ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Caritas in Veritate de Benoît XVI, l'encyclique incomprise des cathos de gauche

 

Le  31 août  2009  - (E.S.M.) - C'est la meilleure analyse de Caritas in Veritate que j'ai lue à ce jour, très loin des clichés et des généralités qui n'apprennent rien et ne servent que de faire-valoir à leur auteur.... ( lu sur benoit-et-moi)

Caritas in Veritate de Benoît XVI, l'encyclique incomprise des cathos de gauche ... et des verts.

Une analyse (remarquable) d'Antonio Gaspari

Le 31 août 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - C'est la meilleure analyse de Caritas in Veritate que j'ai lue à ce jour, très loin des clichés et des généralités qui n'apprennent rien et ne servent que de faire-valoir à leur auteur....

Catho-communistes et verts feignent de ne pas comprendre

L'encyclique Caritas in Veritate est extraordinaire par l'innovation et le progrès dans le débat économique. Elle dépasse le dilemne entre marché et État, tire un trait sur les idéologies contraires au développement, rétablit la centralité de la personne et de la famille dans le progrès des nations et propose une révolution sociale en passant de la solidarité à la fraternité.

Toutes les grandes nouveautés de l'encyclique ont été accueillies par un silence insolite autant que significatif de la part des Catho-communistes (*), post-communistes, verts, associations écologistes et radicaux. Silencieux aussi les défenseurs des théories malthusiennes. Il s'agit d'un silence assourdissant, compte tenu de la clarté avec laquelle Benoît XVI affronte les questions centrales du débat économique et social.

Face aux multiples commentaires, quelques-uns pragmatiques, d'autres confus, certains précis et prêts à relever les défis de Caritas in veritate, il est nécessaire de réaffirmer quelques-uns des points fondamentaux de l'encyclique.
Caritas in veritate, annule toutes les idéologies anti-développement, expliquant en détail que le progrès humain et intégral est vocation et fait parti du dessein de Dieu (n° 14, 16, 17, 18, 29 et 30). Toute la rhétorique sur le développement qui pollue, sur la nécessité de la décroissance, sur les théories de Vandana Shiva et d'auteurs comme Serge Latouche), que même la presse catholique héberge depuis des décennies, sont balayées.

Le second point fondamental et la clé pour comprendre le sens de l'encyclique est dans l'explication que les politiques anti-vie et les idéologies relativistes qui les ont accompagnées, sont les causes principales de la crise. Des politiques et des idéologies qui ont produit un désastre social atteignant un milliard de jeunes en moins (les Nations Unies calculent qu'au moins 45 million d'avortements légaux se sont produits tous les ans lors du dernier quart de siècle). Ceci signifie une réduction radicale de tous les projets de développement et une augmentation conséquente des coûts, surtout en ce qui concerne les impôts, le système de santé, la protection sociale et les retraites.

L'idée de suppléer à l'hiver démographique en développant l'immigration pénalise les pays en développement et crée de considérables problèmes d'intégration. L'encyclique réaffirme de manière forte et claire qu'il ne peut pas y avoir de développement économique et social sans croissance démographique et soutien à la famille naturelle. En particulier, il est expliqué que toute approche au développement doit repartir d'une conception anthropologique qui mette la personne et la famille au centre de chaque priorité (n° 15, 28, 44).

Un autre point sur lequel l'encyclique est innovatrice concerne la question de l'environnement. Aucun document du magistère n'avait jamais dénoncé de manière aussi explicite l'idéologie verte qui a tenté d'effacer le Créateur et de réduire l'humanité à une valeur inférieure à celui de la flore et de la faune. Les mots utilisés par Caritas in Veritate sont très clairs pour repousser l'environnementalisme et pour promouvoir l'écologie humaine. Dans ce cas aussi, il est souligné qu'on ne peut pas défendre l'environnement si on ne sauvegarde pas la personne humaine et la famille (n°48, 49, 50).

Décisif aussi le passage dans lequel l'encyclique dépasse le concept "buoniste" de solidarité générique et indique la fraternité comme ligne conductrice pour réaliser la révolution sociale nécessaire afin de ramener le développement dans le monde. Pour Benoît XVI le concept "buoniste" de solidarité est trop limitatif et il n'engage pas intégralement la communauté humaine et l'Église, dans la sollicitude pour l'autre. La fraternité entendue comme charité dans la vérité signifie aimer l'humanité, exprimant un amour gratuit, qui signifie donner avant de recevoir. (n° 11, 13, 19, 20, 36, 73). Dans ce contexte l'encyclique demande explicitement la conversion des cœurs de chacun.

Antonio Gaspari

(*) En France, nous dirions sans doute "catholiques de gauche".

  Caritas in Veritate, l'encyclique sociale du pape Benoît XVI
     ► Introduction et  Ier chapitre : Le message de Populorum Progressio
     ► IIème chapitre : Le développement humain aujourd'hui
     ► IIIème chapitre : Fraternité, développement économique et société civile
     ► IVème chapitre : Développement des peuples, droits et devoirs, environnement
     ► Vème chapitre : La collaboration de la famille humaine
     ► VIème chapitre et conclusion : Le développement des peuples et la technique

Télécharger l'encyclique au format Pdf Cliquez
 

Sources : benoit-et-moi

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 31.08.09 - T/Caritas in veritate

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante