ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

La Parole de Dieu : Prier les Écritures

 

Le 22 janvier 2009 - (E.S.M.) - La Bible pour le chrétien ne relève pas de l’ésotérisme. Elle est parole de vie pour tous. Son langage direct peut toucher les simples. Mais son mystère dépassera toujours les savants. Il y a une diversité d’approche des Écritures, mais toutes les méthodes ne sont que des étapes diverses d’un même destin.

Le président Obama prêtant serment sur la Bible (20.01.09) - Pour agrandir l'image Cliquer

La Parole de Dieu : Prier les Écritures

Frédéric Manns, ofm

Le 22 janvier 2009 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Grégoire le Grand, dans ses Morales sur Job 20,1 écrivait : « L’Écriture exerce une influence sur les forts par ses paroles obscures, elle comble les simples par son langage concret. Elle est compréhensible aux lecteurs sans culture et les gens instruits la redécouvrent sans cesse. Pourtant elle surpasse tout savoir et toute doctrine par sa façon même de s’exprimer, car, par un seul langage à travers tous ses récits, elle révèle le mystère ».

Il y a dans l’Écriture un aspect d’incarnation. Dieu s’est fait lettres tout d’abord. Il a épousé une culture et un peuple. L’incarnation de la parole achève de transformer en eucharistie la lecture. Le divin est uni à l’humain dans la personne du Verbe. Or la Bible tout entière est le premier moment de l’incarnation. Les Écritures doivent donc être comprises comme le corps du Christ.
(Le pape Benoît XVI, lors du Synode sur la Parole de Dieu, a improvisé une méditation remarquable où il nous rappelle que la Parole de Dieu est le fondement de tout, qu'elle est la véritable réalité : Réflexion du Saint-Père)

St Grégoire le Grand, dans ses Homélies sur les Évangiles 2,53,3 affirme : « Dans les deux anges apparus au tombeau du Christ nous pouvons reconnaître les deux testaments. Ils sont réunis là où se trouve le corps du Seigneur. En annonçant de manière convergente que le Seigneur s’est incarné, est mort, est ressuscité, les deux testaments sont en quelque sorte assis, l’Ancien à sa tête et le Nouveau à ses pieds. C’est pourquoi les deux chérubins qui protègent le propitiatoire se regardent l’un l’autre. Et que signifient les deux Chérubins sinon les deux testaments ? Que signifie le propitiatoire sinon le Seigneur incarné dont Jean dit qu’il s’est fait propitiation pour nos péchés ? »

Origène dans son commentaire de l’Évangile de Jean 13,60 reprend cette belle comparaison : « Avant la venue de Jésus l’Écriture était de l’eau, mais depuis Jésus, elle est devenue pour nous ce vin en lequel il l’a changée ». Le miracle de Cana se reproduit pour le lecteur croyant. Et dans sa neuvième Homélie sur les Nombres 7 Origène compare l’Écriture à une amende. L’écorce amère, c’est la lettre qu’il faut rejeter. La coque protectrice, c’est l’enseignement moral qui suscite une ascèse de purification et d’attention. Après cela on parvient au noyau mystique qui nourrit l’âme des croyants.

A la suite des rabbins, Origène précise les différents sens de l’Écriture. Le sens moral se dédouble désignant parfois la vie du Verbe de Die dans l’âme. A côté du sens littéral ou historique on distinguera le sens allégorique, le sens moral, et le sens mystique. La lecture contemplative de la Bible nourrira la théologie spirituelle.

Il arrive parfois qu’en lisant la parole un mot touche le cœur et l’embrase. Il faut alors s’arrêter et laisser ce feu rayonner doucement. Origène le dit dans son commentaire du Psaume 104,19 : « Lorsqu’un mot du Seigneur embrase un auditeur de la parole et fait de lui un passionné de la sagesse qu’enflamme la vue de toute beauté, alors le feu du Seigneur est descendu sur lui ».

Telle fut l’expérience des disciples d’Emmaüs : « Notre cœur n’était-il pas brûlant tandis qu’il nous expliquait les Écritures ? » La parole est capable de réchauffer le cœur du lecteur. Certes, il faut chercher et frapper pour comprendre les Écritures et déchiffrer leur sens historique. Cela justifie la tache de l’exégète et le travail herméneutique. Mais la science ne peut pas donner le sens. Ce dernier ne se révèle qu’à la prière humble : « Toi donc, mets tout ton zèle à la lecture des Écritures avec foi et avec bonne volonté. Il ne te suffit pas de frapper et de chercher, mais ce qu’il faut avant tout pour obtenir l’intelligence des choses divines, c’est la prière », écrit Origène dans sa lettre à Grégoire le thaumaturge.

Pénétrer jusqu’au cœur les paroles divines et en contempler les mystères cachés, cela ni la science humaine ni la culture profane ne peut l’obtenir, mais seulement la pureté de l’âme par l’illumination de l’Esprit Saint. L’humilité conduit l’exégète non pas à la science qui enfle, mais à la science qui illumine par la plénitude de l’amour. De fait l’amour de Dieu et du prochain est élevé à la dimension de catégorie herméneutique. Seul celui qui aime peut comprendre les Écritures. La prière inspirée par l’amour est la clé qui ouvre les Écritures.

La Bible est un océan que les exégètes scrutent depuis plus de deux mille ans et qu’ils n’ont pas fin d’explorer. La rencontre avec la parole est toujours nouvelle. Il faut savoir mettre parfois une difficulté entre parenthèses et prier. Le sens vient de l’enracinement dans la tradition, de l’ouverture au fleuve de vie de la communion des saints, parmi lesquels se trouvent les prophètes et les Évangélistes. L’eucharistie, où s’accomplit la rencontre avec le Christ, éclaire les Écritures. Les fiançailles de l’Écriture trouvent alors leur sens plénier dans la nuptialité eucharistique lorsque la parole entre dans le silence de l’amour.

Dans une même parole de l’Écriture l’un se nourrit de la seule histoire, un autre cherche le sens typologique, la figure du Christ, un autre tend à l’intelligence contemplative. C’est ainsi que « les paroles de Dieu progressent avec celui qui les lit », comme l’affirmait Grégoire le Grand dans ses homélies sur Ezéchiel 1,7,8.

Seuls ceux qui sont humbles seront instruits par Dieu aux mystères célestes. L’Écriture n’oppose pas les hommes et les femmes. Myriam, la sœur de Moïse, est considérée comme une prophétesse dans la tradition juive. Et les prières les plus belles de la Bible sont des prières de femmes. Déborah, Esther, Anne et Judith en ont laissé des témoignages merveilleux. « La divine Écriture n’oppose pas hommes et femmes selon le sexe. Le sexe ne constitue aucune différence devant Dieu », affirme Origène dans sa neuvième Homélie sur Josué 9. Après la résurrection du Christ « il n’y a plus ni homme ni femme », s’écriait Paul de Tarse.

St Basile dans sa préface aux Ascetica montre que le symbolisme guerrier que Paul applique à la vie chrétienne vaut pleinement pour la femme et rappelle le rôle important des femmes dans l’entourage de Jésus. L’une d’elles a mérité le titre « d’apôtre des apôtres ».

« Les femmes appartiennent à la milice du Christ par leur force d’âme. Beaucoup de femmes ne se sont pas moins distinguées que les hommes dans la guerre spirituelle », écrit Basile dans son Instruction ascétique 3. L’antiquité chrétienne a connu des « mères spirituelles » pratiquant comme les « pères » le discernement des esprits et la lecture spirituelle des Écritures. L’Église ne cesse de répéter que l’humain s’accomplit dans une femme, Marie, qui méditait les paroles de son fils et les conservait dans son cœur. Il existe une correspondance entre la féminité et les dons de l’Esprit. Comme l’Esprit vivifie, la femme sait vivifier. « Vous honorerez les diaconesses car elles tiennent la place de l’Esprit », recommande la Didascalie. Il est urgent de rappeler la place des femmes dans l’Écriture.

Synode 2008 :  "la Parole de Dieu dans la vie et la mission de l'Église"
 

Nouveau  : S'inscrire à la newsletter ! Voir menu à gauche.


Sources  : Custodia Terre Sainte -  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  22.01.2009 - T/Méditations

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante