ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

"Caritas in Veritate" prochaine Encyclique que nous donnera Benoît XVI

 

Le 28 décembre 2008 - (E.S.M.) - "Caritas in Veritate" - l'amour dans la vérité -, tel devrait être le titre de la prochaine Encyclique que nous donnera Benoît XVI. Elle nous fera probablement comprendre que la charité chrétienne va plus loin et est plus exigeante que la solidarité ou l'humanitarisme.

Le pape Benoit XVI à sa table de travail

"Caritas in Veritate" prochaine Encyclique que nous donnera Benoît XVI

Charité et vérité

Le 28 décembre 2008 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Ceux qui écoutent attentivement Benoît XVI auront remarqué qu'un point intéressant fait régulièrement surface dans ses discours. Le Saint-Père parle de la charité, mais il fait toujours précéder cette vertu d'une autre: la vérité. Sans la vérité il ne saurait y avoir de charité au sens évangélique du terme. (Ndlr : La vérité et l'amour sont deux visages du même don qui vient de Dieu, catéchèse du pape Benoît XVI sur l'Église :  Catéchèse)

Dans les années 68, il était de bon ton de parler uniquement de charité dans l'Église; mais l'on entendait presque jamais parler de vérité. On croyait et l'on enseignait que l'on pouvait pratiquer la charité sans se soucier de la vérité. Un philosophe et théologien avait pourtant enseigné que l'authentique charité ne saurait se passer de la vérité. Il s'agissait de l'Italien Romano Amerio(1). Il avait alors publié une étude volumineuse ayant pour titre "Iota Unum". Mais Romano Amerio était mal vu dans les années 70, et sa lecture était interdite dans les séminaires. La vérité, disait-on alors, est relative
("à chacun sa vérité") et celle dont l'Église se veut la dépositaire ne saurait être imposée - ou même proposée - aux personnes qui pensent autrement.

C'est une grave erreur que de ne pas mettre la vérité avant la charité, ou plutôt de déconnecter la charité de la vérité. Une erreur que tous les dictateurs ont faites : à les entendre, ils ont toujours agi pour le bien du peuple... autrement dit, par pure charité. Il leur manquait cependant le sens de la vérité qui dirige la charité pour l'empêcher de s'orienter vers la barbarie..

"Si la vérité sans la charité est un fruit amer, la charité sans la vérité est un fruit pourri", a déclaré Mgr Centène, Évêque de Vannes. La charité sans la vérité risque de n'être qu'un amour de sensibilité, avec toutes les ambiguïtés que cela suppose.

La charité éclairée par la vérité ne se contente pas de ne procurer aux autres que des biens matériels : elle pratique aussi l'aumône spirituelle par laquelle le prochain est soustrait de la pire misère, celle du péché. Elle se penche sur le prochain, c'est-à-dire sur celui qui est juste à côté de soi et dont la présence n'est pas forcément désirée, et non sur l'homme lointain, anonyme, dont le visage demeure inconnu.

"Caritas in Veritate" - l'amour dans la vérité -, tel devrait être le titre de la prochaine Encyclique que nous donnera Benoît XVI. Elle nous fera probablement comprendre que la charité chrétienne va plus loin et est plus exigeante que la solidarité ou l'humanitarisme. La charité chrétienne présuppose l'amour de Dieu : elle est une vertu théologale et, à ce titre, elle s'exerce avec une même puissance sur tous les hommes, de leur conception à leur mort naturelle, et quelle que soit leur condition de vie.

Table sur la future encyclique du Souverain Pontife Benoît XVI, Caritas in Veritate : "L'Amour dans la Vérité"

(1) Romano Amerio réhabilité ?

Le philosophe italien Romano Amerio est l’auteur des deux ouvrages majeurs sur la crise de l’Église, traduits en français, Iota unum, études des variations de l’Église catholique au XXème siècle
(Nouvelles Editions Latines, 1987) et Stat veritas, suite à Iota unum (Publications du Courrier de Rome, 1997). Lota unum a été également traduit en anglais, espagnol, portugais, allemand et néerlandais. Malgré cela, il fut ignoré jusqu’à sa mort en 1997, à l’âge de 92 ans. Une recension de Iota unum qui devait paraître dans l’Osservatore Romano, en 1985, sous la plume de Mgr Angelo Paredi, préfet de la Bibliothèque Ambrosienne, à la demande du directeur du journal du Vatican, n’a finalement jamais été publiée.

Il aura fallu attendre 2005 pour assister à un congrès consacré à l’œuvre de Romano Amerio, à Lugano, sa ville natale, - congrès qui n’a guère retenu l’attention des penseurs officiels. En janvier 2006, un livre paraît : Romano Amerio. Della verita e dell’amore. Il a pour auteur l’un des disciples d’Amerio, Enrico Maria Radelli. L’introduction est de don Antonio Livi, doyen de la faculté de philosophie de l’Université pontificale du Latran. La conclusion est due à don Divo Barsotti qui n’hésite pas à qualifer Amerio de « vrai chrétien » qui a su dénoncer l’erreur fondamentale dans l’Église d’aujourd’hui : « ne pas mettre la vérité à la première place ». On peut également lire dans cet ouvrage les contributions de deux évêques diocésains, Mgr Mario Oliveri
(Albenga) et Mgr Antonio Santuci (Trivento). (A.L.)
 

Nouveau : S'inscrire à la newsletter ! Voir menu de gauche.


Sources : PRO LITURGIA -  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  28.12.2008 - T/Caritas in Veritate

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante