ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Réponse à Paul Thibaud, sur Benoît XVI et nous tous

 

Le 26 juillet 2007 - La liturgie eucharistique est un lien (dans le Christ) entre le visible et l’invisible ; c’est parce que nos pratiques paroissiales ont souvent perdu cette dimension, que la Rome de Benoît XVI ouvre un chantier liturgique et ecclésiologique. D’où par exemple le Motu proprio, qui n’est qu’un élément de ce chantier - et certes pas l'élément principal.

La liturgie eucharistique  -  Pour agrandir l'image: C'est ici

Réponse à Paul Thibaud, sur Benoît XVI et nous tous

Pourquoi être conformiste sur le plan religieux, quand vous ne l'êtes pas sur les autres plans ?

Paul Thibaud, vous nous aviez habitués à mieux. Votre article sur le pape (Le Monde du 22-23 juillet) est conformiste.

Titre : « Benoît XVI organise le repli sur la doctrine ». Argument : le Motu proprio du 7 juillet et le document du 10 juillet sur les Églises manifesteraient le « conservatisme » du pape, son désir de « rassurer et récupérer » un public au « chantage » duquel l’Église serait « vulnérable »… Tout le mal viendrait de ce que cette Église « s’accrocherait » à une fausse conception de la foi, une « complaisance dogmatique », une « conscience de soi anhistorique », au lieu d’avoir une « foi espérante » qui se « reformule dans le temps, à l’épreuve du temps ». Bref : Benoît XVI a une « conception magique de la foi » qui « dévalorise le monde ».

C’est ce qu’écrirait un chroniqueur lambda. On est déconcerté de le lire sous votre nom.

UN ARTICLE NAVRANT

Si je me permets de trouver navrant cet article, c’est qu’on n’y retrouve ni les nuances, ni la justesse, ni le courage conceptuel qui caractérisent en général les textes signés de vous, Paul Thibaud. Tout est inexact dans celui-là. On a l’impression que son auteur n’a lu ni le Motu proprio, ni la lettre du pape aux évêques, ni le document sur les Églises, ni le discours de Benoît XVI au Brésil (09 au 14.05.2007) (dont votre article dit pis que pendre, mais à côté de la plaque). On a aussi l’impression que vous ne connaissez pas la pensée ratzingérienne, et que vous regardez tout ça avec les mauvaises lunettes de la presse commerciale (ce qui nous surprend de votre part).

On a même le sentiment que l’article se situe hors du domaine du débat, qui est l’univers catholique…

Autrement dit : hors sujet ! (*)

Qualifier de « magique » la conception théologique de l’Église, c’est léger.

Lui opposer l’idée d’une foi qui se reformulerait « à l’épreuve du temps », qu’est-ce que ça veut dire ?

Que la foi au Christ produit des fruits différents selon les périodes historiques ? C’est une évidence, et on ne peut pas l’opposer à la pensée du pape…

Que la foi change selon les époques ? Ca, le pape ne le pense pas : on ne peut pas penser le nébuleux et l’indéfinissable.

CEUX QUI VEULENT FERMER LA PORTE

Prétendre qu’il y aurait, d’un côté, le canonique, le liturgique et le théologique (le spirituel « hors du monde »), et, de l’autre côté, « le monde », « l’histoire », c’est insoutenable d’un point de vue catholique.

Le théologien Louis Bouyer – irréprochablement conciliaire – expliquait : « Le monde spirituel n’est pas un autre monde que le nôtre, mais bien celui-ci, saisi dans toute son épaisseur… Le monde visible n’est que la partie, émergente pour nous, d’un univers unique dont les profondeurs se perdent au-delà de ce que notre regard obscurci peut atteindre. » La liturgie eucharistique est un lien (dans le Christ) entre le visible et l’invisible ; c’est parce que nos pratiques paroissiales ont souvent perdu cette dimension, que la Rome de Benoît XVI ouvre un chantier liturgique et ecclésiologique. D’où par exemple le Motu proprio, qui n’est qu’un élément de ce chantier - et certes pas l'élément principal.

Plaignons ceux d’entre nous qui n’ont pas encore compris ça.

Protestons contre les intellectuels, voire les « théologiens », qui refusent de le comprendre, et qui tentent de nous fermer la porte spirituelle rouverte par Benoît XVI !

Ce sont des scribes et des pharisiens d’aujourd’hui, pleins d’incompréhension et de mépris envers les simples gens.

Pourquoi réagissent-ils ainsi ? Par conformisme et mondanité. Derrière les phrases creuses sur une foi changeant de contenu et d’objet selon les époques, on devine une sorte de postchristianisme : un simple alignement sur le prêt-à-penser occidental, une espèce de dérégulation libérale appliquée à la religion. (Et c’est pourquoi on s’étonne de voir le nom de Paul Thibaud apparaître en pareille compagnie).

LE CŒUR DU DÉBAT EST LÀ

D’une part, il y a ceux qui refusent à l’Église le droit d’avoir ses propres mobiles, son propre message.

D’autre part, il y a la nouvelle génération catholique et son vieux pape théologien : un penseur étonnamment moderne, si la modernité consiste à répondre aux besoins profonds d’une époque.

Cette époque demande des repères, des réponses substantielles, des témoins authentiques. Ses critères d’exigence sont ceux de l’équité : elle veut du direct, du transparent et du sens.

C’est donc le grand midi du pape Ratzinger, quoi qu’on en dise.

Et c’est le crépuscule des marchands de fumée.

Vous n’en faites pas partie, Paul Thibaud, dans ce que vous écrivez sur les sujets de société ; le sujet religieux ne devrait pas faire exception.

Patrice de Plunkett

(*) Il est trop facile d’opposer « l’espérance » au « dogme ». Comme si ces deux notions se combattaient ! C’est avec cette dialectique factice que la génération de 1960-1970 a créé le chaos dont le catholicisme français peine aujourd’hui à s’extraire : une certaine façon de disloquer la foi chrétienne en prétendant « l’ouvrir ». Comme si la haine de soi était une condition du dialogue avec l’autre… Et comme si le « soi » du catholicisme n’était pas le fruit de la révélation reçue du Christ, mais seulement une fabrication de l’homme, qu’il conviendrait de renier par humilité.

Le Motu Proprio Le texte officiel et tous les commentaires

Texte intégral du Motu Proprio: Publication du "Motu Proprio Summorum Pontificum"
Motu Proprio Summorum Pontificum (doc word)
Lettre explicative:
Lettre du pape Benoît XVI aux évêques
Lettre du pape Benoit XVI accompagnant le motu proprio
(doc word)

Table : Doctrine catholique sur l'Église
 

Sources:  Patrice de Plunkett

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 26.07.2007 - BENOÎT XVI - Motu Proprio

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante