ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

L’Eucharistie est le centre propulseur de toute l’action évangélisatrice

 

 Concile de Trente

Angélus : « L’Eucharistie est le centre propulseur de toute l’action évangélisatrice »

ROME, Dimanche 2 octobre – Nous publions ci-dessous le texte du discours que le pape a prononcé à l’occasion de la prière de l’Angélus, ce dimanche à Saint Pierre, à l’issue de la célébration eucharistique d’ouverture du synode sur l’Eucharistie.

Chers frères et sœurs,

La célébration eucharistique par laquelle nous avons inauguré l’Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Evêques vient de se terminer. Les pères synodaux, venant des quatre coins du monde, avec des experts et autres délégués, vivront au cours des trois prochaines semaines, avec le successeur de Pierre, un temps privilégié de prière, en réfléchissant sur le thème « Eucharistie : source et sommet de la vie et de la mission de l’Eglise ». Pourquoi ce thème ? Ne s’agit-il pas peut-être d’une question évidente, pleinement acquise ? En réalité, la doctrine catholique sur l’Eucharistie, définie de manière autorisée par le Concile de Trente, demande à être accueillie, vécue et transmise par la Communauté ecclésiale de façon toujours nouvelle et adaptée aux époques. L’Eucharistie pourrait aussi être considérée comme une « lentille » à travers laquelle vérifier continuellement le visage et la marche de l’Eglise, que le Christ a fondée afin que tout homme puisse connaître l’amour de Dieu et y trouver la plénitude de vie . Pour cette raison, le bien-aimé pape Jean-Paul II a voulu consacrer à l’Eucharistie une année entière, qui se conclura précisément avec la fin de l’Assemblée synodale, le 23 octobre prochain, le dimanche où nous célébrerons la Journée mondiale des Missions.

Cette coïncidence nous aide à contempler le mystère eucharistique dans la perspective missionnaire. L’Eucharistie est en effet le centre propulseur de toute l’action évangélisatrice de l’Eglise, un peu comme le cœur dans le corps humain. Sans la célébration eucharistique, dans laquelle elles se nourrissent au double banquet de la Parole et du Corps du Christ, les communautés chrétiennes perdraient leur nature authentique : celles-ci ne peuvent transmettre le Christ aux hommes, et pas seulement des idées ou des valeurs, même nobles et importantes, qu’en tant que communautés « eucharistiques ». L’Eucharistie a façonné d’éminents apôtres missionnaires, dans tous les états de vie : évêques, prêtres, religieux, laïcs, saints de la vie active et contemplative. Nous pensons d’une part à saint François Xavier, que l’amour du Christ a poussé jusqu’en extrême Orient pour annoncer l’Evangile ; de l’autre, à sainte Thérèse de Lisieux, jeune carmélite, dont nous avons fait mémoire précisément hier. Celle-ci a vécu dans la clôture son ardent esprit apostolique, méritant d’être proclamée avec saint François Xavier, patronne de l’activité missionnaire de l’Eglise.

Invoquons leur protection sur les travaux du synode ainsi que celle des Anges gardiens, dont nous faisons aujourd’hui mémoire. Prions avec confiance surtout la Bienheureuse Vierge Marie, que nous allons vénérer le 7 octobre prochain sous le titre de Vierge du Rosaire. Le mois d’octobre est dédié au saint Rosaire, singulière prière contemplative avec laquelle, guidés par la Mère céleste du Seigneur, nous fixons le regard sur le visage du Rédempteur, pour être conformés à son mystère de joie, de lumière, de souffrance et de gloire. Cette antique prière est en train de connaître une nouvelle floraison providentielle, grâce aussi à l’exemple et à l’enseignement du bien-aimé pape Jean-Paul II. Je vous invite à relire sa Lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae  et à mettre en pratique les indications qu’elle contient, au niveau personnel, familial et communautaire. Confions à Marie les travaux du synode : que ce soit elle qui conduise l’Eglise entière à une conscience toujours plus claire de sa propre mission au service du Rédempteur réellement présent dans le sacrement de l’Eucharistie.
 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante