place, pour qu’il ne souille pas tes actions ! Supporte-toi toi-même avec grande patience ! Ne néglige pas les mortifications intérieures ! Justifie toujours en toi-même l’opinion de tes Supérieures et de ton confesseur ! Fuis comme la peste, ceux qui murmurent !

Que les autres agissent comme ils veulent, toi, conduis-toi comme Je te le demande ! Observe la règle très fidèlement ! Lorsqu’on t’a fait de la peine, pense à ce que tu pourrais faire de bon à la personne qui t’a fait souffrir ! Ne te confie pas à l’extérieur ! Tais-toi quand on te réprimande ! Ne demande pas à tout le monde son opinion, mais seulement à ton directeur ! Sois avec lui franche et simple comme une enfant ! Ne te décourage pas à cause de l’ingratitude ! Ne scrute pas curieusement les voies par lesquelles Je te conduis ! Lorsque l’ennui et le découragement menaceront ton cœur, fuis de toi-même et cache-toi dans Mon Cœur ! N’aie pas peur du combat : le courage seul intimide souvent le tentateur et il n’ose pas nous attaquer ! Combat toujours avec la profonde conviction que Je suis près de toi ! Ne te laisse pas dominer par le sentiment, car il n’est pas toujours en ton pouvoir ! C’est dans la volonté que se trouve tout le mérite. Soumets-toi toujours à tes supérieurs ! C’est dans la volonté que se trouve tout le mérite. Soumets-toi toujours à tes Supérieures, même dans les plus petites choses !
Je ne veux pas te leurrer avec la paix et ses consolations. Prépare-toi donc à de grands combats ! Sache que tu es maintenant sur la scène et que la terre et le ciel te regardent ! Combats comme un chevalier pour que Je puisse te récompenser ! N’aie pas trop peur, car tu n’es pas seule !

Le second jour.
1760. « Ma fille, considère aujourd’hui Ma douloureuse Passion, dans toute son immensité ! Médite-la comme si elle n’était endurée que pour toi ! »

1761. Application. Lorsque j’ai commencé à me plonger dans la Passion Divine, la grandeur de l’âme humaine et la méchanceté du péché se sont dévoilées à moi. J’ai compris que je ne savais pas souffrir. Pour avoir quelques mérites par mes souffrances, je vais m’unir étroitement à la Passion de Jésus, Lui demandant grâce pour les âmes des agonisants, afin que la miséricorde divine les soutienne en ce grave moment.

1762. Seconde méditation.
« Ma fille, considère la règle et les vœux que tu as faits devant Moi. Tu sais comme Je les apprécie, et toutes les grâces destinées aux âmes religieuses sont en relation avec la règle et les vœux. »

1763. Application. Ô mon Jésus, je constate ici beaucoup de manquements ! Mais par Votre grâce je ne me rappelle pas de transgressions conscientes et volontaires de la règle ou des vœux religieux. Gardez-moi à l’avenir, ô mon Jésus, car de moi-même je suis faible !

1764. « Aujourd’hui, Ma fille, comme lecture, tu prendras le chapitre dix-neuvième de l’Evangile de Saint Jean. Et lis non seulement des lèvres, mais avec ton cœur !... »

1765. Pendant cette lecture un profond repentir envahissait mon âme. J’ai compris toute l’ingratitude des créatures envers leur Créateur et Seigneur. J’ai prié pour que Dieu me préserve de l’aveuglement spirituel.

Conférence au sujet du sacrifice et de l’oraison
1766. « Ma fille, Je veux t’instruire sur la manière dont tu dois sauver les âmes par le sacrifice et l’oraison ! Tu sauveras plus d’âmes par le sacrifice et l’oraison qu’un missionnaire n’en sauverait seulement par des enseignements et des sermons. Je veux voir en toi l’offrande de l’amour ardent qui, seul, a de la puissance à Mes yeux. Tu dois être anéantie, détruite, vivant comme si tu étais morte dans ta plus secrète existence. Tu dois être détruite dans ce lieu secret où l’œil humain ne peut atteindre. Alors tu seras pour moi une offrande agréable, un holocauste plein de douceur et de parfum. Ta force sera puissante si tu pries pour quelqu’un d’autre. Au dehors ton offrande sera cachée, silencieuse, imprégnée d’amour, pétrie d’oraison. Ma fille, j’exige de toi que ton offrande soit pure et pleine d’humilité, pour qu’elle Me soit agréable ! Je ne vais pas ménager Mes grâces, pour que tu puisses accomplir ce que J’attends de toi.

Je vais maintenant t’instruire de ce qui doit composer cet holocauste dans ta vie quotidienne, pour te soustraire aux illusions. Tu accepteras toutes les souffrances avec amour. Ne t’afflige pas si ton cœur éprouve souvent répugnance et dégoût pour ce sacrifice. Toute sa puissance est contenue dans la volonté. Donc ces sentiments contraires non seulement ne diminuent pas ton offrande à Mes yeux, mais ils l’accroissent. Sache que ton corps et ton âme seront souvent en proie au feu. Quoique à certaines heures tu ne sentes pas Ma présence, je serai toujours près de toi. N’aie pas peur, Ma grâce sera avec toi !… »

Le troisième jour.
1767. « Ma fille, dans cette méditation considère l’amour du prochain, et si c’est Mon amour qui dirige le tien vers ton prochain ! Pries-tu pour tes ennemis ? Souhaites-tu du bien à ceux qui t’ont, d’une manière ou d’une autre, attristée, offensée ?
Saches, que tout le bien que tu feras à une âme quelconque, je l’accepterai comme si tu Me l’avais fait à Moi-même !

1768. Application. Ô Jésus, mon amour, Vous savez que ce n’est que depuis peu de temps que j’agis de la sorte que c’est Votre amour qui dirige mes relations avec mon prochain ! Vous seul connaissez les efforts que j’ai faits. Aujourd’hui cela me vient plus facilement, mais si Vous n’allumiez pas Vous-même cet amour dans mon âme, je ne saurais persévérer. Votre Amour Eucharistique m’enflamme chaque jour.

Seconde méditation.
1769. « Maintenant tu considéreras Mon amour dans le Saint Sacrement. Ici Je suis tout entier à ta disposition, Ame, Corps et Divinité, comme ton Epoux. Tu sais ce qu’exige l’amour : une seule chose, la réciprocité… »

1700. Application. Ô mon Jésus, Vous savez que je désire Vous aimer d’un amour tel que jusqu’à présent aucune âme ne Vous a aimé. Je désirerais que le monde entier se change en amour pour Vous, Mon Bien-Aimé. Vous me nourrissez du lait et du miel de Votre Cœur, depuis mes plus tendres années. Vous m’avez élevée pour Vous seul, pour que je sache maintenant Vous aimer. Vous savez que je Vous aime, car Vous seul connaissez la profondeur de l’offrande que je Vous présente chaque jour.

1771. Jésus m’a dit : « Ma fille, as-tu quelques difficultés dans cette retraite ? » J’ai répondu que je n’en avais pas. Mon esprit pendant cette retraite est comme un éclair. Je pénètre avec une grande facilité tous les mystères de la foi. Mon Maître et mon chef, toutes les ténèbres disparaissent de mon esprit sous les rayons de Votre lumière.

1772. « Aujourd’hui, comme lecture spirituelle tu prendras l’Evangile de Saint Jean, chapitre 21 ! Parcours ce texte plutôt avec ton cœur qu’avec ton esprit ! »

1773. Pendant l’office du mois de juin, le Seigneur m’a dit : « Ma fille, j’ai établi Ma prédilection dans ton cœur ! Lorsque le Jeudi Saint, Je Me suis donné Moi-Même dans le Saint Sacrement, tu étais nettement présente à Ma pensée. »

1774. À ces mots, mon amour s’efforça de Lui exprimer ce qu’Il est pour moi. Mais je ne pouvais trouver de paroles et dans mon impuissance, je me suis mise à pleurer. Jésus a dit : « Je suis pour toi la miséricorde même. C’est pourquoi je te prie, offre-Moi ta misère et ton impuissance et tu réjouiras Mon Cœur !

1775. Aujourd’hui une flamme d’amour très vive pénétra mon âme. Si elle avait duré plus longtemps, j’aurais brûlé dans ce feu, me dégageant des liens du temps présent. Il me semblait qu’un petit instant encore et je me noierai dans l’océan d’amour. Je ne sais décrire ces traits d’amour qui transpercent mon âme.

1776. Conférence sur la miséricorde.
« Sache, Ma fille, que Mon Cœur est la Miséricorde même. De cet océan de miséricorde, les grâces se répandent sur le monde entier. Aucune âme qui s’est approchée de Moi, ne M’a quitté sans consolation. Toute misère se noie dans Ma Miséricorde, et toute grâce jaillit de cette source salutaire et sanctifiante. Ma fille, Je désire que ton cœur soit la demeure de Ma miséricorde. Je désire que cette miséricorde se répande sur le monde entier par ton cœur. Que quiconque t’approchera ne te quitte pas sans cette confiance en Ma miséricorde que Je désire tant voir dans les âmes ! Prie autant que tu le peux, pour les agonisants : obtiens-leur la confiance en Ma miséricorde ! Car ce sont eux qui en ont le plus besoin et qui en ont le moins. Sache que la grâce du salut éternel pour certaines âmes dépend de ta prière. Tu connais tout l’abîme de Ma miséricorde !
Puise donc pour toi et spécialement pour les pauvres pécheurs ! Je préférerais laisser le ciel et la terre retourner au néant plutôt que de laisser une âme confiante échapper à Ma Miséricorde.

1777. Ma résolution est la même pour l’avenir : m’unir au Christ-Miséricordieux

1778. Clôture de la retraite. Dernière conversation avec le Seigneur.
Merci, Amour Eternel, pour Votre inconcevable bonté envers moi qui Vous porte à Vous occuper seul, directement, de ma sanctification. « Ma fille, que trois vertus ornent particulièrement ton âme : l’humilité, la pureté d’intention et l’amour ! Ne fais rien de plus que ce que J’exige de toi. Et accepte ce que t’offre Ma main ! Tâche de vivre recueillie, pour que tu entendes Ma voix qui est un murmure ; seules les âmes recueillies peuvent l’entendre !»

1779. Je n’ai pu dormir avant minuit. J’étais tellement émue par le renouvellement des vœux qui aura lieu demain. La grandeur de Dieu envahit tout mon être.

Pentecôte. La rénovation des vœux.
1780. Je me suis levée beaucoup plus tôt que d’habitude, et suis allée à la chapelle, m’abîmant dans l’amour de Dieu. Avant de communier j’ai renouvelé à voix basse mes vœux religieux. Après la Sainte Communion, un inconcevable amour de Dieu m’enveloppa. Mon âme était en relation avec le Saint-Esprit, qui est le même Seigneur que le Père et le Fils. Son souffle combla mon âme d’un tel délice que mes efforts seraient vains pour donner la moindre idée de ce que mon cœur a vécu. Pendant toute la journée, la présence de Dieu m’accompagna, où je me trouve, et quel que soit la personne à qui je parle. Mon âme se noyait dans l’action de grâce pour ces grandes grâces.

1781. Aujourd’hui je suis sortie au jardin. Le Seigneur m’a dit : « Retourne dans ta chambre, car je vais t’y attendre. » Lorsque je suis revenue, tout se suite j’aperçus Jésus qui était assis près de la table, m’attendant. . Avec un regard bienveillant, Il me dit : « Ma fille, Je désire que tu écrives maintenant, car cette promenade ne serais pas conforme à Ma volonté. » Je suis restée seule, et je me suis mise à écrire.

1782. Lorsque je me suis plongée dans l’oraison et que je me suis unie à toutes les Saintes Messes qui se célébraient à ce moment-là dans le monde entier, j’ai imploré Dieu par toutes ces Saintes Messes d’avoir miséricorde pour le monde et particulièrement pour les pauvres pécheurs qui à ce moment-là étaient en agonie. Au même instant j’ai reçu intérieurement la réponse de Dieu que mille âmes avaient obtenu grâce par l’intermédiaire de la prière que j’avais offerte à Dieu. Nous ne savons pas le nombre d’âmes que nous devons sauver par nos prières et nos sacrifices, nous devons donc toujours prier pour les pécheurs.

1783. Aujourd’hui, au cours d’une longue conversation, le Seigneur m’a dit : « Comme Je désire vivement le salut des âmes ! Ô mon aimable secrétaire, écris que Je désire répandre Ma vie divine dans les âmes humaines et les sanctifier, pourvu qu’elles veuillent seulement accepter Ma grâce. Les plus grands pécheurs arriveraient à une haute sainteté, si seulement ils avaient confiance en Ma miséricorde. Mon Cœur déborde de miséricorde et elle est répandue sur tout ce que j’ai créé. C’est Mon délice d’agir dans l’âme humaine, de la combler de Ma miséricorde et de la justifier. Mon Royaume sur terre c’est Ma vie dans l’âme humaine. Ecris, ma secrétaire, que Je suis Moi-même personnellement le Directeur des âmes. Je les dirige par l’intermédiaire du prêtre et je mène chacune à la sainteté par une voie qui n’est connue que de Moi. »

1784. La Mère Supérieure est venue me voir aujourd’hui, mais pendant un court instant seulement. Lorsqu’elle a regardé tout autour, elle m’a dit : « Tout est trop beau ici ! » C’est vrai que les Sœurs tâchent de me rendre le séjour au sanatorium agréable. Mais toute cette beauté ne diminue en rien mon sacrifice que Dieu seul voit et qui ne cessera qu’au moment où mon cœur cessera de battre. Aucune beauté terrestre ni céleste n’effacera le supplice de mon âme, qui est douloureux à chaque instant, quoique intérieur.
Il ne finira que lorsque Vous seul direz : « Assez ! », Vous l’Auteur de mon, supplice. Rien ne saurait amoindrir mon offrande !

Le premier vendredi après la Fête-Dieu.
1785. Tout de suite, le vendredi après la Fête-Dieu, je me suis sentie si mal que je croyais que le moment désiré approchait. Une forte fièvre me prit et la nuit j’ai eu un grand crachement de sang. Je suis cependant allée le matin recevoir Jésus, mais n’ai pu assister à la Sainte Messe. Dans l’après-midi, ma température tomba soudain à 35°,8. J’étais si faible qu’il me semblait que tout mourait en moi. Cependant, lorsque je me suis plongée dans une profonde oraison, j’ai compris que ce n’était pas encore le moment de la délivrance, mas un appel plus proche du Bien-Aimé.

1786. Quand j’ai rencontré le Seigneur, je Lui ai dit : « Vous me décevez Jésus ! Vous me montrez la porte du Ciel ouverte, et de nouveau Vous me laissez sur terre. » Le Seigneur m’a dit : « Lorsque tu verras au Ciel les jours présents, tu te réjouiras et tu voudrais en voir encore plus. Je ne M’étonne pas, Ma fille, que tu ne puisses pas le comprendre maintenant, car ton cœur est abreuvé de douleur et se languit de Moi. Ta vigilance Me plaît. Ma parole doit te suffire : il n’y en a plus pour longtemps. »
Et mon âme se trouva de nouveau en exil. Je me suis unie amoureusement à la volonté divine, m’en remettant à ses miséricordieux décrets.

1787. Les conversations que j’entends ici, concernant les choses mondaines, me fatiguent tellement que je me sens prête à défaillir. Les Sœurs qui me soignent s’en sont aperçues. Cela se voit au dehors.

1788. J’ai vu aujourd’hui la gloire de Dieu se répandre par cette image. Beaucoup d’âmes obtiennent des grâces, même si elles n’en parlent pas publiquement. Bien que les vicissitudes de cette image soient de toutes sortes, Dieu en retire de la gloire. Et les efforts de Satan et des méchants se brisent et sont anéantis. Malgré la méchanceté de Satan la miséricorde divine va triompher sur le monde entier et être adorée par toutes les âmes.

1789. J’ai compris que l’âme doit renoncer à toute action d’après sa propre volonté pour que Dieu puisse agir en elle. Autrement Dieu ne réalisera pas en elle Sa volonté

1790. Alors qu’un grand orage approchait j’ai commencé à réciter ce petit chapelet. Soudain j’ai entendu la voix d’un ange : « Je ne peux pas m’approcher dans cet orage, car la clarté qui sort de sa bouche me repousse, moi et l’orage. » Ainsi l’ange se plaignait à Dieu. Alors j’ai compris quels grands dégâts il devait opérer par cet orage. Mais j’ai compris aussi que cette prière était agréable à Dieu et quelle est la puissance de ce petit chapelet.

1791. Il m’a été révélé qu’une certaine âme qui est très agréable à Dieu, malgré toutes sortes de persécutions, a été revêtue par Dieu d’une nouvelle et plus haute dignité. Mon cœur en fut profondément heureux.

1792. Les moments les plus agréables pour moi sont ceux que je passe en conversation avec le Seigneur dans mon cœur. Je tâche de mon mieux de ne pas le laisser seul, Il aime être toujours avec nous…

1793. Ô Jésus, Dieu Eternel, je Vous remercie de Vos innombrables grâces et bienfaits ! Que chaque battement de mon cœur soit un nouvel hymne d’action de grâces pour Vous, mon Dieu ! Que chaque goutte de mon sang circule pour Vous Seigneur ! Mon âme est un hymne de louange à Votre miséricorde. Je Vous aime, mon Dieu, pour Vous-même.

1794. Mon Dieu, quoique mes souffrances soient grandes et qu’elles traînent en longueur, je les accepte de Votre main comme des dons magnifiques ! Je les accepte toutes et même celles que d’autres âmes n’ont pas voulu accepter. Vous pouvez tout m’apporter mon Jésus, je ne Vous refuserai rien. Je Vous supplie seulement de me donner une chose : Donnez-moi la force de tout supporter et faites que tout soit méritoire ! Voici, Vous avez tout mon être ! Faites de moi ce qu’il Vous plaira !

1795. Aujourd’hui, j’ai vu le Sacré Cœur de Jésus dans une grande clarté dans le ciel. De Sa Blessure sortaient des rayons qui se répandaient sur le monde entier.

1796. Aujourd’hui le Seigneur est entré chez moi et m’a dit : « Ma fille, aide-Moi à sauver les âmes ! Tu iras chez un pécheur mourant et tu vas réciter ce petit chapelet Ainsi tu lui obtiendras la confiance en Ma Miséricorde, car il est déjà au désespoir. »

1797. Soudain je me suis trouvée dans une chaumière inconnue où un homme âgé agonisait déjà dans de terribles supplices. Autour du lit, il y avait une multitude de démons et la famille qui pleurait. Dès que j’ai commencé à prier, les esprits des ténèbres se sont dispersés avec un sifflement et en me menaçant. Cette âme se tranquillisa et pleine de confiance se reposa dans le Seigneur.
A cet instant, je me suis retrouvée dans ma chambre. Comment cela arrive-t-il ? Je ne le sais pas.

1798. J.M.J.
Je sens qu’une puissance me défend et me cache contre les traits de l’ennemi. Elle me garde et me défend, je le sens bien. Je suis comme abritée à l’ombre de ses ailes.

1799. Mon Jésus, Vous seul êtes bon ! Mon cœur fait des efforts pour décrire au moins une petite parcelle de Votre bonté, mais je n’en suis pas capable. Cela dépasse toutes nos pensées.

1800. Un jour pendant la Sainte Messe, le Seigneur me fit comprendre plus profondément Sa Sainteté et Sa Majesté et en même temps j’ai pris conscience de ma misère. J’étais contente de cette connaissance et mon âme plongeait toute entière dans Sa miséricorde. Je ressentis un immense bonheur.

1801. Le lendemain, j’ai perçu des mots distincts : « Vois-tu, Dieu est Saint et tu es pécheresse ! N’approche pas de Lui et confesse-toi chaque jour ! » Mais de fait, je n’ai pas manqué la Sainte Communion et j’ai résolu de me confesser au temps prescrit n’ayant aucun empêchement spécial. Quand le jour de la confession arriva, j’avais préparé toute une liste de péchés pour m’en accuser. Cependant, quand je me suis approchée de la grille, Dieu me permit de ne m’accuser que de deux imperfections, malgré mes efforts pour me confesser comme je m’y étais préparée. Lorsque je suis sortie du confessionnal, le Seigneur m’a dit : « Ma fille, tous ces péchés que tu voulais confesser ne sont pas péchés à Mes yeux. C’est pourquoi Je t’ai ôté la possibilité de les exprimer. » J’ai compris que Satan, voulant troubler mon calme, me donne des pensées exagérées. Mon Sauveur, comme Votre bonté est grande !

1802. Un autre jour où je me préparais à la Sainte Communion, voyant que je n’avais rien à Lui offrir, je suis tombée à Ses pieds, appelant toute Sa miséricorde pour ma pauvre âme. Que Votre grâce qui s’épanche de Votre Cœur charitable sur moi, me donne des forces pour le combat et la souffrance, afin que je Vous reste fidèle. Bien que je sois une telle misère, je n’ai pas peur de Vous. Rien ne m’intimidera devant Vous, mon Dieu, car je connais Votre Miséricorde. Et la connaissance que j’en ai est bien au-dessous de la réalité, je le vois clairement.


Ici finit le sixième et dernier cahier des notes de Sœur Faustine Kowalska, religieuse professe perpétuelle de la Congrégation de la Divine Mère de la Miséricorde
 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante