ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI : Dieu est tel qu'il se montre

 

Le 31 décembre 2008 - (E.S.M.) - Si le Fils n'est rien à côté du Père, ne prétendant à rien qui lui soit propre, n'opposant au Père rien qui lui appartienne distinctivement, ne réservant aucune place à sa propre individualité - alors c'est qu'il est pleinement égal au Père.

La Trinité - Artus Wollfort (1581-1641)  - Pour agrandir l'image Cliquer

Benoît XVI : Dieu est tel qu'il se montre  (10)

RÉFLEXIONS SUR LE CREDO  (Chapitre 6 suite)  (Page précédente : l'inaccessible est Celui avec qui une relation est possible) (9)

Le 31 décembre 2008 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - On voit que les controverses trinitaires de l'époque patristique n'étaient donc pas pur ergotage conceptuel. Elles s'axaient sur la défense du principe : « Dieu est tel qu'il se montre ». Sur cette affirmation, que Joseph Ratzinger tient pour équivalente à la doctrine même de la Trinité, repose la relation chrétienne à Dieu. Les logiques alternatives du subordinationisme et du monarchianisme représentent les deux principales options qui s'opposèrent à l'orthodoxie conciliaire de l'Église des Pères. Pour le subordinationisme, Dieu devient une sorte de « monarque constitutionnel » ; la foi ne traite avec lui « que par l'intermédiaire de ses ministres ». Pour le monarchianisme, le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont considérés exactement comme des « masques de Dieu » à travers lesquels ne nous parvient pas la moindre information quant à sa réalité. Joseph Ratzinger voit dans les idéalismes de Hegel et de Schelling, et dans leur inversion matérialiste chez Marx, la postérité philosophique du monarchianisme : la forme historique de Dieu devient l'auto-réalisation progressive de la divinité; le logos n'a aucune réalité si ce n'est dans son identité même avec le processus historique; tout sens n'est plus que pure et simple création de l'histoire. Au contraire de la doctrine trinitaire orthodoxe, « le caractère personnel, le dialogue, la liberté et l'amour se diluent dans le processus inexorable de la raison seule » (Idem, p. 106 [traduction modifiée]). La victoire de la foi trinitaire sur le monarchianisme signe la fin, du moins en principe, du détournement de la théologie à des fins politiques, en détruisant ses potentialités de servir de base à un mythe politique. Une fois de plus, comme avec saint Bonaventure et la question de l'historicité du salut, on voit se profiler l'ombre du futur débat sur la théologie de la libération, à ceci près que cette fois c'est l'ombre portée d'un corps vivant, en l'occurrence la « théologie politique » de Johann Baptist Metz. Joseph Ratzinger remet ici en valeur le Monothéisme comme problème politique d'Erik Peterson, qui en son temps contenait une attaque contre une certaine Théologie politique de Carl Schmitt, datant de 1922 (Le monothéisme : un problème politique, traduit par A.-S. Astrup, Bayard, Paris, 2007).

Pour Joseph Ratzinger, on peut penser la doctrine du Dieu trine en termes de théologie soit négative
(apophatique), soit positive (cataphatique). Négativement, c'est la représentation du caractère insoluble du mystère de Dieu, un « morceau de théologie déconcertante ». Ou encore, on peut dire qu'elle illustre ce que l'abbé de Saint-Cyran disait de la foi : une série de contradictions qui ne tiennent ensemble que par la grâce, encore qu'à la lumière des théories de la physique moderne, le terme « contradictions » pourrait avantageusement être remplacé par celui de « complémentarités ». Car de même que la lumière, en physique, peut être conçue comme corpuscule aussi bien que comme onde, bien que ces deux concepts résistent à se combiner en une structure unifiée, de même en théologie :

Ici également, nous ne pouvons jamais observer que d'un seul point de vue, et donc ne percevoir qu'un seul aspect particulier, qui semble contredire l'autre. C'est pourtant seulement quand on parvient à les combiner l'un avec l'autre qu'on trouve une direction menant à cette totalité que nous sommes incapables d'exprimer ni de saisir d'un seul regard
(Idem, p. 109 [traduction modifiée]).

Joseph Ratzinger, comme Yves Congar le fera plus tard dans le même contexte, tire ces remarques de la notion de complémentarité mise en lumière par le physicien danois Niels Bohr. Bohr lui-même avait suggéré la possibilité d'appliquer cette idée à la théologie; suggestion que suivit Cari Friedrich von Weizsäcker, directeur du Max Planck Institut, en Bavière, dans un article synthétique que cite J. Ratzinger
(La religion hier et aujourd'hui, vol. 3, p. 1744 sv).

Mais la doctrine trinitaire peut aussi être l'objet d'une théologie positive, s'exprimant dans des « indices de l'ineffable », même si celui-ci « ne peut s'incorporer dans notre univers mental ». Le sens positif de la foi en la Trinité repose d'abord sur un examen de la réalité en son unité et sa pluralité :

La confession de foi chrétienne du Dieu Trois en Un seul, simultanément « monade » et « triade », unité absolue et profusion, exprime la conviction que la divinité est au delà de nos catégories d'unité et de multiplicité. Si, pour nous qui en sommes au-dehors, la divinité est une et une seule, l'unique, en opposition à tout ce qui n'est pas divin, elle est pourtant en elle-même véritablement profusion et pluralité, de sorte que l'unité et la multiplicité des êtres créés sont toutes deux ensemble réplique du divin et participation à lui
(La foi chrétienne, p. 112-113 [traduction modifiée]).

Cela a pour conséquence majeure que le modèle d'unité auquel les créatures doivent tendre n'est pas celui d'une « inflexible monotonie », mais de l'unité que crée l'amour, « la "multi-unité" qui croît dans l'amour ». En second lieu, la foi trinitaire confirme l'intuition que si l'on confesse l'Absolu comme une personne, il ne peut aucunement s'agir d'un « absolu seul ». Cela est déjà indiqué par le préfixe du grec prosôpon (pros : « vers ») comme du latin persona (per : « à travers ») qui l'un et l'autre impliquent l'idée de relation, de communication, de fécondité. « Un être absolument un, qui n'est ni origine, ni terme de relation ne peut être une personne » (
Idem, p. 113). Troisièmement, si pour Aristote la relation se range simplement parmi les « accidents » - ou déterminations secondaires de l'être, par contraste avec la substance, support exclusif de la réalité -, le dogme trinitaire fait quant à lui clairement percevoir que relation et substance sont l'une et l'autre « également forme primordiale de l'être » Idem, p. 117. « En Dieu il n'y a pas d'accidents, il n'y a que substance et relation »: cf. saint AUGUSTIN, De Trinitate V, 5,6). Cette découverte permet à l'homme de surmonter la « pensée objectivante » : sa vision accède à un nouveau plan de l'être. Mais si de cette façon le dogme de la Trinité signifie que la pensée spéculative se trouve libérée, elle ne devient pas pour autant non biblique. Au contraire, et Joseph Ratzinger insiste ici encore, il s'agit de la transposition pure et simple des logia johanniques de Jésus. Commentant la déclaration du Christ : « le Fils ne peut rien faire de lui-même » (Jn 5,19 et 30), qui semble le dépouiller de tout pouvoir, et cette autre : « le Père et moi, nous sommes un » (Jn 10,30), J. Ratzinger fait une remarque d'une particulière perspicacité :

Si le Fils n'est rien à côté du Père, ne prétendant à rien qui lui soit propre, n'opposant au Père rien qui lui appartienne distinctivement, ne réservant aucune place à sa propre individualité - alors c'est qu'il est pleinement égal au Père. La logique s'impose : puisqu'il n'y a rien par quoi il serait purement lui, puisqu'il n'existe aucun domaine délimité qui lui soit propre, il coïncide donc avec le Père, il est « un » avec lui. C'est exactement cette totale compénétration que le mot « Fils » veut exprimer
(La foi chrétienne, p. 119 [traduction modifiée]).

Il ne manque certes pas de tirer les conséquences pratiques que cette doctrine implique pour nous. Il appartient à la nature de l'existence chrétienne, qui consiste à être un avec le Christ, « d'accueillir et de vivre l'existence comme être relationnel », et de cette manière d'entrer dans cette unité qui est le fondement de toute réalité. La doctrine de la Trinité doit devenir le « point nodal » de toute pensée chrétienne.

Naturellement, ces expériences fondamentales, juives et chrétiennes, de l'histoire du salut et de la rencontre avec Dieu soulèvent la question de savoir comment elles s'accordent avec la réalité divine en elle-même. Cette « triade » nous renseigne-t-elle seulement sur l'homme, sur les divers modes humains de relation à Dieu, ou bien apporte-t-elle quelque lumière sur ce qu'est Dieu en lui-même ? La première hypothèse nous paraît avec une telle évidence comme la seule raisonnable qu'elle rend la question entière bien peu digne d'intérêt. Pourtant, Joseph Ratzinger insiste :

II s'agit de savoir si l'homme, dans sa relation à Dieu, n'est livré qu'à la seule réflexion de sa propre conscience, ou bien s'il lui est offert d'atteindre une réalité qui le dépasse et de rencontrer Dieu lui-même. [...] Si la première hypothèse est juste, la prière est donc elle aussi simple affaire de l'homme se parlant à lui-même, et il n'y a alors pas plus de fondement pour une adoration véritable que pour une prière de demande. [...] Mais si c'est la seconde qui est la bonne, alors l'adoration et la prière non seulement sont possibles, mais elles s'imposent, parce qu'elles sont le postulat de l'homme - être ouvert à Dieu
(Idem, p. 100 [traduction modifiée]).

(à suivre)   Je crois en Jésus-Christ
 

Nouveau : S'inscrire à la newsletter ! Voir menu de gauche.


Sources : Introduction à la théologie de Joseph Ratzinger -  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  31.12.2008 - T/Théologie

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante