ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI et la transformation de la foi-espérance chrétienne dans les temps modernes

 

Cité du Vatican, le 21 novembre 2008  - (E.S.M.) - Nicola Bux commente la partie de l’Encyclique “Spe Salvi” du Pape Benoît XVI consacrée à « La transformation de la foi-espérance chrétienne dans les temps modernes ».

La lectio divina - Pour agrandir l'image Cliquer

Benoît XVI et la transformation de la foi-espérance chrétienne dans les temps modernes

VATICAN - LES PAROLES DE LA DOCTRINE par l’abbé Nicola Bux et l’Abbé Salvatore Vitiello - Marx, liberté et Parole de Dieu

Le 21 novembre - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Dans la partie de l’Encyclique “Spe Salvi” consacrée à « La transformation de la foi-espérance chrétienne dans les temps modernes », le Pape Benoît XVI fait l’observation suivante : « Marx n'a pas seulement manqué de penser les institutions nécessaires pour le nouveau monde – on ne devait en effet plus en avoir besoin. Qu'il ne nous en dise rien, c'est la conséquence logique de sa façon d’envisager le problème. Son erreur est plus en profondeur. Il a oublié que l'homme demeure toujours homme. Il a oublié l'homme et il a oublié sa liberté. Il a oublié que la liberté demeure toujours liberté, même pour le mal. Il croyait que, une fois mise en place l'économie, tout aurait été mis en place. Sa véritable erreur est le matérialisme: en effet, l'homme n'est pas seulement le produit de conditions économiques, et il n'est pas possible de le guérir uniquement de l'extérieur, en créant des conditions économiques favorables » (n° 21).

Cette idéologie est possible seulement si on ignore la Sainte Écriture : pour cela, tout au long des siècles, certains catholiques y ont cédé, considérant même qu’elle était compatible avec la foi et l’espérance enseignées par le Christ. C’est pourquoi le Saint-Père déclare Benoît XVI ; « Ainsi, nous nous trouvons de nouveau devant la question: que pouvons-nous espérer ? Une autocritique de l'ère moderne dans un dialogue avec le christianisme et avec sa conception de l'espérance est nécessaire. Dans un tel dialogue, même les chrétiens, dans le contexte de leurs connaissances et de leurs expériences, doivent apprendre de manière renouvelée en quoi consiste véritablement leur espérance, ce qu'ils ont à offrir au monde et ce que, à l'inverse, ils ne peuvent pas offrir. Il convient qu’à l'autocritique de l'ère moderne soit associée aussi une autocritique du christianisme moderne, qui doit toujours de nouveau apprendre à se comprendre lui-même à partir de ses propres racines » (n° 22).

Les catholiques savent que cette autocritique est possible, si on la compare avec la parole de Jésus qui a révélé précisément le mystère de Dieu qui est Père, et de l’homme qui est son fils. Certainement, après le Concile Vatican II, on devait la remettre en valeur et en faire le pivot de la comparaison permanente de notre vie, chose que le récent Synode a réaffirmée. Écouter en conséquence la Parole, la lire, la méditer, veut dire se convertir jour après jour.

Malheureusement, la conversion comme aboutissement de la confrontation avec la Bible est une chose rare, en raison de l’importance de l’intellectualisme et du spiritualisme qui fleurissent dans les nombreuses « écoles de la Parole » et dans les « lectiones divinae ». Alors, faisons l’autocritique pour voir de quelle manière on en est arrivé à considérer la Sainte Écriture selon la vision protestante qui voit la Parole de Dieu étrangère à l’Église, de sa tradition vivante dans le magistère, comme toujours le Concile l’a redéfini dans « Dei Verbum ».
Par exemple, l’insistance avec laquelle certains biblistes et pasteurs voudraient que tous les chrétiens lisent la Bible, ignore le fait que la lecture en général, en ces temps de l’informatique, est devenue toujours plus rare, et que de nombreuses pages sont difficiles, et ont besoin d’être replacées dans leur contexte, et commentées. Avec un peu de réalisme, il suffirait de recourir à la tradition bimillénaire de l’Église Catholique qui a privilégié la lecture « liturgique », c’est-à-dire à la Messe : que l’on pense aux Capitulaires avec les épîtres choisies préparées par Saint Jérôme, qui était un spécialiste de l’Écriture, et à l’Ordo Lectionum de la liturgie actuelle.

Mais il y a plus. Les Pères s’étaient posés la question de la lecture de l’Écriture par les catéchumènes et par les fidèles, et ils l’ont résolue. Comment ? Prenons l’exemple de saint Cyrille – grand catéchète (eh oui, parce que l’Écriture a besoin de catéchèse !) – qui observe : « En apprenant et en professant la foi, tu embrasses et tu retiens seulement ce qui t’est proposé à présent par l’Église, et est garanti par toutes les Écritures. Mais tous ne sont pas en mesure de lire les Écritures. Certains en sont empêchés par leur incapacité, d’autres par des occupations diverses. Voilà pourquoi, pour empêcher que l’âme ne souffre de cette ignorance, tout le dogme de notre foi est synthétisé en peu de phrases… Cherche à bien retenir par cœur le Symbole de la foi. Il n’a pas été fait selon des caprices humains, mais il est le résultat du choix des points les plus importants de toute l’Écriture… Toute la somme de doctrine qui se trouve dans l’Ancien et dans le Nouveau Testament » (Catéchèse 5 sur la foi et le Symbole, 12: PG 33, 519-520). Quel exemple de réalisme !

Ainsi, après avoir écouté la Parole de Dieu à la Messe, la récitation du Symbole devient presque une révision synthétique. C’est avec cette méthode « patristique » qu’ont été réalisés le Catéchisme de l'Église catholique et son Compendium, qui mériteraient d’être finalement acceptés comme « L’instrument » le plus adapté pour lire et pour comprendre la Sainte Écriture, et pour préparer les homélies, avec l’aide, pourquoi pas ?, des images que l’art sacré a produites, véritable catéchèse et « Bible des pauvres ».


 

Sources :  www.vatican.va -  E.S.M.
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 21.11.2008 - T/Théologie

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante