ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

La stratégie de Benoît XVI

 

Rome,le 24 septembre 2007 - (E.S.M.) - Regardons la démarche de notre Pape Benoît XVI: il catéchise les fidèles, tout en ayant comme projet, à l'arrière plan, d'appliquer le Concile... même et surtout en liturgie.

Le pape Benoît XVI Pour agrandir l'image Cliquer

La stratégie de Benoît XVI

Il y a une crise liturgique gravissime que ne veulent pas reconnaître les évêques de France - à part quelques uns -.

Que faire alors ? Regardons la démarche de notre Pape Benoît XVI: il catéchise les fidèles, tout en ayant comme projet, à l'arrière plan, d'appliquer le Concile... même et surtout en liturgie. Prétendre le contraire en laissant croire que le Saint-Père souhaite une plus ou moins grande généralisation de la forme "extraordinaire" du rite romain ou, à l'inverse, une banalisation des célébrations fantaisistes faites au nom de Vatican II, c'est n'avoir strictement rien compris à ses déclarations et à l'action qu'il avait amorcée déjà du temps où il était Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

Si nous reprenons ce qu'ont dit nos évêques français, nous pouvons qu'être d'accord avec eux lorsqu'ils déclarent que la liturgie est l'expression de la foi de l'Eglise.

Mais il faut alors s'empresser de tirer les conclusions d'une telle déclaration: à savoir que des liturgies dénaturées dénaturent la foi, et une foi dénaturée dénature la liturgie.

Nous arrivons alors au cœur du problème: la foi et son enseignement.

Tant que le catéchisme restera un grand "n'importe quoi" enseigné par des braves laïcs sûrement pleins de bonne volonté mais ne sachant que faire des découpages-coloriages et des beaux discours (voir sur le CEF : Ecclésia 2007 et pensée sociale) sur la "solidarité", la "tolérance" ou le "partage" (ce que certains hommes politiques font bien mieux qu'eux) la foi chrétienne ne sera pas enseignée, et liturgie sera assurée de demeurer dans une impasse.

Car on ne peut pas célébrer correctement une foi dont on connaît mal - ou parfois même pas du tout - les principes.

A ce stade de notre réflexion, revenons à l'action du Saint-Père Benoît XVI. Tout le monde aura pu constater qu'elle ne consiste pas à multiplier des célébrations liturgiques exemplaires mais, dans ses catéchèses du mercredi, à enseigner la vraie foi. La catéchèse est prioritaire car c'est d'elle que découle tout le reste, et en particulier la liturgie.

La catéchèse: là est le véritable problème. Quand les jeunes reçoivent un catéchisme véritablement catholique, alors ils ont l'humilité et la joie d'obéir au Magistère, autrement dit à l'Eglise enseignante. Alors ils respectent la liturgie et font en sorte qu'elle soit respectée.

C'est à ce niveau qu'il faut mettre l'action des générations futures: les prêtres et les évêques de demain sur lesquels pourront compter les Souverains Pontifes des années à venir seront les prêtres catéchisés et correctement instruits sur le plan de la doctrine. N'oublions pas que c'est la génération actuellement âgée de 40-50 ans qui n'a que faire du Magistère et de ses enseignements; or c'est cette génération-là qui a été catéchisée dans les années 50-70! Quant à ceux qui ont été catéchisés dans les années 80, ils ne vont plus à la messe.

Une solide catéchèse est donc le premier pas vers des liturgies qui soient vraiment catholiques. Souvenons-nous que lorsque le Siège apostolique a eu un doute sur la capacité des évêques de France à organiser un véritable catéchisme, il a fait publier un vrai "Catéchisme de l'Eglise catholique" qui a réduit à néant les parcours catéchétiques dont les évêques français se montraient tellement autosatisfaits. On peut donc raisonnablement espérer que les messes "à la française" subiront tôt ou tard le sort qui fut réservé à "Pierres vivantes". (ndlr : Sans l'accord de Rome. "La présente intervention ne constitue pas l'approbation préalable de la part du Saint-Siège prévue par le canon 775, paragraphe 2, du Code de Droit canonique." (Lettre du Cardinal Ratzinger aux évêques de France au sujet de la 2ème édition de "Pierres Vivantes", 26 janvier 1984)
"Marie et Joseph attendent leur premier enfant." (Parcours "Parlez-nous de Jésus", sous-titre pour l'Annonciation) Pour lire quelques perles du genre : Catéchèse - Documents

Quand aux évêques de France qui s'obstinent à prétendre que la forme "ordinaire" du rite romain est respectée dans les paroisses, mettons-les en demeure de nous signaler les églises où le missel romain actuel est fidèlement suivi. Car un rapide tour d'horizon permet de dire, sans risque de se tromper, qu'il n'y a actuellement, dans les diocèses de France, guère plus de 2% des paroisses où l'on peut trouver une messe célébrée comme l'Eglise demande qu'elle soit célébrée. C'est bien naturel quand on sait que depuis des années, le catéchisme n'est plus enseigné!

Denis CROUAN docteur en théologie, Pdt de Pro Liturgia PRO LITURGIA

LES ÉVÊQUES DOIVENT ÊTRE DES HOMMES DE PRIÈRE AVANT TOUT

En recevant à Castel Gandolfo les participants à la réunion d'évêques récemment nommés, le pape leur a demandé d'être des hommes de prière avant toute chose.

"Le jour du sacre épiscopal, avant l'imposition des mains, rappelle Benoît XVI, l'Eglise demande au candidat d'assumer quelques engagements parmi lesquels, au-delà de celui d'annoncer avec fidélité l'Évangile et garder la foi, il est nécessaire de "persévérer dans la prière à Dieu tout-puissant pour le bien de son peuple saint".

Soyez des hommes de prière! La fécondité spirituelle du ministère de l'évêque dépend de l'intensité de son union avec le Seigneur. C'est de la prière qu'un évêque doit prendre lumière, force et réconfort pour son activité pastorale. Dans la prière intime et personnelle, l'évêque est appelé à faire grandir son esprit filial envers Dieu, en apprenant de Jésus lui-même la proximité, la confiance et la fidélité, attitudes propres à la relation avec le Père."

Benoît XVI a reconnu que bien que de nos jours "dans le ministère d'un évêque les aspects d'organisations soient absorbants, les engagements multiples, cela demande toujours plus que la première place dans la vie d'un successeur des Apôtres soit réservée à Dieu." Puis le Saint-Père a exhortés les évêques à créer des lieux et des occasions de prière, où le silence, dans l'écoute de Dieu au moyen de la lectio divina, dans la prière personnelle et communautaire, l'homme puisse trouver Dieu et avoir l'expérience vivante de Jésus-Christ qui révèle le visage authentique du Père."

La conclusion s'impose d'elle-même: pour les évêques, les tâches administratives devraient passer loin après la prière... On devrait donc voir nos pasteurs diocésains davantage devant le tabernacle et moins aux réunions de secteurs.

Benoît XVI exhorte les évêques à être des hommes de prières
Le Motu Proprio Le texte officiel et tous les commentaires
 

Sources:  PRO LITURGIA

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 24.09.2007 - BENOÎT XVI - T/Motu Proprio

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante