ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI ouvre les archives du pontificat de Pie XI (1922-1939)

 

 le pape Pie XI

ROME, VENDREDI 30 JUIN 2006. Benoît XVI a décidé qu'à partir du 18 septembre prochain, avec la reprise des activités, après les vacances, des Archives Secrètes du Vatican et des autres archives du Saint-Siège, toute la documentation relative au pontificat de Pie XI (6 février 1922-10 février 1939) sera mise à la disposition des chercheurs.

 

BENOÎT XVI AUTORISE L'OUVERTURE DES ARCHIVES DE PIE XI

 

Selon le communiqué publié aujourd'hui et signé par les pères Marchel Charppin, SJ, et Sergio Pagano B, respectivement  Responsable des Archives historiques de la Secrétairerie d'Etat et Préfet des Archives Secrètes du Vatican, "cette ouverture, déjà souhaitée par Jean-Paul II met à la disposition de la recherche historique, dans la limites des Règlements, toutes les sources documentaires jusqu'en février 1939 conservées dans les différentes séries d'archives du Saint-Siège et principalement dans les Archives Secrètes du Vatican et dans les Archives de la Seconde Section de la Secrétairerie d'Etat (anciennement Congrégation des Affaires Ecclésiastiques Extraordinaires)".

 

Benoît XVI a donc décidé d’ouvrir aux chercheurs l’ensemble des archives du pontificat de Pie XI, portant sur la période du 6 février 1922 au 10 février 1939. Cette décision, rendue publique le 30 juin 2006, sera effective le 18 septembre prochain à la réouverture des archives du Saint-Siège après la pause estivale.

Une telle ouverture était déjà souhaitée par le regretté pontife Jean Paul II , souligne la note signée par Mgr Sergio Pagano, préfet des Archives secrètes vaticanes, et par Mgr Marcel Chappin, responsable des Archives historiques de la Secrétairerie d’Etat (‘Affaires étrangères’, ndlr).

Le but est de rendre disponible à la recherche historique, dans la limite des règlements en vigueur, différentes séries des Archives du Saint-Siège et principalement des Archives secrètes vaticanes et des Archives de la seconde section de la Secrétairerie d’Etat. L’ensemble des documents sera consultable dans les salles de travail des Archives secrètes vaticanes.

Elle "rend disponibles à la recherche historique, dans les limites des règlements, tous les fonds documentaires jusqu'en février 1939 (...) notamment les archives secrètes du Vatican et les archives de la seconde section de la secrétairerie d'Etat" chargée des affaires diplomatiques, précise le communiqué.

L'ouverture totale des archives de Pie XI cette année n'est pas vraiment une surprise. Elle avait été annoncée en 2003, quand Jean Paul II avait accepté d'ouvrir sans attendre toute la partie concernant les rapports entre le Saint Siège et l'Allemagne de 1922 à 1939 (les nazis sont arrivés au pouvoir en 1933). Le pape Benoît XVI montre cependant par cette décision sa volonté de poursuivre sur la voie de son prédécesseur.

Quant aux archives du pontificat de Pie XII, dont l'ouverture est réclamée par les historiens travaillant sur la Shoah et les organisations juives, il faudra encore attendre.

L'attitude face au nazisme et à la Shoah du pape Pie XII, qui fut nonce apostolique en Allemagne avant de succéder à Pie XI à la tête de l'Eglise catholique, fait l'objet de vives controverses historiques.

L'époque de l'arrivée au pouvoir des totalitarismes en Europe

L'ouverture des archives du pontificat du Pie XI permettra d’aborder des questions historiques et politiques importantes, comme l’arrivée au pouvoir des totalitarismes en Europe, du nazisme, des débuts de la dictature hitlérienne et de la Seconde Guerre mondiale.

Un accès plus aisé aux archives vaticanes réclamé

En juillet 2001, un groupe d’experts catholiques et juifs travaillant sur la période de la dernière guerre avait suspendu ses travaux. Ils réclamaient un accès plus aisé aux archives vaticanes. Dans une déclaration du 24 août 2001, le cardinal Walter Kasper, président de la Commission pour les rapports religieux avec les juifs, appuyait cette demande. Ainsi, en février 2002, Jean Paul II ouvrait une partie des fonds concernant l’Allemagne pour la période 1922-1939.

Toutes les archives jusqu'à 1939 seront accessibles dans les premiers mois de 2006 et la prochaine ouverture concernera le pontificat de Pie XII jusqu'en 1958, avait expliqué Mgr Pagano, le 14 janvier 2005, pour répondre aux polémiques autour de l'attitude du pape et du Saint-Siège durant la Seconde Guerre mondiale et la "shoah", l'holocauste des juifs perpétré par les nazis.

Cependant, relève Mgr Pagano, le personnel limité et le long travail que demande la communication de fonds d'archives au public ne permettent pas de dire que la consultation globale des documents concernant le pontificat de Pie XII soit proche. "Pour autant, comme pour tous les autres fonds ouverts aux chercheurs, nous n'avons aucune crainte de bouleversement historiographique".

Le Saint-Siège n'est pas favorable à une ouverture des archives trop contemporaines. Dans de nombreux pays, la législation fixe l'ouverture des archives à un minimum de 50 ans après la fin des faits et à un maximum de 100 ans pour les documents les plus 'réservés'. Depuis leur ouverture aux chercheurs en 1881 par le pape Léon XIII (1878-1903), les Archives secrètes du Vatican ont multiplié leur volume de documentation par 15. Elles sont passées de cinq kilomètres de rayonnages à plus de 80.

Les fonds d'archives s'enrichissent sans cesse. Ainsi, en six ans, 10 millions de documents y sont entrés pour y être conservés. Aujourd'hui, on peut évaluer à plus de deux millions le nombre de boîtes conservant chacune plusieurs centaines de lettres, de notes administratives et rapports dactylographiés ou manuscrits. Les documents ne peuvent être consultés publiquement qu'une fois inventoriés, numérotés, tamponnés aux armes des archives - pour éviter les vols - et enfin reliés. Ainsi, des documents de fonds diplomatiques des 15e et 16e siècles n'ont pas encore pu être inventoriés.

Jean Paul II, par un "Motu proprio" (en latin, "de son propre chef", lettre apostolique émise par le pape de sa propre initiative) avait réformé le fonctionnement des archives du Vatican, le 21 mars 2005. Cette loi a renforcé le rôle des Archives secrètes du Vatican en tant qu’archives centrales - des fonds de différents dicastères étaient jusqu'à présent autonomes - dans la gestion de l'ensemble des archives du Saint-Siège. Une "Commission centrale pour les archives du Saint-Siège" a été créée.

L'objectif de Jean Paul II était de répondre "aux progrès de l'archivistique" appliqués dans les administrations publiques et privées de par le monde. Ainsi, les archives de la Secrétairerie d'Etat, des Congrégations pour la doctrine de la foi et pour l'évangélisation des peuples, de la Pénitencerie apostolique, de la Fabrique de Saint-Pierre et du Gouvernorat de la Cité du Vatican, sont passées, entre autres, sous le contrôle des Archives secrètes vaticanes.

L’article 39 de cette loi stipule - ce qui est valable dans n'importe quel Etat - que, certains documents "de par leur nature ont un caractère réservé et secret et sont exclus de la consultation" (sauf dérogation), même lorsque la période qu'ils couvrent est ouverte à la consultation. Sont concernés, outre les documents indiqués par la Secrétairerie d'Etat, les actes des conclaves, les 'spoglio' - documents privés, ndlr - des papes et des cardinaux, les procès épiscopaux, les documents de for interne, les dossiers relatifs au personnel du Saint-Siège et de l'Etat de la Cité du Vatican et les causes de mariage.

Le travail des archivistes

Près de 50 chercheurs travaillent quotidiennement aux archives du Vatican, en particulier sur les documents des périodes médiévales et modernes. En 1999, année record, 1444 personnes sont venues consulter les Archives secrètes. Toute personne titulaire d'un titre de troisième cycle universitaire peut demander à consulter les Archives secrètes du Vatican, si ses recherches scientifiques le justifient.

Les Archives secrètes du Vatican se nomment ainsi car ce sont les archives privées du pape. Seul le pape dirige les archives, en fixe les normes, ce qui concerne aussi la date d'ouverture des fonds. En ce domaine, Jean Paul II a 'surpassé' ses prédécesseurs. Depuis 1978, il avait ordonné l'ouverture des archives de quatre pontificats, celui de Léon XIII (1878-1903), de Pie X (1903-1914), de Benoît XV (1914-1922) et de Pie XI (1922-1939).

 

L'ouverture de ce fonds, qui concerne notamment toute l'activité diplomatique du Saint-Siège avant la seconde guerre mondiale, a été décidée par le pape Benoît XVI, confirmant un souhait de son prédécesseur Jean Paul II, selon le communiqué du Vatican.

 

Le site du Vatican: http://asv.vatican.va/home_fr.htm

 

VIS 060630 (170) - © Ctb/apic/imedia
Eucharistie sacrement de la miséricorde - 30.06.2006 - BENOÎT XVI

 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante