ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI invite à conserver avec soin l’héritage de la musique liturgique

 

ROME, LUNDI 26 JUIN 2006. Concert de musique sacrée offert en l'honneur du Pape Benoît XVI par la Fondation Domenico Bertolucci, dans la Chapelle Sixtine le 25 juin en fin d’après-midi.

 

CONCERT OFFERT EN L'HONNEUR DU SAINT PERE BENOÎT XVI

PAR LA FONDATION DOMENICO BARTOLUCCI.

 

A 17,30 h, dans la Chapelle Sixtine, en la présence du Saint Père Benoît XVI, a eu lieu un Concert offert au pape par la Fondation Domenico Bartolucci, dirigé par Mgr. Domenico Bartolucci en personne.

MUSIQUE SACREE EN L'HONNEUR DE BENOIT XVI

Innover sans renier le passé.

Benoît XVI a invité l’Eglise à conserver avec soin “l’héritage“ de la musique liturgique sacrée, à “chercher de nouvelles expressions musicales sans renier le passé“. Des paroles prononcées le 25 juin 2006, au terme du concert donné en son honneur, au Vatican.

A l’issue du concert offert par la Fondation italienne "Domenico Bartolucci" dans la Chapelle Sixtine le 25 juin en fin d’après-midi, Benoît XVI a affirmé: "Les divers morceaux que nous venons d'entendre qui constituent un ensemble entre le XVI et le XX siècle, confirment la conviction selon laquelle la polyphonie religieuse, et celle de l'Ecole Romaine tout particulièrement, sont un héritage à conserver avec soin, à faire vivre et à diffuser au bénéfice de la communauté ecclésiale toute entière et non des seuls chercheurs et amateurs. Il s'agit en effet d'un patrimoine spirituel, artistique et culturel d'une valeur inestimable".

Un aggiornamento authentique de la musique liturgique ne peut avoir lieu que dans le sillage de la grande tradition du passé, du chant grégorien et de la polyphonie sacrée“, a encore affirmé le pape Benoît XVI. Dans ce sens, selon lui, “la communauté a toujours promu et soutenu ceux qui recherchent des nouvelles voies expressives sans renier le passé, l'histoire de l'esprit humain qui est celle de son dialogue avec Dieu“.

Le concert, auquel assistaient aussi des cardinaux, des prélats et quelques invités triés sur le volet, était dirigé par l’ancien directeur du choeur de la Chapelle Sixtine, Mgr Domenico Bartolucci. Il a ainsi proposé plusieurs de ses propres oeuvres, dont le Oremus pro Pontifice nostro Benedicto, composé par le Maestro pour le pape Benoît XVI en 2005, et des oeuvres de Giovanni Pierluigi da Palestrina. Le compositeur a fait partie du choeur de la Chapelle Sixtine au milieu du 16e siècle.

Enfin, Benoît XVI a souligné que Mgr.Bartolucci (89 ans) "a sans cesse cherché à mettre en valeur le chant liturgique, y compris comme véhicule d'évangélisation. Par le biais d'innombrable concerts de par le monde, la chapelle musicale pontificale, dirigée par le Maestro, a coopéré par le langage universel qu'est l'art à la mission même des Papes, qui est de diffuser le message chrétien. Et la Sixtine continue cette oeuvre sous la direction de Mgr.Giusppe Liberto".

Le Saint-Père a également rappelé que la Fondation Domenico Bartolucci a pour but de "maintenir et diffuser la tradition classique et contemporaine de cette célèbre école polyphonique, qui s'est toujours caractérisée par le chant pur, démuni de tout accompagnement instrumental".

Nommé directeur du choeur de la Chapelle Sixtine par Pie XII en 1956, Mgr Domenico Bartolucci avait été envoyé à la retraite en 1997 sous le pontificat de Jean Paul II, au profit de Mgr Giuseppe Liberto. Bien qu’âgé de 80 ans, le départ de Mgr Bartolucci avait été interprété à l’époque comme la volonté du pape Jean-Paul II d’aller vers des liturgies moins classiques lors des cérémonies pontificales. A l’époque, le cardinal Joseph Ratzinger n’avait pas caché son regret du départ du directeur du choeur de la Chapelle Sixtine.

REPERES:

De 1956 à 1997,  Domenico Bartolucci, a été appelé à la direction de la Chapelle Sixtine.

Figure de grande autorité et amateur attentif de l’ancienne école polyphonique, il imprégna profondément son style composite. Lui-aussi a été l’auteur d’oratorios et professeur à l’Institut pontifical de musique sacrée. Il a été placé à la direction de la Chapelle Liberiana à partir de 1973 par Mgr Valentino Miserachs Grau, actuel maître titulaire.

Son intervention lors des grandes solennités (Noël, Pâques, Pentecôte, etc) vient couronner le climat d’admirable élévation spirituelle que l’on peut respirer dans la vaste nef de ce temple marial par excellence. Mais c’est sans aucun doute au cours des célébrations de l’Immaculée, de l’Assomption et de la fête de la dédicace de la basilique (5 août) – la traditionnelle fête romaine de la Vierge de la Neige culminant dans la spectaculaire “enneigement” de pétales blanches dans la nef centrale pendant le chant du Gloria au cours de la messe et du Magnificat pendant la célébration des secondes Vêpres – que la liturgie atteint sa plus grande splendeur. Les services de l’Avent et du Carême qui, dans le respect de la plus ancienne tradition, sont effectués rigoureusement “a cappella”, n’en sont pas moins fascinants. De même, la participation des chanteurs aux processions des Rameaux et du Corpus Domini ainsi qu’aux cérémonies de la semaine sainte, est tout aussi suggestive. Malheureusement, au cours des dernières décennies, des prétendues références fanatiques aux préceptes du concile Vatican II, souvent amplement déformés, a provoqué un refus progressif et combien délétère de la saine pratique chorale en faveur de formes musicales “modernes” dans le but illusoire de rendre la liturgie plus actuelle et attirante.

La Chapelle Liberiana se trouve dans ce contexte difficile comme un bastion de la plus authentique tradition romaine qui a tant donnée au monde de la musique et dont le patrimoine ne peut et ne doit pas être oublié. Des marques d’estime et d’appréciation de la part de cardinaux archiprêtres qui se sont succédés dans les trente dernières années et du chapitre tout entier, ainsi que de nombreux amateurs et amis, poussent le maître, les maîtres collaborateurs et tous les chanteurs à persévérer dans leur mission de témoins de l’art musical sacré.

Mgr Domenico Bartolucci, 89 ans, ancien maestro de la Sixtina, un traditionnel convaincu, évincé par le lobby réformiste autour de Mgr Piero Marini ; une façon de souligner l’importance de la musique liturgique et de réhabiliter un vaincu.  

Paroles au terme du concert de la Fondation "Domenico Bartolucci" 

La chapelle musicale Sixtine doit être un « exemple » pour le chant liturgique: Benoît XVI
POUR VISITER LA CHAPELLE MUSICALE PONTIFICALE " SISTINA ".

Notes historiques, cliquez: Chapelle Musicale Pontificale " Sistina"

 

Source: VIS 060626 (340) - archives E.S.M.

Eucharistie sacrement de la miséricorde - 26.06.2006 - BENOÎT XVI - LITURGIE

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante