ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le regard de Benoît XVI tourné vers la Lumière du monde, le Christ, le seul qui illumine

 

Le 23 novembre 2010 - (E.S.M.) - Il n'est pas difficile de prévoir une ample diffusion pour ce livre, dans lequel le Pape Benoît XVI se présente sans aucun faux-semblant, et sans aucun recours à des stratégies de communication particulières, si chères en revanche à de nombreux commentateurs.

Le pape Benoît XVI - Pour agrandir l'image Cliquer

Le regard de Benoît XVI tourné vers la Lumière du monde, le Christ, le seul qui illumine

GIOVANNI MARIA VIAN : La question de Dieu

Le 23 novembre 2010 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - A l'occasion du troisième Consistoire pour la création de nouveaux cardinaux, Benoît XVI a décidé d'honorer de la pourpre certains de ses collaborateurs de la Curie romaine et d'autres évêques "choisis de diverses régions du monde", qui à partir de ce moment, sont ainsi encore plus proches du successeur de Pierre, dans le service unique et irremplaçable qu'il apporte à la communion catholique. Selon une dimension collégiale qui n'est certes pas une nouveauté dans l'Eglise de Rome, mais que l'on ressent avec plus d'évidence dans les réunions du Collège cardinalice - comme celle qui a ouvert par la prière et la réflexion le consistoire du 20 novembre - et, au cours des dernières décennies, dans les nombreuses assemblées (ordinaires, extraordinaires, spéciales) du synode des évêques.

Le mandat confié par le Seigneur Jésus, Dominus Iesus, au premier des apôtres est celui - a dit son successeur actuel - de "rassembler les peuples à travers la sollicitude de la charité du Christ". Dans une dimension universelle, et donc proprement catholique, selon une logique de gouvernement qui n'est certes pas celle du monde. Et que par conséquent, souvent, le monde ne comprend pas, prétendant représenter l'Eglise selon des catégories et des stéréotypes, qui en général aident bien peu à comprendre sa véritable nature. Même si persistent les fautes, les imperfections et les erreurs, inévitablement et fatalement liées à tout être humain, et donc également à ceux qui font partie de l'Eglise.

Ainsi, l'exercice de l'autorité selon la parole du Christ - la "mentalité de Dieu" a dit le Pape - doit considérer le chemin parcouru par le Maître, qui signifie pour celui qui l'a rencontré savoir s'abandonner à la providence de Dieu, selon des choix qui ne sont "jamais le fruit d'un projet personnel ou d'une ambition propre" et qui comportent au contraire la logique de la Croix. C'est d'ailleurs cela que signifie la couleur pourpre, qui exprime la disponibilité à servir le Seigneur et son Eglise jusqu'au martyre du sang (usque ad effusionem sanguinis), en communion avec le Successeur de Pierre.

Et l'enjeu est véritablement élevé pour tous, et va bien au delà des interprétations politiques ou instrumentalisées. Benoît XVI l'a expliqué de façon claire et simple, l'été dernier, à Peter Seewald, dans un long entretien, à présent publié dans un livre dont le titre - Lumière du monde - confirme que le regard de Benoît XVI est depuis toujours tourné vers le Christ, le seul qui illumine "le Pape, l'Eglise, les signes des temps", comme l'annonce de façon suggestive le sous-titre. Paul VI, puis, à plusieurs reprises, Jean- Paul II, s'étaient déjà confiés à des intellectuels, écrivains et journalistes. Et le cardinal Joseph Ratzinger l'avait fait également en trois occasions, suscitant un intérêt éditorial important et récompensant ainsi un choix de communication efficace et adapté aux temps modernes, que Benoît XVI a ensuite renouvelé de façon radicale à travers l'œuvre consacrée à Jésus de Nazareth.

Il n'est pas difficile de prévoir une ample diffusion pour ce livre également, dans lequel le Pape se présente sans aucun faux-semblant, et sans aucun recours à des stratégies de communication particulières, si chères en revanche à de nombreux commentateurs. Et le mérite revient entièrement à Benoît XVI, qui sait poser, à travers des paroles nouvelles et sans fuir devant aucune question, en particulier la question de Dieu. Celui qui dans le Christ - comme il le souligne à travers un langage biblique dans la dernière réponse à celui qui l'interroge - est "venu pour que nous puissions connaître la vérité. Pour que nous puissions toucher Dieu. Pour que la porte soit ouverte. Pour que nous trouvions la vie, la véritable vie, qui n'est plus soumise à la mort".

Sources : www.vatican.va -  E.S.M.
©L'Osservatore Romano - 23 novembre 2010
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 23.11.2010 - T/Eglise

 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante