ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le pape Benoît XVI nous parle de la puissance de l'amour miséricordieux de Dieu

 

Le 22 février 2009 - (E.S.M.) - C'est en Jésus nous dit le pape Benoît XVI, que peut s’épanouir notre espérance ! Communauté de pécheurs pardonnés, vivons en Église dans la joie d’un renouveau toujours possible !

La place St Pierre ce midi - Pour agrandir l'image Cliquer

Le pape Benoît XVI nous parle de la puissance de l'amour miséricordieux de Dieu

Synthèse des paroles du Saint-Père avant la prière de l'Angelus

Le 22 février 2009 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - "La page de l'Evangile, que la liturgie nous fait méditer en ce septième Dimanche du temps ordinaire, a rappelé le pape Benoît XVI ce midi, nous parle de l'épisode du paralysé pardonné et guéri (Mc 2.1-12)."

"
Pendant que Jésus prêchait, parmi tant de malades qui lui étaient apportés, voilà un paralysé sur un brancard", poursuit le Saint-Père. En le voyant, le Seigneur lui dit : «  Mon fils, tes péchés sont pardonnés.  » (Mc 2.5). Et puisque quelques-unes des personnes présentes, ont entendu ces paroles, et étaient scandalisées, il ajouta : « afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Je te l'ordonne, dit-il au paralysé, lève-toi, prends ton brancard, et va dans ta maison. » (Mc 2.10-11). Et le paralysé partit guéri.

Ce récit de l'évangile, poursuit Benoît XVI,  démontre que Jésus a le pouvoir non seulement de guérir un corps malade, mais aussi de remettre les péchés ; et bien plus encore, la guérison physique est un signe de la guérison spirituelle qui engendre son pardon. En effet, le péché est une sorte de paralysie de l'esprit dont seulement la puissance de l'amour miséricordieux de Dieu peut nous libérer, en nous permettant de nous relever et de reprendre le chemin sur le chemin du bien.

S'adressant aux pèlerins francophones, le pape nous rappelle que nous sommes invités avec saint Paul à redire notre Oui au Christ et à l’amour miséricordieux de Dieu. Il nous donne un cœur capable d’aimer et de pardonner, souligne-t-il. Il nous libère de nos paralysies et de nos doutes. Il nous met debout et nous invite à nous remettre en marche.

En Lui seul, insiste Benoît XVI,  peut s’épanouir notre espérance ! Communauté de pécheurs pardonnés, vivons en Église dans la joie d’un renouveau toujours possible !

Texte intégral Angelus de Benoît XVI en la fête de la chaire de Saint Pierre

Septième dimanche  « TES PÉCHÉS SONT PARDONNES »

L'évangile de Marc, à partir de l'épisode lu aujourd'hui, va  prendre un tour beaucoup plus tendu, avec de nombreuses discussions opposant Jésus aux autorités religieuses de son temps. Ensuite le drame se nouera et se déroulera jusqu'à la Passion dont nous lirons le récit pendant la célébration du Vendredi saint et le dénouement le dimanche de Pâques. Pour l'heure, Jésus est encore au début de sa mission, « à la maison », à Capharnaüm, entouré d'une grande foule qui l'écoute bouche bée, fascinée par les guérisons et les exorcismes qu'il réalise avec tant de prodigalité
(évangile). Dans l'épisode du paralysé, Marc veut aider la communauté chrétienne à découvrir en Jésus Dieu lui-même. C'est pourquoi, lorsque le paralysé est amené à Jésus, celui-ci ne le guérit pas comme il l'a fait pour les autres malades, mais il déclare à haute et intelligible voix que ses péchés sont pardonnés.

La provocation est claire et les scribes ne s'y trompent pas : cet homme blasphème, puisque Dieu seul peut pardonner ! La démonstration est pourtant sans faille : Jésus est bien le Messie attendu, celui qui ouvre les chemins dans le désert et fait couler les fleuves dans les lieux arides en apportant le pardon de Dieu
(première lecture). Guérir les corps et sauver les âmes, c'est tout un pour Dieu dont la gloire, dira Irénée, c'est l'homme vivant. La parole de Jésus est aussi efficace et vivifiante que celle du Dieu de la Genèse, qui fait sans cesse le monde nouveau et aime sans se lasser. La force du passage de la lettre de Paul aux Corinthiens est à la mesure de l'enjeu dramatique engagé dans l'évangile : il s'agit de savoir si nous disons « oui » ou « non » à Dieu qui, une fois de plus, nous propose son alliance dans l'eucharistie (deuxième lecture).
 

Nouveau  : S'inscrire à la newsletter ! Voir menu à gauche.


Sources  : www.vatican.va -  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  22.02.2009 - T/méditation

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante