ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Un autre livre noir des évêques de France ?

 

Le 17 juillet 2007 - (E.S.M.) - Dans une litanie de choses « très mal vécues » avec la pastorale post-conciliaire, celle-ci (à l’heure du nouveau Motu Proprio ) : « J’ai très mal vécu “la réforme liturgique” imposée au détour d’un dimanche et avec un autoritarisme clérical insupportable… » "Un évêque français entre crise et renouveau de l’Église", publiés tout récemment par les éditions de l’Emmanuel.

Mgr Maurice Gaidon

"Un évêque français entre crise et renouveau de l’Église"

Un autre livre noir des évêques de France ?

Voici les mémoires d'un homme qui a aimé passionnément l'Église parce qu'elle l'a mené à Dieu. Les convictions qu'il affirme ici ont donné un sens à sa vie, il leur est demeuré fidèle. Il a eu bien du mérite à une époque où les tourments de l'histoire ont été innombrables : la vie de Maurice Gaidon restera, en des temps difficiles, un exemple de cohérence et de liberté de l'esprit.

« D’où vient cette impression d‘étrange torpeur que je ressens au contact de nos communautés désorientées, de nos prêtres désabusés, de mes frères évêques au silence peureux dans nos assemblées ? »

Non, il ne s’agit pas d’une citation tirée du Livre noir des évêques de France édité par Renaissance catholique (1). Elle n‘émane pas d’un simple laïc du rang, informateur religieux, mais d’un évêque lui-même, dans la deuxième partie de ses mémoires intitulés "Un évêque français entre crise et renouveau de l’Église", publiés tout récemment par les Éditions de l'Emmanuel. Alors qu’il est aujourd’hui à la retraite près de Dijon, Mgr Maurice Gaidon, qui fut supérieur des chapelains de Paray-le-Monial (1975-1987) puis évêque de Cahors (1987-2004), y jette un regard plutôt sévère sur l‘épiscopat français contemporain. C’est Denis Sureau qui, dans son dernier numéro de Chrétiens dans la Cité, a attiré notre attention sur cette seconde partie ayant pour titre « Réflexions et interrogations d’un évêque de France ». Avec trois chapitres éloquents : Une traversée du désert ;  Nous sommes des couards  ; Une Église paralysée ?

C’est un épiscopat tétanisé par le politiquement (ou religieusement) correct et captif d’une malsaine collégialité que décrit ainsi Mgr Gaidon. Par exemple : « Je pense que notre langage manque de vigueur et que le souffle prophétique est trop absent de nos textes savamment mesurés et dignes des résolutions votées en fin de “meeting radical-socialiste” ! (...) Un texte se dilue quand il est revu et corrigé dans une assemblée d’une centaine de membres dont certains ne parlent jamais alors que d’autres prennent la parole sans complexes. Dans une assemblée en partie noyautée par de “grosses mitres” qui préparent soigneusement certaines élections et se partagent les “postes clés” de l‘épiscopat (...). Nous n’aimons pas sortir d’un ton conciliant et recherchons avant tout le réconfort d’un consensus mou dans les domaines les plus sensibles comme le sont les problèmes de morale conjugale et les questions de bioéthique. J’avais déjà repéré ces hésitations au moment de la loi sur l’avortement et constaté que nous n‘étions pas prêts à croiser le fer avec les politiques. Je ressens la même impression alors que le gouvernement s’apprête à ouvrir les débats sur les contrats d’union entre deux personnes du même sexe. D’où vient cette crainte alors que nous n’hésitons pas à faire entendre notre voix en d’autres problèmes de société ? »

L’ouverture à gauche, à la subversive laïcité et, en fait, la soumission servile aux puissants de ce temps, ne sont pas oubliées par l‘évêque : « Et certains d’entre nous n’en finissent pas de tresser des couronnes à ce régime digne d‘éloges… ce qui est un comble. Nous n’avons pas à nous louer d’un régime qui traite l’Église avec tant de désinvolture et ne perd pas une occasion de dresser des obstacles à la diffusion du message chrétien. Nous n’avons pas à encenser un pouvoir politique dont le libéralisme moral a contribué à dégrader le climat de notre société (...). Nous ne devons pas trop vite passer l‘éponge sur les choix législatifs qui ont entraîné la banalisation de l’avortement (...). Nous paierons cher et longtemps ces décisions auxquelles nous avons opposé une bien médiocre résistance et un discours sans arêtes vives et accents vigoureux… »

Et, dans une litanie de choses « très mal vécues » avec la pastorale post-conciliaire, celle-ci (à l’heure du nouveau Motu Proprio ) : « J’ai très mal vécu “la réforme liturgique” imposée au détour d’un dimanche et avec un autoritarisme clérical insupportable… » Mais retenons surtout pour finir cet aveu courageux en forme de repentir : « J’ai l’impression d’avoir vécu ces années comme une lente dérive, au gré des modes et des langages convenus dans notre univers clérical et de me retrouver, à l’heure de mon ultime étape, dans un douloureux désarroi, envahi par le sentiment d’avoir subi passivement les prises de position et les décisions de mes frères en épiscopat et suivi avec eux la pente des compromis plutôt que d’user du langage rugueux et prophétique des témoins et annonciateurs d’une Parole qui est “un glaive”. »

Dans sa préface au Livre noir des évêques de France (2006), Jean-Pierre Maugendre parlait du « signe d’espérance que constituera pour de nombreuses âmes de bonne volonté le fait que tous les catholiques de France ne se sentent pas engagés par telle ou telle déclaration épiscopale particulièrement “abracadabrantesque”, jamais contredite par aucun évêque ». Et d’ajouter : « Il n’est d’ailleurs pas interdit de penser que certains évêques se réjouiront de ce que des laïcs osent écrire ce qu’ils estiment ne pas pouvoir dire publiquement. » Le contenu du livre de Mgr Gaidon témoigne en quelque sorte qu’il avait raison tout en le démentant après coup ! Commentant du reste la « tonalité provocante » de tel de ses titres (de la part d’un pasteur « habilité à incarner et à prêcher l’espérance »), l‘évêque émérite de Cahors n’hésite pas à devancer l’objection des pusillanimes : « L’espérance n’a rien à voir avec un optimisme de commande qui ne règne que trop souvent dans les officines ecclésiastiques que je fréquente… »

(1) A Renaissance catholique : 89, rue Pierre-Brossolette, 92130 Issy-les-Moulineaux

REMI FONTAINE

Article extrait du n° 6380
 

Sources: Présent

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 17.07.2007 - Brèves

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante