ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Lumière du monde de  Benoît XVI. Une première pour un pape

 

Rome, le 25 novembre 2010  - (E.S.M.) - Un livre tellement "à risque" est sans précédent pour un successeur de Pierre. "Chacun est libre de me contredire", c'est sa formule. À propos de la question controversée du préservatif, le professeur Rhonheimer explique pourquoi Benoît XVI a raison.

Pour agrandir l'image Cliquer

Lumière du monde de  Benoît XVI. Une première pour un pape

par Sandro Magister

Le 25 novembre 2010 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Vers la fin de son livre-entretien "Lumière du monde", commercialisé depuis quelques jours en différentes langues, Benoît XVI fait allusion à son autre livre sur Jésus, son "dernier ouvrage majeur".

Il rappelle qu’il avait voulu "de manière tout à fait consciente" que cet autre livre soit non pas un acte de magistère, mais l'offrande d’une interprétation personnelle.

Et d’ajouter : "Cela représente évidemment un risque énorme".

Dans l’après-midi du lundi 22 novembre, lors d’un tête-à-tête avec le pape, le directeur de la salle de presse du Vatican, le père Federico Lombardi, a demandé à celui-ci s’il se rendait compte qu’il allait prendre un risque encore plus grand avec le livre-entretien qui était sur le point de paraître.

"À cette question que je lui posais, le pape a souri", a raconté le père Lombardi.

Et c’est la vérité. "Lumière du monde" est un livre d’une audace sans précédent pour un pape. Transcription intégrale de six heures d’interview spontanée et sans censure, il aborde un nombre incroyable de sujets, y compris les plus délicats.

Les réponses sont rapides et vont à l’essentiel. Le langage est familier mais précis et simple, les termes techniques en sont totalement absents. Ici ou là brillent des éclairs d’ironie.

Certes, le lancement du livre n’a pas été exempt de défauts. Le père Lombardi lui-même a reconnu que la publication en avant-première de quelques passages par "L'Osservatore Romano", dans l’après-midi du samedi 20 novembre, en plein consistoire, "n’a pas été bien gérée". Dans le cas du passage relatif au préservatif, qui a été repris à grand fracas par les médias du monde entier, il a fallu prendre des mesures d’urgence, dimanche 21, sous la forme d’une note donnant des précisions, approuvée mot à mot par le pape.

Le livre a donc immédiatement couru un "risque". Le pape s’est vu tout de suite lancé dans la mêlée, à propos d’un sujet auquel il n’avait consacré que deux pages sur 250, celui-là même qui, au printemps 2009, lui avait attiré un ouragan de critiques au début de son voyage en Afrique.

Mais si l’on examine ce qui s’est passé ces jours-ci, le test a eu des effets étonnamment bénéfiques tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Église.

À l’extérieur, les voix qui sont habituellement hostiles à ce pontificat ont reconnu cette fois-ci à Benoît XVI le mérite d’une "ouverture". Et surtout elles ont été amenées à lire ses argumentations. On est impressionné en voyant comment la situation médiatique de ce pape s’est redressée en aussi peu de temps, lui dont on réclamait la démission il y a encore peu de mois.

À l’intérieur de l’Église, la discussion sur un sujet resté jusqu’à maintenant sous le boisseau est enfin venue à la lumière du jour. Le pape n’a pris aucun "tournant révolutionnaire" sur la question du préservatif. Mais le communiqué du dimanche 21 novembre a montré qu’il y avait en tout cas une nouveauté, puisqu’il y est écrit : "De nombreux spécialistes de la théologie morale et des personnalités ecclésiastiques faisant autorité ont soutenu et soutiennent des points de vue analogues ; cependant il est vrai que nous ne les avions pas encore entendus avec autant de clarté dans la bouche d’un pape, même si c’est sous une forme familière et non magistérielle".

Il n’y a pas que cela. C’est une vraie discussion qui est maintenant portée à la lumière par le pape, avec des opinions parfois vivement opposées. "Chacun est libre de me contredire", avait écrit Benoît XVI dans la Préface de son "Jésus de Nazareth". C’est ce qui se passe aujourd’hui à propos du préservatif, certains groupes et dirigeants "pro life" se montrant très critiques à l’égard des points de vue exprimés par le pape dans le livre-entretien.

Bien évidemment, "Lumière du monde" ne se réduit pas à cela. C’est tout le panorama de ce pontificat qui apparaît d’un coup, en une magnifique synthèse. Même prise individuellement, chacune des questions que le pape traite l’une après l’autre porte l'empreinte de l’ensemble.

Les deux textes reproduits ci-dessous le confirment.

Le premier est le commentaire de "Lumière du monde" qui est paru en Italie dans "L'Espresso", hebdomadaire de pointe de la culture laïque.

Le second est un article du père Martin Rhonheimer, un Suisse, professeur d’éthique et de philosophie politique à l’Université Pontificale de la Sainte Croix, l'université romaine de l'Opus Dei.

Cet article a été publié en 2004 dans "The Tablet", revue catholique "liberal" de Londres, et il expose avec la maestria d’un spécialiste de la théologie morale les arguments qui sont à la base de "l’ouverture" de Benoît XVI en ce qui concerne l’utilisation du préservatif dans des cas déterminés et avec une finalité déterminée.

On est frappé de voir à quel point il y a une correspondance, y compris dans les mots, entre l'article de Rhonheimer paru il y a six ans et ce que Benoît XVI affirme aujourd’hui. À commencer par cet "acte de responsabilité" reconnu comme un mérite au "prostitué" qui utilise le préservatif afin de ne pas mettre en danger la vie de son partenaire, que le pape cite comme exemple.

À propos de cet exemple, le père Lombardi a indiqué que, pour le pape, il n’est pas important qu’il s’agisse d’un sujet de sexe masculin ou féminin : "Ce qui compte, c’est la responsabilité dans le fait de tenir compte de la mise en danger de la vie de la personne avec qui on a le rapport. Que ce soit un homme, une femme, ou un transsexuel qui le fasse, c’est pareil".

LE BON PASTEUR ET LA BREBIS PERDUE

par Sandro Magister


En six heures d’entretiens avec le journaliste bavarois Peter Seewald dans le calme estival de Castel Gandolfo - réparties sur six jours comme ceux de la création et transcrites telles quelles dans un livre qui vient d’être imprimé - Benoît XVI a transmis au monde l’image la plus véridique de lui-même. Celle d’un homme charmé par les merveilles de la création, joyeux, incapable de supporter l’idée d’une vie qui serait vécue toujours et seulement "contre", convaincu avec bonheur qu’en ce qui concerne l’Église "beaucoup de gens qui semblent être dedans sont dehors ; et beaucoup de gens qui semblent être dehors, sont dedans".

"Nous sommes des pécheurs", dit le pape Benoît lorsque l'intervieweur le met dos au mur à propos de l'encyclique "Humanae Vitae", celle qui condamne tous les actes contraceptifs non naturels. Paul VI l’a écrite et publiée en 1968 et, depuis cette année fatidique, elle est devenue l'emblème de l'incompatibilité entre l’Église et la culture moderne. Joseph Ratzinger ne désavoue pas une virgule d’"Humanae Vitae". Elle est la "vérité" et elle le reste. "Fascinante", dit-il, pour les minorités qui en sont intimement convaincues. Mais le pape tourne tout de suite sa pensée vers les immenses foules d’hommes et de femmes qui ne vivent pas cette "morale élevée". Pour dire que "tous, nous devrions chercher à faire tout le bien possible, nous soutenir et nous supporter mutuellement".

Voilà le pape que fait apparaître le livre-entretien "Lumière du monde". C’est le même qui s’était révélé tel lors de la première messe qu’il avait célébrée après son élection comme successeur de Pierre. Un pasteur qui va à la recherche de la brebis perdue, qui la prend sur ses épaules comme la laine d'agneau du pallium qu’il porte, et qui éprouve beaucoup plus de joie pour la brebis retrouvée que pour les quatre-vingt-dix-neuf qui sont dans la bergerie.

Seulement, à ce moment-là, peu de gens l’avaient compris. Longtemps le Ratzinger des images est resté le professeur glacial, l'inquisiteur de fer, le juge impitoyable. Il a fallu cinq ans, après la tempête parfaite des prêtres pédophiles, pour déchirer définitivement cette fausse image.

A la différence de beaucoup d’hommes d’Église, Benoît XVI ne se plaint pas de complots, il ne retourne pas les accusations contre les accusateurs. Au contraire, il dit dans son livre que "tant qu’il s’agit de mettre la vérité en lumière, nous devons leur en être reconnaissants". Et d’expliquer : "La vérité, unie à l'amour bien compris, est la valeur numéro un. Et puis les médias n’auraient pas pu faire ces comptes-rendus s’il n’y avait pas eu du mal dans l’Église. Ce n’est que parce que le mal était dans l’Église que les autres ont pu le retourner contre elle".

Ces propos, tenus par l’homme qui a été le premier, dans les instances dirigeantes de l’Église catholique, à diagnostiquer et à combattre cette "saleté" puis, en tant que pape, à porter le plus grand poids de fautes et d’omissions qui n’étaient pas les siennes, sont impressionnants. Mais c’est de cette manière-là que, dans le livre, Benoît XVI traite d’autres questions brûlantes. Il va directement au cœur des points les plus controversés. Le sacerdoce féminin ? Pie XII et les juifs ? La burqa ? Le préservatif ? L'intervieweur le harcèle et le pape ne se dérobe pas. À propos de la burqa, il dit qu’il ne voit pas de raison pour une interdiction généralisée. Si elle est imposée aux femmes par la violence, "il est clair que l’on ne peut pas être d’accord avec cela". Mais si celles-ci la portent volontairement, "je ne vois pas pourquoi on devrait les en empêcher".

On pourra objecter au pape qu’un voile qui couvre complètement le visage pose des problèmes de sécurité dans le domaine civil. L’objection est légitime, parce qu’il a aussi accordé l’interview pour ouvrir des discussions, pas pour les clore. Dans la préface qu’il avait écrite pour un autre de ses livres, celui sur Jésus qui a été publié en 2007, Ratzinger écrivait : "chacun est libre de me contredire". Et il avait tenu à préciser qu’il ne s’agissait pas d’un "acte magistériel" mais "uniquement d’une expression de ma recherche personnelle".

Là où le magistère de l’Église semble trembler, dans l'interview, c’est lorsque le pape parle du préservatif, en justifiant son utilisation dans des cas particuliers. Il n’y a aucun "tournant révolutionnaire", a promptement commenté le père Federico Lombardi, porte-parole officiel du Saint-Siège. En effet, depuis longtemps déjà, beaucoup de cardinaux, d’évêques et de théologiens, mais surtout d’innombrables prêtres de paroisses et missionnaires admettent paisiblement l'utilisation du préservatif pour beaucoup de personnes concrètes qu’ils rencontrent dans le cadre de leur "charge d'âmes". Mais qu’eux le fassent est une chose et qu’un pape le dise à haute voix en est une autre. Benoît XVI est le premier pontife de l’histoire à franchir ce Rubicon, avec une tranquillité désarmante : lui qui, il n’y a que deux printemps, avait déchaîné dans le monde un chœur retentissant de protestations pour avoir dit, alors qu’il volait vers l'Afrique, que "l’on ne peut pas vaincre le fléau du sida en distribuant des préservatifs : mais au contraire, le risque est d’aggraver le problème".

C’était en mars 2009. Benoît XVI fut accusé de condamner à mort des dizaines de milliers d’Africains au nom d’une condamnation aveugle du préservatif. Alors qu’en réalité le pape voulait attirer l'attention sur le danger – prouvé par les faits en Afrique – qu’une plus large utilisation du préservatif s’accompagne non pas d’une diminution mais d’une augmentation des rapports sexuels occasionnels avec des partenaires multiples et d’une augmentation des taux d’infection.

Dans l'interview, Ratzinger reprend le fil de son raisonnement, largement incompris à l'époque. Il souligne que, même en dehors de l’Église, il y a un consensus croissant parmi les plus grands experts mondiaux de la lutte contre le sida pour estimer qu’une campagne centrée sur la continence sexuelle et sur la fidélité conjugale est plus efficace que la distribution en masse de préservatifs.

"Se polariser sur le préservatif – poursuit le pape – cela veut dire banaliser la sexualité et cette banalisation est justement la dangereuse raison pour laquelle tant de gens ne voient plus dans la sexualité l'expression de leur amour, mais seulement une sorte de drogue qu’ils s’administrent eux-mêmes".

À ce point du raisonnement, on s’attend à ce que Benoît XVI réitère la condamnation absolue du préservatif. Et bien pas du tout. Prenant le lecteur par surprise, il dit que dans différents cas son utilisation peut être justifiée, pour des raisons autres que contraceptives. Et il donne l'exemple d’"un prostitué" qui utilise le préservatif pour éviter la contamination : l'exemple, donc, d’un acte qui reste en tout cas un péché, mais dans lequel le pécheur a un sursaut de responsabilité, que le pape voit comme "un premier pas vers une façon différente, plus humaine, de vivre la sexualité".

Si cette compréhension affectueuse s’applique à un pécheur, elle doit à plus forte raison s’appliquer au cas classique que rencontrent en Afrique et ailleurs les prêtres et les missionnaires : celui de deux époux dont l’un est malade du sida et utilise le préservatif pour ne pas mettre la vie de l’autre en danger. On peut citer, parmi les cardinaux qui ont jusqu’à présent avancé, de manière plus ou moins voilée, la licéité de ce comportement et d’autres comportements analogues, les Italiens Carlo Maria Martini et Dionigi Tettamanzi, le Mexicain Javier Lozano Barragán, le Suisse Georges Cottier. Mais lorsqu’en 2006 "La Civiltà Cattolica", la revue des jésuites de Rome qui est imprimée après contrôle préalable de la secrétairerie d’état du Vatican, a confié le sujet à un grand expert en ce domaine, le père Michael F. Czerny, directeur de l'African Jesuit AIDS Network, organisation qui a son siège à Nairobi, l'article a été publié après élimination des passages admettant l'utilisation du préservatif pour freiner la contagion.

Il a fallu le pape Benoît pour dire ce que personne, au sommet de l’Église, n’avait osé dire jusqu’à présent. Et cela suffit à faire de lui un humble et doux révolutionnaire.

(Extrait de "L'Espresso" n° 48 de 2010).

LA VÉRITÉ SUR LE PRÉSERVATIF

par Martin Rhonheimer

La plupart des gens sont convaincus qu’une personne porteuse du virus HIV et qui a des rapports sexuels doit utiliser un préservatif pour protéger son partenaire de l’infection. Indépendamment des opinions que l’on peut avoir sur les rapports sexuels avec des partenaires multiples comme mode de vie, sur l’homosexualité ou sur la prostitution, cette personne agit au moins avec un certain sens de ses responsabilités en cherchant à éviter de transmettre son infection aux autres.

On pense généralement que l’Église catholique n’appuie pas cette opinion. [...] On croit que l’Église enseigne que les homosexuels sexuellement actifs et les prostituées devraient éviter d’utiliser le préservatif, parce que celui-ci serait “intrinsèquement mauvais”. Beaucoup de catholiques sont également convaincus [...] que l’utilisation du préservatif, même quand c’est uniquement dans le but d’éviter l’infection du partenaire, ne respecte pas le caractère de fertilité que doivent avoir les actes conjugaux et ne permet pas le don personnel de soi réciproque et complet, violant ainsi le sixième commandement.

Mais tout cela n’est pas un enseignement de l’Église catholique. Il n’y a aucun magistère officiel à propos du préservatif, de la pilule anti-ovulation ou du diaphragme. Le préservatif ne peut pas être intrinsèquement mauvais, seules les actions humaines peuvent l’être. Le préservatif n’est pas une action humaine, c’est un objet.

Ce que le magistère de l’Église catholique désigne clairement comme “intrinsèquement mauvais”, c’est un type spécifique d’action humaine, défini par Paul VI dans son encyclique "Humanæ vitæ" (et ultérieurement par le n° 2370 du Catéchisme de l’Église catholique) comme une “action qui, soit en prévision de l’acte conjugal, soit dans son accomplissement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se propose, comme but ou comme moyen, d’empêcher la procréation”.

La contraception est un type spécifique d’action humaine qui, en tant que telle, comprend deux éléments : la volonté de prendre part à des actes sexuels et l’intention d’empêcher la procréation. Une action contraceptive inclut donc un choix contraceptif. Comme je l’ai dit dans un article paru dans le "Linacre Quarterly" en 1989, “un choix contraceptif est le choix d’une action visant à empêcher les conséquences procréatives prévues de rapports sexuels librement consentis et c’est un choix fait précisément pour cette raison”.

Voilà pourquoi la contraception, comprise comme une action humaine qualifiée d’“intrinsèquement mauvaise” ou de désordonnée, n’est pas déterminée par ce qui se produit sur le plan physique. Que ce soit en prenant la pilule ou bien en interrompant le rapport à la manière d’Onan que l’on empêche la fertilité du rapport sexuel, cela ne fait pas de différence. De plus la définition qui vient d’être donnée ne fait pas de distinction entre “faire” et “s’abstenir de faire”, dans la mesure où le coït interrompu est une forme d’abstention, au moins partielle.

Ne sera donc pas définie comme un acte contraceptif, par exemple, l’utilisation de contraceptifs dans le but d’empêcher les conséquences procréatives d’un viol prévu. Dans une circonstance de ce genre, la personne violée ne choisit pas de participer au rapport sexuel ni d’empêcher une possible conséquence de son comportement sexuel, elle ne fait que se défendre contre une agression dont son corps fait l’objet et contre les conséquences indésirables de celle-ci. De même une athlète qui participe aux Jeux Olympiques et qui prend la pilule anti-ovulation pour empêcher son cycle menstruel ne fait pas un acte “contraceptif”, si elle n’a pas en même temps l’intention d’avoir des rapports sexuels.

L’enseignement de l’Église ne concerne pas le préservatif ni les outils physiques ou chimiques similaires, mais l’amour conjugal et le sens essentiellement conjugal de la sexualité humaine. Le magistère ecclésial affirme que, si deux époux ont une raison sérieuse pour ne pas avoir d’enfants, ils doivent modifier leur comportement sexuel en s’abstenant de l’acte sexuel, au moins périodiquement. Pour éviter de détruire soit le sens unitif soit le sens procréatif de l’acte sexuel et donc la plénitude du don réciproque de soi, les époux ne doivent pas empêcher la fertilité des rapports sexuels, au cas où ils en auraient.

Mais que peut-on dire des personnes qui ont des partenaires multiples, des homosexuels sexuellement actifs et des prostituées ? Ce que l’Église catholique enseigne à leur sujet, c’est simplement que ces personnes ne devraient pas avoir des partenaires multiples, mais être fidèles à un seul partenaire sexuel ; que la prostitution est un comportement qui porte gravement atteinte à la dignité de l’homme, surtout à celle de la femme, et qu’elle ne devrait donc pas être pratiquée ; et que les homosexuels, comme tous les autres êtres humains, sont enfants de Dieu et qu’il sont aimés par lui comme tous les autres, mais qu’ils devraient vivre dans la continence comme toute autre personne non mariée.

Mais si ces personnes ignorent cet enseignement et sont menacées par le virus HIV, devraient-elles utiliser le préservatif pour empêcher l’infection ? La norme morale qui condamne la contraception comme acte intrinsèquement mauvais n’inclut pas ces cas-là. Et il ne peut y avoir d’enseignement de l’Église à ce sujet ; créer des normes morales pour des comportements intrinsèquement immoraux n’aurait simplement pas de sens. L’Église devrait-elle enseigner qu’un violeur ne doit jamais utiliser un préservatif, parce que sinon, en plus de commettre le péché de viol, il manquerait au respect du don personnel de soi réciproque et complet, et transgresserait ainsi le sixième commandement ? Sûrement pas.

Que dirai-je, en tant que prêtre catholique, aux personnes à partenaires multiples, ou aux homosexuels, atteints du sida qui utilisent le préservatif ? J’essaierai de les aider à mener une vie sexuelle morale et réglée. Mais je ne leur dirai pas de ne pas utiliser le préservatif. Simplement, je ne leur en parlerai pas et je présumerai que, s’ils décident d’avoir des rapports sexuels, ils garderont au moins un certain sens de leurs responsabilités. En me comportant ainsi, je respecte pleinement l’enseignement de l’Église catholique en matière de contraception.

Ceci n’est pas un appel pour demander des “exceptions” à la règle qui interdit la contraception. La règle en matière de contraception est valable sans exception : le choix de la contraception est intrinsèquement mauvais. Mais, bien évidemment, la règle n’est valable que pour les actes contraceptifs tels qu’ils sont définis dans "Humanæ vitæ", c’est-à-dire ceux qui comportent un choix contraceptif. Les actions dans lesquelles est utilisé un dispositif qui, d’un point de vue purement physique, est “contraceptif”, ne sont pas toutes, d’un point de vue moral, des actes contraceptifs qui tombent sous le coup de la règle enseignée par "Humanæ vitæ".

De même, un homme marié qui est porteur du virus HIV et utilise le préservatif pour protéger sa femme de l’infection n’agit pas pour empêcher la procréation, mais pour prévenir l’infection. Si une conception est empêchée, ce sera un effet collatéral (non intentionnel), qui ne donnera donc pas à cette action la signification morale d’un acte contraceptif. Il peut y avoir d’autres raisons de mettre en garde contre l’utilisation du préservatif dans un cas de ce genre, ou de recommander la continence totale, mais elles dépendront non pas de l’enseignement de l’Église en matière de contraception, mais de raisons pastorales ou simplement prudentielles (par exemple, le risque que le préservatif ne fonctionne pas). Évidemment, ce dernier raisonnement ne s’applique pas aux personnes qui ont de multiples partenaires, parce que, même si les préservatifs ne fonctionnent pas toujours, leur utilisation contribuera en tout cas à réduire les conséquences négatives de comportements moralement mauvais.

Arrêter l’épidémie mondiale de sida est une question qui concerne non pas la moralité de l’utilisation du préservatif, mais plutôt la manière de prévenir efficacement une situation dans laquelle les personnes provoquent des conséquences désastreuses par leur comportement sexuel immoral. Le pape Jean-Paul II a insisté à maintes reprises sur le fait que promouvoir l’utilisation du préservatif n’est pas une solution à ce problème, dans la mesure où il considérait qu’elle ne résout pas le problème moral des rapports avec des partenaires multiples. À la question de savoir si, d’une manière générale, les campagnes de promotion de l’utilisation du préservatif incitent à des comportements à risque et aggravent l’épidémie mondiale de sida, on peut répondre à partir de données statistiques qui ne sont pas toujours facilement accessibles. Que ces campagnes fassent diminuer, à court terme, les taux de transmission au sein de groupes fortement infectés comme les prostituées et les homosexuels, c’est indéniable. Leur capacité à faire baisser les taux d’infection au sein des populations à partenaires multiples “sexuellement libérées” ou, au contraire, à favoriser des comportements à risque, dépend de nombreux facteurs.

Dans les pays africains les campagnes anti-sida fondées sur l’utilisation du préservatif sont généralement inefficaces [...]. C’est la raison pour laquelle – et cela constitue une preuve notable en faveur de l’argument du pape – l’un des rares programmes efficaces en Afrique est celui de l’Ouganda. Bien qu’il n’exclue pas le préservatif, ce programme encourage à un changement positif dans le comportement sexuel (fidélité et abstinence) qui le différencie des campagnes en faveur du préservatif, celles-ci contribuant à cacher ou même à détruire le sens de l’amour humain.

Les campagnes qui promeuvent l’abstinence et la fidélité sont en définitive le seul moyen efficace à long terme de lutte contre le sida. L’Église n’a donc aucune raison de considérer les campagnes de promotion du préservatif comme utiles pour l’avenir de la société humaine. Mais l’Église ne peut pas non plus enseigner que ceux qui adoptent des modes de vie immoraux devraient s’abstenir d’utiliser le préservatif.

(Extrait de "The Tablet", 10 juillet 2004).

*

L'article de Rhonheimer sur le site de "The Tablet" : > The truth about condoms

Le livre du pape : Benoît XVI, "Lumière du monde. Le pape, l'Église et les signes des temps. Un entretien avec Peter Seewald", Bayard, 2010.

Les passages de "Lumière du monde" publiés en avant-première samedi 20 novembre par "L'Osservatore Romano" : Benoît XVI - la lumière du monde - Le Pape, l'Eglise et les signes des temps

 Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.


 

Source: Sandro Magister
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 25.11.2010 - T/International

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante