ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

 Ce que Benoît XVI écrit de deux amours inséparables…

 

Le 31 mai 2008 - (E.S.M.) - Transmettre la foi : quelle responsabilité et quelle merveilleuse aventure pour la famille! Amener nos enfants à la découverte de Celui qui nous fait vivre et qui donne un sens à toutes nos journées. Quelques réflexions à la lumière de l'encyclique Deus Caritas est du pape Benoît XVI

La joie d’aimer l’Amour

Ce que le pape Benoît XVI écrit de deux amours inséparables… Message aux familles

Familles, où sont les saints et les saintes du troisième millénaire ?  (1er partie)

Leur présenter l’Ami par excellence, le Christ, Dieu devenu l’un des nôtres pour nous dire son amour et nous mener à la découverte de la vraie liberté et du bonheur durable. Éveiller en eux la soif de bâtir une amitié avec le Christ dans l’intimité de la prière et de l’Eucharistie. Oser les inviter à devenir des saints et des saintes, des collaborateurs et des collaboratrices du Christ pour bâtir un monde meilleur. Oui, quel défi et quelle merveilleuse aventure!

La joie d’aimer l’Amour

Le monde est encore plus beau ce matin! Il compte un petit bébé de plus! Celui de Catherine et Nicolas. Émerveillés face au mystère de cette vie toute nouvelle, ils ont encore les larmes aux yeux. L’instant sacré de la naissance les a confirmés dans leur nouveau rôle : celui de parents! Ils rêvent déjà d’avenir pour ce petit être unique qui leur ressemble tant et qui ressemble à Dieu.

Habités d’une foi profonde, ils veulent donner tout ce qu’il y a de meilleur à cet enfant que Dieu -Créateur et Père - leur confie. Une personne créée à son image et à sa ressemblance, à laquelle Il offre de participer à sa vie divine par le baptême. Un être sans pareil qu’Il a voulu et aimé passionnément de toute éternité, et qu’Il invite à vivre avec Lui une vie donnée jour après jour, par amour.

Viendra un moment où cet enfant pourra dire : « Je crois à l’amour de Dieu »… Comme chrétien, il exprimera ainsi le choix fondamental de sa vie - un choix fondé non pas sur « une décision éthique ou une grande idée, mais, comme le rappelle Benoît XVI, (sur) la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive. » (Dieu est amour "Deus Caritas est" no 1)

Cette Personne, c’est le Christ Jésus - Dieu au visage humain - venu vivre parmi nous pour nous proposer une réconciliation avec Dieu, nous sauver de la mort éternelle et nous promettre que nos corps ressusciteront un jour. C’est le Christ – ressuscité le premier –, qui vit vraiment à nos côtés : le guide, le maître et l’ami par excellence, qui nous enseigne à devenir chaque jour plus humain.

Le plus beau cadeau

Au cœur de la vie chrétienne, il y a donc un « oui ». Il y a une relation intime et personnelle avec le Christ, une relation de confiance qui commence au Baptême pour s’épanouir au fil de la vie. En demandant ce sacrement pour leur enfant, les parents lui offrent le plus beau cadeau possible : il devient enfant de Dieu par adoption et enfant de la famille de Dieu, l’Église. Il devient membre du Corps du Christ ; désormais, le Christ est son frère et marche à ses côtés, tandis que tous les baptisés, ses sœurs et frères, partagent avec lui le chemin qui mène au Père. Jamais il ne sera seul.

En fait, ce Dieu si tendre et si proche de nous est le seul à pouvoir combler parfaitement l’âme humaine – une âme immortelle. Pour réaliser son immense plan d’amour, Il a voulu compter sur nous. Dieu a besoin de nous et nous pouvons répondre à ses attentes en étant attentifs aux appels de l’Esprit Saint qui habite en nous, plus pleinement encore depuis notre Confirmation.

Quelle joie de se savoir aimés du Créateur de l’univers et invités à L’aimer et à aimer avec Lui tous ses enfants de la terre! Deux amours inséparables… « L’amour de Dieu et l’amour du prochain, exprime Benoît XVI, se fondent l’un dans l’autre : dans le plus petit, nous rencontrons Jésus lui-même et en Jésus nous rencontrons Dieu. »  (ibid., no 15)

Quelle joie encore de se laisser librement attirer par le Christ! Choisir de Lui ressembler et d’annoncer à d’autres – en quête d’un sens à la vie et d’une espérance à toute épreuve – la Vérité qu’Il nous communique… « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie »...

Car voilà bien le défi et la mission que nous recevons au jour de notre baptême : chercher à s’identifier au Christ en visant humblement la sainteté et s’engager activement dans le grand mouvement de la nouvelle évangélisation. Devenir des apôtres, dociles aux désirs de l’Esprit Saint. Transmettre à nos enfants, à nos familles, à nos amis, à tous ceux que nous rencontrons l’inimaginable nouvelle d’un Dieu qui les aime personnellement et qui attend patiemment, dans le respect total de leur liberté, qu’ils Lui ouvrent la porte de leur vie.

« Quand tu seras grand… »

Comme Catherine et Nicolas, tant de parents chrétiens se réjouissent à la pensée que leurs enfants ont été créés par l’Amour et pour l’Amour en vue du bonheur sans fin des citoyens du ciel. Rien pour eux n’a plus d’importance que de les aider à répondre librement à leur vocation d’enfants de Dieu. C’est leur but premier en éducation, et c’est pourquoi ils s’assurent de nourrir leur âme aussi bien que leur corps.

Comment s’étonner alors qu’ils les questionnent parfois, non pour savoir ce qu’ils veulent faire quand ils seront grands, mais pour semer et entretenir en eux le désir d’accueillir la volonté de Dieu : « Que penses-tu que Dieu attend de toi dans la vie ? »…

En apprenant à leurs enfants à chercher la volonté de Dieu, ils les amènent à poursuivre l’histoire d’amour entre Dieu et l’être humain. Progressivement, leurs pensées et leurs sentiments deviennent plus semblables à ceux du Christ. Leur volonté s’identifie toujours plus à celle de Dieu. Ils peuvent dire alors, comme le souligne encore Benoît XVI dans son encyclique Dieu est Amour : « La volonté de Dieu n’est plus pour moi une volonté étrangère, que les commandements m’imposent de l’extérieur, mais elle est ma propre volonté sur la base de l’expérience que, de fait, Dieu est plus intime à moi-même que je ne le suis à moi-même »… C’est ainsi que « grandit l’abandon en Dieu et que Dieu devient notre joie. » (ibid., no 17

Dieu cherche des saints

En fait, Dieu cherche dans nos familles des collaboratrices et des collaborateurs. En confiant ses enfants à des parents porteurs des valeurs d’Évangile, Il espère récolter tôt ou tard une abondante moisson de vocations à la sainteté : dans la vie laïque et apostolique vécue dans le mariage ou le célibat, et dans la vie sacerdotale ou religieuse.

Comme le dit si bien un auteur anonyme : « Lorsque Dieu veut réaliser une tâche spéciale dans notre monde, Il envoie un bébé, puis Il attend… » Il attend que les parents forment des femmes et des hommes libres et responsables à la conscience droite. Décidés à marcher à la suite du Christ tout en se sachant pécheurs, mais riches de son pardon et forts de la force de l’Esprit Saint, ils restent toujours confiants en poursuivant leur route au cœur du monde.

Dieu, en somme, attend des saints et des saintes. Il veut nous « sanctifier », nous rendre plus semblables à Lui. La sainteté… Un but impossible ? Un défi insurmontable ? Comment y parvenir ?... La réponse est simple : « Là où sont vos aspirations, votre travail, vos amours, là se trouve le lieu de votre rencontre quotidienne avec le Christ. C’est au milieu des choses les plus matérielles de la terre que nous devons nous sanctifier, en servant Dieu et tous les hommes. (…) Il n’y a pas d’autre chemin : ou nous savons trouver le Seigneur dans notre vie ordinaire, ou nous ne le trouverons jamais. » (Saint Josémaria Escriva, Aimer le monde passionnément, Éditions Le Laurier, 2002)

Dans le train-train quotidien

C’est donc dans le train-train quotidien que les parents réalisent la mission sans pareille de faire grandir des saints et des saintes. Éduquer dans la foi, c’est initier peu à peu nos enfants à un mode de vie typiquement chrétien, ancré dans la confiance en Dieu, l’espérance et l’amour. Les aider à cultiver leurs talents et à enrichir leur personnalité de bonnes habitudes et de vertus : esprit de travail, patience, ordre, sérénité, joie, force, esprit de sacrifice, prudence, obéissance, justice, humilité, esprit de pauvreté, de partage et de générosité, gentillesse, pardon, etc. (Xavier Abad, Eugène Fenoy, Le mariage, chemin de sainteté, Éditions Le Laurier, 1998) Leur apprendre à aimer, oui. Mais à aimer à la manière du Christ, en se donnant au service de ceux et celles qui sont placés sur leur route.

Mieux que nos paroles, ce sont nos gestes qui parlent de foi à nos enfants : un gâteau cuisiné et offert à de nouveaux voisins; un pardon demandé après un conflit avec un ami; une invitation lancée aux amis et à la famille pour partager meubles, jouets et vêtements avec une adolescente qui choisit de donner la vie dans des circonstances difficiles.

Et quelle chance pour les parents lorsqu’ils peuvent compter sur le soutien de la famille élargie – grands-parents, parrains et marraines, oncles et tantes, cousins et cousines – et de la communauté paroissiale! Ce réseau est un trésor sans pareil pour enraciner les enfants dans les valeurs qui donnent à chaque famille sa couleur particulière.

Cohérence

Tout jeunes, nos enfants peuvent déjà apprendre à fréquenter Jésus qui habite leur coeur, à Lui confier leurs joies et leurs peines, à dialoguer aussi avec Lui en jouant dans la cour d’école, en s’appliquant à leurs devoirs, en donnant un coup de main avec la vaisselle et le ménage. Tranquillement, ils s’initient à sa présence et deviennent contemplatifs au milieu de leurs occupations quotidiennes.

Parvenus à l’âge adulte, ils se lèveront chaque matin avec une question en tête : « Seigneur, que veux-tu que je fasse aujourd’hui ? »… Ils auront appris à compter sur la grâce, sur ces énergies divines puisées dans la prière, dans l’Évangile et dans les sacrements du Pardon et de l’Eucharistie. Ils sauront réaliser leur travail habituel le plus parfaitement possible pour l’offrir à Dieu par amour. Ils participeront ainsi au sacerdoce du Christ et auront une âme capable de tout offrir à Dieu.

Attentifs à la voix de l’Esprit, ils donneront leur vie à petite goutte, jour après jour, au service des autres et pour les amener à Dieu. Ils sauront que « le programme du chrétien – le programme du bon Samaritain, le programme de Jésus, écrit le pape Benoît XVI – est “un cœur qui voit”. Ce cœur voit où l’amour est nécessaire et il agit en conséquence ». ("Deus Caritas est", no 31)

Ils ne craindront pas de rester fidèles au Christ et cohérents avec leur foi au moment de faire des choix et de prendre des décisions personnelles et professionnelles, malgré l’opposition qu’ils pourront rencontrer. C’est à ce prix qu’ils seront lumière du monde, capables de le transformer de l’intérieur pour faire advenir un nouvel ordre mondial politique et économique, en même temps qu’un nouvel ordre spirituel et culturel.

(à suivre)

Table : La famille fondée sur le mariage
 

Sources : OCVF - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 31.05.08 - T/Famille

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante