ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Des nouvelles de l'encyclique sociale de Benoît XVI

 

Le 23 avril 2009  - (E.S.M.) - Pour discuter du traitement de la crise dans la nouvelle encyclique - la troisième de son pontificat - le pape Benoît XVI a convoqué samedi dernier à Castel Gandolfo quatre cardinaux pour un mini- sommet dont la nouvelle n'avait pas été annoncée, ayant duré plus d'une heure.

Le pape Benoît XVI

Des nouvelles de l'encyclique sociale de Benoît XVI

C'est presque devenu un marronnier...

Le 23 avril 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Paolo Rodari traite le même sujet dans Il Riformista, de façon légèrement plus étoffée en ce qui concerne le "mini-sommet" de Castelgandolfo.

Le Pape réécrit l'encyclique : ce sera un texte anti crise

La troisième lettre de Benoît XVI, « Caritas in veritate », renvoyée au 29 juin pour inclure des thèmes sociaux et économiques
Sommet secret à Castelgandolfo avec les cardinaux Ruini, Bagnasco, Scola et Schönborn pour faire face à l'urgence


La crise économique mondiale actuelle a été causée par la « cupidité ». C'est la cupidité qui nous insinue « qu'avoir serait la valeur suprême de notre être, de notre vivre (ndt: c'est une caractéristique du style du Saint-Père d'utiliser les verbes comme noms) dans le monde en y apparaissant comme importants ». Le Pape l'a dit hier au cours de l'audience du mercredi, en illustrant la figure du moine Saint-Ambroise Autpert.

Justement, la crise qui a mis les économies du monde entier à genoux est au centre d'un paragraphe crucial de la nouvelle encyclique de Benoît XVI, Caritas in veritate, dédié aux thèmes sociaux et à la globalisation, dont la sortie continue à être retardée : pour l'heure, c'est la date du 29 juin, fête des saints Pierre et Paul, qui est retenue.

Pour discuter du traitement de la crise dans la nouvelle encyclique - la troisième de son pontificat - Papa Ratzinger a convoqué samedi dernier à Castel Gandolfo quatre cardinaux pour un mini- sommet dont la nouvelle n'avait pas été annoncée, ayant duré plus d'une heure. Y ont participé le président de la CEI Angelo Bagnasco, son prédécesseur Camillo Ruini, le patriarche de Venise Angelo Scola et l'archevêque de Vienne Christoph Schönborn, arrivés les uns après les autres, sans se faire remarquer dans la résidence de vacances papale. Il s'agit de cardinaux liés au Pontife par un rapport de confiance particulier, lui qui, dimanche dernier encore a réaffirmé ne pas se sentir seul et qu'en effet il travaillait en consultant ses collaborateurs plus qu'il n'apparaissait.

Benoît XVI veut que l'encyclique et surtout le paragraphe dédié à la crise, ne soit pas vague, ne répète pas de slogans génériques, mais approfondisse le thème avec une contribution originale à partir du regard de la foi. C'est pourquoi, comme le confirment au Giornale d'influentes sources vaticanes, il a voulu que les passages dédiés à la crise « soient restructurés » et entièrement reformulés. Un travail plutôt laborieux, qui a vu impliqués non seulement le Conseil Pontifical pour la Justice et la paix, dirigé par le cardinal Renato Raffaele Martino et l'évêque Gianpaolo Crepaldi, ou des évêques comme le second successeur de Ratzinger à Munich, monsignor Reinhard Marx, expert en doctrine sociale, mais a utilisé aussi la consultation d'économistes comme Stefano Zamagni ou d'experts d'éthique et finance, comme Ettore Gotti Tedeschi, éditorialiste de l'Obsservatore Romano sur les thèmes économiques et financiers.

L'encyclique sociale, devait être publiée à l'occasion des quarante ans de Populorum Progressio de Paul VI (1967) et le Pape y travaille depuis l'été 2007. Le projet initial prévoyait la sortie pour Mars 2008, et puis le cardinal Secrétaire d'État Tarcisio Bertone a dit qu'elle serait reportée après l'été. On parla donc de décembre, ensuite, au début de janvier on donnait pour certaine la sortie pour le 19 Mars dernier et enfin le 1er mai prochain. Maintenant on prévoit la fin juin, mais vus l'attention et le soin qui sont mis dans la rédaction d'un document si attendu, on ne peut pas exclure entièrement des reports ultérieurs.

Dans le document, Populorum Progressio du Pape Montini et Centesimus Annus de Jean Paul II (1991) seront évoquées. Et les problèmes sociaux qui tenaillent l'humanité aujourd'hui (globalisation, accès aux ressources, défense de l'environnement) seront abordés, en suivant la doctrine sociale et donc en ancrant la justice, la solidarité et la possibilité de changement non seulement aux lois publiques et aux structures, mais à la vie des personnes à partir de leur engagement direct. Le Pape considère en effet que « l'Église a toujours besoin de personnes qui sachent accomplir des grands renoncements, et de communautés qui créent les fondements de la justice sociale ».

La nouvelle encyclique, toute centrée sur les deux mots de « vérité » et de « charité », représente la continuation de la première lettre de Benoît XVI, Deus Caritas Est, et le terme « justice » y sera répété une cinquantaine de fois : l'engagement pour la justice peut en effet devenir « témoignage de la charité ».

Central, ensuite, est le concept de « solidarité globale », pour mettre les pauvres à la première place et leur redonner espoir. En faisant face à la crise, Benoît XVI demande d'impliquer et de ne pas exclure les Pays pauvres, demande d'offrir sécurité aux familles et stabilité aux travailleurs et de rétablir, « par des règles et des contrôles opportuns, l'éthique dans les finances ». « La cause de la récession - avait-il dit dans l'avion qu'il l'emmenait en Afrique il y a quelques semaines - est surtout de caractère éthique, parce que là où manquent l'éthique, la morale, il n'y peut pas y avoir de rapports corrects».

 Andrea Tornielli

 

Sources : Andrea Tornielli écrit dans Il Giornale selon la traduction du  benoit-et-moi

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 23.04.09 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante