ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Quant au projet attribué à Benoît XVI d'autoriser à nouveau la messe dite "de S. Pie V"

ROME, le 21 octobre 2006 - (E.S.M.) - Il y a quelques temps, une information du Vatican a donné à entendre que le pape Benoît XVI aurait préparé un document - un Motu proprio - dans lequel il donnerait des instructions concernant une réhabilitation totale de la forme qu'avait la liturgie romaine avant Vatican II.

Encensement pendant le Magnificat: cathédrale St. Louis de Versailles

Quant au projet attribué à Benoît XVI d'autoriser à nouveau la messe dite "de S. Pie V"

VERS UNE REFORME DE LA REFORME? COMMENT?

Il y a quelques temps, une information du Vatican a donné à entendre que le pape Benoît XVI aurait préparé un document - un Motu proprio - dans lequel il donnerait des instructions concernant une réhabilitation totale de la forme qu'avait la liturgie romaine avant Vatican II. La nouvelle a été reçue "cinq sur cinq" par ceux qui attendaient une telle directive, comme par ceux qui s'offusquent d'une possibilité de pouvoir célébrer la messe "à l'ancienne".

Naturellement, une telle nouvelle touche tout le petit monde catholico-français... ou franco-catholique. Certains évêques se fâchent tout rouge en disant qu'on ne peut pas instaurer un bi ritualisme dans les diocèses. Mais n'ont-ils pas réalisé qu'il existe depuis 40 ans un multi ritualisme qu'ils ont eux-mêmes laissé se mettre en place? D'autres évêques n'acceptent pas ce qu'ils appellent un "retour en arrière". Mais peuvent-ils ignorer que le problème liturgique qu'ils ont sous les yeux est le résultat d'années de silence épiscopal face aux fantaisies liturgiques généralisées qui leur avaient pourtant été signalées?

On ne récolte que ce qu'on a semé...

Mais il y a encore un autre son de cloche: c'est celui du monde "traditionaliste". Lorsqu'on consulte certains blogs ou certains sites internet, on ne peut qu'être étonné du ton employé par certains "traditionalistes" (le terme n'a ici rien de péjoratif) ayant entendu parler du futur document magistériel. Certains de ces fidèles attachés à la liturgie préconciliaire semblent soudain pris d'une véritable frénésie de revanche; ils se disent que "ça y est: la roue tourne enfin". Et ils croient que l'histoire va leur donner raison.

Mais posons une autre question: qu'est-ce qui peut pousser le Saint-Père Benoît XVI à publier un document en faveur d'un retour officiel de l'ancienne forme du rite romain? Réponse possible parmi d'autres: n'est-ce pas, au-delà de la seule question liturgique qui a toute son importance, le souhait d'affaiblir le mouvement "traditionaliste"? Car contre qui, contre quoi, pour qui et pour quoi se battrons les "traditionalistes" une fois qu'ils auront obtenu la liturgie à laquelle ils tiennent et qu'ils réclament depuis Vatican II? Contre le Concile lui-même? Ce serait une grave erreur de leur part et ils le savent bien: dans chacun de ses discours, en effet, Benoît XVI se dit attaché d'une façon inconditionnelle à l'oeuvre de Vatican II. Ce qui, soit dit en passant, devrait apaiser les craintes de nos évêques conciliaires ou prétendus tels.

En réalité, il est permis d'imaginer que lorsque les "traditionalistes" auront obtenu la liturgie qu'ils ont toujours souhaitée, ils ne pourront plus aspirer à d'autres revendications. Et n'ayant plus de doléance fédératrice à formuler, leurs mouvements finiront peu à peu par s'étioler.

Pour autant, cela résoudra-t-il la crise liturgique qui, qu'on l'admette ou pas, est bien réelle? Sûrement non, car cette crise est aujourd'hui partagée d'une façon ou d'une autre par tous, qu'on soit "traditionaliste", "conciliaire", ou "prétendu conciliaire".

Voilà pourquoi il est également permis d'imaginer que le document que Benoît XVI a prévu de publier en faveur des "traditionalistes" dépassera la seule question de la liturgie dite "tridentine", afin de permettre in fine une évolution dans le bon sens. Ce document ne pourra de toute évidence que converger avec l'exhortation post-synodale dont on attend aussi la publication et qui abordera la question fondamentale de l'Eucharistie en allant plus loin que la seule question du choix des rites.

Notre rôle à nous, au sein de l'Association Pro Liturgia, est justement d'amener peu à peu à la "réforme de la réforme" souhaitée par tous, et qui ne pourra se faire ni sur la base d'un retour pur et simple à la la forme anté conciliaire du rite romain (forme "extraordinaire") ni sur la base d'une pérennisation des mauvaises habitudes prise dans la majorité des paroisses qui se réclament du Concile, mais essentiellement sur la découverte de ce que doit être vraiment la forme "ordinaire" de l'unique rite romain.

Pour ce faire, nous ne devons surtout pas nous priver d'employer toute la palette des éléments liturgiques que d'aucuns peuvent juger dépassés: l'intégral de la célébration en latin, l'usage sans limite du chant grégorien, la célébration dite "dos au peuple", la dignité des célébrations... autant d'éléments positifs contre lesquels les évêques ne peuvent rien parce que, précisément, ils sont - comme pourrait bien leur rappeler Benoît XVI en citant les termes de Vatican II - les gardiens et les promoteurs de la liturgie de l'Eglise.

MGR CLAUDE DAGENS ET LA LITURGIE

Dans un article paru dans l'hebdomadaire "La Vie", Mgr Claude Dagens, Evêque d'Angoulême, a jugé "grave et inquiétant" le projet attribué au pape Benoît XVI d'autoriser à nouveau la messe dite "de S. Pie V". "Si jamais on voulait, de manière autoritaire, imposer un bi ritualisme, on serait dans une situation grave et préoccupante", note Mgr Dagens, qui estime qu'alors l'unité de l'Eglise serait en jeu. Pour lui, "il y a des raisons très profondes et douloureuses" dans le schisme des traditionalistes, "qui sont théologiques".

Qu'on nous permette de conseiller respectueusement à Mgr Dagens de lire les lignes qui suivent:

"(...) Cette profondeur inimaginable du don de Dieu [dans l'Eucharistie] accuse nos étroitesses et nos refus, et nous appelle à sortir de nous-mêmes pour mettre en oeuvre la réconciliation et l'amour fraternel. (...) Pas d'Eucharistie authentiquement digne du Christ sans engagement au partage, au pardon et à la réconciliation. (...) Il nous arrive, à nous chrétiens, d'être frappés d'amnésie, d'oublier la réalité de ce que Dieu fait pour nous, de passer à côté de sa présence. Il nous arrive aussi de céder au scepticisme ambiant, et de nous consoler en observant pour ainsi dire du dehors les tensions qui traversent notre Eglise. A moins que nous ne nous disputions pour savoir si nos messes sont modernes ou traditionnelles, ou que nous choisissions la fuite, lointaine ou proche, pour ne plus voir la détresse de ces frères qui attendent de nous des gestes effectifs de compréhension et de solidarité. (...) Déjà en 1976, à Lourdes, Mgr Etchegaray était amené à constater que (...) "à travers les remous actuels autour de la messe, il nous faut entendre la sourde et vitale aspiration de croyants pour qui l'Eucharistie demeure le grand signe par lequel le chrétien s'identifie au Christ et donc y puise sa propre identité." (...)"

Ces propos, qui datent de 1981, sont signés... de l'Abbé Claude Dagens

Sources: Pro Liturgia - E.S.M.

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 21.10.2006 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante